PDA

Voir la version complète : Un réseau d’avortement clandestin démantelé à Mascara


Page : 1 [2] 3 4

absent
07/05/2014, 04h11
nassim

Pendant les premières semaines, il ne s'agit pas vraiment d'une "personne" mais d'un embryon. Pendant ces semaines, je pense que c'est à la femme de décider si elle veut poursuivre la grossesse et l'Etat n'a pas le droit de la forcer à poursuivre la grossesse si elle ne le veut vraiment pas.


cette idéologie libertaire et féministe (le droit de la femme de disposer de son corps) a eu des conséquences destructrices sur les sociétés occidentales. déresponsabiliser l'acte sexuel en le réduisant à son aspect consommatoire et charnel, a détruit le noyau social des sociétés libertaires.
on ne peut pas corriger une erreur par un crime. l'avortement est une solution purement technique à un problème qui relève du domaine des valeur et de la morale. ... le progrès technique n'est pas forcément un progrès moral, souvent c'est l'inverse.

absent
07/05/2014, 04h28
LOVE ALGERIA
Si je peux comprendre l'IVG dans des cas de grossesses "non désirées" (terme très moche) tels que le viol ou l'handicap majeur non viable, je ne peux pas en tant qu'humain approuver l'IVG sans conditions. Le choix se fait avant la fécondation, une fois que l'embryon est là c'est trop tard pour "avoir envie" ou non

dans l'expression ''grossesse non désirée" il y a le terme désir. une société libertaire est régie par le désir, les progrès technique, économique et social ont pour seul but de satisfaire les désirs des citoyens consommateurs. c'est ça une société de consommation. c'est ça prendre la vie coté plaisir.

la différence entre la liberté la vraie et le libertinage c'est la notion de responsabilité et d'indépendance. un homme libre c'est un homme qui sait dire non à la tentation. si nous prenons la définition philosophique de l'autonomie : " En philosophie morale, l’autonomie (du grec αὐτονομία, autonomia) est la faculté d'agir par soi-même en se donnant ses propres règles de conduite, sa propre loi. L'autonomie est synonyme de liberté, elle se caractérise par la capacité à choisir de son propre chef sans se laisser dominer par certaines tendances naturelles ou collectives, ni se laisser dominer de façon servile par une autorité extérieure ". nous remarquerons que la liberté signifie surtout l'émancipation de la domination naturelle et collective. or le libertinage tel que nous le vivons, c'est tout le contraire c'est une forme de servilité à une société libertaire et aux désirs les plus naturels.


il s'agit avant tout d'un débat idéologique.

Risk
07/05/2014, 11h39
on ne peut pas trancher la question, tant elle sucite les passions, je formulerai cependant quelques remarques, quelques doutes et intérrogations sur le sujet, qui font que je ne peux pas me positionner clairement en faveur d'un coté ou de l'autre.

1- ne vaut-il pas mieux, que la grossesse soit interrompu à une phase très précoce (avant que le bébé ne soit formé, et devienne Humain) que de retrouver des bébés dans des canivot, dans des poubelles, ou confiés aux aides sociales, ou grandir dans une famille qui lui fera vivre un enfer et détruira toute les chances qu'il devienne un adulte qui peut affronter la vie car bien préparé pour ca?

2- quel droit prime? est-ce celui de la maman, qui peut prévaloir son droit de décider et de disposer de son propre corps, ou bien celui de la société morale, qui lui interdirait de mettre un terme à une grossesses non voulue?

3- favoriser la démocratisation des moyens de contracéption, n'aurait-il pas pour conséquence de banaliser les avortements, la débauche qui d'un point de vue religieux est défini comme des rapports sexuels hors mariage entre adultes consentants? même si des lois pourraient voir le jour dans le but d'encadrer ces pratiques, rien ne garanti qu'elles parviendront à le faire, surtout dans une société qui peine à faire respecter la loi.

4- est-ce qu'un avortement est un meurtre, avorter et mettre terme à une vie sont-ils sonynymes?

d'un coté, on ne peut pas mettre fin à ce qui n'a jamais commencé, il est donc clair que la vie ne commence à prendre forme au sein de l'utérus qu'à partir d'une certaine période suivant la fécondation. et si on veut bien considérer l'avortement comme une mise à mort d'un être vivant même si celui ci intérvient avant que le bébé ne devienne concrétement un bébé, alors la contracéption aussi serait un meurtre vu que si cette dernière n'avait pas eu lieu, un bébé aurait probabelement pu exister.

de l'autre, empécher ce qui devait être en bonne connaissance de cause et de conséquence c'est être Réponsable.

absent
07/05/2014, 13h15
Sa7a Risk ça va?

