PDA

Voir la version complète : Quelques vérités sur trois siècles de colonialisme turc en Algérie


Page : [1] 2 3 4

katiaret
05/08/2016, 01h28
Au lieu de s’en prendre à la France, Mr Erdogan devrait ouvrir les pages sombres de l’histoire de l’empire ottoman dont il est l’héritier et il s’apercevrait qu’il y a énormément de choses à ne pas dire et encore moins à entendre.

Et quand il convoque la colonisation de la France en Algérie pour se défendre contre la loi votée par l’assemblée française concernant le génocide arménien, il est mal inspiré et il a un trou de mémoire, il est dans un trou d’air. Avant tout, il doit balayer devant sa porte avant d’évoquer ce sujet à moins qu’il veuille dire: l’ennemi de mon ennemi est à mon ami et attirer ainsi la sympathie des algériens.

Alors parlons un peu de la présence turque en Algérie afin de rafraîchir la mémoire du premier ministre de la Turquie Moderne.
En s’emparant d’Alger en 1530 après avoir chassé les Espagnols du Pénon, le corsaire turque Aroudj surnommé Barberousse, fit étrangler Salim Toumi des Beni Mézghana (prince d’Alger) avant d’épouser sa femme Salima. Par ce geste de terreur, il voulut marquer les esprits des habitants d’Alger qui avaient refusé dans un premier temps sa présence en s’alliant à la dynastie Berbère des Hafsides qui l’avait combattu durement.
Il y instaura alors un régime de répression inouïe pour les punir.
Dès la prise d’Alger par les pirates Ottomans jusqu’à leur départ forcé en 1830, tous les deys qui s’étaient succédés à la régence étaient tous sans exception des janissaires (pirates) d’importation venus d’Albanie, de Venise, de Bosnie, de Crête, du Caucase mais aucun d’eux ne fut un autochtone. Et pourtant, jusqu’à preuve du contraire les Berbères étaient et restent en majorité musulmans.
Les Turcs avaient institué un apartheid en Algérie. Au sommet de la hiérarchie sociale se trouvaient les janissaires ottomans, puis les Koulouglis ( issus des mariages entre les turcs et les algériennes) les Chrétiens, les Juifs puis au bas de l’échelle pataugeaient les algériens de souche.
A la tombée de la nuit, les autochtones étaient chassés de la Casbah d’Alger et seules les femmes y étaient tolérées pour assouvir l’ardeur sexuelle des janissaires.

Chaque année partaient d’Alger vers la Porte Sublime( Istambul) des bateaux, les cales pleines d’or et de marchandises ainsi que des esclaves berbères sexuelles, la plus âgée ne dépassait guère les dix huit ans. C’étaient des cadeaux d’allégeance au Calife Ottoman.

Pour montrer la cruauté et la haine que nourrissaient les ottomans à l’égard des Algériens, un Bey (gouverneur) de Constantine du nom de Chaker au XVIII siècle exigea de ses subordonnés que chaque matin quand il sortait de son palais, il devait voir sur son passage au moins une vingtaine de têtes d’hommes plantés sur des piquets. On racontait qu’il entrait en transe en apercevant un tel spectacle. Il murmurait alors : » c’est tout ce qu’ils méritent ».
Une autre histoire qui reste encore vivace dans l’esprit de nombreux Kabyles pour édulcorer la barbarie que pratiquait les Turcs dans la régence d’Alger. Un jour un commandant de janissaire qui devait récolter les impôts, s’arrêta auprès d’un chef de mechta de Kabylie. Ce dernier végétait dans l’indigence; il égorgea alors l’unique poulet de ferme qu’il possédait pour faire honneur à son invité de marque.

Ce chef de tribu avait un garçon qui était âgé à peine de cinq, se mit pleurer en voyant le poulet. Sa mère lui donna une cuisse pour le calmer. Et lorsque il présenta le plat de couscous avec le poulet, le commandant des janissaires constata qu’il manquait une cuisse. Il entra dans une terrible colère et demanda où était passée sa « cuisse ».
Le pauvre chef de tribu bafouilla quelques instants en tremblant de peur puis finit par avouer la vérité.

