PDA

Voir la version complète : Un réseau d’avortement clandestin démantelé à Mascara


Page : 1 2 [3] 4

LOVE ALGERIA
10/05/2014, 01h20
@ Nassim

J'ai dis et répété que je voulais une législation concernant l'avortement pour en finir avec la clandestinité mais tu fais mine de ne pas le voir, SEULEMENT comme t'ont dit les autres femmes ici, on n'avorte pas quand on veut! Que le législateur s'asseoit à la table de la société et discute les cas qu'il faut encadrer et ceux qu'il faut interdire, les limites etc...

Mais oui nous sommes musulmans et l'Islam donne un cadre tout à fait équitable et juste si on l'étudie, nous sommes aussi humains et autant tu sembles chevaleresque sur le droit de la femme (au point de critiquer les femmes "contre") mais très peu regardant sur la valeur de l'embryon (qui est bien une vie humaine), autant ta position ressemble à la situation inverse d'un homme qui ne s'occupe que de la vie du fœtus et s'en fiche du droit de la femme. Ce sont deux positions extrêmes qui ne se préoccupent pas de chercher un juste milieu qui représenterait la parfaite justice pour tout le monde.

La position qu'on accepte est de dire non on n'avorte pas quand on veut et pour n'importe quelle raison (protection du fœtus) mais dans certains cas le choix de la mère prime et dépasse toute éthique et toute norme (droit absolu de la mère à vivre dignement) et ce que la société Algérienne doit définir, c'est quels sont ces cas où la poursuite de la grossesse devient un fardeau pour une mère responsable au point où la vie de l'enfant ne compte plus suffisamment, là il faut questionner les femmes d'abord, et les experts en sciences religieuses et en sciences juridiques ensuite.

Le type de société libérale ou libertaire que tu proposes a été expérimentée chez les donneurs de leçon, et ça a donné des cas où des jeunes adolescentes irresponsables avortaient par peur du regard, par manque de moyens ou autre....et parfois certaines témoignaient d'un profond regret plus tard une fois qu'elles murissent. Nous ne pouvons pas accepter ça!

nassim
10/05/2014, 12h33
J'ai dis et répété que je voulais une législation concernant l'avortement pour en finir avec la clandestinité
Comment vas-tu mettre fin à l'avortement clandestin si t'es opposé à l'écrasante majorité des cas d'avortement (hors cas de viols et danger pour la santé de la mère)?

Pour mettre fin à l'avortement clandestin et au calvaire des femmes et des familles qui le subissent, il n'y a pas de solution miracle, il faut simplement légaliser l'avortement sans exception (par exemple durant les 12 premières semaines) comme l'ont fait de nombreux pays dans le monde, y compris les pays très musulmans que sont la Tunisie et la Turquie.

Ce sont deux positions extrêmes qui ne se préoccupent pas de chercher un juste milieu qui représenterait la parfaite justice pour tout le monde.
Ta comparaison est erronée. Il est faux de dire que l'approche qui consiste à offrir aux femmes un plus grand contrôle sur leur corps et leur santé (C'est la femme qui décide de ce qui lui convient en terme de procréation) et celle qui consiste à refuser ce droit aux femmes sont deux approches similaires. Offrir plus de droits aux femmes n'est certainement pas similaire à les leur refuser.

Autrement, légiférer en se basant exclusivement sur la religion est justement ce qui a créé ce problème et pousse des milliers de femmes algériennes à choisir chaque année la voie dangereuse des avortements clandestins. Si ça ne tenait qu'aux imams et autres "experts religieux", les femmes qui commettent des "péchés" (fornication, adultère....etc) seraient fouettées et lapidées sur la place publique.

Le législateur doit se baser sur la réalité du terrain (de nombreuses femmes algériennes tentent chaque année de mettre fin à leur grossesse non désirée via des avortements clandestins) et chercher une solution réaliste qui met la protection de la santé de la femme (y compris sa santé mentale) au centre de la loi. Et sur ce point, l'Algérie n'a pas à réinventer la roue. Il lui suffit de s'inspirer de son voisin tunisien en particulier et du reste du monde en général pour mettre fin au terrible calvaire que vivent les femmes/familles forcées de choisir l'option dangereuse des avortements clandestins.

Risk
11/05/2014, 12h24
encore une foi, tout est relatif.

quand pour certains, se positionner contre l'avortement est un crime envers la femme, pour d'autres, se positionner en faveur de l'avortement est un crime contre un bébé, un être faible et sans défense dont le fait de ne pas le voir, participe à le rendre moins ... humain, et donc, on se réconforte en se disant qau'on n'a pas tué un être humain, mais un embrillon... sauf que cet embrillon allait très propabelement devenir un bébé, qui lui même serait devenu un enfant.

c'est ce qu'on appel déffendre une vie.

ne pas soutenir l'avortement ce n'ets pas soutenir l'abandon de nourrissons dans les chiottes, être contre l'avortement ce n'est pas être contre le droit de la femme à disposer de son propre corps, étant donné que dans toute les sociétés cifilizi, l'etat considère les enfants comme leur propriété... dans le notre, l'état peut considérer que les futures hommes et femme que l'acte de leur hoter la vie qui est synonyme de celui de "leur interdire" "les empécher" de vivre, et c'est très exactement ce que le mot tuer sinifie...mettre un terme à la VIE de quelqu'un est un crime.

le meurtre aussi se fait de façon clandéstine la plus part du temps, d'un certain point de vue les deux choses sont comparables, c'est comme si vous disiez : si vous ne permettez pas aux gens d'assassiner tel ou tel, ils le feronts clandéstinement. à la différence près que l'état embrillonnaire du bébé permet à certains d'accépter mieux cette idée, et de la relativiser pour en faire quelque chose d'accéptable ... one ne tue pas un être humain, quelqu'un qui joue au foot, qui danse et qui porte des Jeans, on enlève quelque chose ... de minuscule, invisible du ventre d'une femme qui n'en veut pas!

ca, c'ets de l'hypocrisie ... ou je ne m'y connait pas ... ET, je m'y connais!

