PDA

Voir la version complète : Somfy mise sur un moteur pour connecter l’habitat


katiaret
16/05/2015, 00h49
Pour se démarquer sur les marchés de l’automatisme et de la maison connectée, de plus en plus disputés, Somfy lance un nouveau moteur de volet roulant haut de gamme qui pourrait séduire installateurs et consommateurs. En tout cas, c’est bien l’objectif visé.

Dans la conquête de la maison connectée, Somfy a opté pour un plan d’attaque atypique. Si personne n’arrive à se distinguer sur le terrain de l’automatisme, pourquoi ne pas proposer un équipement de grande qualité qui pousserait acheteur et professionnels à adopter toute la gamme, malgré un protocole restrictif ? Le groupe a donc décidé de concentrer ses efforts sur le développement d’un nouveau moteur de volet roulant, le S&SO RS100. Il devrait être diffusé à large échelle en septembre prochain. « Nous éprouvions le besoin de nous différencier.
Cette nécessité se concrétise par la remise du volet et de son moteur au cœur de nos activités », explique Stéphanie Cavailles, chef de produits de Somfy France.

Et l’entreprise s’est donné les moyens de ses ambitions. Au vu des caractéristiques annoncées, le S&SO RS100 dispose d’atouts pour conquérir aussi bien les installateurs que les consommateurs. À l’égard de ces derniers, les ingénieurs ont soigné le confort acoustique. À vitesse standard, le moteur vrombit moins fort que les modèles précédents. Il possède également un « mode discret ». Le déplacement est ralenti, mais il devient plus silencieux. Le bruit se limite alors aux légers craquements des lames de plastique.

Lors de la descente du rideau, le produit détecte la présence d’obstacle, ou de gel. Il s’arrête alors, afin d’éviter la détérioration du matériel. Au chapitre sécurité, ce système peut verrouiller la partie basse du volet. Le store devient ainsi une protection contre les intrusions.
Le contrôle s’effectue par ondes radios, selon le protocole io HomeControl crée par Somfy. Une commande filaire est aussi possible avec le S&SO RS100 io Hybrid. Le dispositif est donc compatible uniquement avec les interfaces de pilotages du constructeur, à moins d’ajouter des passerelles électroniques pour convertir les signaux.

Des services numériques pour convaincre la filière
Les fonctions conçues à l’usage des professionnels ne sont pas en reste. Un module inclus dans la machine garde en mémoire les informations importantes : les références de fabrication et les données de fonctionnement. Un technicien peut compléter à tout moment ce carnet de bord avec de nouvelles annotations. Lors de l’assemblage du volet, l’intégrateur peut configurer le moteur via le logiciel EMS2. « Les étapes de programmation sont réduites.
En effet, le moteur trouve lui-même son sens de rotation. De même, le réglage des fins de courses est automatique », souligne Stéphanie Cavailles.

L’installation et la maintenance sont elles aussi simplifiées.
L’installateur a accès aux réglages et à la mémoire via le programme informatique Set&Go io. Une interphase USB-io assure la liaison entre l’ordinateur et le moteur.

par Mathieu Dejeu -

LE MONITEUR.FR

Cookies