PDA

Voir la version complète : Un réseau d’avortement clandestin démantelé à Mascara


Page : [1] 2 3 4

katiaret
30/04/2014, 13h55
Plusieurs personnes, dont des praticiens de la santé, ont été arrêtées dans le cadre d’une enquête sur un réseau d’avortement clandestin.

Un réseau d’avortement clandestin a été démantelé par la Police judiciaire de la Sûreté de wilaya de Mascara. En tout, treize personnes constituant ce «réseau d’avortement» ont été arrêtées et présentées, dans la journée du lundi 28 avril 2014, devant le procureur de la République près le tribunal de Mascara.

Il s’agit, selon un communiqué de la Cellule de communication de la Sûreté de wilaya de Mascara, d’un médecin spécialiste en gynécologie, le dénommé D.H., d’un technicien de la santé, Y. A., d’une pharmacienne, B. K., d’un commerçant, A. M., (45 ans) et d’une autre personne répondant aux initiales de M.O., âgée de 30 ans qui ont été placés sous mandat de dépôt. «Cinq autres personnes ont été placées sous contrôle judiciaire et trois autres ont bénéficié de liberté provisoire», a ajouté la même source qui a révélé que «la genèse de l’affaire remonte à la fin de l’année 2013». Selon le document de la Police, l’affaire a été découverte suite à une information impliquant une femme, âgée de 39 ans, dans une opération d’avortement illégale. «Les investigations ont abouti à l’identification et l’interpellation de la jeune femme, répondant aux initiales de B. K», précise le rédacteur du communiqué.

La jeune femme, auditionnée par les policiers, a affirmé, sans hésitation, avoir subi un avortement avec l’aide «d’un gynécologue, D. H., d’une autre femme, que l’enquête révélera être une pharmacienne de profession, A. F. (35 ans), qui l’a orientée vers un autre individu, en l’occurrence Y. A., (49 ans).» La même source a tenu à relater, dans le même contexte, que «les enquêteurs ont pu remonter à une autre cliente du trio suspect qui a révélé qu’elle a été orientée par le gynécologue en question vers un autre médecin dans la région de Zahana, répondant aux initiales de F. M., qui lui a demandé un prix exorbitant pour des comprimés abortifs».

Souag Abdelouahab
el watan

DocRemady
30/04/2014, 16h09
sacrés Maascris!! ...et dire que nous avons tjrs crus que c étaient des gens simples d esprits:confused:

Space
30/04/2014, 16h32
ils exercent tous ou pratiquement tous ,dans le secteur de la santé ..et ce commerçant c'est quoi son role dans cette histoire !

absent
30/04/2014, 18h04
A fillage elefte certainement.

Aloha
30/04/2014, 18h41
Pauvre Algérie ...

le sexe est interdit par la loi qui tue autrement les algériens et les algériennes et permettra à toute sauvagerie d'exister

Il ont interdit même l'art populaire algérien et pourtant rien que cette chanson vaut tous les ignares politiques qui gèrent les affaires du pays

au lieu d'éduquer et de respecter mes algériens et algériennes, on leur dit vous n'avez juste pas le droit ...

Je ne pourrais jamais pardonner aux vrais criminels

Attendez le pays va avoir 50, 60 millions d'individus bientôt et vous verrez la sauvagerie

K0fBuzC75a8

Aloha
30/04/2014, 18h43
Les moralistes à deux doros !

CarpDiem
30/04/2014, 21h14
Mon dieu :confused:

El Bahar salam, J'ai déja entendu ce nom que tu viens de citer ... c'est un village mais je ne sais pas ce qui s'y passe !!! :rolleyes:

absent
30/04/2014, 21h17
Je le connais de réputation également. Si tu ne le connais pas, c'est tant mieux pour toi.

CarpDiem
30/04/2014, 21h21
El Bahar, à ce point ... merci je vais pas demander plus alors :mrgreen:

nassim
30/04/2014, 22h47
Dans les pays sérieux et matures, les femmes ont acquis le droit à l'avortement depuis des décennies. Mais en Algérie et dans la majorité des pays musulmans, les femmes demeurent prisonnières de politicards hypocrites qui n'hésitent pas à voler l'argent du peuple et à réprimer/assassiner leur peuple, mais enragent à l'idée de légaliser l'avortement et de mettre fin à la souffrance de femmes vulnérables qui mettent chaque année leur vie en danger pour mettre fin à leur grossesse non désirée.