on ne peut pas trancher la question, tant elle sucite les passions

le choix au niveau personnel personne ne peut le discuter, chacun doit assumer ses choix qu'ils soit bons ou mauvais. mais sur le plan des idées, la question est quasi tranchée, il s'agit de modèle de société, soit libéral ou religieux. le droit d'avortement, les moyens de contraception, le bikini, le droit de la femme de disposer de son corps ... tout cela est venu suite à la libération sexuelle. on ne peut pas se dire religieux et accepter ces concepts ultra libéraux. on ne peut pas être une chose et son contraire. sauf si on le fait par faiblesse et admettre son tord, là c'est autre chose. dans une société de consommation et de désir (pas uniquement charnel) je comprends tout a fait qu'il y ait des lois permettant aux femmes de recourir à ce genre de solutions. mais dans une société dite musulmane ça n'a aucun sens.

Risk
07/05/2014, 13h34
saha Cne, labés l'hamdoullah ^^

oui, je ne fais en fait qu'éssayer de réunir un maximum d'intérrogations que pourraient avoir les uns et les autres (religieux ou libéraux)

absent
07/05/2014, 13h51
Risk
et t'as très bien synthétisé la situation ;)

Frieda
07/05/2014, 16h12
3- favoriser la démocratisation des moyens de contracéption, n'aurait-il pas pour conséquence de banaliser les avortements, la débauche qui d'un point de vue religieux est défini comme des rapports sexuels hors mariage entre adultes consentants? même si des lois pourraient voir le jour dans le but d'encadrer ces pratiques, rien ne garanti qu'elles parviendront à le faire, surtout dans une société qui peine à faire respecter la loi.

e droit à l' avortement n est pas un moyen de contraception ! Loin de là !
Par contre EDUQUER et RESPONSABILISER c est une nécessité pour éviter d en arriver à la grossesse non voulue.
l education sexuelle, et la diffusion des informations sur les contraceptions existantes et les risques d un rapport non protégé sont des bases pour eduquer et eviter les drames existants.
chacun voit midi à sa porte, et consomme comme il l entend : mais que ce soit fait en connaissances de causes à effets....
Mieux vaut prevenir que guerrir

absent
07/05/2014, 19h18
oui NB on est au 21 siècle le siècle ou tout devrait être permis au nom d'une pseudo modernité et ou il suffit que le produit ait un code barre et une étiquette made in occident pour qu'il soit pris pour un "verset" a ne surtout pas discuter sous peine de passer pour un arriérer .. les occidentaux sur le plan sociétale son entrain de se préparer a faire le "grand plongeant" je me demande si vous allez suivre aussi :22:

a lire certains on croirait que tout ces bébé jeté dans les poubelles son issu de viole alors que ces derniers ne constitue en réalité qu'une infime partie .. d'autre préconisent clairement l'avortement comme si la tare était dans le fait de s'abstenir ou de se marier et non de s'adonner a des relations contraire a la religion a la moral au valeurs et même au lois .. depuis quand guéri on un mal par un autre ? depuis quand impose on un mal comme étant un choix individuel a respecter ? je ne sais pas si certains arrivent a peser la porté de la légalisation d'un telle acte sur le reste des phénomènes ou pas .. demain ca sera quoi ? la liberté de le faire avec qui ca veut toujours sous la "bannière" de la pseudo liberté sexuel et du corps logique me diriez vous si ca a le droit d'avorter qui est moindre comme mal... et ainsi de suite ... mais c'est vrai que le monde marche a l'envers de nos jours .. je viens de lire que les japonnais le peuple le plus travailleur et le plus intelligent vient d'avoir des papillons mutant on devrait avoir les notre aussi faut bien suivre le "rythme" pi 21 siècle oblige hein !! ... :mrgreen:

nassim
07/05/2014, 23h38
...de valeurs arriérés et arbitraires sont passés au 19-20-21ème siècle à la liberté à outrance et aux révolutions des droits de l'homme.
Tu sembles parler des droits de l'homme comme si c'était une "mauvaise chose"! Or, ce sont les pays qui offrent le plus de droits à leur citoyens qui se portent le mieux. Il n'y a qu'à voir les différents classements mondiaux. Les pays nordiques (meilleurs dans les droits de l'homme) sont toujours au sommet des classements.

PAR CONTRE discuter de l'avortement dans les cas d'exception où c'est un BESOIN nécessaire
Tu crois que les femmes qui avortent le font sur un coup de tête?! La décision de mettre un terme à la grossesse est forcément profondément réfléchie.

