PDA

Voir la version complète : 5 bonnes raisons pour Fekir pour choisir l'Algérie


bledard_for_ever
25/02/2015, 18h23
Nabil Fekir rejoindra-t-il Sofiane Feghouli, Yacine Brahimi ou d’autres binationaux formés dans l’hexagone qui ont préféré revêtir les couleurs d’El-Khedra ? Ou suivra-t-il le chemin de Zinedine Zidane, Karim Benzema, Camel Meriem ou Samir Nasri en rejoignant les Bleus ? Son père l’avait déjà annoncé en décembre dernier, son fils donnera sa réponse au mois de mars.

Interrogé à ce sujet par Vincent Duluc dans l’Equipe, le Lyonnais a confirmé cette deadline tout en indiquant que s’il était appelé par Didier Deschamps, il lui serait difficile de dire non… Une manière sans le dire de faire directement un appel du pied au sélectionneur des Bleus. Ce dernier lui a répondu avec son habituel langue de bois en maniant le double sens chez nos confrères de RMC : « Si je prends Nabil Fekir, c’est que je suis convaincu de ses qualités. Je ne vais pas le sélectionner demain pour l’empêcher de jouer ailleurs. Si les deux nations l’appellent, il faudra qu’il choisisse. Il a liberté de le faire. Si je ne l’appelle pas, il ira ailleurs. Mais si je l’appelle, il pourra quand même aller ailleurs. Ce sera son choix.» Ce qui en somme signifie que s’il est sélectionné par la France, cela sera pour ses performances, et non pas pour le bloquer «psychologiquement» vis à vis de l’Algérie. Réponse en mars. Au Maghreb Football Club, comme Mohamed, son père, nous avons décidé de le motiver pour rejoindre El-Khedra, et nous avons trouvé cinq bonnes raisons (sans forcer).

Mais dans tous les cas, la seule et unique motivation de choisir est celle du coeur, et nous laissons Nabil l’écouter, sans le juger. Ce n’est pas un camp contre un autre. C’est juste du football et une nationalité sportive. Beaucoup d’Algériens ont aimé Zinedine Zidane avec la France, d’autres et mêmes parmi les joueurs de la sélection algérienne actuelle ont supporté Karim Benzema au Brésil lors du dernier Mondial. Les « DZ » aimeront voir briller Nabil Fekir avec les Bleus. A 21 ans, c’est déjà un maximum de pression sur les épaules d’un joueur de Ligue 1 qui n’a qu’un an d’expérience au haut niveau, et dans un Championnat classé 6e à l’indice européen. Le mot de la fin revient à Sofiane Feghouli qui en novembre dernier avait donné son avis sur FF.fr : «Si j’ai un conseil à lui donner, c’est de gagner sa place dans son club. Et s’il se sent Algérien de coeur, il sera le bienvenu parmi nous. Il sera alors accueilli comme nous l’avons tous été. Bougherra et d’autres anciens nous ont ouvert les portes. Si maintenant il ne se sent pas Algérien, on lui souhaitera le meilleur.» Sage parole.

L’Algérie, une alternative plus que crédible

A la différence des années 1990 et 2000, l’Algérie n’est plus un géant endormi. Sous l’impulsion du président Raouraoua, El-Khedra a pris une toute autre dimension. Elle est la première nation africaine au classement FIFA, huitième de finaliste du dernier Mondial, et s’est hissée en quart de finale de la dernière CAN, battue par la Côte d’Ivoire, future vainqueur. Pour rappel, elle a poussé dans ses derniers retranchements l’Allemagne au Mondial, et aurait pu rencontrer la France en quarts de finale. Entre les deux nations, l’écart n’est plus abyssal. Avantage aux Bleus, mais jouer pour les Fennecs c’est aussi être capable de tutoyer le très haut niveau. Crédible sur le terrain et également en dehors… Vous savez ces détails qui font la différence. Loin de certains clichés du football africain, aucun amateurisme n’est permis. Les Fennecs sont dotés d’un centre d’entraînement au sud d’Alger qui n’absolument rien à envier à Clairefontaine. C’est la sélection la plus professionnelle d’Afrique, et la plus riche. Les sponsors se battent pour associer leur nom à l’équipe nationale. Dans tous les domaines, l’Algérie c’est du haut niveau.

