PDA

Voir la version complète : Mort d’Ebossé : La JSK exclue deux ans de la Ligue des champions d’Afrique


absent
21/09/2014, 16h15
Mort d’Ebossé : La JSK exclue deux ans de la Ligue des champions d’Afrique

Réuni samedi à Addis-Abeba, le comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) a décidé d’exclure la JSK de toutes compétitions africaines pour les deux prochaines années.

Réunis à Addis-Abeba, pour désigner les pays hôtes de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) pour les trois prochaines éditions, les 19 membres du comité exécutif de la CAF, dont le président de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Raouraoua, se sont aussi penchés sur le cas de la JSK.

Et la sanction est tombée comme un couperet. Le comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) a décidé de suspendre la Jeunesse Sportive de Kabylie pour une durée ferme de deux ans à compter de la saison 2014-2015, indique un communiqué de presse de la Ligue professionnelle de football (LFP) diffusé sur son site internet samedi soir. Autrement dit, la JSK est privée des deux prochaines éditions de la Ligue des champions d’Afrique alors que le club kabyle, qui, en raison de sa deuxième place au championnat de Ligue 1 la saison dernière, devait participer à cette compétition durant la saison 2014-2015.

Cette exclusion est bien évidemment liée à la mort d’Albert Ebossé, le 23 août dernier, à la fin de la rencontre comptant pour la 2è journée de Ligue 1, opposant la JSK, à domicile, à l’USMA. L’attaquant camerounais, meilleur buteur d’Algérie la saison passée, a été tué par un “objet tranchant” à l’issue de ce match, selon les premiers éléments de l’enquête judiciaire. Les supporters de la JSK, déchaînés après la défaite de leur équipe, ont été désignés par nombre de commentateurs comme les responsables de cet accident. Mais le tribunal de Tizi Ouzou n’a pas encore identifié le ou les coupables de cet assassinat. Plus d’une semaine après l’enterrement d’Albert Ebossé dans sa ville natale au Cameroun, l’enquête judiciaire sur les circonstances de sa mort se poursuit.

Privée de stade et de supporters

Les semaines passent et les sanctions contre la JSK s’enchaînent. Déjà, au niveau national, le club de Tizi Ouzou a écopé de plusieurs peines, décidées par la LFP : la JSK n’est ainsi plus autorisée à recevoir dans son stade, le 1er-novembre ayant été fermé jusqu’à la fin de la saison 2014-2015, et doit jouer tous ses matchs à domicile à huis clos durant cette saison. Par ailleurs, ses supporters n’ont pas le droit de suivre leur équipe favorite en déplacement jusqu’à la fin de la première partie de cette saison. Ces sanctions pourraient être alourdies en fonction des conclusions de l’enquête judiciaire, a prévenu la LFP.

katiaret
21/09/2014, 23h05
tous le monde save bien que léquipe national na jamais étaits un miroire pour le football national algerien ....

On va vers de la violence, c'est une bombe à retardement ...je pense qu'il temps de s'organiser pour condamner la violence dans les satads et rue algerien, aux lieu d'attender que la CAF nous donne des conseille pour améliorer notre football

elfamilia
23/09/2014, 07h13
La Confédération africaine de football (CAF) a lourdement sanctionné la JS Kabylie : deux ans de suspension de toutes les compétitions organisées par cette instance continentale.


C’est une décision inique, arbitraire et contraire aux principes qui régissent le fonctionnement d’une association nationale. Elle n’est inscrite dans aucun registre réglementaire et disciplinaire de la CAF qui, dans le cas présent, s’est substituée à la Fédération algérienne de football (FAF) et à la Ligue de football professionnel (LFP) qui sont les seules habilitées à prononcer des sanctions disciplinaires contre des clubs algériens dans des affaires de discipline interne. Aucun texte ni article de ses statuts et règlements ne permet à la Confédération de sanctionner un club en dehors de faits qui se sont produits dans le cadre d’une compétition interne.