Ci-dessous, la carte de l'avortement dans le monde (bleu= légal, orange= interdit).

http://i239.photobucket.com/albums/ff251/alg3rie/album2013/avortement1_zps3564eef9.jpg

Aloha
01/05/2014, 04h01
sur la carte on peut apercevoir la Tunisie : Vive Bourgiba

DocRemady
01/05/2014, 05h10
je m en tiens a ces deux versets , il y en a plusieurs concernant le licite et l illicite, le blâmable, le punissable et celui dont il est plus au moins permit dans des situations exceptionnelles, porc, alcool etc etc...

Entre autres:

Formez une communauté qui convie (les gens) au bien,
qui ordonne le licite et interdit ce qui est répréhensible, ceux-là seront
les bienheureux. (Coran.3/104)

Vous formez la meilleure communauté que Dieu ait
suscitée pour les hommes, vous ordonnez ce qui est licite, vous
interdisez ce qui est répréhensible. (Coran. 3/110)

Chouan
01/05/2014, 08h53
Nous sommes en 2014!
Le 17 janvier 1975 Simone Veil fait promulguée la loi Veil qui dépénalise l'interruption volontaire de grossesse. Elle est insultée par les Juifs et les Catholiques arrièrés
Une meilleure éducation des filles dès l'école ainsi que l'accès anonyme à la contraception permettrait d'éviter de recourir à l'avortement.
Hélas il y aura toujours des religieux rétrogrades pour ne pas accepter cela.

DocRemady
01/05/2014, 12h09
l'accès anonyme à la contraception permettrait d'éviter de recourir à l'avortement.autrement dit permettre voire encourager la débauche

nassim
04/05/2014, 00h02
autrement dit permettre voire encourager la débauche
Au contraire, faciliter l'accès aux moyens de contraception réduira les grossesses non désirées et réduira les problèmes sociaux liés aux grossesses non désirées.

Si l'Algérie avait généralisé l'accès aux moyens de contraception et légalisé l'avortement durant les années 70/80, il est très probable que l'Algérie n'aurait pas vécu l'horreur du terrorisme barbare des années 90/2000.

Malheureusement, il n'y a pas eu d'études sur le sujet, mais je pense qu'il est crédible de penser que le profil typique du jeune qui rejoint les groupes terroristes ou les gangs criminels est celui d'un jeune né dans une famille nombreuse avec des grossesses non plannifiées, ayant des parents peu ou pas instruits, et qui n'a pas été entouré d'affection et d'amour par ses parents.

rouge et or
04/05/2014, 04h27
NAISSANCES HORS MARIAGE
3000 enfants chaque année en Algérie
Par Khalida ABBANI - l'expression Samedi 30 Janvier 2010 -

