PDA

Voir la version complète : le mental chez les footeux


samarkand777
29/01/2015, 07h34
Souvent on entend les supporters râler sur tel ou tel sélectionneur car il n'a pas fait jouer leur joueur préféré ...mais il faut savoir que nous avons une vision déformée de la réalité.

nous on va juger sur les qualités de dribble ou de but d'un joueur ou tout simplement sur le fait que ce joueur la a très bien joué les matchs précédents pour demander que le sélectionneur le mette dans son 11 type.

mais le sélectionneur côtoie tous les joueurs de près et sait exactement quel est leur état de forme tant physique que psychique.

par exemple gourcuff (prof de math) est connu pour rentrer tous les paramètres de tous les joueurs sur un ordinateur (km parcourus,tacles réussies, ballons pris de la tête,ballons interceptés,ballons dégagés etc etc) et avec tous ces chiffres il peut savoir si tel ou tel joueur progresse ou non.il pourra pc a la main aller voir djabou par exemple et lui dire qu'il doit travailler son physique car il a remarqué qu'il ne parcourait que 8 km par match contre 10 km 2 mois plus tôt.
puis gourcuff va comparer les chiffres de djabou avec ceux de soudani.et s'il voit que quasiment tous les chiffres sont en faveur de soudani, il n'hésitera pas a mettre djabou sur le banc .

pour nous ,vu de l'extérieur ,on va pas trop le comprendre et demander a voir djabou qui est un grand technicien mais gourcuff lui s'en moque un peu et va lui préférer un joueur qui va courir plus, défendre mieux, presser mieux etc etc et comme on sait bien que le foot se joue sur des détails....avouez que ces détails la ont leur importance.

et puis la c'est seulement au niveau des stats sur le terrain.si le coach hésite entre 2 joueurs il va pousser la comparaison plus loin : le psychique (qui fait souvent la différence entre un bon joueur et un très bon joueur).

avec le match qui se profile contre la cote d'ivoire, gourcuff va préférer avoir 11 guerriers sur le terrain qui vont rien lâcher au détriment peut-être de la qualité .c'est pour cette raison qu'on a souvent des joueurs moyens qui font de grandes carrières et dans le même temps des joueurs pétries de talent mais qui vont avoir une carrière en dent de scie et pas digne de leur talent (djabou,ben arfa par ex) car ces joueurs la sont défaillants quelques part .ils sont techniquement au dessus des autres mais au niveau concentration,combativité etc c'est faible.

donc voila, le boulot de gourcuff n'est pas simple, il doit former 11 guerriers prêts a se sacrifier l'un pour l'autre .

et quand on dit que gourcuff n'a pas le talent de vahid car il n'a pas su dénicher de talents made in algérie....c'est faux car gourcuff n'attend que ça ! d'ailleurs c'est dans les clauses de son contrat de dénicher des joueurs du championnat local pour les intégrer aux A .
mais en foot c'est souvent question de génération.vous avez 3/4 joueurs nés presque la même année qui vont émerger en même temps (et vahid est tombé au bon moment) puis ensuite vous avez un trou de quelques années .c'est cyclique c'est tout. (comme la génération 87 en france benzema nasri ben arfa menez)

des talents il y en a beaucoup en algérie mais savoir dribbler ne suffit plus dans le foot moderne.il faut savoir courir vite,longtemps,savoir défendre,sauter haut et surtout être fort mentalement pour ne pas rater son pénalty,ou son tir devant le gardien adverse ou même son tacle sans provoquer de pénalty.
c'est pour ces raisons qu'on a du mal a trouver beaucoup de joueurs issus du championnat local .il y en a mais on doit travailler tous ces aspects la avec eux car leur formation n'était pas au niveau. et qui dit travailler dit..du temps.

pour former un jeune ça prend 12 ans ! donc même si on réformait complètement notre formation, on aurait des résultats qu'en 2027 ....

vahid a fait beaucoup pour le foot algérien mais maintenant on doit passer a la vitesse supérieure en professionnalisant nos clubs pour de bon.chaque club doit disposer de son centre de formation .


on se souvient du brésil qui s'est fait humilier par l'allemagne 7/0....qui pourtant évoluait a domicile.
est ce qu'on peut dire que les joueurs allemands étaient largement meilleurs que les brésiliens ? non ! si on compare poste par poste c'est équivalent.
mais la différence s'est faite au niveau du mental.les allemands froids et non calculateurs ont atomisés les pauvres brésiliens qui ne savaient même plus faire une passe....dépassés par l'enjeu et jouant chacun sa partition ils n'ont pas fait long feu face au bloc solide allemand.

de nos joueurs les équipes ont tous des joueurs bien préparés physiquement et la différence se fait justement sur le mental.l'équipe qui a les joueurs les plus concentrés et motivés gagne le match .

chaque week-end on voit de grosses équipes perdre face a des petites équipes. pourquoi ? les joueurs de la grosse équipe entrent sur le terrain en se croyant déja vainqueurs....

