PDA

Voir la version complète : Le monde décarboné est en marche


haddou
05/06/2015, 17h13
Les énergies carbone sont les sources les plus simples à exploiter et à utiliser. Ce sont aussi les plus polluantes. Elles représentent 80 % des émissions de CO2, soit les deux tiers des émissions de gaz à effet de serre.

Et si l'on veut que le réchauffement terrestre reste inférieur à 2 °C d'ici à 2100 - le contraire serait dangereux pour une bonne partie de la faune et de la flore -, il faut quasiment diviser leur exploitation par deux. Difficile. Quasi impossible.

Et pourtant, de nombreux signaux faibles positifs éclosent depuis quelques mois.

Certes, fin avril, la décision de l'Église d'Angleterre de ne plus investir dans le charbon et les sables bitumineux ainsi que dans les entreprises dont plus de 10% des revenus proviennent de l'exploitation d'énergie carbone, a peu de poids financier. Mais elle a un effet moral lourd dans l'un des pays pesant le plus dans la finance mondiale.

Quelques jours plus tôt, le 10 avril, c'était le gouvernement norvégien qui envisageait, pour son fonds souverain de 835 milliards d'euros (le plus important au monde, créé grâce au pétrole !), de lui interdire d'investir dans le capital d'entreprises polluantes.

Le 18 mai, semblable décision a été prise par le conseil d'administration de l'université d'Oxford, imitant ainsi les universités de Philadelphie, Stanford, Yale, Harvard et Glasgow. Là aussi, peu de poids financier mais un effet puissant sur des étudiants à fort potentiel. Quant aux ventes par Goldman Sachs de ses mines de charbon de Colombie, c'est un signal faible, mais un signal tout de même. D'ailleurs, JP Morgan et Morgan Stanley se sentent aussi concernés par la responsabilité qu'ils ont en risques écologiques ou sociaux.

Les sommes concernées sont faibles pour l'instant
On parle de 50 milliards de dollars d'actifs, à comparer aux 5.000 milliards de valeur du secteur énergies carbone en Bourse. C'est peu en valeur, mais beaucoup en peu de temps (cinq ans environ).

Début mai, l'Agence internationale de l'énergie (de l'OCDE) remettait son rapport 2015 et mettait en avant les innovations dans les technologies sobres en carbone. La Chine y est très sensible par sa pollution globale et sa position de pointe dans les investissements dans les énergies renouvelables, avec plus du tiers des emplois mondiaux du secteur.

Quant aux émergents, ils vont profiter de la construction des nouvelles infrastructures pour s'inscrire dans une vision décarbonée.

C'est un nouveau monde qui se met en marche. Un monde qui agit contre le carbone, mais dans un sens positif.

la tribune

Cookies