La situation est plus que préoccupante
Plusieurs cadavres de nouveau-nés ont été découverts abandonnés dans des décharges publiques et dans les rues.
«551 enfants nés hors mariage en 2009 sont pris en charge par leurs mères biologiques à la faveur des campagnes de sensibilisation initiées par le ministère», a déclaré hier, Djamel Ould Abbès. En réponse à une question d´un député de l´APN, le ministre a également précisé que «près de 3000 naissances hors mariage sont enregistrées chaque année en Algérie.» Dans le même contexte, Ould Abbès a évoqué certaines mesures d´accompagnement prises par le ministère de la Solidarité nationale en matière d´assistance sociale et morale (soutien psychologique) au profit de la mère célibataire et son enfant. Le ministre a également mis en place des mécanismes pour la prise en charge des mères célibataires et de leurs enfants, notamment sur le plan sanitaire, outre des mesures pour bénéficier de programmes de formation et intégrer ainsi la vie socioprofessionnelle afin de pouvoir prendre en charge leurs enfants. Aussi a-t-il suggéré l´organisation d´une rencontre parlementaire sur les politiques adoptées en matière de protection sociale au profit des mères célibataires. La situation en Algérie est devenue plus que jamais préoccupante, en plus de ces naissances vivantes «illégitimes», chaque semaine, les unités de la Gendarmerie nationale et les ser-vices de la Sûreté nationale découvrent des cadavres de nouveau-nés abandonnés dans des décharges publiques et dans les rues... Par crainte du double rejet sociétal et familial, beaucoup de jeunes femmes célibataires qui se retrouvent enceinte font recours à l´avortement pour dissiper leur «mal»; leur nombre est aussi important. L´avortement est devenu, en l´espace de quelques années, un phénomène social en Algérie à l´instar de beaucoup d´autres pays dans le monde. C´est un phénomène qui n´est pas du tout cerné et reste, de l´avis des spécialistes, un tabou. Selon la Gendarmerie nationale, 80.000 avortements ont été recensés en Algérie durant ces dix dernières années avec une moyenne de 8000 avortements par an dont presque 200 à 300 sont illégaux (IVG clandestine ou interruption volontaire de grossesse). Quant à la prise en charge par kafala, Djamel Ould Abbès a affirmé, jeudi, dernier que «sur 29.000 enfants privés de famille et/ou nés hors mariage durant les dix dernières années, environ 21.000 ont été pris en charge dans le cadre de la kafala par des familles en Algérie et de la communauté nationale à l´étranger», a précisé M.Ould Abbès dans une déclaration à la presse en marge des travaux de l´Assemblée populaire nationale (APN), réunie en séance plénière consacrée aux questions orales. Le ministre a rappelé, par ailleurs, le projet de loi relatif à la détermination de la paternité visant à garantir l´identité de l´enfant né hors mariage, faisant savoir que ce texte sera examiné cette année en Conseil de gouvernement. Ce projet de loi élaboré par le ministère avec la participation des secteurs concernés a pour objectif de garantir une meilleure insertion sociale de ces enfants.

telle est la situation

DocRemady
04/05/2014, 05h28
Au contraire, faciliter l'accès aux moyens de contraception réduira les grossesses non désirées et réduira les problèmes sociaux liés aux grossesses non désirées.
au sein de couples légalement unis par les liens du mariage ok, par contre distribué a tout va ouvrira la porte a toutes les dérives



Si l'Algérie avait généralisé l'accès aux moyens de contraception et légalisé l'avortement durant les années 70/80, il est très probable que l'Algérie n'aurait pas vécu l'horreur du terrorisme barbare des années 90/2000.
avec l avènement de la médecine gratuite a cette époque, la politique des autorités sanitaires du pays a été axées sur la lutte conte une demographie galopante, notamment par la création de milliers de centre de protection maternelle et infantile(PMI) jusque dans les coins les plus reculés du pays, un travail d éducation sanitaire était entrepris par des équipes mobiles qui se rendaient a domicile et la pilule contraceptive était distribuée gratuitement
Quant a légaliser l 'avortement....je ne pense pas que c 'est la meilleure solution du moment que l'on peut prévenir une grossesse non désirée

Swel
04/05/2014, 05h36
Sans vouloir choquer le peuple de FA, je pense qu'il est préférable de réglementer l'avortement, pour que ça soit fait dans un milieu médical. On aura moins d'enfants dans les orphelinats et moins de femmes à la rue.
Il faut savoir que les grossesses non désirées existent aussi dans les milieux les plus conservateurs, eh oui c'est la vie... ne soyons pas hypocrites! et même les plus moralisateurs aujourd'hui, ont probablement fait des folies dans leur jeunesse. Sans oublier, les couples mariés qui souhaitent une interruption de grossesse.
Rassurez-vous aucune femme n'envisage un avortement de gaité de cœur. C'est dans la douleur, l'humiliation et le désarroi total qu'elle cherche une solution SEULE! parce que l'homme, lui, ne subit aucune conséquence.
Il est clair qu'il faut sensibiliser les jeunes (et les moins jeunes) pour éviter ce genre de problèmes, mais quand ça devient une nécessité il faut organiser la société pour y faire face.
Le discours religieux ne nous permettra pas d'avancer.

