PDA

Voir la version complète : ALLERGIE. Est-ce que cela peut être grave ?


Nadifleur
14/05/2014, 07h14
De nombreuses idées reçues, ou non, circulent sur ces dérèglements du système immunitaire.

Dans près de 50 % des cas - 90 % chez l'enfant -, le choc est déclenché par une allergie alimentaire. Mais dans 15 à 20 % des cas, la cause est médicamenteuse (anti-inflammatoires, produits à base d'iode, antibiotiques...), la troisième cause la plus fréquente de choc étant les venins.

Une centaine de morts par an en France

Quels que soient la raison et le mécanisme de ces réactions allergiques extrêmes, "on estime que la mortalité du choc anaphylactique serait de 1 à 3 décès par million d'habitants, soit environ une centaine de morts par an en France", précise le Pr Denise-Anne Moneret-Vautrin, membre de l'Académie de médecine. Un chiffre auquel il faut rajouter les quelque 1 500 morts par an en raison d'une crise d'asthme.

Les allergiques qui se savent atteints de formes graves devraient toujours avoir sur eux leur trousse d'urgence (antihistaminique, corticoïdes et adrénaline en seringue auto-injectable). Pour les enfants, un PAI (protocole d'accueil individualisé) doit être déposé à l'école pour que leur problème soit pris en compte.


L'allergie peut être grave, et même parfois mortel en raison du risque de choc anaphylactique (cf encadré ci-dessous).

La découverte inattendue de l'anaphylaxie

C'est en 1901, lors d'une croisière océanographique à bord du yacht Princesse Alice II d'Albert Ier de Monaco, passionné de biologie marine, que Paul Mortier, zoologiste et médecin, et Charles Richet, physiologiste, ont découvert un curieux phénomène. Ils furent invités pour mener une série d'expériences sur des chiens qu'ils voulaient protéger des effets toxiques des physalies. Le prince craignait que ces méduses ne viennent importuner le baigneurs sur les côtes de la principauté. Les savants eurent la surprise de constater que l'injection d'une très faible quantité de toxines de méduse tuait en quelques minutes des chiens qui en avaient reçu les semaines précédentes plusieurs doses censées les protéger. Le mérite de Charles Richet fut de comprendre que ce "choc anaphylactique" était dû à une sensibilisation immunologique. Il reçut le prix Nobel en 1913 pour cette découverte.

http://referentiel.nouvelobs.com/file/7306526-allergie-est-ce-que-cela-peut-etre-grave.jpg

Nouvelobs

Cookies