PDA

Voir la version complète : Le Premier ministre Algérien demain à Moscou


AMOKRANE15100
26/04/2016, 20h01
La visite officielle du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, mercredi et jeudi à Moscou à l’invitation de son homologue russe Dmitri Medvedev, constitue une étape importante pour la consolidation des relations bilatérales entre Alger et Moscou liées par un partenariat stratégique signé en 2001.

Cette visite permettra à M. Sellal "de s'entretenir avec les plus hautes autorités russes à l'effet d'examiner l'état des relations bilatérales ainsi que les perspectives de leur consolidation", et sera également l'occasion de signer des accords bilatéraux de coopération.

Elle sera aussi l'occasion pour les deux parties, "de perpétuer les traditions de dialogue et de concertation en procédant à un échange de vues sur les questions internationales et régionales d'intérêt commun".

En outre, un forum économique, prévu en marge de la visite, sera mis à profit par les opérateurs des deux pays d'étudier les opportunités d'affaires et de partenariat susceptibles de renforcer davantage les liens qui les unissent déjà dans plusieurs domaines.

Les relations historiques qu’entretiennent les deux pays ont connu depuis 2001 une dynamique qui leur a permis de se renforcer davantage et se consolider à travers les différents domaines de coopération comme l’atteste le volume des échanges commerciaux bilatéraux qui a atteint 885 millions de dollars en 2015 contre 530 millions de dollars en 2014, alors qu'il n'était que de 175 millions de dollars en 2002.

La réunion de la 8ème session de la commission de coopération économique, commerciale, scientifique et technique algéro-russe, tenue en juillet 2015, a été sanctionnée par la signature d’un procès verbal renforçant les relations bilatérales des deux pays. Le procès-verbal signé englobe, à cet effet, plusieurs recommandations multisectorielles visant le développement et le raffermissement des relations bilatérales.

Cette dynamique a été marquée, également, par les échanges de visites de haut niveau de part et d'autre, rehaussées par celles effectuées par le président Abdelaziz Bouteflika en Russie en 2001 et 2008, et celles des présidents Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev, respectivement en 2006 et 2010, outre les visites au niveau ministériel et institutionnel.

Lors de sa visite en Algérie effectuée fin février dernier, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a, ainsi, fait part de l'"attachement" de son pays et de l'Algérie à la déclaration de ce partenariat stratégique. "Nous avons défini des plans et des projets concrets dans le domaine de la coopération commerciale, économique et militaro-technique, et proposé des formes concrètes de coopération entre les ministères et les milieux d'affaires des deux pays", a-t-il indiqué à l’issue de l'audience que lui a accordée le président Bouteflika.

Lors de sa visite en Algérie, Lavrov a indiqué qu'une "attention particulière" a été accordée à la coopération énergétique, ajoutant que "des liens durables existent entre les sociétés russes et l’entreprise algérienne Sonatrach".

"Le président Bouteflika a exprimé l’intérêt du gouvernement algérien à coopérer avec la Russie au sein du Forum des pays exportateurs du gaz et d’avoir une relation régulière bilatérale sur l’évolution de la situation des marchés des hydrocarbures", a-t-il souligné.

S’agissant de la situation de crise qui marque certaines régions du globe, M. Lavrov a salué les efforts déployés par l'Algérie pour résoudre les crises en Libye et au Mali et, de manière globale, dans la région du Sahel, relevant que les analyses et les approches algériennes et russes dans la résolution de ces problèmes sont "proches ou convergentes".

Alger et Moscou plaident en effet pour que le règlement de toute crise internationale puisse s’appuyer "sur les normes du droit international, la Charte des Nations Unies", et "le respect de la souveraineté et l'intégrité territoriale de tous les Etats et éviter qu'il y ait toute influence sur leur politique intérieure".

Le Midi Libre

KHORE
27/04/2016, 00h49
Visite de première importance pour les militaires algériens.

Malgré la mise au placard du DRS et la "retraite du Rab, l'ANP reste pour sa majorité fidèle aux anciens idéaux de novembre et à son rôle dans la défense des Arabes opprimés. De par ses armes elle est plus que jamais alliée et dépendante des Russes.

SELLAL envisagera avec les Russes la question du pétrole et la façon de contrer les Saoud . Tout comme il fera un tour de table des résultats obtenus après le cessez feu povisoire et les négociations obtenues. Les Américains ayant opté pour l'envoi de quelques centaines d'instructeurs pour former les forces de l'opposition , moi à la place de SELLAL je poserai des conditions aux Russes. S'ilS accepteent de nous monter deux centrales nucléaires de type perse ,developper chez nous une fabrication de blindés rapides qui auront à proteger et soutenir les T 90on Les conditiond reunies , l'ALGERIE s'engagerai à soutenir ses traditionnelle allie dans la région .Elle enverra des aviateurs algeriens préter main forte aux camarades qui avaient défendu la révolution face auw Blindés de tAHAR zbiri

============= .