Penthy
04/05/2014, 07h23
Filaj eleft fi sidi bel abbes pas a Mascara

DocRemady
04/05/2014, 13h41
Sans vouloir choquer le peuple de FA, je pense qu'il est préférable de réglementer l'avortement, pour que ça soit fait dans un milieu médical. On aura moins d'enfants dans les orphelinats et moins de femmes à la rue.

entièrement d'accord s'il s 'agit de viol, par contre se faire engrosser pour ensuite décider si elle va le garder ou non, oui ça me choque!!

Sans oublier, les couples mariés qui souhaitent une interruption de grossesse.

ce n est pas une question de souhait, un couple quel qu'il soit n'a pas droit de vie ou de mort sur un autre être, s'ils ne souhaitaient pas d enfants ils n'ont qu'a prendre les précautions qui s'imposent

... mais quand ça devient une nécessité il faut organiser la société pour y faire face.
:rolleyes: c'est quoi qui devient une nécessité?



Il est clair qu'il faut sensibiliser les jeunes (et les moins jeunes) pour éviter ce genre de problèmes

enfin des paroles sensées

AS-DE-PIQUE
04/05/2014, 20h45
Nassim,

Dans les pays sérieux et matures, les femmes ont acquis le droit à l'avortement depuis des décennies. Mais en Algérie et dans la majorité des pays musulmans, les femmes demeurent prisonnières de politicards hypocrites qui n'hésitent pas à voler l'argent du peuple et à réprimer/assassiner leur peuple, mais enragent à l'idée de légaliser l'avortement et de mettre fin à la souffrance de femmes vulnérables qui mettent chaque année leur vie en danger pour mettre fin à leur grossesse non désirée.

Il faut savoir qu'il existe des cas où l'avortement est autorisé par la loi. Notamment en cas de menace pour le fétus ou pour la mere.

Autrement, si l'avortement est fait par choix, ceci est considéré comme homicide volontaire (je ne crois pas que le terme infanticide soit adequat)

Et ceci est punissable par la loi. Perso je ne suis pas contre.

Au nom de quelle liberté pourrions nous nous permettre de décider du sort d'un etre humain (potentiellement viable) ?

Il ne s'agit pas d'une affaire politique. Mais de philosophie du droit, une certaine conception des libertés...

Tite-fée
04/05/2014, 21h46
Y' en a qui préfèrent trouver des bébés dans les poubelles.

L'avortement doit être permis mais dans les règles, en cas de viol, jusqu’à a une certaine période ect .... oui ! Comment obliger une femme qui garde l'enfant de son violeur ? C'est inhumain !

c'est un vrai fléau de la société algérienne,des jeunes qui oublient que les moyens de contraception existe, ou seulement parce que c'est difficile de s'en procurer.

L'avortement a toujours existé, les femmes utilisaient des moyens "naturels" pour donner fin a leur grossesse, c'est un choix intime et seul dieu peut juger , donc les leçons de morale à deux balles sur le haram et le halal , on passe ....il y' a assez d'enfants malheureux comme ça dans le monde, pour quoi donc les avoir pour les mettre dans des poubelles ou dans des centres sociaux ou ils seront malheureux.

Nuit_Bleue
04/05/2014, 21h52
http://i239.photobucket.com/albums/f...ps3564eef9.jpg (http://i239.photobucket.com/albums/ff251/alg3rie/album2013/avortement1_zps3564eef9.jpg)Nous sommes au 21 eme siècle...:rolleyes:
Triste et pathétique à la fois, qu'il faut faire cela clandestinement souvent au prix de misérables vies ...mais qu'est ce qu'une vie me direz vous...??oeilfermé

A voir cette carte, pour certains c'est normal et ne vaut pas grand chose !
Mieux faire cela caché qu'au grand jour dans de bonnes conditions et selon la volonté de la mère, qui normalement devrait être la seule à juger ce qui est bon pour elle et rendre des comptes qu'à Dieux et personnes d'Autres !!!! :rolleyes:

Bref, vive notre société !!!

LOVE ALGERIA
05/05/2014, 05h02
Un sujet qui me dégoûte, je ne suis pas là pour parler de loi car je crois qu'il existe déjà une loi là dessus, mais:

-un avortement, c'est dégueulasse pour cet enfant ou ce fœtus qui n'a rien demandé, et qui a le droit à la vie comme tout le monde, si vous voyez le développement du fœtus dans le ventre de sa mère petit à petit, vous ne pouvez qu'être dégoûtés par ce meurtre en tant qu'humain.

