PDA

Voir la version complète : Espagne: le Real gagne sans Ronaldo mais avec Benzema


absent
31/01/2015, 18h42
Karim Benzema, auteur d'un doublé dont une frappe lumineuse en lucarne, a permis au Real Madrid d'éclipser la Real Sociedad (4-1) samedi pour la 21e journée du Championnat d'Espagne, masquant l'absence de Cristiano Ronaldo, suspendu, et les problèmes défensifs persistants du leader merengue. On attendait Gareth Bale, on a vu "Benz": le Français a étincelé au stade Bernabeu, marquant sur une passe en retrait du Gallois (52), puis expédiant une merveille de frappe enroulée (76) hors de portée du gardien.
Auparavant, le Basque Aritz Elustondo avait profité des flottements défensifs madrilènes pour ouvrir le score dès la première minute sur corner, avant que James Rodriguez n'égalise rapidement pour le Real (3) et que Sergio Ramos ne donne l'avantage au club merengue, après une frappe repoussée de l'inévitable Benzema (37).
Au classement, le Real Madrid (51 pts) prend provisoirement quatre longueurs d'avance sur le FC Barcelone (2e, 47 pts), qui reçoit Villarreal dimanche soir (20h00 GMT). L'Atletico (3e, 44 pts), se déplace samedi soir à Eibar.
Solide leader de la Liga, le Real aura en outre l'opportunité d'accroître encore son avance mercredi prochain avec la réception de Séville en match en retard de la 16e journée.
Ce sera à nouveau sans Ronaldo, qui purgeait samedi le premier de ses deux matches de suspension, reçus pour un mauvais geste le week-end dernier à Cordoue (2-1).
Présent en tribunes, le Portugais a pu constater que, comme face aux Cordouans, le Real Madrid a affiché une fragilité inquiétante en défense.
L'exquise frappe de Benzema
La facilité qu'a affiché la Real Sociedad pour s'approcher de la cage d'Iker Casillas a d'ailleurs été concrétisée au bout de 38 secondes de jeu: le latéral Aritz Elustondo, oublié sur corner, a placé une tête puissante qui a fait mouche (1).
Et l'ex-Madrilène Sergio Canales aurait même pu inscrire un deuxième but trois minutes plus tard, en se jetant pour dévier un tir d'Esteban Granero, autre ancien du stade Bernabeu (4).
Cela commence à devenir une mauvaise habitude pour les Madrilènes en 2015, même s'ils semblent avoir une confiance inébranlable dans leur puissance offensive et leur capacité à revenir.
A raison, d'ailleurs: sur un centre du Brésilien Marcelo, James Rodriguez a égalisé d'une tête splendide en pleine lucarne (3).
Dans le rôle du buteur, on attendait plutôt Gareth Bale, dont le statut au Real Madrid suppose qu'il prenne ses responsabilités quand Ronaldo n'est pas là.
Mais le Gallois a encore fait pester ses partenaires par son égoïsme dans le jeu, en chipant par exemple un ballon de but à James pour tirer ensuite à côté devant la cage vide (40). Il s'est néanmoins racheté en seconde période, en offrant le troisième but à Karim Benzema d'une passe en retrait (52).
L'avant-centre français, auteur samedi de ses 10e et 11e buts en Liga cette saison, a été l'homme-clé de la victoire madrilène: "Benz" a combiné, talonné, pris l'espace et c'est sur un de ses tirs, repoussé par le gardien, que Sergio Ramos, à l'affut, a pu inscrire le deuxième but merengue (37).
Et son exquise frappe enroulée depuis le coin gauche de la surface (76) lui a valu à sa sortie du terrain l'ovation méritée du stade Santiago-Bernabeu.

letempsdz

ACAPULCO
31/01/2015, 19h25
Comme quoi, même Ronaldho n'est pas indispensable.

Cookies