PDA

Voir la version complète : CONFÉRENCE NATIONALE DE L'OPPOSITION : Hamrouche et le FFS maintiennent le suspense


katiaret
29/03/2016, 21h59
Les anciens dirigeants du FIS dissous, Ali Benhadj, Anouar Haddam et les responsables de Rachad sont indésirables..

Le FFS maintient le suspense autour de sa participation aux secondes assises de l'opposition. Une liste unique de l'Isco alimentée par des propositions de différents partis et personnalités a été établie et approuvée par les membres de cette instance. Elle comporte notamment, plus d'une vingtaine de figures connues de l'opposition à l'image de Mouloud Hamrouche, Taleb Ibrahimi, Ahmed Ghozali et Mokdad Sifi ou encore le FFS.

Toutefois, Jil Jadid chargé de contacter et de remettre des invitations au FFS et Mouloud Hamrouche, a indiqué hier que «le vieux parti de l'opposition et l'ancien chef du gouvernement n'ont pas encore confirmé leur présence au congrès de l'opposition». Néanmoins, le leader du parti Jil Jadid tentera d'expliquer, aujourd'hui, la démarche de l'Instance pour les convaincre de renforcer les rangs de l'opposition. Cette liste ne comporte ni le nom du numéro deux du FIS dissous ni celui de l'ancien dirigeant de ce parti, en exil aux États-Unis depuis 1992, Anouar Haddam ni encore moins les responsables de l'organisation Rachad, comme rapporté par certaines sources.
Le retour de l'ancien ministre de l'Energie Chakib Khelil planera certainement sur la conférence de l'opposition. D'après les membres de cette instance, «cette affaire illustre la réalité de la lutte des clans à l'intérieur du système où le sort d'un haut responsable de l'Etat est tributaire de l'évolution des rapports de force au sein des institutions de l'Etat».
La conférence nationale de l'opposition, constituera une halte pour «faire le point et évaluer le bilan des activités accomplies depuis Mazafran 1 du 10 juin 2014 à ce jour. Et de dégager une vision commune pour faire face aux grands dangers qui guettent l'Algérie sous l'effet de la faillite, l'échec et la corruption du régime politique», relève-t-on.
Le contexte prévalant lors de ce deuxième rendez-vous est relatif «aux conséquences du 4e mandat». A travers sa conférence, l'Isco tentera également de réitérer sa revendication relative à la transition politique et économique pour concrétiser un changement démocratique pacifique et apaisé, considérée comme seule issue à la crise multidimentionnelle qui secoue le pays à la fois sur le plan politique, économique et social. A titre de rappel, l'Isco regroupe les représentants des cinq partis de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique, à savoir le MSP, RCD, Jil Jadid, Ennahda et FJD, ainsi que l'ancien chef de gouvernement Ahmed Benbitour, ceux du Pôle des forces du changement, environ une dizaine de formations, coordonnées par l'ancien chef de gouvernement et président de Talaie El-Hourriyet, Ali Benflis, ainsi que des personnalités politiques, dont l'ancien ministre de la Communication et diplomate, Abdelaziz Rahabi, et l'infatigable militant des droits de l'homme,
Me Ali Yahia Abdenour.
Parmi les partis qui seront invités figurent notamment le FFS, le Front du militantisme national (FMN) de Abdallah Haddad, de l'Union pour le changement et le progrès (UCP) de Me Zoubida Assoul, mais aussi tous les partis en attente d'agrément à l'image de l'Union démocratique et sociale (UDS), de Karim Tabbou, Nida El Watan de Ali Benouari, le Front national pour l'authenticité et le renouveau de Sadek Temmache, le Parti de l'Algérie pour la justice et la construction de Abderahmane Henouna.
Du côté des organisations syndicales autonomes, on cite notamment le Snapap et le Cnapest. D'autre part, on évoque des comités citoyens antigaz de schiste du sud du pays et le Comité national de défense des droits des chômeurs (Cnddc). Ahmed Taleb Ibrahimi, ancien ministre des Affaires étrangères sous Chadli et président du parti non agréé Wafa et d'autres historiques comme le commandant de l'ALN Lakhdar Bouregaâ, seront pour leur part sollicités par l'Isco. Deux constitutionnalistes, dont Mme Fatiha Benabbou, sont également invités.
La liste comporte aussi des noms d'ex-ministres. L'Isco sera également renforcée par la participation des généraux à la retraite tels le général Rachid Benyellès, ancien ministre de la Défense, et des Transports sous Chadli Benjedid, et le général à la retraite et ancien commandant des forces navales algériennes, Mohamed Yala.


Par Mohamed BOUFATAH
L'Expression dZ

éliamine
30/03/2016, 15h33
Le general Rachid Benyelles n'à jamais été ministre de la defence, mais secrétaire general du mdn entre 84 et 86. Le marin d'eau douce, étant donné qu'il fit toute sa carrière à terre, il n'à jamais commandait ou servi sur un navir. C'est sa relation étroite avec Chadli, il etait chef de la base de Mers el Kebir, quand Chadli était chef de la 2e RM, pendant cette période de la décennie 70s, Benyelles su prendre soin des loisirs nautiques de Chadli, quand ce dernier succède à Boumedienne Chadli lui renvoie l'assensseur en le nommant chef de la marine, le couple Benyelles-Belloucif joua un rôle capital dans les coulisses pour imposer l'option Chadli. Benyelles succède à Beloucif comme SG du mdn. Puis devient ministre des transports afin de neutraliser Kasdi Merbah. Suite aux émeutes d. Octobre 88, il se découvre une sensibilité démocrate. Au milieu des années 90s son nom reaparait dans la presse pour une énigmatique fonction de conseiller de Zeroual. On lui prête des ambitions présidentielles pendant la décennie 2000-2010. Donne quelques interview et s'affiche en compagnie de feu Ait Ahmed-Mehri et Hamrouche. Mais sans que ses ambitions se concrétisent.

nostravostra
30/03/2016, 17h56
Le FFS ferait mieux de ne pas se salir en participant à cette réunion dite de l'opposition. Le MSP et le RCD, pur produit du DRS, peuvent-ils constituer l'opposition et prétendre être leaders d'une transition démocratique ?

abderahmane1
30/03/2016, 18h32
Le CLTD tombe dans le jeu du Système, pour n’inviter en qualité de participants que les Partis « agrées » !!!

Le FIS dépossédé de son agrément après sa victoire aux élections communales et départementales de 1992, a été convié au CLTD 1 et 2, mais en qualité d’invité d’honneur representé par le professeur Kamel Guemazi.

Cookies