-Les raisons sont dégoûtantes, si la raison est le viol ça signifie que ce fléau nauséabond est répandu chez nous et ça me dégoûte. Si la raison est la bêtise humaine, ne pas s'assumer et préférer tuer un être vivant pour avoir la conscience tranquille sur sa propre bêtise c'est aussi dégoûtant.

En bref, il n'y a aucun bien dans ce sujet, à l'exception d'un avortement réalisé avant la période de 3 mois, si il y a un risque avéré pour la vie de la mère, de l'enfant, ou un handicap majeur qui n'est pas compatible avec la vie.

Maintenant, dire que c'est dégoûtant ne signifie pas qu'il ne faut pas affronter la réalité en face, si ce phénomène est répandu, les autorités compétentes (donc déjà on ne parle pas de nos incompétents) doivent se saisir du problème et le solutionner en respectant les droits de chacun. Je reste quand même opposé à une légalisation pure et simple sans conditions qui serait une banalisation de ce phénomène et non une lutte pour le réduire, et qui serait de toute façon incompatible avec les valeurs de la société Algérienne. Mais il faut résoudre le problème et ne pas l'ignorer, il n'y a pas de tabou.

ps: être en 2014, au 21ème siècle etc....ne signifie pas que les valeurs doivent changer, ceux qui nous ont précédé ne sont pas des abrutis ou des bédouins sans cervelles, et ceux qui vont suivre ne sont pas des cracks, les valeurs ne dépendent pas de l'époque, les valeurs sont humaines et universelles, arrêtons de nous moquer des gens qui ont vécu dans le passé et de nous croire plus intelligents avec notre modernité à deux balles.

Chouan
05/05/2014, 06h34
Bonjour
Je te conseille de regarder la loi Veil, elle est assez bien faite, les règles sont strictes.
Ensuite, libre aux femmes dont certaines convictions religieuses leurs dictent de ne pas y avoir recourt mais qu'elles ne s'occupent que d'elles même et laissent les autres de disposer de cette loi.

Frieda
05/05/2014, 06h35
Un parmi bcp !!!

Arretons de faire les prudes ! La sociétė algérienne necessite des plannings familiaux, une education sexuelle et une legalisation de l avortement !!!

tant que l education sexuelle ne sera pas généralisée, qu on laissera les tabous et la Hchouma gérer la vie amoureuse des jeunes algériens on verra de plus en plus de cas de grossesses non desirées !

Etre honnete avec son temps et sa population est ce difficile ???? C est vrai qu il est plus simple de fermer les yeux de faire les hypocrites et de blamer la femme qui a pecher ( les bebes se font tout seul) !

Ces gens qui sont inculpés, ont surement aidé bcp d autres...au detriment de plein de choses, ILS répondent à une demande !....

nassim
05/05/2014, 23h17
je ne pense pas que c 'est la meilleure solution du moment que l'on peut prévenir une grossesse non désirée
Dans un monde idéal, toutes les grossesses seraient désirées et plannifiées. Mais dans le monde réel, il y a encore beaucoup de grossesses non désirées, y compris parmi les gens qui prennent leur précaution.

La question qui se pose donc est: doit-t-on offrir aux femmes la possibilité de mettre fin à leur grossesse "vraiment" non désirée dans un cadre médical sûr (clinique, hôpital) ou continuer à ignorer le problème et condamner ces femmes à la souffrance voire à la mort?

Au nom de quelle liberté pourrions nous nous permettre de décider du sort d'un etre humain (potentiellement viable) ?
Pendant les premières semaines, il ne s'agit pas vraiment d'une "personne" mais d'un embryon. Pendant ces semaines, je pense que c'est à la femme de décider si elle veut poursuivre la grossesse et l'Etat n'a pas le droit de la forcer à poursuivre la grossesse si elle ne le veut vraiment pas.

Aussi, il y a une faille dans l'approche que tu défends. Si tu considères que l'embryon a les même droits qu'une personne, il serait aussi immoral d'avorter dans les cas de viol et d'inceste puisque l'embryon est totalement innocent.

