PDA

Voir la version complète : CAN 2017 : une gifle pour Raouraoua et l’Algérie !


mage
08/04/2015, 17h07
On croyait Mohamed Raouraoua très introduit à la CAF, finalement les Gabonais se sont avérés plus efficaces dans les jeux de coulisses, en lui chipant l’organisation de la prochaine CAN. Cependant, cela n’aurait pas été possible sans le concours et le soutien de l’homme fort du football Issa Hayatou. L’Algérie a été battue à son propre jeu. C’est de bonne guerre, dirons-nous.

D’après les premières informations parvenant du Caire, des membres influents à la CAF auraient demandé aux Ghanéens de se retirer de la course au profit du Gabon pour pouvoir battre la candidature algérienne. Au bout du compte, les Gabonais ont obtenu 55% des voix contre 45% pour l’Algérie.

C’est un véritable camouflet pour Mohamed Raouraoua et la FAF qui payent aussi pour la violence qui règne dans nos stades. Le souvenir de la mort brutale du joueur camerounais Albert Ebossé est encore vivace dans les esprits. En somme, c’est aussi un vote sanction. Vu sous cet angle, le choix du Gabon devient alors logique. N’empêche, la déception est grande dans le camp algérien. Nos responsables, à tous les niveaux, misaient beaucoup sur cette CAN pour redorer leur blason. Mais force est de constater que la voix de l’Algérie n’est plus écoutée.

À présent, il faudra attendre 2025 pour espérer organiser la CAN, puisque celles de 2019, 2021 et 2023 sont déjà attribuées.

TSA

veniziano
08/04/2015, 18h41
C'est une gifle pour les hauts responsables du pays et pas forcément pour Raouraoua, je m'explique.

Le président de la CAF est le président de la république du Gabon sont des amis, sans oublier que ce dernier a beaucoup aidé la Guinée Équatoriale pour organiser "sauver la CAF" la dernière CAN et il a mis tout son poids à cet effet et depuis le début, contrairement aux responsables algériens qui n'avaient pas l’unanimité de la chose en plus car des hauts placés de l'état étaient toujours contre cette organisation, sans parler d'un président de la république invisible et qui n'a joué donc aucun rôle déterminant quant à cette candidature. De plus toutes les statistiques de la violence dans les stades algériens des deux championnats de D1 et D2 étaient sur la table de la CAF, ajouté à cela la mort de Ébossé ... et aussi je peux citer également le fait que Hayatou n'a jamais été si embêté envers la presse et médias algériens qui le critiquaient sans cesse et en dernier à ne pas oublier la "chkara" qu'ont a surement encaissé les membres votant de ce pseudo bureau exécutif de la CAF.... etc, fait que je trouve cela logique, compte tenu des éléments cités en haut et même si du côté infrastructurelles et organisationnelles, le dossier algérien était, et en de loin, le meilleur et le plus solide mais c'est cela la réalité, les choses ne se font pas seulement sur sur le pays qui a de beaux stades neufs ou de meilleurs hôtels, voire de meilleurs réseaux de transports mais y a d'autres critères très importants à en prendre ne considération, surtout en Afrique.

En tout cas la meilleure réponse des joueurs du staff technique et la fédération est de faire tout pour gagner cette CAN justement au Gabon, cela serait la meilleure réponse à cette instance africaine et aux hauts responsables algériens incompétents.

Na3im
08/04/2015, 18h42
Nos dirigeants ont récolté le salaire de leur générosité , eux qui ont épongé la dette au profit de 14 pays africains !

MOMS13
23/04/2015, 10h28
Quinze jours après l’attribution de la Coupe d’Afrique des Nations 2017 au Gabon, l’Algérie n’a toujours pas digéré la décision de la Confédération Africaine de Football (CAF). Considérée comme la grandissime favorite, elle a perdu la mise après le vote du Comité Exécutif. Et parmi les membres de l’exécutif de la CAF, trois ont retourné leur veste au dernier moment pour accorder leur voix à la candidature gabonaise : Anjorin Moucharafou (Bénin), Amadou Diakité (Mali) et Adoum Djibril (Tchad).



Considéré comme un poids lourd des rouages africains, Mohamed Raouraoua, président de la Fédération Algérienne de Football, a très mal vécu cet affront. A tel point que le patron de la FAF, très contesté au pays, chercherait par tous les moyens à prendre sa revanche sur les « traitres ». Et à en croire les informations du quotidien sportif algérien, Le Buteur, Raouraoua aurait opté pour des mesures de rétorsion, plus spécialement à l’égard du Bénin et du Mali.



«Désormais, il faudra mettre un terme à toutes sortes d’aides envers les deux pays. Ni matchs amicaux, ni stage de recyclage, ni rien du tout », aurait ainsi lâché le « Capo » lors de la réunion du Bureau Fédérale. Une manière comme une autre pour lui de montrer son autorité aux coupables et de rassurer les Algériens après les doutes émis à son égard par le Ministre des Sports, Mohamed Tahmi. On attend le prochain épisode avec impatience.
: onze

guediri
24/04/2015, 00h56
L'Algerie a reçu 45% de voix quand même.oeilfermé

boujdour
30/04/2015, 16h07
CAN 2017 : une gifle pour Raouraoua et l’Algérie !

pour une gifle, c'est en effet une gifle pour tout le pays.

Cookies