PremierJour
11/05/2014, 20h36
@ Nassim

Une femme violée ou victime d'un inceste doit aussi assumer sa grossesse et être forcée à avoir l'enfant issu d'un viol ou d'un inceste?!

Nassim , je disais plus haut que c'est la seule circonstance qui me ferait revenir sur ma position ..Quoi que tuer un innocent me briserait le cœur .
C'est pour ça l'idéal à mes yeux serait de se référer à la position de notre religion la dessus ..


Concrètement, les opposants à la légalisation de l'avortement préfèrent détruire des vies et des familles

Ah bon !!! Garder un enfant issu d'une grossesse non désirée ou non programmée serait pour toi un facteur de destruction de toute une famille !!!
On oublie le cas de viol là , on parle d'une grossesse dans le cadre d'un couple (cad deux personnes consentantes et conscientes ) , En quoi l'arrivée de cet enfant non désiré peut bouleverser toute une famille ? Je ne comprends pas

AS-DE-PIQUE
11/05/2014, 22h36
Nassim,

Biensûr. Du moment que tu considères que tout ovule fécondé est une personne dont la vie doit être absolument protégée
.

J'ai jamais dit qu'un oeuf fécondé est une personne! J'ai dit qu'un oeuf fecondé a un statut juridique et un cadre réglementé surtout dans le cas d'une fecondation artificielle (in vitro) c'est pas rien, et on en fait ce qu'on veut !!. L'oeuf, selon son evolution (vers l'etat embryonnaire, foetus, ...) s'il est viable il acquiert des droits, soit avant meme sa naissance. L'un de ces droits est le droit à la vie! Pour moi c'est sacré et c'est à proteger en effet.

peu importe le contexte de la fécondation (accidentelle (rapport non protégé),
.

L'ivg pour des grossesse indésirées je trouve ca egoiste, que ce soit un caprice ou un accident comme tu dis, à mon sens, ca ne justifie pas une décision de son propre chef d'enlever une chance de vie que le bon dieu a ordonné possible. C'est ce que moi je trouve d'inhumain.

Je pense qu'un rapport sexuel consenti doit etre entierement assumé, quelque soit la conséquence! Encore plus quand il s'agit de vie humaine (potentielle ou réelle). On ne tue pas un futur enfant parce qu'on a oublié de se proteger, ou c'est pas arrivé au bon moment... Ou j'en sais quoi!!!

Ce n'est pas parce que la mere à le pouvoir sur son propre corps qu'elle a la legitimité de decider du sort et de la vie d'une personne à en devenir... Le controle qu'elle peut exercer sur son corps et les decisions qui lui reviennent s'arretent juste quand le rapport sexuel par intention de plaisir devient un rapport reproductif de fait.

par contrainte (viol...etc),

Le viol est une circustance atténuante mais pas justificative selon ma vision des choses.

tu sembles considérer la femme comme un "animal" qui doit obligatoirement donner naissance à chaque fécondation!
.

Non du tout, justement parce que la femme est douée d'intelligeance qu'elle est cappable de considerer l'importance d'une vie. Une chienne qui mangerait ses chiots parcequ'elle a faim, ne me choquerait pas plus qu'une femme enceinte decide en pleine lucidité et complete conscience d'empecher une naissance et une vie future pour un interet personnel.

nassim
12/05/2014, 00h06
c'est ce qu'on appel déffendre une vie.
D'après cette approche, tu devrais donc aussi défendre le droit d'un embryon issu d'un viol puisqu'il est lui aussi un "être faible" et "sans défense". Vas-tu t'opposer au droit à l'avortement d'une jeune fille tombée enceinte après avoir été kidnappée et violée pendant plusieurs semaines par une bande de criminels ou des terroristes?!

Garder un enfant issu d'une grossesse non désirée ou non programmée serait pour toi un facteur de destruction de toute une famille !!!
Oui, potentiellement destructeur de la vie de la femme et de sa famille. On ne parle pas ici forcément des grossesses issues dans le cadre de couples mariés. Il n'y a à ma connaissance pas d'études sur les profils des femmes qui avortent clandestinement en Algérie, mais on peut légitimement penser qu'il s'agit dans la majorité des cas de grossesses survenues suite à des relations hors mariage. Si la fille/femme décide de choisir la voie de l'avortement clandestin, c'est forcément qu'elle est convaincu que mener la grossesse à terme détruirait son "honneur" et/ou son mariage et celui de sa famille.

Prenons un exemple simple: une femme enseignante dans un lycée, mariée à un homme qui l'adore et mère de 3 enfants qui l'adorent, qui tombe enceinte suite à un "coup d'un soir" avec un élève ou un autre prof. Si elle n'avorte pas, elle détruira son "honneur", brisera le coeur de son mari, détruira son mariage, et destabilisera la vie de ses 3 enfants. En ayant le droit à l'avortement, elle évitera tout cela, apprendra sa leçon et reviendra probablement sur la voie de la sagesse.

Le viol est une circustance atténuante mais pas justificative selon ma vision des choses.
Ta façon de minimiser la gravité du viol et de le décrire comme un petit désagrément qui ne justifie pas le droit à l'avortement de la victime du viol me fait dire que tu n'es pas sincère dans tes propos et que si tu faisais face à une situation de viol, tu serais certainement la première à exiger le droit à un avortement légal ET sûr!