Comme je l'ai souligné plus haut, beaucoup de gens qui s'opposent au droit à l'avortement ne sont pas cohérents dans leur opposition à l'avortement: ils s'opposent à ce qu'une femme avorte pour mettre fin à sa grossesse vraiment non désirée sous prétexte que l'embryon est une "personne", mais n'hésiteraient pas une seconde à exiger que leur fille victime d'un inceste ou d'un viol bénéficie d'un avortement légal et sûr.


cette idéologie libertaire et féministe (le droit de la femme de disposer de son corps) a eu des conséquences destructrices sur les sociétés occidentales
C'est pour cela que tu vis dans une "société occidentale"?! Peux-tu nous citer quelques exemples de ces "conséquences désastreuses"?

Je peux te citer un seul exemple qui dément totalement ton affirmation: dans le classement discuté dans ce topic (http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=318743), les pays les mieux classés en terme d'environnement favorable aux mères sont tous des pays où l'avortement est légal. Concrètement, le droit à l'avortement n'a eu aucune conséquence désastreuse sur les pays avancés.

PremierJour
07/05/2014, 23h43
les pays les mieux classés en terme d'environnement favorable aux mères sont tous des pays où l'avortement est légal.


Nassim , Il me semble que comparer des sociétés complètement différentes sur le plan économique , social , politique et environnemental
et conclure à la fin que la femme dans un ou plusieurs de ces pays est épanouie car elle a accès à l'avortement est loin d'être Objectif

nassim
08/05/2014, 00h08
conclure à la fin que la femme dans un ou plusieurs de ces pays est épanouie car elle a accès à l'avortement est loin d'être Objectif
Tu n'as pas saisi mon message! Ce n'est pas ce que je disais. Je disais que les pays qui ont accordé le droit à l'avortement aux femmes n'ont pas connu les "conséquences désastreuses" que prédisaient les opposants à l'avortement. Concrètement, le droit à l'avortement est un peu une évolution naturelle dans une société centrée sur les sciences et sur un plus grand respect des droits fondamentaux des citoyens.

AS-DE-PIQUE
08/05/2014, 00h46
Tite fée:

Y' en a qui préfèrent trouver des bébés dans les poubelles.

Personne n'a dit ça. L'Etat prévoit des établissements pour accueillir ces enfants. Combien meme, il existe des parents stériles qui les adoptent et s'en occupe trés bien.

N'allons pas extrapoler.

Et les enfants malheureux, on en sait rien. Parfois le destin d'un enfant né sous X est plus heureux qu'un enfant né et vécu avec les deux parents.

Encore une fois on ne décide pas sur des suppositions.

Nassim,

Pendant les premières semaines, il ne s'agit pas vraiment d'une "personne" mais d'un embryon

Je ne parle pas de personne mais d'un droit à la vie. Un embryon est potentiellement un etre humain. Faire le choix d'en décider autrement, est en quelque sorte décider d'enlever une chance de vie. Dans la philosophie du droit, hoter une vie en tuant une personne vivante par ex ou décider de ne pas lui offrir la vie en interrompant sa grossesse , l'élément moral (l'intention) est le meme. c'est considéré comme un acte dit positif, volontaire et prémédité qui concerne le droit à la vie, l'un des droits fondamentaux.

Pendant ces semaines, je pense que c'est à la femme de décider si elle veut poursuivre la grossesse et l'Etat n'a pas le droit de la forcer à poursuivre la grossesse si elle ne le veut vraiment pas.


Je ne suis pas d'accord, même si la religion l'autorise, je crois.

Je pense que quelque soit le contexte de ce choix, c'est un choix égoiste. Pour moi, une grossesse saine, et sans risque doit etre menée à terme. Et décider de la meilleure perspective pour le bébé par la suite.

Car dès qu'on est enceinte, il ne s'agit plus que de sa propre personne, mais d'une décision qui implique le sort et la vie d'un potentiel autre, et on ne peut pas s'octroyer le droit de décider pour deux.

Dis toi bien que parfois, mener sa grossesse a terme et placer l'enfant est moins lourd que la culpabilité de l'avortement qu'on traînerait toute une vie. Des regret du genre "Que serait il devenu?" ou plus personnels tels que "Aurai je la chance de retomber enceinte? et de mettre au monde un enfant"

Aussi, il y a une faille dans l'approche que tu défends. Si tu considères que l'embryon a les même droits qu'une personne, il serait aussi immoral d'avorter dans les cas de viol et d'inceste puisque l'embryon est totalement innocent.

En cas de viol, je crois bien que le traumatisme initial sera bel et bien ancré. Un avortement rajouterai plus de culpabilité...

Par ailleurs, je crois bien que l'Etat a autorisé l'avortement des femmes violées lors de la décennie noire en cas exceptionnel ( a vérifier). Je le cite, je ne le cautionne pas forcement.