Le syndrome Meriem

Cet immense dilemme entre les deux pays a donné lieu à une maxime en Algérie : «Il vaut mieux devenir un Zidane par rapport d’Algérie que de connaître le sort d’un Meriem avec les Bleus.» D’un côté, l’Algérie, une possible qualification au Mondial, une CAN tous les deux ans, un engouement exponentiel pour des joueurs professionnels adulés comme des pop stars… ou alors 3 sélections avec les Bleus, le tube d’un été flamboyant, et l’anonymat au bout. Ce que nous avait également expliqué en 2009, Nadir Belhadj :«J’ai fait très vite le choix de l’Algérie. Je n’avais pas envie de me retrouver comme certains qu’on appelle une fois ou deux et puis plus rien. Souvenez-vous de Bafé Gomis, c’était le tube de l’été il y a deux ans. Aujourd’hui, Domenech ne le convoque plus. Et demain, il est possible qu’il ne joue plus aucune compétition internationale. Parfois, tu as l’impression qu’on prend des mecs juste pour qu’ils ne puissent plus honorer la sélection d’origine.» Certes, ce risque existe aussi avec l’Algérie, mais il est beaucoup moins important. Très prometteur, Nabil Fekir vient d’éclore au haut niveau. Sous les feux des projecteurs, le Lyonnais n’a que six mois de vie dans ce nouveau contexte. Cela reste fragile pour s’assurer une place au soleil, et pour s’inscrire dans la durée. Camel Meriem, Sabri Lamouchi ou Bafé Gomis, Aly Cissokho ou d’autres sont passés à côté de Coupes du monde ou de CAN en raison de quelques sélections en EDF, et puis plus rien… Dans la carrière d’un joueur, les compétitions internationales ça compte. C’est même le sel qui fait toute la différence. C’est un élément qui doit être pris en considération.

Une star en Algérie, un joueur parmi d’autres en France…

Avec les Bleus, évidemment que l’argent est au rendez-vous, et qu’il est plus facile de trouver un club de niveau C1 en ayant revêtu le maillot de la France. Ce que nous avait bien expliqué l’attaquant Rafik Djebbour, il y a quelques années : «Les deux seuls Franco-Algériens qui jouent en équipe de France, sont dans des grands clubs. Je ne suis pas sûr que si Benzema et Nasri étaient devenus internationaux algériens, ils seraient aujourd’hui dans les mêmes lieux». Arrivé à un certain niveau, ce n’est plus une affaire de cœur, mais davantage un choix professionnel avec des conséquences économiques sur une carrière. Jean Michel Aulas l’a bien compris, et il sait qu’il tient là, avec Lacazette sa deuxième pépite, sa deuxième poule aux d’œufs d’or. Avec les deux en Bleus, on pourrait multiplier par deux au moins la somme engrangée par l’OL. On comprend mieux sa récente déclaration : «Je sais que Didier Deschamps n’aime pas trop qu’on lui donne des consignes, mais si j’étais à sa place, je me rapprocherais de Fekir rapidement avant que quelqu’un d’origine bretonne (le sélectionneur de l’Algérie Christian Gourcuff) ne s’en charge».En terme de notoriété, à moins d’être Zidane ou Benzema, vous êtes noyés dans une forme de normalité. En Algérie, dès la première cape, la ferveur est juste incroyable, et une passion sans commune mesure. Aujourd’hui, des joueurs potentiellement sélectionnables par la France comme Yacine Brahimi, Sofiane Feghouli, Nabil Bentaleb ou Faouzi Ghoulam ne regrettent absolument pas leur choix. Sportivement mais aussi financièrement, les primes sont importantes, et les joueurs sont sollicités pour des campagnes de pub avec des grandes entreprises internationales. Autre élément, les Fennecs ont pris une dimension panarabe, et sont très appréciés dans les pays du Golfe. En fin de carrière, les portes s’ouvrent de plus en plus facilement pour un international algérien dans des clubs extrêmement lucratifs.

En France, à la place de qui ?

Choisir les Bleus, c’est aussi une concurrence plus intense, et il est difficile de pouvoir se projeter aussi tôt. Dans son secteur de jeu, la densité de joueur est importante, et elle même croissante. Il y a du monde sur la corde à linge : Benzema, Giroud, Valbuena, Griezmann, Rémy, Gignac, Payet, Lacazette. Et faut faire tourner dans le système de Deschamps ou d’autres talents comme Nabil pourraient aussi venir taper à la porte dans la perspective de l’Euro 2016 : Ntep, Beauvue, Thauvin ou Ben Yedder. Prolongé jusqu’à la prochaine Coupe du monde, Didier Deschamps évolue en 4-3-3 avec une seule pointe en la personne de Benzema. Jusqu’à présent, Nabil Fekir s’est illustré plutôt en neuf demi voire en meneur de jeu derrière deux pointes. Tactiquement, il est donc difficile d’optimiser son potentiel. Et en cas de convocation, on l’imagine être utilisé sur le côté droit, là, où il pourrait y avoir de la place. A gauche, Griezmann est un choix fort de DD. En pointe, Karim Benzema, le meilleur à son poste, et attendu comme la principale arme offensif des Bleus ne s’accommode pas de l’idée de duo. Demandez à Olivier Giroud !

