PDA

Voir la version complète : Le New York Times se « paye » la tête de M6 juin


mohand-ameziane
17/06/2014, 12h39
Le roi du Maroc est habitué à la petite berceuse médiatique qui le présente tantôt comme un « roi cool », tantôt comme un »roi moderne », voire même un monarque « démocrate ». Et les médias français sont particulièrement friands à ce genre de panégyrique moyennant des séjours princiers dans les Riads cossus de Marrakech.

Vue des Etats-Unis, l’image du jeune roi est moins brillante. Le New York Times vient de signer un article décapant sur la gouvernance de Mohamed VI, à l’ombre du printemps arabe.

C’est un article incendiaire, qui ne va pas faire plaisir, que le journal américain a consacré à 15 ans de règne de M6. On y apprend ainsi que les changements politiques entrepris par le Roi Mohammed VI sont juste « cosmétiques » et que la « répression et les arrestations » contre les journalistes et les militants pro-démocratie se poursuivent.

Sous la plume d’Aida Alami, le New York Times établit une comparaison ironique entre « l’image du Roi Cool en Tunisie »et « la tergiversation des réformes au Maroc ». Assurément, Mohamed VI qui s’apprête à fêter le 15e anniversaire de l’accession au trône est très mal servi cette fois.

Derrière cette image du roi jeune et moderne se promenant en jean et t-shirt dans les rues de Tunis, se cache un monarque dur et autoritaire qui rappelle son père Hassan II, selon le journal.

Roi cool ? Mon œil !

Le New York Times en veut pour preuve que « les tensions augmentent et que les militants et journalistes pro démocratie font face à de plus en plus de répression ». Il y également souligné la volonté du gouvernement « d’apprivoiser une opposition enhardie par les révolutions arabes de 2011″.

Dans son dossier à charge contre M6, New York Times cite les cas du journaliste Ali Anouzla, qui risque jusqu’à 20 ans de prison, de Mustapha Hasnaoui qui purge une peine de quatre ans et qui a entamé une grève de la faim, du rappeur Mouad Belghouat alias El Haqed, ainsi que celui des détenus du 6 avril, des jeunes du mouvement 20-Février.

Brocardant la nouvelle constitution proposée par le Roi, le journal estime que Mohamed VI « a eu recours au même stratagème que son père, le Roi Hassan II qui a amendé sept fois la Constitution pour faire face aux crises survenues lors de son règne de 38 ans ».

Tel père, tel fils

Et de noter en s’appuyant sur les avis d’experts que « beaucoup de gens estiment que les changements entrepris par le Roi Mohammed VI sont cosmétiques.

La Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Navi Pillay, a déclaré qu’ »il y a un manque de volonté politique pour mener à bien les réformes promises, en particulier sur le dossier des droits de l’Homme, lit-on encore dans un article incendiaire, peu commun dans la presse américaine.

En conclusion, Le New York Times se fait la voix des militants des droits de l’Homme au Maroc selon lesquels « il y avait eu beaucoup de fanfare mais peu de changement ».

Un constat confirmé par Eric Goldstein, directeur adjoint de Human Rights Watch pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord pour qui « les autorités continuent d’arrêter et d’emprisonner des manifestants et des dissidents sur des accusations forgées de toutes pièces et de disperser violemment des manifestations pacifiques ».

Et pour saler encore la note de M6, Mounia Bennani-Chraïbi, professeur d’études internationales à l’Institut d’études politiques et internationales à l’Université de Lausanne en Suisse, donne le coup de grâce à sa Majesté: « le régime marocain utilise des crimes de droit commun ou de terrorisme, pour supprimer les opposants politiques et les empêcher de devenir des héros »… C’est ce qu’on pourrait appeler la mise à nu du roi.

Rafik Benasseur

Focus
17/06/2014, 15h52
euh tel pere tel fils, j'suis pas sur que ce monsieurs eut ete au Maroc pendant les periodes, sinon, il se serait abstenu de sortir une telle ineptie. Maintenant oui MVI reste un dictateur eclairé, mais il a apporté au pays bien plus en 15 ans qu'en 38 ans de regne de son pere.
Malgré tout on est pas les plus à plaindre comparé a ce qui s'est fait ailleurs dans le monde arabe.

houari16
18/06/2014, 00h29
Le roi du Maroc est habitué à la petite berceuse médiatique qui le présente tantôt comme un « roi cool », tantôt comme un »roi moderne », voire même un monarque « démocrate ». .

Plutot la grande perceuse ( la petite "" map "" : Makhzen Arabe Propagande )

Y a que la MAP et ses bébés , mais ils ne manquent pas aussi au royaume , ceux qui le vénère en Dieu , vu les courbettes jusqu au sol

delci
18/06/2014, 07h24
@focus
Maintenant oui MVI reste un dictateur eclairé

Un dictateur arabe éclairé ça ne peut exister.

Cookies