PDA

Voir la version complète : le fils du president chadli impliqué dans le scandale du panama papers


asdecoeur
09/04/2016, 20h19
Scandale “Panama Papers”/Le fils du défunt Président Chadli Bendjedid possédait une société offshore au Panama

Politique, Une avril 9, 2016avril 9, 2016 Abdou Semmar

Abdesslam Bouchouareb n’est pas le seul algérien cité dans le scandale d’évasion fiscale du “Panama Papers”. Le fils du défunt Président Chadli Bendjedid, Tewfik Bendjedid, possédait également une société offshore, dénommée Faygate Corp, basée au Panama.

Tewfik Bendjedid a fondé cette société en partenariat avec Samir Abdelli, avocat tunisien et ex-candidat à la présidentielle en Tunisie en 2014, révèlent des documents de la HSBC Private Bank Suisse, adressés au cabinet Mossack Fonseca. L’information a été donnée par le site d’investigation tunisien Inkyfada qui a consulté les fichiers du cabinet Mossack Fonseca pour enquêter sur les personnalités tunisiennes possédant des sociétés offshore dans ce paradis fiscal situé en Amérique Centrale. Lors de la création de cette société avec son associé tunisien, le fils du défunt président algérien était bel et bien domicilié en Algérie et il avait même donné une adresse algéroise, a-t-on appris auprès de Malek El Khadraoui, le directeur de publication d’Inkyfada qui a subi une sévère attaque informatique.

Les fichiers du cabinet panaméen révèlent, par ailleurs, que Tewfik Bendjedid détenait jusqu’à 60% de la société offshore Faygate Corp en février 2007. On ignore encore les montants qui ont transité par cette société offshore et les projets auxquels ils ont été dédiés. Mais avec quel argent le fils du défunt Président a-t-il financé cette société ? Et comment a-t-il pu sortir des devises de l’Algérie en dépit d’une législation très restrictive et répressive en la matière ? Pour l’heure, le fils de Chadli Bendjedid n’a toujours pas réagi face à ces révélations. Et toutes nos tentatives de le joindre pour entendre sa version des faits se sont avérées infructueuses.

asdecoeur
09/04/2016, 20h21
c'est bizarre a chaque fois il y a un lien direct entre le pouvoir et la presence au panama :mrgreen:

on se demande si ils derigent l'algerie ou si ils sont la pour la digerer:mrgreen:

SunnyBey
11/04/2016, 09h21
C'est faux c'est le DRS qui a monté le dossier au panama .....

WorldCitizen
11/04/2016, 10h07
L’information a été donnée par le site d’investigation tunisien Inkyfada qui a consulté les fichiers du cabinet Mossack Fonseca pour enquêter sur les personnalités tunisiennes

Attendons confirmation car c'est une info indirecte. Je préfère l'info donnée à la source.

rachid75
11/04/2016, 11h19
Son père a ruine l Algérie il l'a conduit tout droit vers la guerre civile , son fils possède une société de transport aérien, chadli à sa mort il a eu des funérailles dignes d un saveur de l algerie yakhi bled Mikey

mousmous
12/04/2016, 12h33
L’Algérie a protesté, officiellement, auprès du Quai d’Orsay, la manière avec laquelle l’affaire "Panama Papers" a été traitée par une partie de la presse française, dénonçant « une campagne diffamatrice et manipulatrice menée par Le Monde contre l’Algérie ».


Alger est en colère et l’a fait savoir. L’Algérie n’apprécie pas la manière avec laquelle l’affaire "Panama Papers" a été traitée par le journal Le Monde. Le site TSA indique qu’Alger a protesté, lundi 4 avril, officiellement auprès du Quai d’Orsay. La diplomatie algérienne a dénoncé « une campagne diffamatrice et manipulatrice menée par Le Monde contre l’Algérie », ajoute TSA.
Toujours selon le site algérien, à Alger, les autorités ont été particulièrement choquées par la Une du journal français. Sous le titre « L’argent caché des chefs d’Etat », le journal a illustré sa première page avec les photos de cinq dirigeants dont Abdelaziz Bouteflika. Or, le nom du Président algérien n’est à aucun moment cité dans l’article consacré à l’affaire Sonatrach – Saipem. Pour Alger, qui estime que Le Monde reçoit des subventions du Quai d’Orsay, cette « campagne s’inscrit dans une campagne plus large qui cible l’Algérie de manière négative depuis quelques temps ».
Au lendemain de la protestation algérienne, Le Monde a publié la précision suivante sous le papier paru hier : « Précision : contrairement à ce que la photo en Une du Monde daté du 5 avril a pu laisser croire, le nom du président algérien, Abdelaziz Bouteflika, n’apparaît pas dans les "Panama Papers". Ce sont des proches du chef de l’Etat qui sont soupçonnés d’avoir détourné une partie des ressources du pays, comme le relève l’article ci-dessus ».
Cette protestation intervient à quelques jours du sommet algéro-français, prévu les 9 et 10 avril à Alger, en présence de Manuel Valls et d’une dizaine de ministres français. TSA précise que les relations entre Alger et Paris se sont crispées ces derniers jours, après le soutien apporté par la France au Maroc dans son bras de fer avec l’ONU sur le dossier du Sahara Occidental.

WorldCitizen
12/04/2016, 12h44
Est-ce le Quai d'Orsay qui fait la rédaction en chef de la presse en France? le gouvernement français n'y peut rien même s'il souhaitait intervenir. La presse est quand même à minima libre en France (influencée par les milieux financiers certes mais pas le gouvernement au point d'imposer la une d'un journal)

Pour sauver leurs têtes de maffieux, ils vont nous mettre le pb du sahara occidental au milieu comme un élément essentiel pour le développement de l'algérie... l'algérien doit rester concentré sur le quotidien qu'on lui propose de vivre : quelles actions du gouvernement vont dans le sens d'améliorer le quotidien de l'algérien? certainement indépendamment de ce que fait ou ne fait pas le maroc.

ACAPULCO
12/04/2016, 13h35
Moi je suis contre le fait de mettre la main sur des voleurs éventuels des décennies après , il aurait fallu que les médias ou la justice aient le courage de dévoiler tout ce qui porte préjudice à la nation sur le moment même, à chaud, et même si des personnalités politiques ou autres qui en sont impliquées

Cookies