PDA

Voir la version complète : L'Etrangère de Tipaza


ben
26/07/2003, 19h11
Un amour en ruine :cry:


Brahim Hadj Smaïl essaye à travers son premier roman, L'Etrangère de Tipaza, d'opérer une jonction thématique avec L'Ecole d'Alger, mouvement littéraire né en réponse aux « Algérianistes » qui avaient produit toute une hagiographie à la gloire de la conquête coloniale.
Les figures emblématiques qui avaient donné naissance à L'Ecole d'Alger furent Gabriel Audisio, Emmanuel Roblès et Albert Camus. Le ton est ainsi donné dès la page de garde du roman avec cette épigraphe tirée des Noces camusiennes où il est dit : « Hors du soleil et de la mer, tout me paraît futile à Tipaza. »
En un mot, focaliser sur les deux éléments fondateurs qui ont inspiré le mouvement et que Camus a immortalisé avec le personnage de Meursault dans son uvre majeure L'Etranger.
Pour mémoire : « Meur renvoie à mer » et « sault pour soleil ». C'est cette même affirmation qui convainc Florence, antiquaire de son état, de braver toutes les mises en garde pour venir en pleine tourmente intégriste passer quelques jours en Algérie.
Profitant d'une pause entre deux ventes au bout du monde, Tipaza s'offrait comme un lieu de ressourcement et de reconstruction après une relation amoureuse désastreuse.
Le hasard lui fit rencontrer Yacine qui essayait tant bien que mal de conserver les vestiges romains des multiples dégradations engendrées par le temps et la négligence humaine. Florence et Yacine se promirent sur les décombres de cette civilisation antique l'amour éternel. Et cet amour ne pourrait s'accomplir que lorsque ce dernier devait quitter son pays pour aller s'installer à Paris. Mais les procédures d'acquisition du visa s'avérèrent décourageantes, une entrave supplémentaire qui vient s'ajouter à la situation sécuritaire du pays. Parcours du combattant mais au bout des retrouvailles où les câlins et les haleines se mêlent.
Cet amour qui se déroulait comme un long fleuve tranquille est guetté par des embûches tapies dans l'ombre. D'abord, il y a le père de Florence. Ancien de la Guerre d'Algérie pour qui le temps s'était arrêté à cette période. Il nourrissait sa mémoire par une aversion à tout ce qui est algérien.
En apprenant l'existence de cet homme venu de la rive sud, il enjoignit à sa fille de mettre un terme à cette relation qui lui semblait contre nature. Ensuite, c'est l'Administration qui se saisit de l'affaire.
Yacine est sommé de régulariser sa situation de présence sur le territoire français. Le seul moyen d'y parvenir reste le mariage entre les deux tourtereaux. Or là aussi Florence fit obstruction car elle tenait à sa liberté. Elle proposa une solution qui parut à Yacine indécente. Pour le garder, elle voulut qu'il acceptât un mariage blanc avec une autre femme.
Ecoeuré par la conduite de Florence, il se réfugia à Londres. Brahim Hadj Smaïl fait aussi uvre de pédagogie dans son premier roman en montrant une réalité algérienne en rupture avec celle véhiculée par certains médias qui culpabilise les victimes et fait la part belle aux vrais assassins.

Slimane Aït Sidhoum

L'Etrangère de Tipaza de Brahim Hadj Smaïl, éditions France Maghreb 2003.
Le Matin 1er juin 2003
Un amour en ruine
par Slimane Aït Sidhoum



---------------------http://dzlit.********/img/bhsmail.jpg

Cookies