AS-DE-PIQUE
12/05/2014, 00h15
Nassim,

En étant fermement opposée à la légalisation de l'avortement, tu condamnes ces femmes à la seule option qui leur reste: l'avortement clandestin et dangereux.
.

Oui, j'ai oublié de donner mon avis sur ca.

Comme, idéologiquement et par principe je ne tolere pas qu'un avortement se fasse dans l'impunité, et comme je soutiens l'idée de le limiter sa pratique legale aux causes thérapeutiques (cas de danger pour la femme ou le bébé), je ne tolere pas non plus qu'il se fasse clandestinement de la meme maniere.

En effet, il faut reflechir à reduire la clandestinité. Mais je ne vois pas la legalisation de l'avortement comme une solution.

Sinon on aurait tendance à legaliser tous les interdits pour empecher le recours a la clandestinité... Que dis tu de legaliser le trafic d'enfants, la gestation par autrui, créer des banques de sperme,... Dans la foulée légaliser la prostitution, le proxénétisme ... Apres tout, il n'est que question d'orufs fécondés, de foeutus, d'enfants, de femmes et des pratiques qui se font dans la clandestinité?!

Si oui, pourquoi ne pas légaliser la consommation et le trafic de drogue, l'euthanasie, l'homosexualité... Au nom de telle ou telle liberté individuelle et contre la clandestinité...

On s'arrêtera où?

Je prefere donc que la solution a la clandestinité soit de combattre la clandestinité. D'un autre coté sensibiliser et responsabiliser.

Ca servira surement a la réduire mais elle existera toujours comme partout.

nassim
12/05/2014, 00h25
Je prefere donc que la solution a la clandestinité soit de combattre la clandestinité.
Stupéfiant comment le fondamentalisme religieux t'as rendu insensible à la souffrance d'autres femmes!

Non seulement t'es opposée à la légalisaiton de l'avortement, mais tu veux aussi combattre l'avortement clandestin et forcer les filles/femmes à tenter des avortements barbares potentiellement mortels chez elles?!

Où est la solidarité féminine?! La solidarité féminine serait-t-elle finalement qu'un mythe?!

AS-DE-PIQUE
12/05/2014, 00h36
Nassim,

Ta façon de minimiser la gravité du viol et de le décrire comme un petit désagrément qui ne justifie pas le droit à l'avortement de la victime du viol me fait dire que tu n'es pas sincère dans tes propos et que si tu faisais face à une situation de viol, tu serais certainement la première à exiger le droit à un avortement légal ET sûr!
.

Je ne minimise pas le viol, j'en parle pas si tu as remarqué. Je parle de l'avortement dans ce contexte.

Tu remets en doute mes expériences personnelles face a des situations de viol. Je ne vais pas tenter de te convaincre du contraire. Tu n'as pas besoin de me croire et je n'ai pas besoin de le démontrer. Je pense avoir expliqué assez la positition que j'ai pu avoir sur le sujet. une position que je pense est objective, argumentée et en en dehors de ma propre personne gagne à etre considérée et comprise. Ne m'accorde aucun credit si tu veux. Je te demande juste de comprendre l'idée.

Pour ce qui est de ma sincerité, encore une fois, ca n'enleverai rien a l'analyse objective du sujet.

AS-DE-PIQUE
12/05/2014, 01h03
Nassim,

Stupéfiant comment le fondamentalisme religieux t'as rendu insensible à la souffrance d'autres femmes!
.

Mon penchant pour le fondamentalisme religieux tu le supposes. Il n'est pas réel.

Non seulement t'es opposée à la légalisaiton de l'avortement, mais tu veux aussi combattre l'avortement clandestin et forcer les filles/femmes de tenter des avortements barbares potentiellement mortels chez elles?!
.

C'est ce qu'on appelle prendre une position. Quand on prend une position c'est jamais à moitié et surtout sache qu'une interdiction de ce genre soit à l'echele de la legislation est faite au nom de l'interet collectif, le modele collectif etc... Le parametre "la fille qui veut avorter seule, qui souffre, qui va se suicider" n'est pas un parametre decisif au point de legaliser une telle pratique.

L'idée est qu'une femme ne doit pas recourir à l'avortement. S'il faut la sensibiliser pour cela. La position est CONTRE et non reflechir à la maniere de l'aider pour.

Si elle le fait par choix individuel, qu'elle mette sa vie en danger en plus de celle de son bébé, en quoi la loi doit en entre responsable?

Où est la solidarité féminine?! La solidarité féminine serait-t-elle finalement qu'un mythe

Je suis une femme. Je ne suis pas insensible de nature si ca t'interesse. La solidarité féminine oui je connais. Par contre...

Je ne tolère pas tout à la femme juste au nom d'une solidarité féminine. J'ai des principe au dessus de mon appartenance au genre féminin.

Si j'existe c'est bien parce qu'une femme m'a mise au monde. (Il faudrait peut etre que je lui temoigne ma gratitude de l'avoir bien voulu, à l'occasion! - ironie-) Je ne conçois pas de decider à mon tour de la naissance d'une eventuel enfant des le moment ou il existera... Je pense que la femme en tant que porteuse de l'enfant ne porte la decision de son devenir.

Aloha
12/05/2014, 06h57
Moi je veux bien que As de pic et bien d'autres femmes et hommes qui ne savent rien sur le sujet me parlent de leur lecture des penseurs (je ne parle pas des fous de dieu) sur la question ... ya bani Adam ...

En dehors des croyances et du malade et voleur FN Legendre qui a volé la découverte d'une femme d'ailleurs pour avoir la gloire des idiots qui pourraient défendre vos opinons en dehors des fous de dieu qui font honte à la création
même de ce dieu pour ceux qui croient ...

Vous devez réfléchir et respecter ceux qui ont écrit et réfléchi en utilisant leurs neurones avant de vous lancer dans un fanatisme de croyances absurde.

