PDA

Voir la version complète : Belkhadem réagit sur les dernières décisions de Bouteflika - Interview


Lombardia
01/09/2014, 11h07
Le président Bouteflika a décidé de mettre fin à vos fonctions aussi bien au sein des institutions officielles de l’État qu’au FLN. Votre commentaire?

En sa qualité de Premier magistrat du pays, Monsieur Abdelaziz Bouteflika dispose du pouvoir constitutionnel de nommer et de limoger un officiel. Je n’ai aucun commentaire à faire sur ce volet. Par contre, j’estime que personne n’a le droit de me déchoir de ma qualité de militant au sein du FLN. Personne ne peut m’enlever cette qualité. La décision m’appartient exclusivement. Quitter le parti est un acte volontaire qui doit émaner du premier concerné, qui est dans ce cas Abdelaziz Belkhadem.

Qu’est ce qui a motivé la décision du Président ?

Je ne veux pas faire de commentaire sur ce sujet. D’ailleurs, je ne le sais pas. À l’heure où je vous parle, personne ne m’a contacté y compris au FLN.

Votre exclusion du FLN est exécutoire selon la direction du parti. Vous ne serez ni convoqué, ni entendu par le conseil de discipline …

C’est faux ! Lisez bien les statuts du parti et vous allez comprendre qu’il s’agit d’un mensonge. Si la direction du parti me reproche quoi que ce soit, qu’elle me traduise devant la Commission de discipline.

Mais à l’époque où vous étiez à la tête du FLN, vous aviez exclu des membres du Comité central sans les traduire au conseil de discipline…

ll ne faut pas confondre entre les deux situations. Les huit membres du Comité central que j’avais exclus avaient commis une faute grave en se portant candidat sur des listes électorales appartenant à d’autres formations politiques. Ils avaient agi donc contre le FLN et j’en avais la preuve tangible. À ce moment, je n’avais fait qu’appliquer la disposition prévue par le statut du parti.

Justement, à la direction du FLN, on vous accuse d’avoir franchi la ligne rouge. Les faits qui vous sont reprochés sont qualifiés « de graves ».

J’ignore quelle définition donne-t-elle aux « faits graves ». Assister à l’université d’été du Front du changement est-il considéré comme étant un « fait grave » ? C’est une pratique très courante chez nous. À l’occasion des universités d’été, les invitations sont adressées aux partis et personnalité politiques. J’ai été à Boumerdès dans ce cadre. Sauf si on veut utiliser cette sortie comme prétexte politique pour m’écarter du parti.

Pour des membres du BP, on ne revient pas sur une décision prise par le président de la République qui a saisi officiellement, à travers un communiqué, la direction du parti sur votre cas…

Il n’y a pas eu de communiqué. Il s’agit d’une dépêche (APS) qui cite une source anonyme. Peut-on alors être saisi par une source anonyme ?


TSA
31.08.14

rosierbelda
01/09/2014, 11h32
Ki ma toudine toudéne...

Mohamed_Rédha
01/09/2014, 13h08
il n'a pas encore compris ce qui lui arrive..
mais il ne veut pas passer à table..
peut-être qu'il espère "dissiper" ce "mal entendu" avec le président.

tina6
01/09/2014, 13h29
Normalement le chef de l'etat doit démissioner du parti politique ..car un president doit avoir la neutralité pour occuper le poste de chef des etats majors des armes et premeir magistrat du pays, sinoj ces structures seront entre les mains non pas d'un parti mais entre les lains d'un bureau politique..avec de l'argent on peut placer un bureau politique..

Belkhadéme ne site pas ce cas donc lui meme est un loubards ...

L'armé est sous l'autorité du ministere de la justice avec ses avec ces different corps gendarmerie douanes doivent soit de détaché du de l'autorité du chef de l'etat en lui enlevent les cheferie sur la justice et sur l'armé soit le pousser clairement a démissioner d'un parti politique' dans le cas ou il aura des contact avec un parti politique une procedure de déstitution sera engagé..

:lol:

Moutcho
01/09/2014, 13h53
ce M. se croit indispensable pour le parti, pour le pays, or qu'il a déjà fait ses preuves de crédibilité et de compétence lorsqu'il exerçais ses responsabilités politiques officielles, d'ailleurs ni lui, ni le tablal encore moins la momie n'est indisponsable,laisser le peuple gouverner...fini la légitimité historique

Cookies