Le chaînon manquant pour Gourcuff

Choisir l’Algérie, c’est aussi être dans un contexte concurrentiel. Les places valent de plus en plus cher. Et surtout dans le secteur offensif : Mais la chance de Nabil Fekir, c’est qu’il présente un profil un peu différent. Plus second attaquant que milieu offensif comme Feghouli, Brahimi, Mahrez ou Boudebouz. Le Breton ne s’est pas trompé. Dès le mois août, il a senti le potentiel du jeune lyonnais, et c’est une blessure à l’épaule qui avait empêché à ce moment là, Nabil de rejoindre l’Algérie. Dans son 4-4-2, Christian Gourcuff peut très bien mettre Fekir en concurrence avec Brahimi, ou décaler le joueur de Porto sur le côté gauche, là où il brille. En somme, il y a du monde, mais il a plus de chance de s’exprimer avec les Fennecs. En second attaquant, il pourrait jouer auprès d’Islam Slimani. Un attaquant altruiste avec sa sélection à la différence de Benzema.

Nabil DJELLIT

ACAPULCO
25/02/2015, 18h45
Malheureusement Fékir est petit de taille , par conséquent les exigences Africaines ne sont pas favorables pour lui quand on sait que pour rivaliser avec les Africains et les battre il faut être grand gabarit, puissant physiquement et surtout avec une grande résistance physique , or Fékir ne remplit pas ces critères ; il peut jouer en europe ça lui va mieux où il n'y a pas de dureté du climat africain (CAN) ou les terrains bosselés d'Afrique .

Serpico
25/02/2015, 19h57
Des qu'un joueur commence à mettre en balance son pays d'origine , il doit être ignoré ..

L’équipe nationale on doit l'avoir dans la peau .

A part Zidane et à un degré moindre Benzema qui a réussi en équipe nationale de France parmi les maghrébins?

Lamouchi , Nasri ,Benarfa, Kabboul , Rami etc sont vite passés à la trappe...

jawzia
25/02/2015, 20h03
Il a jusqu'à 2016 pour y reflechir. Après, quelque soit son choix, il est a respecté.

Serpico
25/02/2015, 21h44
Il a jusqu'à 2016 pour y reflechir. Après, quelque soit son choix, il est a respecté.
Si Deschamps fait appel à lui ( c'est ce qu'il espère ) et qu'il joue un seul match OFFICIEL c'est définitif.

Nabil Fekir (OL): «Si Didier Deschamps m'appelle le mois prochain, ce sera difficile de dire non»

L'avantage c'est que Deschamps n'est pas très chaud pour sa sélection et que la France n'a que des matchs amicaux à jouer car organisatrice de la coupe d'Europe.

Il fera alors un choix par défaut pour l’Algérie et c'est jamais bon d'endosser un maillot( surtout national) pour lequel on n'a pas opté d’emblée ...

Distro
26/02/2015, 08h28
il y a 0 bonnes raisons, Fekir ne doit pas calculer, et l’Algérie ou la France ne sont pas a vendre.

jawzia
26/02/2015, 11h48
qu'il joue un seul match OFFICIEL c'est définitif
C'est ce que je disais : pas avant 2016.

Serpico
26/02/2015, 15h00
C'est ce que je disais : pas avant 2016.
Jawzia
T'as toujours rien saisi !:rolleyes::redface:

Pour défendre une équipe nationale et ses couleurs , il faut désirer cette sélection et l’espérer et non réfléchir à avant .....rien du tout...

On est pas devant le choix... d'un club !!!

jawzia
26/02/2015, 15h20
Pour défendre une équipe nationale et ses couleurs , il faut désirer cette sélection et l’espérer et non réfléchir à avant .....rien du tout...
Je t'explique abruti ! :lol:

Tant qu'il n'aura pas joué un match officiel avec l'Algérie ou avec la France il pourra désirer ce qu'il veut et changer d'avis autant qu'il veut sans que ce la ne soit irréversible.