Ce que vous défendez c'est la progression de la sauvagerie ni plus ni moins

interdire pour rendre sauvages les algériens encore plus ... il y a déjà des petits algériens qui doivent se vendre à l'étranger ou pour des transplantation d'organes voilà ce que vous voulez ou alors des algériens maudits à la naissance, vous n'avez aucun sens de la brutalité et de la réalité d'une société basée sur l'ignorance et l'impulsivité

Risk
12/05/2014, 08h54
D'après cette approche, tu devrais donc aussi défendre le droit d'un embryon issu d'un viol puisqu'il est lui aussi un "être faible" et "sans défense". Vas-tu t'opposer au droit à l'avortement d'une jeune fille tombée enceinte après avoir été kidnappée et violée pendant plusieurs semaines par une bande de criminels ou des terroristes?!

bonjour Nassim;

OUI.

l'enfant n'est pas résponsable du malheur qu'a subi sa mère, ni des méfaits de son géniteur.

il ne devrait pas payer pour quelque chose qu'il n'a pas fait.

tu joue sur la fibre émotionnelle mon chèr Nassim, le viol est un crime abominable dont je n'ose même pas prétendre comprendre les sequelles laissées sur celle qui en sont victime, le kidnaping la maltraitance ... nous sommes bien d'accord, mais en quoi cela devrait justifier qu'en mette un terme à une vie innocente.

tu es toi même un anti condamnation à mort, tu devrais être en mesure de comprendre khou.

Risk
12/05/2014, 08h58
Moi je veux bien que As de pic et bien d'autres femmes et hommes qui ne savent rien sur le sujet me parlent de leur lecture des penseurs (je ne parle pas des fous de dieu) sur la question ... ya bani Adam ...

bonjour cousin...

pardonne moi mais ... as-tu été violé?

es-tu tombé enceinte malgré toi?

si non, sur quoi te base-tu en affirmant que untel ou untel est mal placé pour contredire et s'opposer à l'avortement?

je veux dire ...et en adoptant ta logique, que toi non plus, tu n'es pas bien placé pour en parler.

Aloha
12/05/2014, 10h01
Bonjour Risk ;)

Je ne veux juste pas que la réflexion humaine d’où qu'elle vienne ne soit insultée

Le savoir, la connaissance, l'argumentation et la rationalité ne sont pas démocratiques ils s'imposent à nous tous, si on veut réellement être loin de la folie

Donc je demande à ceux qui sont contre l'avortement par principe que même la religion interdit car notre religion incite et insiste sur la vraie science et non la science des moujaldates écrits par des théologiens qui ne comprennent rien à rien, de lire et comprendre et en faire pareil et non dire j'aime, j'aime pas

oui je sais assez là dessus pour ne pas être contre l'avortement !

Risk
12/05/2014, 10h14
@Aloha: c'est pas pur humanisme que je défend la vie du bébé en m'opposant à l'avortement :)

Aloha
12/05/2014, 10h47
il y tant de choses ... en tout cas une société basée sur le savoir respecte plus la vie que tous les religieux du monde rassemblés

ici en France on fait des dépistages lorsqu'un fœtus présente une malformation on peut arrêter la grossesse si la maman veut garder le bébé il n'y a pas de problème et si elle ne peut pas il n'y a pas de problème

Interdire les choses c'est bien mais avoir des goujats moralisateurs je dis au diable la religion si c'est elle qui l'interdit

Aloha
12/05/2014, 11h05
je vais te dire une chose : petit j'ai vu mon copain pleurer je l'avais déjà dit un jour sur un topic de morjane :4:
mon copain aimait beaucoup sa soeur ... nous étions petit (7 8 ou 9 ans)
un jour ils l'ont trouvé morte ... elle était très belle peut être elle était enceinte elle ne voulait peut être pas déshonorer la famille

Elle c'est suicidée

je ne sais pas si je peux retrouver le sujet j'avais écrit beaucoup là dessus

C'est juste de la folie !

nassim
12/05/2014, 12h35
Mon penchant pour le fondamentalisme religieux tu le supposes. Il n'est pas réel.
Je ne le suppose pas, c'est toi qui l'a démontré à travers tes propos dans ce topic! S'opposer à l'avortement pour les victimes de viol est typique des fondamentalistes religieux, qu'ils soient Musulmans, Chrétiens, Juifs, Hindous...etc. Voir exemple (vidéo ci-dessous) d'une militante chrétienne opposée comme toi à l'avortement en cas de viol. Cette militante abuse de leçons de morale mais si elle ou sa fille venait à être violée, elle courera à la clinique la plus proche pour demander un avortement d'urgence.

Quand on prend une position c'est jamais à moitié et surtout sache qu'une interdiction de ce genre soit à l'echele de la legislation est faite au nom de l'interet collectif
Tu te trompes. La loi sur l'interdiction de l'avortement est imposée pour le petit peuple endoctriné et réprimé par des politicards qui font dans l'exploitation politicienne de la religion. Si la fille d'un wali, d'un ministre ou d'un général subissait une grossesse vraiment non désirée (inceste, viol, relation hors mariage...etc), cette fille privilégiée bénéficiera tranquillement d'un avortement sûr en France et payé avec l'argent public. C'est seulement le petit peuple qui doit souffrir lorsqu'il doit faire face à une situation de grossesse vraiment non désirée (inceste, viol, relation hors mariage...etc).

L'avortement est généralement interdit dans les pays non démocratiques où les lois ne s'appliquent que contre le petit citoyen et ne touchent pas les "élites".