D'où la question: combien de personnes forceront leur fille de 13 ou 15 ans , tombée enceinte suite à un viol ou un inceste, à mener leur grossesse à terme et à avoir le bébé issu du viol ou de l'inceste?

Le plus probable est que la majorité des gens opposés à l'avortement exigeront que l'Etat accorde à leur fille le droit d'avorter dans des conditions sûres!

LOVE ALGERIA
06/05/2014, 00h11
Bonjour
Je te conseille de regarder la loi Veil, elle est assez bien faite, les règles sont strictes.
Ensuite, libre aux femmes dont certaines convictions religieuses leurs dictent de ne pas y avoir recourt mais qu'elles ne s'occupent que d'elles même et laissent les autres de disposer de cette loi. Bonjour,

j'ai vu cette loi, si le débat est autour de l'IMG, ça ne me dérange pas qu'on en débate, je trouve que cette loi est bien pensée.
Mais par contre son volet sur l'IVG est pour moi une bêtise telle que présentée par la loi veil parce qu’elle considère qu'une femme peut demander sans conditions l'IVG jusqu'à un certain nombre de semaines.

Si je peux comprendre l'IVG dans des cas de grossesses "non désirées" (terme très moche) tels que le viol ou l'handicap majeur non viable, je ne peux pas en tant qu'humain approuver l'IVG sans conditions. Le choix se fait avant la fécondation, une fois que l'embryon est là c'est trop tard pour "avoir envie" ou non.

nassim
06/05/2014, 23h21
être en 2014, au 21ème siècle etc....ne signifie pas que les valeurs doivent changer, ceux qui nous ont précédé ne sont pas des abrutis ou des bédouins sans cervelles
Les humains doivent vivre avec leur temps en se basant notamment sur les avancées scientifiques et sociales, et non sans cesse s'accrocher aux doctrines et aux modes de vie des anciens. Les anciens n'étaient pas si exemplaires que çà comparés à l'humanité de 2014. Dans un passé pas très lointain, la femme n'avait même pas le droit d'étudier, de travailler, de choisir son propre mari, de voter...etc.

Concernant le droit à l'avortement, il existe dans les pays où les sociétés ont globalement évolués sur le sujet (même s'il y a une opposition à l'avortement plus ou moins forte selon les pays) grâce au militantisme des femmes, de politiciens...etc qui ont pu sensibiliser leur compatriotes sur l'intérêt d'offrir à la femme un plus grand contrôle sur son corps, notamment le droit de choisir de mettre fin à sa grossesse si elle ne veut vraiment pas la mener à terme.

Comme on peut le constater sur la carte plus haut, c'est généralement dans les pays où les droits des citoyens sont limités que l'avortement demeure illégal.

LOVE ALGERIA
07/05/2014, 00h03
C'est partial ce que tu dis, cette notion d'évolution des sociétés est une évolution matérielle effective (scientifiquement, socialement etc...), mais d'un point de vue des valeurs c'est une notion purement occidentale, car c'est eux qui de valeurs arriérés et arbitraires sont passés au 19-20-21ème siècle à la liberté à outrance et aux révolutions des droits de l'homme.

La femme a subit cette évolution brutale avec l'arrivée de l'Islam car par exemple dans ce que tu cites elle avait le droit "d'étudier, de travailler, de choisir son mari" et ce dans une des sociétés les plus machistes et les plus brutales de l'époque, ce n'était pas un droit théorique, les récits sont nombreux. Quand au vote ce n'était pas un suffrage direct au départ, hommes ou femmes. Ici ça démontre que sur ces points là en tout cas, ce n'est pas nos valeurs qui devaient évoluer mais c'est peut être la mise en pratique de ces valeurs qui a reculé au détriment de traditions tordues....

Pour revenir à l'avortement, la vie humaine reste au dessus des libertés, par conséquent avorter sans raison valable ne peut qu'être un droit injuste si il est accordé. PAR CONTRE discuter de l'avortement dans les cas d'exception où c'est un BESOIN nécessaire, ici c'est autre chose: une autre valeur entre en jeu pour soutenir "la liberté", c'est "ne pas imposer à une personne ce qu'elle ne peut supporter" et ici "le droit de vie" de l'embryon peut se discuter si ce n'est pas déjà un fœtus vivant.

Cookies