D'où la question: combien de personnes forceront leur fille de 13 ou 15 ans , tombée enceinte suite à un viol ou un inceste, à mener leur grossesse à terme et à avoir le bébé issu du viol ou de l'inceste?

Le plus probable est que la majorité des gens opposés à l'avortement exigeront que l'Etat accorde à leur fille le droit d'avorter dans des conditions sûres!

Ayant vu passer des cas d'inceste, de viol... Je peux te dire franchement que le plus dur dans ces cas là, ce n'est pas la problématique de la vie du bébé. En général, la victime et sa famille sont détruites et chamboulées par l'acte, l annonce de la grossesse et le regard des gens... L'avortement ne va pas tout régler.

Je t'assure que le choix de l'avortement, surtout chez cette catégorie de victime, souvent à l'esprit innocent et affaiblie, est un choix trés lourd à prendre et trés culpabilisant. c'est une autre épreuve à passer pour les parents et la fille. Je vois que le fait de mener la grossesse a terme et placer l'enfant est déjà mieux pour la conscience.

En ce qui concerne l'Etat, ou plutot le législateur, bien sur que dans un tel contexte il est le seul habilité à défendre les droits fondamentaux. La loi au dessus de tous, et pas chacun fait comme bon lui semble. La liberté de tout un chacun doit s'arreter là ou commence celle des autres.

ET... Encore une fois, ceci n'est pas en rapport avec le modernisme ou le siècle dans lequel on vit. c'est une philosophie.

LOVE ALGERIA
08/05/2014, 01h38
Tu sembles parler des droits de l'homme comme si c'était une "mauvaise chose"! Or, ce sont les pays qui offrent le plus de droits à leur citoyens qui se portent le mieux. Il n'y a qu'à voir les différents classements mondiaux. Les pays nordiques (meilleurs dans les droits de l'homme) sont toujours au sommet des classements.
Si tu regardes mon analyse comparative des sociétés dans le message précédent, tu verras que je différencie les véritables droits fondamentaux de l'homme que j'inclus dans des valeurs humaines et qui n'ont pas de début, des pseudo droits de l'homme qui ont découlé du siècle des lumières et des révolutions française et américaine.

Les droits de l'homme ne sont pas la propriété d'une société, au fil du temps il y en a toujours qui les ont respecté plus que d'autres et la roue a tourné, les musulmans ont été au top des droits de l'homme à l'époque prophétique et dans les siècles qui ont suivi jusqu'à la perte de l'Andalousie, le savoir va de pair avec les droits de l'homme car c'est l'ignorance qui les viole. Aujourd'hui l'occident est le leader, ce n'est pas parce que il est moderne (la modernité est un terme creux), mais parce que le savoir de notre époque est majoritairement chez eux.

Oui aux véritables droits de l'homme, non à leur récupération idéologique et à la mode du moment.

Tu crois que les femmes qui avortent le font sur un coup de tête?! La décision de mettre un terme à la grossesse est forcément profondément réfléchie.

Comme je l'ai souligné plus haut, beaucoup de gens qui s'opposent au droit à l'avortement ne sont pas cohérents dans leur opposition à l'avortement: ils s'opposent à ce qu'une femme avorte pour mettre fin à sa grossesse vraiment non désirée sous prétexte que l'embryon est une "personne", mais n'hésiteraient pas une seconde à exiger que leur fille victime d'un inceste ou d'un viol bénéficie d'un avortement légal et sûr.
La question n'est pas de réfléchir ou non, la question est d'avoir une excuse valable pour mettre un terme à une vie réelle ou potentielle.

Il ne faut justement pas attendre d'être dans la subjectivité de choisir pour sa fille et légiférer par l'objectivité de sa raison, à partir de là ton exemple ne tient pas la route, mais si je devais te répondre par rapport à ma fille le viol n'a jamais été de la culpabilité de l'enfant, le père n'est pas le fils et le fils n'est pas le père, je préfèrerais qu'elle le garde, qu'il soit son enfant ou qu'il se fasse adopter c'est son choix mais je n'ai aucune raison de vouloir le tuer parceque "il vient de la mauvaise personne", d'ailleurs si je demandais un avortement parceque ma fille l'a eu avec son consentement hors mariage tu trouverais probablement ça horrible? Et bien je ne le ferais pas, car pour moi les actes sont écœurants mais l'enfant est innocent.