Le parametre "la fille qui veut avorter seule, qui souffre, qui va se suicider" n'est pas un parametre decisif au point de legaliser une telle pratique.
Le fait que la fille va souffrir et risque de se suicider à cause de sa grossesse n'est pour toi pas un détail important qui oblige à agir en sa faveur?! T'exposes clairement ton insensibilité totale vis-à-vis des filles/femmes forcées de choisir la voie dangereuse des avortements clandestins, et tu dis que tu n'es pas "insensible"?!

tu joue sur la fibre émotionnelle mon chèr Nassim
Certainement pas camarade! Je citais des exemples concrets pour argumenter mon point de vue. Le viol est l'un des exemples les plus frappants qui remet en cause les arguments des opposants à l'avortement et illustre l'intérêt de la légalisation de l'avortement.

Qui osera exiger que sa fille ou sa soeur devenue enceinte après avoir été kidnappée et violée pendant des semaines par des criminels, mène sa grossesse à terme et accepte d'avoir enfant issu d'un viol abominable? Personne, à moins d'être un père ou un frère totalement cinglé.

tu es toi même un anti condamnation à mort, tu devrais être en mesure de comprendre khou.
Je ne suis pas contre la peine de mort, mais contre l'injustice (condamner un innocent). Si une personne commet un crime abominable (par exemple: un homme qui kidnappe, viole et tue une jeune fille) et que la justice prouve sa culpabilité sans le moindre doute, la peine de mort dans ce cas est parfaitement justifiée à mon sens.


237gisTf-9Q

AS-DE-PIQUE
12/05/2014, 18h55
Aloha,

Moi je veux bien que As de pic et bien d'autres femmes et hommes qui ne savent rien sur le sujet me parlent de leur lecture des penseurs (je ne parle pas des fous de dieu) sur la question ... ya bani Adam ...
.

:mrgreen: merci je suis flattée du fait que tu crois que ce que j'écris appartient à un des penseurs que j'aurai pu lire. Eh bein, il se trouve que je sais tres bien de quoi je parle et tout ce que j'avance reflete une position personnelle.

Par contre ma position se trouve etre a peu pres celle de la legislation en vigueur...

Nassim,

Je ne le suppose pas, c'est toi qui l'a démontré à travers tes propos dans ce topic! S'opposer à l'avortement pour les victimes de viol est typique des fondamentalistes religieux, qu'ils soient Musulmans, Chrétiens, Juifs, Hindous...etc. Voir exemple (vidéo ci-dessous) d'une militante chrétienne opposée comme toi à l'avortement en cas de viol. Cette militante abuse de leçons de morale mais si elle ou sa fille venait à être violée, elle courera à la clinique la plus proche pour demander un avortement d'urgence.
.


C'est si bizarre qu'on me prenne moi pour une religieuse fondamentaliste :lol:! C'est bien la premiere fois qu'on me le dit!! il a fallu donc que ca se passe sur un forum et que ca vienne de personnes qui ne me connaissent pas.

Je n'ai pourtant pas parlé de religion du tout... J'ignore comment le sujet y est traité exactement par les différentes religions. Une vague idée de ce qui est dit en islam sans plus.

Je parle de libertés, de droits, de législation et d'opinion personnelle sur cette base là.

Pour moi il s'agit plus d'une question philosophique, ideologique... Je ne me suis pas appuyé sur la religion!

Parailleurs, je ne vois pas pourquoi je suis assimilée a cette militante chretienne sur la vidéo.

Beaucoup de militants pour les droits de l'homme sont contre l'avortement. Pourquoi donc croire que quiconque contre l'avortement le fait par rapport à une religion?!!

Tu te trompes. La loi sur l'interdiction de l'avortement est imposée pour le petit peuple endoctriné et réprimé par des politicards qui font dans l'exploitation politicienne de la religion. Si la fille d'un wali, d'un ministre ou d'un général subissait une grossesse vraiment non désirée (inceste, viol, relation hors mariage...etc), cette fille privilégiée bénéficiera tranquillement d'un avortement sûr en France et payé avec l'argent public. C'est seulement le petit peuple qui doit souffrir lorsqu'il doit faire face à une situation de grossesse vraiment non désirée (inceste, viol, relation hors mariage...etc).
.

C'est un autre débat.

Aloha
12/05/2014, 19h47
Bonsoir As de Pic :4:

la législation en vigueur encourage l’hypocrisie et montre la femme du doigt par rapport à l'homme ce qui est injuste nous ne sommes pas des animaux

La femme doit avoir le choix et non être contrainte à ce que le la société qui s'en fou d'elle (en passant et veut qu'elle soit soumise à l'homme) pour son plaisir hypocrite la laisser soit aller dans cliniques de charlatans soit l'hiniber dans son corps jusqu'à effacer tout ce qui fait sa féminité

Le choix doit être permis par la loi en Tunisie c'est le cas les femmes maitrisent bien la situation ou maitrisaient la situation je ne sais pas maintenant car les fous de dieu et les moralistes inutiles sont de retour

AS-DE-PIQUE
12/05/2014, 20h14
Aloha,

Et le petit etre dans son ventre, lui?

Aloha
12/05/2014, 20h52
il faut respecter sa maman d'abord , l'aider, la choyer comme une princesse avec ou sans bébé d'abord lui donner le choix c'est elle qui va le porter, son état mental physique et émotionnel influe irréversiblement sur le développement de ce nouveau né ce renouveau ...

oui je veux bien que l'on s'inquiète pour ce petit être qui est dans le ventre mais vraiment et non idéologiquement et puis on s'en lave les mains ...