vu des tribunes, on ne comprend pas, on se met a insulter les joueurs mais en fait c'est très très difficile pour toutes les équipes d'être concentrées a 100% a tous les matchs.il y a obligatoirement du relâchement dans la saison.(tant pour les joueurs que les équipes). et c'est encore plus difficile de l'être face a une faible équipe.
c'est pour cette raison qu'on dit que l'algérie est meilleure face aux grosses cylindrées.
la pour dimanche gourcuff n'a absolument rien a faire, les joueurs vont être a 150% c'est certain.mais les ivoiriens aussi....donc c'est a qui saura rester le plus longtemps possible dans le match tout en jouant collectif qui gagnera.c'est tout.

si les clubs prennent a 100% en charge les joueurs c'est justement pour leur éviter de penser a autre chose qu'au foot.

et la je ne parle même pas de l'entourage des joueurs, les agents véreux etc j'aurai pu aussi parler de ces banlieusards qui deviennent millionnaires a 20 ans ...pas simple de rester concentré quand les plus belles filles du monde te font de l'oeil même si t'es moche....(cas ribery)

samarkand777
29/01/2015, 15h02
si au fil du match le grand cerveau (11 joueurs)mis en place par gourcuff commence a donner des signes de faiblesses sur le côté droit par exemple, gourcuff va tenter de remettre en place ses joueurs, leur demander d'avancer ou reculer d'un cran et si ça va toujours pas , il choisira le joueur le plus capable de régler le problème .(donc changement).
un banc de touche est très important de nos jours. on moque souvent les remplaçants mais c'est souvent eux qui font la différence (soit marquer soit garder le score).

on se souvient du real madrid malmené en finale de ldc par l'athlético mais le real madrid grâce a un banc de grande qualité a renversé la vapeur et dominé la fin du match (joueur de talents et frais).

samarkand777
29/01/2015, 15h13
Les avertissements reçus par les joueurs lors de la phase de groupes de la Coupe d’Afrique des Nations CAN 2015 sont annulés pour la suite du tournoi, selon les règlements de la compétition, a indiqué la Confédération africaine de football (CAF).
« A la fin de la première phase du tournoi final (matchs de groupe), les avertissements reçus sont annulés pour la suite de la compétition. Toutefois, les joueurs ayant reçu deux avertissements purgeront le match de suspension » selon l’article 42.2 du chapitre 17 (sanctions des joueurs).
Cinq joueurs algériens ont écopé d’un avertissement lors des trois rencontres de la phase de groupes: Aissa Mandi (53′) contre l’Afrique du Sud (3-1), Bougherra (45′) et Bentaleb (73′) face au Ghana (0-1), Taider (51′) et Rais M’bolhi (77′) devant le Sénégal (2-0). Leurs avertissements sont désormais annulés.
L’Algérie est qualifiée pour les quarts de finale de la CAN 2015. Elle affrontera la Côte d’Ivoire dimanche à Malabo à 20h30 (Heure d’Alger).

samarkand777
29/01/2015, 15h34
voici l'équipe type de la première partie de la can :




Aymen Mathlouthi (Tunisie) : Au cours de ce premier tour, le portier de l'Étoile du Sahel a une fois de plus montré qu'il faisait bien partie des meilleurs du continent à son poste. Entre claquettes et sorties aux poings, « Balbouli » est apparu beaucoup plus serein que sa défense. Le temps où on l'appelait « Balboulette » est bel et bien révolu.

Kara M'Bodji (Sénégal) : Une révélation. Une surprise. Un roc. Et même un buteur. Jamais battu dans les duels aériens avec son gabarit de lutteur, Kara M'Bodji, joueur du KRC Genk en Belgique, reste une des seules satisfactions dans cette sélection sénégalaise.

Syam Ben Youssef (Tunisie) : Le match face au Cap-Vert aurait dû être le sien, notamment grâce à un sauvetage sur la ligne. S'est fait avoir comme un bleu sur la simulation de Heldon. Dans l'ensemble infranchissable, le natif de Marseille a réussi un autre exploit, et pas des moindres : se faire respecter malgré sa coupe de hipster.

Madjid Bougherra :(algerie) On attendait les stars offensives d'El Khadra, on les a aperçues. En revanche, si vous cherchez le patron, il est là. Impressionnant lors de ses deux sorties avec l'Algérie, « Magic » rassure l'équipe par sa sérénité. Et dire qu'il joue ses derniers matchs avec la sélection…

Faouzi Ghoulam (Algérie) : C'est son but face à l'Afrique du Sud qui a mis l'Algérie sur les bons rails dans cette CAN. Globalement inarrêtable, Ghoulam s'est montré tout aussi infranchissable. Ne lui reste plus qu'à aller chercher son précieux.

Javier Balboa (Guinée équatoriale) : Avec son nom, on aurait pu le voir en puncheur. Pourtant, ce Balboa-là, c'est la finesse au milieu du Nzalang Nacional. Formé au Real Madrid, il va participer là à son deuxième quart de CAN après celui de 2012. Avec l'ambition de briller devant ses supporters.

