PDA

Voir la version complète : PREMIERE MONDIALE. Des Chinois modifient le génome d'embryons humains


haddou
23/04/2015, 19h57
Des chercheurs chinois ont annoncé avoir procédé à des modifications génétiques d'embryons humains. Une première mondiale qui ne va pas manquer de faire couler beaucoup d'encre dans les prochains jours

GATTACA. Coup de tonnerre dans le monde de la génétique. Un groupe de chercheurs chinois a annoncé mercredi 22 avril 2015 avoir procédé à des modifications génétiques sur des embryons humains. Une première mondiale qui réalise le fantasme - ou la crainte - d'une intrusion dans le code du vivant humain. Une expérience qui constitue le franchissement d'une ligne jaune.

L'équipe de Junjiu Huang, généticien de l'université Sun Yat-sen dans la province a en effet publié dans la revue Protein & Cell les résultats de cette première tentative de manipulation génétique appliquée à des embryons humains. Difficile de ne pas considérer l'annonce comme historique étant donné que ce geste est le premier pas concret fait en direction d'une intervention génétique de l'homme sur l'homme, et ce avant la naissance. L'horizon d'une telle démarche ? Difficile à dire pour le moment. Les tenants d'un certain catastrophisme parlerons des problèmes éthiques qui se posent face à la possibilité d'un eugénisme contrôlé "à la source" du type de celui porté au grand écran par le film Bienvenue à Gattaca. Les plus optimistes penseront de leur côté à la possible éradication de nombreuses maladies génétiques avant la naissance des bébés.

Des embryons non-viables

C'est de ce côté que disent se positionner les scientifiques chinois. Pour tenter d’éviter de trop enflammer ce débat, ils précisent que leurs expériences ont été menées sur des embryons humains non-viables obtenus auprès de centres de fertilité qui réalisent des fécondations in vitro. Le but de l'expérience a consisté à tenter de modifier un gène responsable d'une très rare maladie génétique du sang, la bêta-thalassémie ou anémie de Cooley. Une pathologie qui se traduit par un ensemble typique de symptômes tels qu'une modification des os du crâne conférant un faciès mongoloïde, qui apparaît dans l'enfance, un retard de croissance, une splénomégalie (rate de grande taille), une anémie microcytaire (globules rouges de petite taille) importante.

C'est par le biais d'une technique d'ingénierie du génome mise au point en 2012, la CRISPR/Cas9, et dont le principe a été découvert par une chercheuse française, Emmanuelle Charpentier, que les scientifiques ont pu intervenir sur ces embryons. Le principe de la CRISPR/Cas9 consiste à programmer une protéine capable de "couper" l'ADN (Cas9) pour permettre de modifier de façon spécifique et à un endroit très précis le génome. Grâce à cet outil génétique, il devient possible - et même assez facile - de cibler n'importe quel gène dans une cellule pour le modifier. Eteindre ou allumer l’expression d’un gène, le modifier, le réparer, l’enlever... Tout est aujourd’hui possible.

Les chercheurs chinois précisent que leurs résultats révèlent de sérieux obstacles qui se dressent contre l’utilisation de cette méthode à des fins médicales. Ainsi sur les 86 embryons inclus dans, 71 ont survécu, 28 ont pu être manipulés. Mais ce n'est que chez une fraction d'entre eux que la suppression du gène a été réussie. Il s'agit donc d'un demi échec. Néanmoins, au moins quatre autres groupes de recherche en Chine procéderaient en ce moment à des expériences similaires. "C’est la première fois que la méthode CRISPR/Cas9 est appliquée à des embryons humains. Et une telle étude est à la fois un point de repère, aussi bien qu'un récit édifiant", explique à la revue Nature George Daley, biologiste spécialisé dans les cellules souches de l’Ecole de médecine de Harvard à Boston. "Leur étude devrait être un avertissement sévère lancé à n'importe quel praticien qui pense que la technologie est prête pour tester la suppression de gènes de maladie", prévient-il.

sciences et avenir

soufiane-oujda
24/04/2015, 01h46
هو الذي يصوركم في الأرحام كيف يشاء لا إله إلا هو العزيز الحكيم

Les chinoix imitent le pouvoir d'allah !!!???