Sinon c'est facile très facile de se donner une bonne conscience et voir des enfants avec leur maman dans les rues d'Alger mendier lorsqu'elle n'est pas prise de force encore pour d'autres rapports sexuels par des individus frustrés par l'interdit la promiscuité et la misère sexuelle et le rapport hommes femmes qui devient presque surréaliste qui sont sont capables de la violer encore et la mettre encore devant le même calvaire oui je veux bien que les moralisateurs m'expliquent comment font certains hommes chez nous lorsqu'ils voient une femme toute seule près d'un bois ou autre

oui mais si la maman n'en veut pas ne peut pas pour une raison ou une autre, la loi doit absolument le protéger et la protéger ... paradoxalement en permettant d'aider lorsque la grossesse présente un danger pour lui ou pour sa maman. Si l'avortement, les contraceptif et surtout l'éducation sexuelle sont institués, les cas graves pourraient être évités souvent cela se passe avant la différentiation cellulaire c'est à dire lorsque les cellules ne sont encore qu'une multitudes de cellules
En général ce n'est pas facile il faut un suivie psychologie rationnel et responsable

Tout ça pour vous dire que le problème est vraiment ailleurs il faut cesser sortir des slogans alors que la réalité et la brutalité de la société témoigne tous les jours d'un bon sens perdu probablement à jamais

Et ce ne sont surtout pas les malades et fous de dieu gallek musulman qui viendraient moraliser les meurs ... ils ont égorgé des enfants qui etaient près de leur mamans

Donc ça suffit il faut arrêter l’hypocrisie et encadrer et protéger les personnes dans l'égalité et la légalité et non avec les pseudo principes religieux de l'interdit ... bientôt le pays sera 50 60 millions

Aloha
12/05/2014, 21h33
As de pic j'espère vraiment que je ne t'ai pas choqué

il faut tout faire pour informer expliquer aux filles aux garçons et dès le jeune age que le rapport sexuel peut entrainer des choses irréversibles qu'il faut se protéger protéger son amour à l'autre s'assurer que l'autre a des sentiments pour nous ... car ce n'est pas facile ...

Dire que c'est interdit et puis penser qu'il vont le respecter c'est une hypocrisie et c'est envoyer des génération à la sauvagerie la plus totale

Dire que c'est interdit par la religion c'est juste faux dans le temps les filles et les garçons se mariaient tôt ... là ce n'est plus le cas
donc il y a un problème

Les personnes responsables du pays s'en foutent c'est au citoyens d'utiliser leur neuronnes et sans tabous aucun le sex fait partie de la vie mais la vie ne doit pas être cristallisée dessus comme c'est le cas actuellement ... parquer les filles d'un coté et les hommes de l'autre c'est prendre les citoyens pour des animaux incapables de gérer leur pulsions

Il faut une véritable solution et elle n'est surtout pas religieuse
En Iran comme ils sont confrontés au problème ils permettent le mariage le matin et le divorce le soir moyennant une dote (prostitution ? !)
je ne comprends pas trop

une hypocrisie des plus belles

AS-DE-PIQUE
12/05/2014, 22h15
Aloha,

Je vois tres bien. Mais là encore c'est un autre sujet à mon avis.

Aloha
12/05/2014, 22h24
Oui il est tentaculaire

Passe une bonne soirée As de Pic :4:

nassim
12/05/2014, 23h26
Je n'ai pourtant pas parlé de religion du tout
T'as oublié ce que t'as dit plus haut?! Petit rappel dans ton post (http://www.algerie-dz.com/forums/showpost.php?p=4945276&postcount=46) où tu parlais de religion en présentant une notion que tu sembles avoir inventé: "La liberté de conscience collective"!

C'est évident que l'opposition à l'avortement dans le cas du viol trouve son origine dans le fondamentalisme religieux. Tu ne te considères peut être pas comme une fondamentaliste religieuse, mais ton approche vis-à-vis de l'avortement est similaire à celle d'un salafiste et autres fanatiques musulmans à la Ali Benhadj & cie, ou encore les fondamentalistes chrétiens à l'exemple de celle qu'on voit dans la vidéo plus haut. L'opposition à l'avortement y compris dans le cas de viol et d'inceste est un point commun chez les fanatiques religieux des principales religions monothéistes.

Autrement, tu parles beaucoup de "philosophie". Peux-tu nous citer le nom de cette philosophie qui s'oppose à l'avortement dans le cas de viol et force la femme violée à accepter l'enfant issue de viol?!

C'est un autre débat.
C'est exactement le même débat. L'interdiction de l'avortement n'est imposée que pour les pauvres filles/femmes du petit peuple qui doivent souffrir et se ruiner dans le cadre d'avortements clandestins. Les filles/femmes issues des classes privilégiées (dirigeants civils et militaires) sont au dessus des lois et se font financer tranquillement leur IVG en France avec l'argent public.

Si t'analyses bien la carte de l'avortement dans le monde (bleu = légal, rose = illégal), tu ne pourras ne pas faire ce constat: l'avortement est interdit dans des pays majoritairement corrompus/autoritaires où les citoyens ont peu ou pas de droits, et où les classes privilégiées sont au dessus des lois.

http://i239.photobucket.com/albums/ff251/alg3rie/album2013/avortement1_zps3564eef9.jpg

Risk
13/05/2014, 08h59
Certainement pas camarade! Je citais des exemples concrets pour argumenter mon point de vue. Le viol est l'un des exemples les plus frappants qui remet en cause les arguments des opposants à l'avortement et illustre l'intérêt de la légalisation de l'avortement.

Qui osera exiger que sa fille ou sa soeur devenue enceinte après avoir été kidnappée et violée pendant des semaines par des criminels, mène sa grossesse à terme et accepte d'avoir enfant issu d'un viol abominable? Personne, à moins d'être un père ou un frère totalement cinglé.

- s'opposer à l'avortement ce n'est pas tolérer le viol et les agressions sexuelles. il faut faire attention à ne pas cataloguer ceux qui disent que l'avortement est un crime envers un être humain sans défense qui n'a rien fait et qui n'est pas résponsable de ce qu'a subit sa mère et de ce qu'a fait son père.