Elghifari
27/04/2016, 01h23
L'intérêt de l'Algérie est de s'éloigner des néocolonialistes de l'OTAN et de chercher à renforcer ses relations avec les pays qui respectent la souveraineté nationale et ne s'ingèrent pas dans nos affaires intérieures et aussi qui contribuent à nous aider à bâtir une économie nationale forte et non dépendante, pas une économie de bazar, une économie qui développe notre pays dans tous les secteurs. La Russie pourrait jouer un rôle dans ce sens.

mkhantre
27/04/2016, 11h38
Boutef ( Mort ou Vivant ) ne peut en aucun cas transmettre un message à Poutine . :rolleyes: :rolleyes: :rolleyes:

Qui gère les relations à l'International en Algérie ? :redface: :redface: ( Said Surement )

hakimcasa
27/04/2016, 11h56
Dans tous les états du monde, Les relations internationales sont du domaine de la présidence de la république.

Dans ce domaine des relations internationales, le rôle d'un premier ministre ou d'un ministres des affaires étrangères se limite à transmettre les messages écrits ou verbaux de la présidence.

Lavrov a vu de ses propres yeux dans quel état se trouve le président de la république algérienne. Il a vu de ses propres yeux que ce président est incapable de dire ou d'écrire quoi que ce soit. Que ce président est physiquement et intellectuellement fini. Inna lillah wa ina ilayhi raji3oun oeilfermé .

Sellal pourra raconter aux russes tout ce qu'il veut, son discours entrera par une oreille et en sortira par l'autre. oeilfermé

rago
27/04/2016, 12h33
" Sellal pourra raconter aux russes tout ce qu'il veut, son discours entrera par une oreille et en sortira par l'autre." hakimcasa

Sellal est à Moscou, entre autres, pour réitérer le soutien algérien à Bachar El-Assad et ont verra si les Russes ne l'entendront pas cette oreille.

overclocker
27/04/2016, 12h35
Sellal est à Moscou, entre autres, pour réitérer le soutien algérien à Bachar El-Assad

un soutien qui ne se manifeste nulle part ...drôle de soutien...

rago
27/04/2016, 12h47
" un soutien qui ne se manifeste nulle part ...drôle de soutien..."

C'est un secret de polichinelle que d'insinuer que Russes et Algériens sont sur la même longueur d'ondes à propos du conflit en Syrie: "il faut sauver le soldat Bachar El Assad!"

En revanche, les arriérés et incultes pays du golf ainsi que le Maroc sont d'avis inverses.

overclocker
27/04/2016, 12h48
C'est un secret de polichinelle que d'insinuer que Russes et Algériens sont sur la même longueur d'ondes à propos du conflit en Syrie: "il faut sauver le soldat Bachar El Assad!"

la Russie, on peut les comprendre, mais vous?? bizarre

rago
27/04/2016, 13h03
" la Russie, on peut les comprendre, mais vous?? bizarre"

L'inverse plutôt. Etonnant que la Russie soutienne mordicus Assad.

Pour l'Algérie, la Syrie est l'ennemi d'Israël et partant de l'adage " l'ennemi de mon ennemi est mon ami".

Au même titre que le Maroc s'oppose au président syrien par l'adage: " l'ennemi de mon ami est mon ennemi".:mrgreen:

overclocker
27/04/2016, 13h10
L'inverse plutôt. Etonnant que la Russie soutienne mordicus Assad.

ils ont une installation navale à Tartous, vous quoi ?

Pour l'Algérie, la Syrie est l'ennemi d'Israël et partant de l'adage " l'ennemi de mon ennemi est mon ami".

Au même titre que le Maroc s'oppose au président syrien par l'adage: " l'ennemi de mon ami est mon ennemi".

bofff

Focus
27/04/2016, 13h26
Lavrov a vu de ses propres yeux dans quel état se trouve le président de la république algérienne. Il a vu de ses propres yeux que ce président est incapable de dire ou d'écrire quoi que ce soit. Que ce président est physiquement et intellectuellement fini. Inna lillah wa ina ilayhi raji3oun .


Poutine a besoin d'un appui viable or, il sait tres bien que l'Algerie reste juste au stade de client, le pouvoir etant toujours en stand by attendant la succession de bouteflika. Comme tu dis Lavrov a vu l'etat du president et à fait son debrieff en rentrant.

hakimcasa
27/04/2016, 13h26
Les russes n'ont rien à carrer du soutien ou du non-soutien d'un état tiers-mondiste qui ne pèse rien sur la scène internationale, qui est à 3000 km de Damas et dont le président est dans un semi-coma.

Les russes ont leur propre plan et leur propre agenda qu'ils appliquent sans en référer à personne.

