PDA

Voir la version complète : Les diables rouges, refont le match contre les verts et acceptent de le perdre


nacer-eddine06
03/07/2014, 09h48
LES DIABLES ROUGES, REFONT LE MATCH CONTRE LES VERTS ET ACCEPTENT DE LE PERDRE
Les médias belges rendent hommage aux Verts

De notre bureau de Bruxelles, Aziouz Mokhtari
Revenue à la sérénité et au bon sens après la qualification pour les quarts, la presse belge revisite le match des Diables rouges contre les Algériens... «Oui, nous l’avons échappé belle contre eux (les Algériens, ndlr)» relève, impertinent De Morguen (néerlandophone).
Et de préciser : «Au vu de ce qu’ils ont montré contre la Corée, la Russie et, surtout, contre l’Allemagne, les Algériens auraient pu nous marcher dessus.» Le journaliste visiblement «algérianiste» apporte le fait qui, selon lui, explique la défaite algérienne. «C’est une sélection jeune, composite, qui n’a pas beaucoup de vécu dans le haut niveau... Le match contre nous (Belgique), le premier, constituait le baptême du feu, ils ont eu beaucoup de respect pour les Belges, autrement...»
Impressionné par la prestation des Verts face à l’Allemagne, le chroniqueur de la Dernière heure (D.H. - Bruxelles - francophone) note, courageusement «les Algériens ont rencontré les Belges prématurément dans le tournoi, ils ont commis des erreurs de jeunesse, on les aurait joués le deuxième ou troisième match, peut-être que les choses auraient pu mal se passer pour nous, enfin, saluons la tenue des Algériens et souhaitons-leur bonne chance... C’est une formation qui a un avenir radieux, c’est certains...» La chaîne publique francophone RTBF a consenti à relire la rencontre Belgique-Algérie différemment des premiers moments d’enthousiasme et d’euphorie d’après-victoire. L’un des spécialistes maison, images à l’appui, reconnaît même que l’arbitre aurait pu siffler faute contre les Diables rouges sur l’action qui a amené le deuxième but.
«Il est vrai, commente-t-il, que ce fait de jeu est banal dans une rencontre et ne constitue pas grand-chose au vu du match, globalement à l’avantage des Belges. L’Algérie a commis une erreur en se cantonnant en défense, autrement elle aurait pu s’en sortir mieux... Ne boudons pas notre plaisir, quand même».
Georges Leekens, ex-sélectionneur des deux nations, abonde dans le même sens : «Je n’ai absolument rien à commenter sur la tactique développée par Halilhodzic contre la Belgique. Le mot tactique, analyse-t-il, est galvaudé par la presse, lors de confrontations pareilles, ce sont les joueurs et non l’entraîneur qui décident.  Il n’est pas évident du tout que ce soit leur coach qui leur a demandé de reculer, c’était dans leur tête, le penalty obtenu et marqué tôt dans la rencontre leur a fait croire que c’était plié». Leekens toujours : «Je ne partage pas du tout le point de vue selon lequel l’Algérie a mal joué contre la Belgique, ils nous ont tenu en respect les trois quarts du match, n’ont pas commis d’infractions majeures, bon, à la fin, ils ont mal négocié le deuxième but, c’est vrai, mais des nations plus huppées commettent ce genre d’erreurs... C’était l’entrée en matière dans le tournoi et pour la plupart d’entre eux, c’était leur première Coupe du monde. Objectivement, ils ne pouvaient pas faire mieux dans la première rencontre.» Le gazetier de la Libre Belgique (francophone) n’hésite pas à bouger les lignes éditoriales concernant l’affaire des Diables rouges. Et, écrit-il, avec témérité et insolence «aurions-nous réalisé un meilleur match contre l’Allemagne que les Algériens... Honnêtement, je ne suis pas si sûr, alors rendons-leur hommage et remercions-les de nous avoir fait éviter notre bête noire, la Mannschaft.
Pour le reste, pour moi, l’Algérie est l’une des révélations de ce Mondial, avec le Costa-Rica, le Chili, la Colombie...»Même ton et mêmes éloges partout dans les médias du royaume concernant l’Algérie. Les médias du royaume perçoivent, présentement, que contre l’Algérie ça aurait pu se passer plus mal pour eux. N’y revenons plus... Ça s’est passé comme ça et puis c’est tout, cela ne sert à rien de refaire l’histoire. Si, un petit peu, tout de même.
A. M.

Cookies