- les raisons qui font que des femmes choisissent l'avortement sont multiple, celles qui le font parce qu'elles ont fait l'objet de violence sexuelles sont minimes:

Les statistiques concernant les raisons faisant que les femmes avortent aux USA ne sont pas souvent demandées. Brian Clowes, aux USA, est l’une des rares personnes les analysant, ainsi que deux gynécologues suisses, l’un procédant à des avortements, et le Dr. Werner Förster, d’Einsiedeln, qui n’en pratique pas.
«Voici les dernières études des USA », écrit Brian Clowes, de Virginie. « Les raisons faisant qu’on avorte aux USA peuvent, de fait, être transposées à une autre nation occidentale établissant des statistiques depuis plus de 10 ans. » L’une des enquêtes les plus importantes et les plus connues sur les raisons de l’avortement - à la demande de la femme- eut lieu dans les années 1996-2004 dans les états de Louisiane, du Nebraska et de l’Utah. On a traité statistiquement 122 083 avortements demandés par les femmes (les avortements proposés par le corps médical ne sont pas traités dans l'étude) . Parmi eux, 121 047, soit 99,16%, ont été répertoriés comme « avortements pour raison personnelle» - Lifestyle abortions.
Le terme « Lifestyle » ne decrit pas toujours les détresses multiples des femmes concernées. Il faudrait particulièrement tenir compte du fait que lorsqu’elles sont enceintes sans l’avoir désiré, les femmes sont souvent complètement perturbées. Face à cette nouvelle situation, il y a souvent une forte contrainte psycologique. En fait, « Lifestyle » a pour but de manifester qu’il n’ y a pas de causes médicales ou juridiques à l’avortement.

Avortements « Lifestyle » : 99,16 % :
Par exemple : "Ce n’est pas le moment" , "En ce moment, je ne peux justement pas me permettre un enfant" ; "Je ne voudrais pas être une mère célibataire" "j'ai des problèmes de couple"; "Un bébé bouleverserait ma formation" ; "Mes enfants sont grands"; "Je ne voudrais pas que d’autres sachent que je suis enceinte"; "Mon mari (mon ami, mes parents) voudrait (voudraient) que j’avorte"
La femme pense que sa santé est en danger : 0,42%

la femme considére qu'il y a inceste ou viol : 0,22 %

la femme craint que l’enfant ait une malformation : 0,20%
Un gynécologue pratiquant des avortements en Suisse décrit comme suit les motifs d’avortement : « Nous ne possédons pas de statistiques quant aux motifs. La femme n’est pas tenue de nous les communiquer, mais elle a l’occasion de s’exprimer. Les motifs sont très variés et parfois difficilement compréhensibles : souvent le couple n’est pas encore clairement fixé comme tel, ou alors il est instable, ou brisé, ou sujet à infidélités, la formation n’est pas encore achevée, un avenir financièrement incertain, la peur de devenir mère célibataire, la peur de dépendre de la famille (grands-parents). Parfois, les motifs sont difficilement concevables ou contredisent le sens commun : Par exemple, "les astres sont défavorables", ou, encore plus stupéfiant pour nous, il y aura "erreur sur le sexe de l’enfant". »

Une décision insoutenable

Maria Grundberger, sage femme, qui depuis dix ans conseille les femmes avant de procéder à un avortement à Munich, parle de plusieurs niveaux de motivation, qui très souvent relèvent de la peur : « peur de la responsabilité, peur d’être abandonnée par leur partenaire, de perdre leur emploi ; peur de devoir interrompre leur formation. » Parfois, dit-elle, il s’agit simplement aussi de la réalisation de soi : l’enfant n’était pas planifié, on a rebondi professionnellement et on ne voudrait pas tout gâcher. « Souvent les femmes évoquent tout d’abord des problèmes financiers qui, effectivement, peuvent aggraver le conflit », constate la sage-femme.

« Et quand on prend ces femmes au sérieux, c’est alors seulement que les motifs véritables se font jour. Pour beaucoup de femmes, se décider pour ou contre l’enfant est une charge telle qu’elles peuvent difficilement tenir le coup. Alors, elles avortent, en pensant qu’après, cela ira mieux pour elles, et c’est seulement a posteriori qu’elles comprennent que cela ne va pas mieux et elles regrettent »

Source: AME Actualités


il est clair, que les cas d'avortement suite à un viol sont rares, comparés aux autres cas qui selon mon humble avis sont complétement injustifié.

tu te focalise donc sur des exceptions pour expliquer des généralité.

mettre un terme à une vie simplement parce qu'elle veut garder sa ligne, qu'elle a eu des relations extraconjugal... je suis désolé mais ca me sidère... encore plus quand on les défend ou quand on accuse ceux qui les remettent en cause de cautionner les viols.

Je ne suis pas contre la peine de mort, mais contre l'injustice (condamner un innocent). Si une personne commet un crime abominable (par exemple: un homme qui kidnappe, viole et tue une jeune fille) et que la justice prouve sa culpabilité sans le moindre doute, la peine de mort dans ce cas est parfaitement justifiée à mon sens.justement, le bébé n'a rien fait, il est plus innocent que l'innocence!

nassim
13/05/2014, 15h12
s'opposer à l'avortement ce n'est pas tolérer le viol et les agressions sexuelles.
Tu ne sembles pas avoir compris mon message puisque ce n'est certainement pas ce que je disais! Je disais qu'une personne qui s'oppose à l'avortement d'une fille/femme violée est au mieux une personne insensible, et au pire, une personne totalement cinglée!

l'avortement est un crime envers un être humain sans défense qui n'a rien fait et qui n'est pas résponsable de ce qu'a subit sa mère et de ce qu'a fait son père.
Un odieux violeur est selon toi en droit de s'auto-proclamer "père" de l'enfant conçu dans le cadre du viol abominable d'une fille ou d'une femme? Faut-t-il aussi donner un droit de visite au violeur et instaurer une résidence alternée pour que l'odieux violeur puisse "éduquer" l'enfant avec sa mère?! Mieux, faut-t-il aussi encourager la fille/femme violée à se réconcilier avec son violeur voire à se marier avec lui pour devenir des "parents exemplaires" pour l'enfant issu du viol abominable?!