Ceci dit ici je parle de mon avis, je ne suis pas d'accord que la loi suive mon avis subjectif surtout que je ne suis pas la mère et qu'il ne faut pas lui imposer ce qu'elle ne va pas supporter, je préconise que l'on mette sur la table les autorités religieuses, scientifiques et sociales et qu'on discute de la légalité de l'avortement, ses limites, ses conditions, je voudrais que cette commission écoute à la fois la sensibilité féminine à la question et raisonne sur la base des valeurs, mais dans tous les cas je m'oppose en tant que citoyen et en tant qu'algérien et en tant que musulman à une légalisation absolue sans conditions car c'est contre mes valeurs, non on ne tue pas aussi facilement, mais je suis aussi contre une interdiction absolue et stricte sans exception, il faut discuter le projet de loi et les limites.

PremierJour
08/05/2014, 21h30
Concrètement, le droit à l'avortement est un peu une évolution naturelle dans une société centrée sur les sciences et sur un plus grand respect des droits fondamentaux des citoyens.

L'avortement a été légalisé dans les pays où on prône la liberté sexuelle , il fallait bien canaliser les dégâts qui peuvent en découler et maitriser une évolution démographique qui risque d'être économiquement menaçante.
L'avortement " en dehors des cas médicalement indiqués est à mon sens une bonne " invention " occidentale qu'on n'osera jamais critiquer car elle arrange une société matérialiste où la fin justifie les moyens et où le terme "famille " ne fait vibrer aucune fibre affective .

Ce concept " libéraliste" n'ira pas à notre société conservatrice , on n'a pas la plate forme " morale " qui va avec !

nassim
08/05/2014, 23h39
En cas de viol, je crois bien que le traumatisme initial sera bel et bien ancré. Un avortement rajouterai plus de culpabilité...
Par ailleurs, je crois bien que l'Etat a autorisé l'avortement des femmes violées lors de la décennie noire en cas exceptionnel ( a vérifier). Je le cite, je ne le cautionne pas forcement.

Stupéfiant! En tant que femme, t'es opposée à l'avortement même en cas de viol?!


La liberté de tout un chacun doit s'arreter là ou commence celle des autres.
Peux-tu nous expliquer en quoi la décision d'une autre femme de mettre fin à sa grossesse non désirée est-t-il une violation de tes libertés? En t'opposant fermement à la légalisation de l'avortement, c'est plutôt toi qui ne respectes par la liberté des autres femmes d'avoir un plus grand contrôle sur leur corps et leur santé.

à partir de là ton exemple ne tient pas la route
Mon exemple ne tient pas la route?! Biensûr qu'il "tient la route"!
T'affirmes que dans l'hypothèse fictive où ta fille devient enceinte après avoir été violée, tu préférerais qu'elle garde le bébé. Une position qui me semble certainement impossible à tenir dans les conditions réelles. Et si ta fille insistait pour qu'elle avorte, tu préférerais qu'elle ait un avortemt légal ET sûr, ou qu'elle soit forcée à avoir un avortement clandestin et dangereux parceque des fanatiques religieux se sont opposés à la légalisation de l'avortement y compris dans le cas du viol?

Et en parlant de valeurs, la Tunisie est majoritairement musulmane, et pourtant, l'avortement y est légal depuis les années 70 sans que cela n'ait eu de graves conséquences sur la société tunisienne.

L'avortement " en dehors des cas médicalement indiqués est à mon sens une bonne " invention " occidentale qu'on n'osera jamais critiquer
Biensûr que l'avortement est critiqué dans les pays occidentaux! Dans beaucoup de ces pays, il y a des opposants à l'avortement, qui sont plus ou moins minoritaires. Aux Etats-Unis par exemple, près de la moitié de la population est opposée à l'avortement.

Autrement, je pense que tu trompes en liant matérialisme et avortement. Dans les pays nordiques par exemple (Suède...etc), qui sont parmi les pays les plus égalitaires ayant les peuples parmi les plus solidaires du monde, l'avortement est légal depuis des décennies, et cela n'empêche pas les femmes d'y vivre dans les meilleures conditions du monde.

L'opposition à l'avortement est directement liée au conservatisme religieux. Par exemple, les monarchies du Golfe sont des pays religieusement très conservateurs où l'avortement est strictement interdit, et pourtant, ces pays sont beaucoup plus matérialistes que les pays nordiques. Le droit à l'avortement est généralement accordée dans les pays qui respectent les droits de l'homme. Dans l'écrasante majorité des pays musulmans, les citoyens ont peu voire très peu de droits et vivent sous des régimes autoritaires voire dictatoriaux qui exploitent la religion à des fins politiciennes.

AS-DE-PIQUE
09/05/2014, 09h40
Nassim,

Stupéfiant! En tant que femme, t'es opposée à l'avortement même en cas de viol?!

En effet, je suis une femme, mais une défenseuse du droit à la vie avant tout.

Peux-tu nous expliquer en quoi la décision d'une autre femme de mettre fin à sa grossesse non désirée est-t-il une violation de tes libertés?