Yassine Chikhaoui (Tunisie) : Le Julian Ross des genoux. Sans ses articulations pétées, qui sait quelle carrière aurait pu mener Yassine Chikhaoui. Quand il pose le ballon sous son pied, on a l'impression qu'il joue avec une balle de hand. Une technique hors du commun, un abattage sans fin malgré ses airs nonchalants : appelez-le Juan Zlatan Riquelme.

Ibrahima Traoré (Guinée) : Déterminé à prouver que son pays est autre chose qu'une contrée touchée par le virus Ebola, le « Messi de Conakry » a fait goûter la pelouse à moult de ses adversaires. A remis au goût du jour l'expression « enrhumer son vis-à-vis ».

Bakary Sako (Mali) : Si vous aviez oublié le pied gauche de « Baky Sako », sachez qu'il est toujours bien en place. Exilé du côté de Wolverhampton depuis trois saisons, il a marqué un des buts de la CAN avec une superbe demi-volée face à la Côte d'Ivoire.

Max-Alain Gradel (Côte d'Ivoire) : Gradel était blessé. Gradel ne devait pas faire la CAN. Gradel a passé une IRM. Gradel est apte à jouer. Gradel marque une fois. Gradel marque deux fois. Gradel qualifie la Côte d'Ivoire. Saint-Étienne ne comprend toujours pas qu'il soit sur le terrain.

Thievy Bifouma (Congo-Brazzville) : La crête la plus haute de cette Coupe d'Afrique. Mais aussi le total de buts le plus élevé. Avec deux pions à son compteur, l'attaquant d'Almería se régale avec sa sélection. En revanche, cette coupe…

Remplaçants :

Seydou Keita (Mali) : En Afrique, l'ancien est une personne respectée par ses cadets. Alors autant dire que Seydou Keita et ses 7 tournois continentaux, c'est une institution. Quelle tristesse, ça va être le jour où le métronome des Aigles du Mali prendra sa retraite...

Diafra Sakho (Sénégal) : Alors que les marabouts et les sorciers blancs se livraient depuis des lunes une bataille sans fin sur le continent africain, une troisième force est apparue : la guilde des médecins de West Ham. Capable de rétablir un joueur et de lui jeter un sort qui l'empêche de prendre l'avion. Costaud.

Kévin Constant (Guinée) : La pression, c'est quoi ? Rien que pour sa panenka face à la Guinée, il mérite sa place ici. Une panenka qui va lui permettre de vivre un tirage au sort pour savoir qui du Mali ou de la Guinée jouera les quarts de finale. Merci la CAF.

Felipe Ovono Ovono (Guinée équatoriale) : « Je vais chercher la balle, je vais chercher la balle. »

André Ayew (Ghana) : L'OM espérait le récupérer la semaine prochaine. À 10 minutes près, leur rêve était exaucé. Sauf que lui ne voulait pas rentrer de suite sur la Canebière et a qualifié le Ghana d'un coup de casque dont le Papa Abédi avait le secret.

Aymen Abdennour (Tunisie) : Si un grain de sable peut niquer une mécanique parfaitement huilée, alors imaginez le bordel que peut foutre un rocher.

samarkand777
29/01/2015, 15h37
bizarrement l'algérie est la meilleure attaque de la can mais c'est ses joueurs défensifs qui brillent le plus (bougherra,ghoulam,mandi,mbolhi etc) mais je pense que ceux de devant vont prendre le relai...

samarkand777
29/01/2015, 18h19
Vahid Halilhodzic a été interrogé par le Point Afrique afin d’avoir l’avis éclairé de celui qui fut le sélectionneur des deux Pays. Pour Vahid, L’Algérie est favorite.
Ainsi invité à s’exprimer sur cette affiche, il déclare que c’est une finale avant la lettre et confie que les Verts sont favori « Pour moi, aujourd’hui, l’Algérie est favorite. Ce n’était peut-être pas le cas avant, mais il me semble que l’Algérie est l’équipe la plus forte. Cette équipe que j’ai façonnée pendant trois ans est mûre, plus solide, le groupe n’a pas tellement changé ni son organisation tactique d’ailleurs. L’Algérie est aussi dans cette spirale positive du bon Mondial que nous avons réalisé ensemble au Brésil.»
Interrogé sur la capacité pour les Algériens d’aller au bout le Bosnien rétorque « Avec les éliminations de grandes nations comme le Cameroun, le Sénégal, et le Mali, je pense en effet que si l’Algérie élimine la Côte d’Ivoire en quart de finale, le tournoi lui sera ouvert. Après, il faudra encore montrer du caractère pour aller au bout de ce tournoi ».
De plus Vahid précise que l’Algérie ne peut pas se baser sur un leader, sa force reste avant tout collective « Il n’y a pas en Algérie de joueurs de la dimension d’un Drogba ou d’un Eto’o. Il n’y a pas de vedettes en Algérie. La force de cette équipe est collective. On l’a d’ailleurs montré à la dernière Coupe du monde au Brésil. »
***********

Cookies