Je trouve stupéfiant que tu puisses décrire un violeur comme étant un "père"! Un violeur est un violeur, et sa place est dans la prison ou en enfer.

tu te focalise donc sur des exceptions pour expliquer des généralité.
Non, je ne me focalisais pas sur des exceptions, mais citais un cas concret pour démontrer l'intérêt de légaliser l'avortement. La majorité des opposants à l'avortement affirment que pour eux, la vie d'un embryon est sacrée et doit être protégée par l'Etat (interdiction de l'avortement), mais dès qu'il s'agit d'un embryon issu d'un viol abominable, ils changent d'avis et deviennent OK avec l'avortement.

justement, le bébé n'a rien fait, il est plus innocent que l'innocence!
Sincèrement, si t'étais le père ou le frère d'une fille violée, tu lui diras que sa grossesse est sacrée et tu lui refuseras le droit de mettre fin à sa grossesse?
Et si c'est le contraire et que t'es OK avec son souhait d'avorter, tu préférerais que l'avortement soit légal et qu'elle puisse obtenir une IVG légale ET sûre sans devoir faire face à une montagne de bureaucratie, ou tu préférerais qu'elle et sa famille soient forcées à subir l'humiliation et les risques liés à l'avortement clandestin?

Risk
13/05/2014, 15h26
Un odieux violeur est selon toi en droit de s'auto-proclamer "père" de l'enfant conçu dans le cadre du viol abominable d'une fille ou d'une femme? Faut-t-il aussi donner un droit de visite au violeur et instaurer une résidence alternée pour que l'odieux violeur puisse "éduquer" l'enfant avec sa mère?! Mieux, faut-t-il aussi encourager la fille/femme violée à se réconcilier avec son violeur voire à se marier avec lui pour devenir des "parents exemplaires" pour l'enfant issu du viol abominable?!

Je trouve stupéfiant que tu puisses décrire un violeur comme étant un "père"! Un violeur est un violeur, et sa place est dans la prison ou en enfer.appelons le son géniteur (terme que j'ai déjà utilisé pour le qualifier), ou son "père biologique".

il n'est pas question d'exiger, ou même de demander à une femme traumatisée par un viol de supporter la présence d'un criminel.

il est plus question de l'enfant, du bébé issus de cet acte abominable, et cet enfant a le droit de vivre et de prétendre à ce que tout autre humain a.

comme le démontre l'étude et les chiffres que j'ai partagé, l'avortement pour raison de viol est rarissime et ceci, même en tenant compte des cas non recensés où les malheureuses victimes de violences sexuelles choisiraient de taire leur supplice.

un nombre trop important de bébés sont tué, emportés dans le sillage du droit à l'avortement pour des raisons de viols que même si on les considèrent (les raisons) compréhensibles, demeurent injustifiées.

Non, je ne me focalisais pas sur des exceptions, mais citais un cas concret pour démontrer l'intérêt de légaliser l'avortement. La majorité des opposants à l'avortement affirment que pour eux, la vie d'un embryon est sacrée et doit être protégée par l'Etat (interdiction de l'avortement), mais dès qu'il s'agit d'un embryon issu d'un viol abominable, ils changent d'avis et deviennent OK avec l'avortement.pour moi, même s'il s'agit d'un viol, la décision d'avorter me paraitra injuste car une créature innocente paiera le prix d'un crime qu'elle n'a pas commis.

Sincèrement, si t'étais le père ou le frère d'une fille violée, tu lui diras que sa grossesse est sacrée et tu lui refuseras le droit de mettre fin à sa grossesse? je lui dirai que l'enfant qu'elle porte est aussi pur que la neige blanche, contrairement à son crapuleux géniteur.

nassim
13/05/2014, 15h52
ou son "père biologique".
Mettre "violeur" et "père biologique" dans la même phrase, relève à mon sens de l'insensibilité et c'est minimiser la gravité du crime ignoble qu'est le viol.

Si un ovule est fécondé suite à un viol, la victime du viol a parfaitement le droit de bénéficier d'un avortement légal ET sûr si elle le souhaite (Il me semble impensable qu'une fille violée puisse vouloir avoir un enfant issu du viol). S'opposer à un tel droit relève d'un manque d'humanité.

cet enfant a le droit de vivre et de prétendre à ce que tout autre humain
On ne parle pas d'un mouton sans personnalité et sans âme, qui se contentera de manger et de dormir avant d'être servi comme méchoui, mais d'un potentiel être humain (l'embryon n'est pas encore une personne) qui va non seulement probablement détruire la vie de sa "mère", mais en plus vivre une vie très difficile dans une société qui voit d'un très mauvais oeil les enfants issus de viols.

je lui dirai que l'enfant qu'elle porte est aussi pur que la neige blanche, contrairement à son crapuleux géniteur.
Difficile de croire en la sincérité de ce genre de propos tant ils relèvent plus de la fiction que de la réalité!

Dans le monde réel, tu n'hésiteras pas à éliminer le violeur s'il n'est pas en prison (et certainement pas à la décrire comme "père", "père biologique" ou "géniteur") et tu ne t'opposeras pas au souhait certain de la fille violée de mettre fin à cette grossesse horrible survenue suite à un viol abominable.

Cookies