Les déplacements de Sellal et de Messahel en Syrie, en Libye ou en Russie c'est juste pour faire croire que la diplomatie algérienne est vivante, qu'elle est active et que l'Algerie n'est pas entré en période d'hibernation même si son president est à moitié mort. Mais personne n'est dupe.

Focus
27/04/2016, 13h42
exact mais c'est surtout que la position algerienne est acquise à Mouscou mais niveau interets, ils ne sont que d'ordre militaires ou gaziers puisque le pays vit quasiment en autarcie. Ceux qui comptent dans la region, sont l'Egypte et le Maroc du fait de son influence en Afrique subsaharienne, en temoignent les accords economique signés relativement à la construction sur place de camion et d'avions soukhoi destinés à l'export.

rago
27/04/2016, 13h57
" le Maroc du fait de son influence en Afrique" focus

Maroc exclu de l'U.A.! Quelle influence pourrait-il avoir en Afrique subsaharienne?

Ne pas confondre l'Afrique du Sud et une nation en voie décolonisation (Maroc).:mrgreen:

Focus
27/04/2016, 14h30
Maroc exclu de l'U.A.! Quelle influence pourrait-il avoir en Afrique subsaharienne?

Ne pas confondre l'Afrique du Sud et une nation en voie décolonisation (Maroc).
rago est connecté maintenant Signaler un message hors-charte

influence d'ordre economique, l'UA est une coquille vide donnant aux republiques bananieres un semblant d'organisation et je l'ai dit et redit 93% de son financement provenant des USA de l'UE voire de la Turquie en terme d'autonomie on a vu mieux!

rago
27/04/2016, 14h35
Faux! C'est l'Afrique du Sud, l'Algérie et le Nigéria qui financent la majorité des besoins de l'Union africaine.

Focus
27/04/2016, 14h43
Faux! C'est l'Afrique du Sud, l'Algérie et le Nigéria qui financent la majorité des besoins de l'Union africaine.

Je sais ca demystifie tout de suite la chose n'est ce pas? Mais visiblement si ce sont de gros donateur, ca ne depasse pas 30% du budget total.

bonne lecture
http://www.agenceecofin.com/gestion-publique/0102-26237-l-union-africaine-veut-reduire-sa-dependance-aux-donateurs-etrangers-grace-a-de-nouvelles-taxes

http://www.camer.be/40611/12:1/afrique-union-africaine-93-de-financement-proviennent-de-loccident-.html

http://www.letemps.ch/opinions/2015/02/06/union-africaine-veut-se-faire-financer-taxes

rago
27/04/2016, 15h03
@focus

Nous sommes en 2016 et non en 1432du Commandeur des croyants.:mrgreen:

Si c'est vraiment le cas, les contributeurs à l'UA exigeraient l'expulsion de la RASD. Or, tel n'est pas le cas et c'est le Maroc qui en est exclu depuis 1994

________________


Les représentants des Etats membres de l'Union africaine (UA), ont promis jeudi de chercher l'indépendance financière pour l'organisation.
Ils veulent que l'UA soit en mesure de fournir son propre budget en 2016, a affirmé le président du Conseil exécutif de l'UA, Simbarashe Mumbengegwi.


L'UA s'est engagée à financer son budget de fonctionnement en utilisant principalement des ressources domestiques, a déclaré M. Mumbengegwi aux journalistes à Johannesburg, où se déroule le 25e Sommet de l'UA.
"A partir de 2016, les États membres financeront 100% du budget de fonctionnement, au moins 75% du budget des programmes et au moins 25% de son budget pour les opérations de maintien de la paix ", a-t-il précisé.

(...)

L'Afrique du Sud, la Libye, l'Egypte, le Nigeria et l'Algérie fournissent environ 65% des contributions à l'UA.


Source: Xinhua 12.06.2015 10h19

Focus
27/04/2016, 15h43
je vois pas le rapport avec le commandeur des croyants mais bon.

Donc tu confirmes bien que l'UA n'a pas ete autonome financierement? c'est ce que je voulais, merci.

Oui ils operent des reformes en ce sens, mais quelques chose me dit que l'Algerie va continuer à payer pour les autres. Concernant le Maroc, pourquoi tu ments? puisque c'est Hassan II qui a decidé de se retirer suite au siege du polisario, en meme temps cette union est à l'image de l'UMA en brillant par son inutilité, les decisions se prenant à New York ou Paris, quid de l'UA dans la resolution de la crise du Soudan ou de la Libye?

annabideparis
27/04/2016, 18h06
La Russie s'en fout de Assad,ce n'est pas sa préoccupation première,par contre le régime oui.
Assad n'est qu'une marionnette pour les russes,ils s'en servent pour régler leurs comptes avec les américains et les français point.

Le régime lui doit rester et le plus longtemps possible,car sa disparition sonnera le glas de la présence russe dans cette région.Ce qui n'est pas imaginable pour Moscou.

Donc faire croire que l'Algerie soutient les russes pour sauver le soldat Bachar,est une erreur.

Cookies