Bien sur ! Tu ne vois que la liberté de la femme. L'exercice de cette liberté dans ce contexte ci compromet d'autres libertés et droits que toi tu oublies :

- La liberté de procréation : c'est un droit pour le père. Une femme qui décide d'interrompre sa grossesse par sa volonté unilatérale, elle atteint la liberté du père du fait de son droit à la paternité ou plutot à la procréation.

-Le droit à la vie : sans vouloir me répéter, toute grossesse qui ne constitue pas de danger pour la mere ou le bébé, doit etre menée à terme puis offrir la vie, la liberté de vivre.

- La liberté de conscience collective : quand l'avortement se fait dans l'impunité, quand on vit dans une société ou il est prmis à la femme de décider seule du sort d'une vie humaine... un certain modèle de société est imposé. Tout le monde devra assumer ce modèle. Et dans le cas ou ce modèle ne correspond pas à ll'éthique, les traditions, et la religion à la base de cette société, on sera face à une provocation de la conscience collective.

En t'opposant fermement à la légalisation de l'avortement, c'est plutôt toi qui ne respectes par la liberté des autres femmes d'avoir un plus grand contrôle sur leur corps et leur santé.

Je suis pour la liberté sexuelle de la femme. Je suis pour l'autonomie de la femme. Je suis pour la liberté de la femme de disposer de son propre corps MAIS! Il y a un mais... A mon sens, la femme est libre de disposer de son propre corps tant que cela ne concerne qu'elle même, mais pas dans le contexte de l'IVG ou ca implique une vie potentielle. Là sa liberté doit etre limitée.

Dans le contexte d'une IVG, je défendrai les intérets de la femme que si la grossesse constitue un danger pour sa santé.

En gros, dans l'idée générale, JE SUIS POUR LE DROIT A LA VIE. Le droit a la vie est pour moi un droit fondamental et qui se place au dessus de toute autre liberté secondaire (liberté psychique de la femme suite à un viol y compris). Sauf quand le droit à la vie d'un bébé s'affronte au droit à la vie de la mère (grossesse dangereuse pour la mere) je suis d'avis que la vie de la mere passe avant et je peux concevoir l’interruption de grossesse.

Je pense que ma position est claire depuis toujours. Je pense qu'une personne quellequ'elle soit n'a pas le droit de décider de la vie d'une autre. C'est d'ailleurs sur cette base que je suis contre la peine de mort et j'ai déjà eu l'occasion de l'afficher ici.

Swel
09/05/2014, 10h40
En cas de viol, je crois bien que le traumatisme initial sera bel et bien ancré. Un avortement rajouterai plus de culpabilité...
C'est incroyable de lire ça, c'est une méconnaissance totale du sujet et de la condition de la femme. Vous êtes sûre de comprendre la gravité d'un viol et le fait de porter l'enfant de son violeur?

Une femme qui décide d'interrompre sa grossesse par sa volonté unilatérale, elle atteint la liberté du père du fait de son droit à la paternité ou plutot à la procréation.
ça s'applique aussi pour le violeur? Vous pensez que les violeurs reconnaissent leurs progéniture? Qu'ils s'en occuperont un jour? L'enfant sera accepté dans la société?
Mettez vous à la place de cette femme, comment serait votre vie avec la famille, au boulot, comment cet enfant sera perçu?

Je suis horrifiée par de tels propos, je regrette d'avoir parcouru ce topic. Je continuerai plus tard, là je suis profondément dégoutée.

AS-DE-PIQUE
09/05/2014, 13h31
Swel,

ça s'applique aussi pour le violeur? Vous pensez que les violeurs reconnaissent leurs progéniture? Qu'ils s'en occuperont un jour? L'enfant sera accepté dans la société?
Mettez vous à la place de cette femme, comment serait votre vie avec la famille, au boulot, comment cet enfant sera perçu?
.

Non je parlais du contexte général. Pas du viole là. Il etait question des libertés atteintes par l'IVG en general. Relis bien.

C'est incroyable de lire ça, c'est une méconnaissance totale du sujet et de la condition de la femme. Vous êtes sûre de comprendre la gravité d'un viol et le fait de porter l'enfant de son violeur?
.

Je ne connais pas la condition de la femme? Et tu l'affirme en plus! Et toi tu me connais pour dire ca?

Eclaire moi sur la gravité de porter l'enfant du violeur... Construis moi des phrases complètes la dessus et je te répondrai...

Swel
09/05/2014, 13h58
Je vous demande juste de prendre le temps de penser à la vie d'une femme violée..

