PDA

Voir la version complète : mondial bresil, L'Afrique rame encore


Nourman
20/06/2014, 11h43
Naviguant entre mauvais et désastreux, le bilan des premiers matchs des équipes africaines ne leur laisse que peu d'espoirs concernant la suite de la compétition.
Shakira a beau se déhancher avec entrain depuis maintenant plus de quatre ans, ce n'est pas encore tout à fait "Time for Africa" cette année au Brésil. C'est même pire, tant les résultats des équipes africaines sur le premier tour de compétition ne sont guère fameux. Une victoire, un nul, trois défaites : les cinq nations du continent noir engagées ont connu des fortunes diverses et plutôt avariées, contre des adversaires qui, dans l'ensemble, n'étaient pas des foudres de guerre.
"Il faut se dire la réalité"
Y aurait-il une malédiction ? Interrogé avant son départ pour le Brésil, l'attaquant camerounais du FC Lorient Vincent Aboubakar, qui devrait être amené à suppléer Samuel Eto'o, blessé, cet après-midi contre la Croatie, invoque plutôt la fatalité. "Il faut voir dans d'autres générations, mais pour l'instant, je ne pense pas. Il faut se dire la réalité. Les équipes européennes, c'est comme si elles ont quelque chose de plus. C'est comme ça. Je pense que c'est psychologique. Aujourd'hui, je ne vois pas quelle équipe africaine peut venir et remporter la Coupe du monde".
Entre préparations tronquées, techniciens parfois médiocres et problèmes de toutes sortes, les sélections africaines ne font plus le poids. En particulier les plus régulières d'entre elles, comme le Ghana ou le Nigeria, qui semblent souffrir aujourd'hui d'une pénurie de talent après avoir bénéficié des services de générations spontanées.
C'est la Côte d'Ivoire qui s'en tire le moins mal
Dans ce cadre morose, la Côte d'Ivoire, vainqueur à l'arraché du Japon après été longuement menée, semble s'en tirer le moins mal, bénéficiant toujours du travail de formation mis en chantier par Jean-Marc Guillou à l'ASEC Abidjan et de l'âme d'un leader aussi charismatique que peut l'être Didier Drogba.
Dans un groupe accessible, avec la Grèce et la Colombie, les hommes de Sabri Lamouchi ont un vrai coup à jouer. Par contre, le Cameroun, dans un groupe compliqué, semble déjà condamné à jouer les utilités dans une compétition qu'il a débuté de la pire des manières face au Mexique.
Reste le cas de l'Algérie (http://www.letelegramme.fr/football/mondial-belgique-algerie-le-match-a-deja-commence-17-06-2014-10216548.php) qui a pu mesurer, malgré une belle résistance, le niveau qui la sépare encore des bonnes équipes européennes ou sud-américaines. Et ce n'est pas gagné.
le telegramme

maghrebin75
20/06/2014, 15h30
c'est a l'image du tiers mondisme..aucune discipline..
pourtant les joueur africain joue dans des grands clubs, et depuis longtemps, le 1er sport en afrique est le football etc..
exemple les usa.. qui vienne juste de decouvrir le football , mieux discipliné, tactique, etc..
il faut qui perde face a des blancs, discipliné...

des qu'il sagit d'un sport ou autre qui suppose d' un minimum d'intelligence, l'Afrique est hors service..

Pecos
20/06/2014, 15h41
ma3liche on est au mondial et vous non ! lol

Capo
20/06/2014, 16h39
Entre préparations tronquées, techniciens parfois médiocres et problèmes de toutes sortes, les sélections africaines ne font plus le poids. En particulier les plus régulières d'entre elles, comme le Ghana ou le Nigeria, qui semblent souffrir aujourd'hui d'une pénurie de talent après avoir bénéficié des services de générations spontanées.

Si l'on compare les choses à avant .. il y a une pénurie de talent au niveau mondial :rolleyes:

Cookies