PDA

Voir la version complète : Paulo Bento devient la priorité de la FAF


Digital
03/05/2016, 17h32
Paulo Bento, l’ancien joueur et sélectionneur de l’équipe du Portugal est rentré en scène, devenant une piste sérieuse pour la succession de Christian Gourcuff, qui a décidé de quitter le navire avant même la fin de son contrat. Ainsi, le Portugais a reçu une copie d’un contrat modèle de Raouraoua afin de l’étudier avec ses conseillers. Selon les dernières informations qui nous sont parvenues hier, si les révélations de la presse espagnoles s’avèrent fondées, la FAF va miser carrément sur Paulo Bento pour tenter de le convaincre de prendre en main la sélection algérienne à partir du mois de juin. Désormais, l’ancien joueur du Sporting est une priorité et ce pour plusieurs raisons.
Un profil intéressant
La première raison, c’est le parcours de Paulo Bento qui est intéressant puisqu’il a réussi d’excellents résultats avec le Sporting Lisbonne avec deux coupes du Portugal et quatre fois de suite vice-champion. Mais ce n’est pas tout. L’ancien joueur du Sporting, qui a joué au côté de Luis Figo, jouit d’un profil idéal puisqu’il a été sélectionneur du Portugal pendant quatre années où il a réussi à qualifier cette équipe à la phase finale de la Coupe du monde. En dépit d’une élimination au premier tour, Paulo Bento jouit du profil idéal que recherche la FAF. En plus de ça, il est très abordable sur le plan financier pour l’instance fédérale par rapport à beaucoup d’autres techniciens. Par contre, un seul problème pourrait se poser, celui de la langue. De ce côté, la FAF n’est pas inquiète puisque l’intéressé va apprendre le français pour pouvoir communiquer avec les joueurs et son entourage.
Le volet financier rend la tâche difficile avec Mazzarri
La seconde raison, c’est le salaire que touchait Walter Mazzarri, l’autre candidat pour la succession de Gourcuff. Bien que l’ancien coach de Naples et de l’Inter de Milan possède moins de chances que les autres, le volet financier est plus déterminant. Eh oui ! Encore une fois le volet financier risque de faire la différence dans la mesure où il touchait à l’Inter de Milan, il y a deux ans, un salaire annuel de 3,3 millions d’euros. Un tel salaire ne peut jamais être versé par la FAF à un entraîneur et cela a poussé la FAF à se pencher sérieusement sur la piste du Portugais, Paulo Bento.
La piste française en cas d’échec
En cas d’échec des pourparlers, la FAF pourrait se rabattre encore une fois sur la piste française. C’est ce que nous a affirmé hier une source proche du président de l’instance fédérale. Ainsi, Mohamed Raouraoua a laissé cette piste de côté, comme ultime recours, dans le cas où ça ne se concrétiserait pas avec un entraîneur qu’il a ciblé.
lebuteur

Cookies