SwanLake
09/05/2014, 13h58
autrement dit permettre voire encourager la débauche


les filles et femmes qui ont recours à l'avortement sont aussi des filles et des femmes violées au sein même de leur famille ou voisinage et quand dans bien des cas on garde l'enfant, on le fait passer pour l'enfant de la mère pour éviter la honte.

nassim
09/05/2014, 15h42
En effet, je suis une femme, mais une défenseuse du droit à la vie avant tout.
Je t'avoue que j'ai des doutes à ce sujet tant je trouve incroyable qu'une femme puisse s'opposer au droit à l'avortement d'une femme violée. Tu dois être l'une des très rares femmes du monde à défendre une telle position stupéfiante que le commun des mortels (y compris des croyants) considéreront scandaleuse et inhumaine!


La liberté de procréation : c'est un droit pour le père.
Tu n'as pas compris ce qu'est "la liberté de procréation". Cette liberté est accordée à la femme et non à l'homme. Et pour cause, c'est la femme qui tombe enceinte et assume une grossesse de 9 mois, et non l'homme! A travers cette liberté, il est question pour la femme d'avoir un contrôle total sur son corps et de décider si elle est prête pour une grossesse ou si elle veut être enceinte, la mener à terme...etc.

AS-DE-PIQUE
09/05/2014, 18h09
Swel,

Je pense etre bien placée pour rencontrer des femmes violées et les défendre assez souvent. Merci.


Nassim,

A ta guise. On va appeler ca le droit à la paternité alors.


Bref,
Pour ne pas réorienter le sujet vers la femme violée. Il s'agit pas de ce qu'elle ressent en tant que victime, ou pas. Il s'agit du bébé qu'elle porte, et ma position est claire. Pour moi le viol est un crime subi par la femme, interrompre sa grossesse après un viol est aussi un crime mais commis par la femme contre une vie innocente.

L'IVG ne va pas annuler le viol ...

Je suis une femme et je prends aucun parti. Je traite le sujet objectivement .

nassim
09/05/2014, 18h34
interrompre sa grossesse après un viol est aussi un crime mais commis par la femme contre une vie innocente.
Je suis une femme et je prends aucun parti. Je traite le sujet objectivement.
Non seulement ta conception de la vie humaine est erronée (la femme n'est pas une chèvre), mais en plus, je ne vois aucune objectivité dans ton approche sur l'avortement.

Primo, ce n'est pas parcequ'un ovule a été fécondé que la femme doit être forcée de mener la grossesse à son terme. C'est à elle, et à elle seule, de décider si elle veut mener la grossesse à terme selon ses propres raisons (grossesse accidentelle vraiment non désirée/plannifiée suite à un rapport non protégé, inceste, viol...etc).

Secundo, tu dis que t'es opposée à l'avortement même en cas de viol, mais en réalité, si tu faisais face à une situation de viol, tu serais LA PREMIERE à exiger un avortement!

La question du droit à l'avortement est aussi une question d'empathie. Pousser des femmes vulnérables à choisir la voie dangereuse des avortements clandestins en étant fermement opposé à la légalisation de l'avortement (réglementé (jusqu'à 12 semaines par exemple)), c'est être sans insensible aux souffrances de ces femmes.

PremierJour
09/05/2014, 18h50
je pense que tu trompes en liant matérialisme et avortement.

Je ne parle pas du matérialisme dans sa définition ethmologique mais plutôt philosophique et je me le permets etant donné que le contexte s'y prête .
En occident ,le matériel est la seule réalité , l'enfant n'est reconnu qu' à partir du moment où on entend son premier cri Contrairement à l'islam qui le reconnait avant en tant qu'"âme " et défend son droit d'exister et de vivre sauf force majeur

Pour une maman ou une société non religieuse , tuer un embryon "un être inexistant" n'a rien de criminel , on maquille même cet acte et on prétend qu'il est source d'épanouissement ...

L'opposition à l'avortement est directement liée au conservatisme religieuxJe sais que l'aspect religieux de l'avortement n'est pas le sujet principal du topic mais Je ne peux m'empêcher de parler en tant que musulmane , Après tout il m'est difficile de me mettre dans la peau d'une non musulmane et émettre une opinion purement matérialiste .

Le droit à l'avortement est généralement accordée dans les pays qui respectent les droits de l'hommeJe dirai que le droit à l'avortement est accordé dans les pays qui ne respectent pas les droits de l' âme dont ils nient l'existence

nassim
09/05/2014, 18h58
Je ne peux m'empêcher de parler en tant que musulmane
Tu peux être opposée à l'avortement pour des raisons religieuses, sans pour autant être opposée à la légalisation de l'avortement. Il ne faut pas oublier qu'on parle ici du "droit à l'avortement", et non de "l'obligation de l'avortement". Personne n'oblige personne à avorter. Il s'agit ici d'un droit et non d'un devoir. Quant à la religion et l'au delà, chacun sa tombe, n'est-ce pas?!