Lombardia
24/04/2015, 14h06
Même si la technique n'est pas entièrement aboutie, c'est effectivement une première historique qui soulève plein de questions éthiques. En tout cas, la polémique bat son plein dans la communauté scientifique. Certains demandent même un moratoire pour ce genre de pratiques, tant que les conséquence ne sont pas bien étudiées. En effet, il faut savoir, par exemple, que ces manipulations sur le génome affectent même l'hérédité humaine, c'est à dire qu'elles ne portent pas seulement sur une personne, mais sur toute sa descendance...

Mohamed_Rédha
24/04/2015, 18h43
Allah yester..

Ces chinois n'ont ni éthique ni religion.. "la dine la mella". et puis ils n'ont pas honte de cloner n'importe quoi.. les voitures par exemple, n'ont pas échappé au clonage.. :rolleyes: la spark, la nouvelle panda.. les toyota.. même mercedes, rolls royce.. regardez ce qu'ils ont fait de la 206 : :lol:

http://www.cochesadictos.com/wp-content/uploads/2008/05/29-03-08-una-copia-china-del-peugeot-206-01.jpg

bientôt il nous produiront des ouvrier à 4 bras histoire d'augmenter la productivité. :confused:

jour
28/04/2015, 23h28
Ils n'interviennent pas sur le génome, mais sur le patrimoine génétique naturel. L'eugénisme consiste à sélectionner et croiser pour avoir une expression phénotypique.

Pour mieux comprendre, ils détectent une expression déficiente en une protéine corrélée à une maladie, puis ils "contrôlent" le droit à l'existence de ces cellules fécondées, c'est aussi simple que cela.

ernestito
02/05/2015, 19h36
@jour
Heu si ils interviennent sur le génome...
Le patrimoine génétique est l'ensemble du génome...
Ces chercheurs chinois ont utilisé une technique développé par des français, qui consiste a couper de façon spécifique l'ADN....
Rien avoir avec l'eugénisme....

Revois tes définitions ou relis l'article

Jasmyne
03/05/2015, 01h24
lol une 206 à 3 roues! comme c'est vilain!

jour
04/05/2015, 10h14
Ernesto

Impossible, les humains n'ont pas la technologie pour intervenir sur le génome : IMPOSSIBLE.

Ils font de la sélection comme pour les ogm.

Tu peux couper l'ADN à certains loci, mais c'est tout. De là à insérer des exons, je te garantis, les humains ne savent pas faire. Les chercheurs travaillent à contrôler l'expression des gènes par rapport aux croisements sélectifs. Mais je te le redis, les humains ne savent pas intervenir sur le génotype ou le phénotype sur un individu donné.

Le patrimoine génétique, c'est l'ensemble des génotypes issus de sélections. On peut orienter un patrimoine génétique notamment en permettant un développement sélectif, qui ne se réfère donc pas à la liberté et la justice sociale.

Si on détecte une déficience en protéine, je les vois mal faire autre chose que de tuer l'individu avant le stade foetus, malheureusement.

jour
04/05/2015, 10h49
Chez les scientifiques, ça ne passe pas ce néo nazisme mis sur le compte de la science.

jour
04/05/2015, 10h58
Pour un phénotype désiré, à combien d'individus ôtent-ils le droit à la vie ?

ernestito
04/05/2015, 17h26
@jour
Ca se voit que tu n'y connaît rien a La génétique
Juste dis moi OGM, tu sais ce que ça veut dire?
Renseigne toi un peu sur les OGM et comment ils introduisent un nouveau gêne Comme pour le Maïs BT

Cookies