La CAF est passée outre et a pris la lourde décision d’exclure la JSK des deux prochaines éditions des compétitions interclubs africaines. Alors que le rapport de la commission d’enquête sur la mort d’Ebossé (JSK) n’a pas encore été divulgué, pour situer la responsabilité de la JSK dans ce drame, la CAF s’est précipitée pour infliger deux ans de suspension au club. Le club algérien n’aura aucune difficulté à annuler cette décision.Il devra, d’abord, faire appel de cette sentence auprès d’un organe juridictionnel de la CAF avant de se projeter vers le Tribunal arbitral du sport (Lausanne) qui préconise que le recours vers lui intervienne après épuisement des recours.

Il est quand même curieux de noter l’empressement de la CAF de suspendre la JSK dans une affaire qui concerne d’abord et avant tout les instances du football algérien. Dans deux cas plus graves encore, la Confédération n’a pas eu la célérité employée dans «l’affaire Ebossé ». Le 8 janvier 2010, le bus transportant les joueurs du Togo avait été mitraillé par des membres du Front de libération de l’enclave de Cabinda (FLEC) au moment de traverser la frontière qui sépare le Congo Brazzaville de l’Angola. Deux officiels de la délégation togolaise (le chargé de communication et l’entraîneur adjoint) ont été tués lors de l’attaque, sans compter les nombreux blessés parmi le groupe de joueurs.

La CAF n’a pris aucune sanction contre l’Angola, pays organisateur, responsable de la sécurité de ses hôtes. Pourtant, il y a eu mort d’homme. Les sévères critiques adressées par la FIFA à la CAF, responsable du tournoi, n’ont abouti à aucune sanction. Le 1er février 2011, une tragédie s’est produite au stade de Port Saïd (Egypte) à l’occasion du match Port Saïd-Ahly Le Caire. Un lourd bilan : 74 morts dans les rangs des supporters des deux clubs égyptiens. Ni Port Saïd et encore moins El Ahly du Caire n’ont été suspendus par la CAF.
La lutte contre la violence dans les stades est l’affaire de tous. Mais elle ne doit en aucun cas servir d’alibi pour régler des comptes, comme vient de le faire la CAF avec la JS Kabylie.

Yazid Ouahib
El Watan

Diamond
23/09/2014, 07h58
Saha elfamilia, wech rak chouya :)

La lutte contre la violence dans les stades est l’affaire de tous. Mais elle ne doit en aucun cas servir d’alibi pour régler des comptes, comme vient de le faire la CAF avec la JS Kabylie.

ET pourquoi la CAF aurait des comptes a regler avec la JSK?

L'inaction de la CAF lors des precedents incidents ne veut pas dire qu'ils doivent se taire sur tout ce qui risque de se passer

Néo
23/09/2014, 19h54
J'espère que cela reste un exemple et que les clubs réussiront a sensibiliser leurs supporters
Bon exemple ils le méritent enfin ils ne sont pas tous comme ça....
C'est il y regne un certain holliganisme par mis les supporters algerien s ce qui ternie l'imagedu football algérien.....

elfamilia
24/09/2014, 07h44
Salut Diamond,

labès ihennik. Wentouma wach rakoum bezzaf ? :mrgreen:

Dans l'absolu, ce que tu dis peut se défendre, mais le problème (du moins selon l'article) non seulement le deux poids deux mesures, la CAF outrepasse ses prérogatives. Il semble qu'elle ne dispose d'aucun statut juridique qui lui permet de prononcer de telles sanctions.

A cette cadence il ne s'agit pas de nouvelles mesures fermes qui visent à éradiquer la violence, mais d'une sanction à la carte (à la tête du client). Si demain un autre drame ait lieu, la CAF peut ne pas prendre aucune mesure puisque aucun texte de loi ne le lui permet. Et elle a un argument à faire valoir : "il ne s'agit pas de nos prérogatives".

Djigo
24/09/2014, 10h15
ET pourquoi la CAF aurait des comptes a regler avec la JSK?
entre hayatou et hannachi c'est une très vieille histoire qui remonte au début des 90's, les deux hommes ne s'apprécient pas trop.

bel-court
24/09/2014, 10h44
Pure injustice. L'Algérie reste le seul pays au monde où un joueur peut mourir dans un tunnel qui mène aux vestiaires sans qu'une seule preuve ne soit présentée pour accuser d'une manière légale une personne. Et quand il s'agit de la JSK bien sûr que les autorités en place ne seront que réjouies.

Cookies