Dans le cas de la France son prochain match officiel c'est en 2016.

anis constantine
27/02/2015, 11h07
il veut jouer pour la france rabi essahel
ce qui me chagrine c'est comment on se rabaisse pour supplier un joueur de foot de venir alors qu'on ignore tous nos chercheurs medecins ingenieurs etc qui eux peuvent sortir ce pays de cette situation catastrophique

Gandhi
27/02/2015, 11h14
Je suis de l'avis de Serpico

Distro
27/02/2015, 12h52
s'il prend la direction de l'equipe de France c'est tout bon pour l’Algérie. Concentré les efforts sur la formation locale, une place libéré du coup ! On arrêtera de nous prendre la tête avec la formation fr comme réserve de l’Algérie..joueur d'origine algerienne qui réussi en EDF comme zidane c'est bon aussi.

anis constantine
27/02/2015, 13h18
zidane benzema nasri sont des joueurs français point et si fekir joue aved l'EDF qui est sa patrie alors il sera un joueur français à part entiére rabi esahel

moi je reconnais et je vibre pour bentaleb feghouli brahimi djabou slimani soudani mbolhi ......comme c'àtait avec antar ziani bouguerra halliche ...oum dourmane etc..... là j'en pleure encore les ZOMMES

ACAPULCO
27/02/2015, 16h45
ce qui me chagrine c'est comment on se rabaisse pour supplier un joueur de foot de venir alors qu'on ignore tous nos chercheurs medecins ingenieurs etc qui eux peuvent sortir ce pays de cette situation catastrophique

Bravo anis, quand on préfère faire les yeux doux à un footballeur au détriment d'un médecin ou autre profession indispensable à notre essor et développement ; cela s'appelle de la médiocrité , le football a drogué certains au point de les laisser aveugles et sourds.

bledard_for_ever
27/02/2015, 18h11
ce qui me chagrine c'est comment on se rabaisse pour supplier un joueur de foot de venir alors qu'on ignore tous nos chercheurs medecins ingenieurs etc qui eux peuvent sortir ce pays de cette situation catastrophique

Au fait le journaliste est un journaliste français qui écrit notamment pour l'Equipe.

C'est un article qui oriente le choix d'un bi-national pour sa carrière internationale.

Personne ne le supplie, il n y a que lui qui hésite.

Le seul qui fait du forcing, c'est Aulas le président de l'OL. Il sait bien que si Fekir est appelé en EdF, il fera un joli bénéf. Il pousse dans ce sens.

Mais le choix doit être celui du cœur, c'est l'essence même d'une équipe nationale.

bledard_for_ever
27/02/2015, 18h19
Il a jusqu'à 2016 pour y reflechir. Après, quelque soit son choix, il est a respecté.

Salut Jawzia

excat c'est le règlement.

Mais si toutefois il est appelé à jouer en match amical France-Brésil incessamment sous peu, il sera difficile pour lui de prétendre à jouer pour l'Algérie plus tard en match officiel.

Digital
03/03/2015, 09h11
A mon avis fekir tellement il est calculateur se retrouvera surement hors jeu pour les deux selections ,sa derniere interview sur un journal francais il a dit que pour lui le choix du coeur n'existes pas,je me demandes quel selectionneur fera appel a un joueur qui choisi une selection pour tirer le plus de profit pour sa carriere raison sans doute qui fait hesiter gourcuff qui dit qu'il est pas ds ses plans pour le moment et deschamps qui dit qu'il a que 6 mois en ligue 1et attends de voir plus et qu'il va pas le convoquer juste pour le bloquer

sami9313
03/03/2015, 10h06
Des qu'un joueur commence à mettre en balance son pays d'origine , il doit être ignoré .. (Serpico)

+1oeilfermé

WorldCitizen
03/03/2015, 12h30
Bonjour,

Mon avis perso, Fékir me rappelle Ali Benarbia qui a attendu jusqu'à l'âge de 30 ans une selection en équipe de france avant de se décider pour l'Algérie. Je ne veux pas d'un Benarbia bis.

Pour l'anécdote, Moussa Saïb qui avait tout donné pour l'EN d'Algérie avait été sacrifié pour donner les clefs de l'EN à Benarbia (nullissime)... ct qui le sélectionneur? Rabah Madjer qui au passage a prouvé que c'est un enfant gâté en plus d'être un mauvais entraineur.

anis constantine
03/03/2015, 12h43
effectivement d'aprés les derniers echos
fekir ne sera pas appelé ni par deschamps ni gourcuff :mrgreen:

Cookies