PDA

Voir la version complète : Nouvelles découvertes archéologiques à Guelma


katiaret
29/06/2015, 01h37
yaAI1jOc5xw

De nouvelles découvertes archéologiques remontant à la période romaine ont été faites dans la ville de Guelma, notamment des tombes qui datent du 1er siècle avant JC. Une « importante » nécropole Romaine comprenant 50 sépultures dont certaines renferment des squelettes entiers, a été découverte près de Guelaât-Bousbaâ (Guelma), en même temps que divers objets, a indiqué mercredi à l’APS le directeur de la culture, Samir Thaâlbi.
Rappelons que la ville numide s’appelait autrefois Malacca et fut importante sous le règne de Massinissa. Des inscriptions libyques trouvées à Guelma prouvent que la région a été civilisée bien avant l’arrivée des Carthaginois ou des Romains; des mentions latines attestent que Guelma portait déjà le nom de « Calama », bien que ce nom soit probablement d’origine phénicienne. L’histoire de Guelma est riche en évènements, et son territoire est parsemé de sites Théâtre romain de Guelma

Salluste rapporte les récits des batailles que Jugurtha y livra en 110 av. J.-C. aux troupesromaines; il aurait vaincu, non loin de la ville de Guelma, précisément dans la mystérieuseSuthul, le général romain Postinius Albinus. L’antique Calama devint un centre urbain important au cours du ier siècle de notre ère. Calama est élevée au rang de municipe sous l’empereur Trajan et patronnée par Vibia Aurelia Sabina, dernière fille de Marc Aurèle, et sœur fictive de l’empereur Septime Sévère lorsque ce dernier se proclama fils adoptif de Marc Aurèle (fin du iie siècle).
Calama fut avec Setifis (Sétif) et Hippo-Reggius (Annaba), un des greniers de Rome au cours des iie et iiie siècles après J.-C., attestant sa prospérité sous la période des Sévères.
Au cours de l’époque chrétienne (ive et ve siècles), Calama a eu comme évêque Possidius qui était aussi biographe de saint Augustin et appartenait à la province ecclésiastique de Numidie. D’ailleurs Saint-Augustin et Donatus évoquent la prospérité de cette ville. Dès l’invasion des Vandales qui détruisit la ville, Possidius alla se réfugier à Hippo-Reggius et Calama tomba au pouvoir de Genséric. Après la reconquête de l’Afrique du Nord par les Byzantins, Solomon, général de Justinien, y fit construire une forteresse entre 539 et 544.

Découvertes de cinquante-deux tombes
Une équipe de 8 scientifiques du CNRS (centre national de recherche en archéologie) d’Alger, relevant du ministère de la culture, est en mission depuis quelques jours sur le site de la nécropole d’AD villam Servilianam, à l’entrée de Guelaat Bou Sbaa, commune située à 12 kilomètres au nord du chef-lieu de la wilaya de Guelma.

Malgré les intempéries, cinquante deux tombes de différents types et d’époques y ont été découvertes par les archéologues. Il s’agit là de la deuxième mission du CNRS sur cet exceptionnel site, après celle du mois d’avril 2013 ou pas moins de quarante tombes y ont été découvertes. «AD VILLAM SERVILIANAM veut dire en dehors de la villa de Servilianus qui n’est autre que le gendre de l’empereur romain Lucius Verus. Cette nécropole, située à l’extérieur de la propriété de ce notable romain et riveraines des habitations est à mon avis la plus importante d’Algérie» nous a déclaré hier, Madame ADEL Wafia, archéologue et chef mission, sur le site des fouilles.

Et d’ajouter : «Nous avons découvert à ce jour, pour le peu de journées clémentes, 52 tombes et mobiliers funéraires de différents types et d’époques. Des tombes sous dalle, en pleine terre et ossarium». En clair, il s’agit de découvertes majeurs puisque chaque type de tombe indique une période bien définie dans les pratiques funéraires. «La découverte d’un ossarium, un coffre de pierre destiné à recevoir les cendres du mort, fut utilisé entre le troisième et le premier siècles avant notre ère. Les tombes sous dalles et en pleine terre du site sont plus récentes.

Entre le premier et le troisième siècle après JC». En effet, la thèse d’une ancienne nécropole à Guelaat Bou Sbaa s’étalant sur plusieurs siècles pousse forcement les archéologues du CNRS a en étudié les moindre détailles. Ainsi il est question de faire parler le cas échéants, l’ADN, des défunts. Mais en attendant, le mobilier funéraire, découvert lors de la première et l’actuelle fouille, révèlent la présence de céramique «sigillée» dans cette nécropole, une céramique très fine destinée au service à table spécifique de l’antiquité romaine. «Elles sont facilement identifiables et datables !» nous confié notre interlocutrice. «Cette zone des fouilles s’étend sur près de deux hectares !» nous a déclaré à ce sujet Mustapha Magha, responsable des lèves télémétriques au sein de cette mission.

En somme, les experts du CNRS ont du pain sur la planche et ont du proroger pour plus de temps. L’étendu du site est tel, nous dit-on, qu’il est proposé à accueillir un musée. Pour rappel, c’est sur un terrain destiné à accueillir des logements sociaux que les pelleteuses ont mis fortuitement au jour, en 2013, des tombes romaines avec du mobilier funéraire.

Par Karim Dadci
el watan

Cookies