PDA

Voir la version complète : Hamrouche : « Je ne me sens pas concerné par le commentaire de la revue El Djeich »


ott
20/12/2014, 19h39
Mouloud Hamrouche : « je ne me suis pas adressé à l’Armée »


TSA - le 20 décembre 2014 à 18 h 25 min - Hadjer Guenanfa @HadjerGuenanfa.


Mouloud Hamrouche répond à ses détracteurs concernant sa position sur le rôle de l’Armée dans son projet de transition politique. « Je ne me suis pas adressé à l’Armée », a-t-il lancé, ce samedi 20 décembre lors d’une rencontre à Sidi Bel Abbès. Répondant à une question sur l’éditorial de la revue El Djeïch évoquant notamment la dernière présidentielle, il poursuit : « Je ne me sens pas concerné par les propos de la revue. Je pense qu’ils s’adressent à ceux qui se sont adressés à l’Armée (…) Moi, j’ai parlé de l’Armée et de son rôle. Je suis un ancien militaire. Je connais la discipline et je la revendique ».

Le rôle de l’Armée

Mais l’ancien chef du gouvernement persiste et signe : « l’Armée est la colonne vertébrale de l’Etat parce que c’est l’une de ses institutions et non l’une des institutions du pouvoir ! ». « L’Armée est celle de tous les Algériens et elle est constituée de tous les Algériens. Elle a pour mission de les défendre et de défendre le territoire national », a-t-il ajouté. L’Armée a deux missions à remplir, selon lui.

« Il y a le rôle de l’Armée aujourd’hui et le rôle de demain. Ce dernier ne constitue pas un problème. Il sera facile quand toutes les volontés trouveront un accord. Et son rôle aujourd’hui n’est pas posé », avance-t-il. Cela dit, « il y a certaines actions, des choses à faire dans le contexte actuel. Les élites nationales politiques et non politiques, les syndicats et les associations doivent se rendre compte de l’importance de ce sujet et qu’ils sensibilisent les autres à l’importance de ce sujet », poursuit-il.

Contre les élections anticipées

Mouloud Hamrouche est contre la tenue de présidentielles anticipées, comme réclamées par la CNLTD. « Des présidentielles anticipées ne ramèneront rien de plus par rapport à ce qu’il y a aujourd’hui », affirme le conférencier qui estime que cette revendication rentre dans la « logique d’alternance de personnes au pouvoir ». L’ex-chef du gouvernement estime que la situation générale du pays est grave sur tous les plans. « Chose qui nécessite aujourd’hui plus que par le passé, de la prudence ».

Mouloud Hamrouche évoque « une déstructuration de l’administration gouvernementale » et « l’affaiblissement de l’expertise gouvernementale ». « Aujourd’hui, vous avez une fausse information qui donne lieu à une fausse analyse puis à de fausses décisions », dit-il.

Hamrouche appelle à « libérer l’Etat de l’hégémonie du pouvoir et des personnes ». « Il faut parler de l’Etat. Quand on règlera ce problème, on ira vers la démocratie, des modifications de textes de lois. Pourquoi les Tunisiens sont mieux que nous ? », a-t-il lâché.

« Je ne suis candidat à aucun poste »

Mouloud Hamrouche insiste sur la nécessité de la construction d’un nouveau consensus national. « Nous avons besoin aujourd’hui plus que jamais d’un consensus national pour protéger notre identité, l’unité de notre territoire et garantir la sécurité de notre pays ». Et c’est ce consensus qui doit « réhabiliter l’Etat » et protéger « la cohésion nationale ».

Mouloud Hamrouche est revenu, longuement, sur l’histoire de l’Algérie depuis 1830 et la lutte contre le colonialisme français, pour expliquer que l’objectif de la libération n’a pu être concrétisé qu’une fois un consensus national construit.

« La chute des prix du pétrole n’est pas un problème »

Mouloud Hamrouche dément avoir une quelconque ambition politique. « Je ne suis candidat à rien », a-t-il assuré. Pour lui, la chute du prix du pétrole ne constitue pas un problème. « Le prix du pétrole n’est pas un problème, le problème est qu’on n’arrive pas à inventer des solutions », a-t-il lâché, avant d’avouer une crainte : « J’ai peur qu’on opte pour les solutions du passé ».

tawenza
21/12/2014, 10h19
tjrs la même chanson du candidat à rien.. mais ne dira pas non..

le pays a changé et ce discours FLN ne marche plus...

le même hamrouche a fait appel à l'armée à l'occasion du dernier scrutin.. maintenant il ne se sent pas concerné ...

le personnel politique est tautologique...

ps : j'ose espérer que sa guemara disparaisse définitivement du paysage politique

xaval
21/12/2014, 10h24
Tant qu'il reste un seul gugus de son genre (FLN),l'Algérie continuera dans son cauchemard.A qd un Gouvernement civil??

Gétule
21/12/2014, 10h40
guemara disparaisse définitivement du paysage politique

Pour laisser place à qui ? aux coiffeuses et bouchers qui sont devenues députés peut être ?

xaval
21/12/2014, 17h54
Pour laisser place à qui ? aux coiffeuses et bouchers qui sont devenues députés peut être ?


Le pouvoir aux civiles.
Qd le Général commandant des armées
dépendra du premier Ministre,l'Algérie
serait sur la voie de la démocratisation
de son système.

katiaret
22/12/2014, 00h02
Mouloud Hamrouche est revenu, longuement, sur l’histoire de l’Algérie depuis 1830 et la lutte contre le colonialisme français, pour expliquer que l’objectif de la libération n’a pu être concrétisé qu’une fois un consensus national construit.

il est temps de y penser a cette chance donnér aux algerien ...

le pays a changé et ce discours FLN ne marche plus...
de quel discour parle tu ? ou ta observer cette changement :rolleyes:

« J’ai peur qu’on opte pour les solutions du passé ».
il a raison algerie a perdu beaucoup de chose dans les année 90 elle mème payer cher cette facture

Cookies