Un peu comme tu peux être opposée aux relations sexuelles hors mariage sans être favorable aux châtiments corporels (coups de fouet, lapidation...etc) prescrits par le Coran/Hadith pour ce genre de relations.

AS-DE-PIQUE
09/05/2014, 19h00
Nassim,

Alors comme ca, je prends les femmes poyr des chevres, j'ai une conception erronée de la vie humaine, je ne fais pas face à des femmes violées et je suis pour l'avortement clandestin ...? Eh bein puisque c'est toi qui le dis..:rolleyes:

Pour toi il ne s'agit que d'une ovule fécondée... Je vois les choses autrement. Je suis fondamentalement et idéologiquement contre. Je ne force personne moi!

PremierJour
09/05/2014, 19h10
Tu peux être opposée à l'avortement pour des raisons religieuses, sans pour autant être opposée à la légalisation de l'avortement.

En dehors du droit à l'avortement en cas de maladie, Il ya une seule situation qui me ferait réfléchir si un jour on me demandait mon avis : l'avortement en cas de viol
pour les autres situations , hélas je reste " insensible " à toutes les excuses qu'avancerait une demandeuse d'avortement ,je pars du principe qu'un adulte doit assumer ses actes et qu'il n'a nullement le droit de tuer un embryon innocent .

SwanLake
09/05/2014, 19h21
Il existera partout dans le monde des avortements clandestins, pratiqués dans des lieux insalubres avec toutes les conséquences que l'on connait.

en dehors de toutes les considérations éthiques ou religieuses, il est préférable de les pratiquer dans des lieux de soins digne de ce nom.

les conséquences désastreuses, sur le moral et la santé de ces filles et femmes qui ont subies d'une part des grossesses non désirées(je pense notament au viol ou tout simplement à des accidents de parcours) sont assez conséquentes pour que ces avortements continuent de se pratiquer dans l'ombre.

je ne connais pas le nombre d'avortement qui se pratiquent actuellement dans les hôpitaux, mais on doit être très loin de la réalité.

Une éducation à la sexualité très tôt est nécessaire, il y a encore, partout, trop de mythes et de méconnaissance sur ces sujets.

Une société qui se soucie de l'éducation et de l'instruction de sa jeunesse doit aussi intégrer sans tabou ses sujets, sinon c'est la réalité qui te l'enseigne.

la liberté sexuelle des pays occidentaux, ne veut pas seulement dire partenaire multiple, elle veut aussi dire épanouissement sexuel sans crainte d'être enceinte à chaque rapport. Elle a été gagné difficilement, mais à libérer la femme de cette angoisse permanente par la prise ou l'utilisation de contraceptif d'une part et la légalisation de l'avortement d'autre part.

Il ne faut pas croire non plus, qu'il est fait de manière automatique, et systématique, une éducation l'accompagne et tout est fait pour conserver l'enfant.

Néo
09/05/2014, 22h08
Ce genre de fait divers devient de plus en plus fréquent en Algerie
Et cela est très inquiétant..

nassim
10/05/2014, 00h04
je suis pour l'avortement clandestin
En étant fermement opposée à la légalisation de l'avortement, tu condamnes ces femmes à la seule option qui leur reste: l'avortement clandestin et dangereux.

je prends les femmes poyr des chevres
Biensûr. Du moment que tu considères que tout ovule fécondé est une personne dont la vie doit être absolument protégée peu importe le contexte de la fécondation (accidentelle (rapport non protégé), par contrainte (viol...etc), tu sembles considérer la femme comme un "animal" qui doit obligatoirement donner naissance à chaque fécondation!

je pars du principe qu'un adulte doit assumer ses actes
Une femme violée ou victime d'un inceste doit aussi assumer sa grossesse et être forcée à avoir l'enfant issu d'un viol ou d'un inceste?!

Ton approche ainsi que celle de la majorité des opposants à la légalisation de l'avortement semble être celle du "châtiment" et de la "vengeance" et peut être résumée ainsi: "La femme doit être punie en étant forcée à assumer une grossesse qu'elle ne désire pas parcequ'elle a commis une "faute" ou un "péché" (rapport sexuel non protégé et/ou hors mariage...etc)!"

Concrètement, les opposants à la légalisation de l'avortement préfèrent détruire des vies et des familles (le processus lié à l'avortement clandestin peut se révéler destructeur voire fatal pour la fille/femme enceinte et sa famille) sous prétexte d'être attaché à la vie d'un embryon qui n'est même pas encore une "personne réelle"!

Cookies