Le commandant turc exigea qu’on lui ramène sur le champ le garçon et avec rage, il l’écartela en criant : » C’est ainsi que je tue celui qui me désobéit. »…
Hussein Dey, le dernier gouverneur d’Alger, en signant la reddition déclara: » Je n’ai que faire de ces vauriens d’Algériens, qu’ils aillent au diable » avant de s’embarquer pour Gênes. Mais il n’omit pas de garantir la sécurité des biens des Ottomans auprès des nouveaux maîtres d’Alger. Drôle d’esprit pour un chef musulman… Et au lieu de combattre, il préféra s’occuper du mariage de sa fille et laisser les soldats du maréchal de Bourmont prendre Alger sans tirer un coup de feu.

Mr Erdogan oublie peut-être qu’en 1827, les chefs de tribus berbères s’étaient réunis dans un village à l’est d’Alger pour demander par écrit au roi de France Louis Philippe de venir les délivrer de la tyrannie des janissaires turcs et que c’étaient ses ancêtres qui avaient permis la colonisation de l’Algérie par la France à cause de leur lâcheté et surtout de leur cruauté…

Mr Erdogan est amnésique, car jusqu’en 1972, la Turquie refusa de reconnaître l’indépendance de l’Algérie qu’elle considérait encore comme sa province lointaine qu’elle avait vendue à la France en 1830 et pensait encore la récupérer.
Je ne doute pas que Mr Erdogan nourrit l’ambition de restaurer le Califat Ottoman et c’est pour cette unique raison qu’il s’est emparé de la colonisation de la France en Algérie et se placer ainsi en sauveur du monde arabo-islamique qui est en proie à son fameux printemps arabe. A vrai dire, il fait de la gesticulation pour noyer le poisson dans l’eau…
J’espère que les historiens algériens s’emparent de la colonisation ottomane en Algérie qui avait duré trois siècles sans aucune réalisation digne d’être citée et surtout qu’ils ne soient pas atteint par la fraternité et l’amnésie islamiques pour mettre à nu la présence janissaire dans leur pays qui fut terrible…

Quant aux députés français, ils seraient mieux inspirés de trouver les solutions pour endiguer l’islamisation de la France…
Le génocide arménien doit être traité au niveau mondial pour contraindre la Turquie à le reconnaître officiellement et engager ainsi sa responsabilité et sans oublier au passage les autres peuples qui avaient subi le même sort, ceux qui n’ont pas de porte-parole tels les Tizganes…
Les voix des franco-turques qui criaient le rejet de la France sous les fenêtres du palais de l’Assemblée, devraient faire réfléchir les représentants de la nation à revoir le code de la nationalité qui doit se mériter.
Car aller à la pêche des voix des électeurs en faisant de la politique politicienne, ce n’est pas servir la France…

Par Hamdane Ammar

zwina
05/08/2016, 11h35
Erdogan est un gros malin grâce aux archives que la Turquie possède, il négocie avec l'Europe et la France pour tirer des avantages sur le silence de la colonisation de l'Algérie par les ottomans et les français. La Syrie subit le même sort que l'Algérie, les méthodes employées sont les mêmes pour spolier un peuple de ses richesses. Aux algériens d'en tirer les leçons pour ne pas donner le bâton pour qu'ils recommencent. :pray::pray:

abderahmane1
08/08/2016, 10h39
Quelques vérités sur trois siècles de colonialisme turc en Algérie


La notion de « colonialisme turc de l’Algérie », est une falsification historique utilisée par les historiens Français après l’occupation de l’Algérie en 1830. Ces mêmes historiens colonisateurs nous ont aussi inventé toute une histoire coloniale haineuse sur le Nord Africain depuis l’antiquité, sans études historiques et sans bases historiques confirmées, malheureusement adoptés sans vérification par nos programmes d'enseignements scolaire et universitaire ! Le conte Touareg de la reine Tinhinane, et la découverte de sa tombe en 1930 par des archéologue Français, n’a pu être vérifie scientifiquement à ce jour !)

La présence Ottoman en Algérie et dans tous le Nord Africain, était dans le cadre de la Khilafah, étendue sur trois continents, était assurée en dernier par les Turcs avec pour langue l’arabe et pour capitale Istanbul, jusqu’à sa destruction officielle en 1924 !

leftissi
08/08/2016, 11h00
La notion de « colonialisme turc de l’Algérie », est une falsification historique utilisée par les historiens Français après l’occupation de l’Algérie en 1830. La présence Ottoman en Algérie et dans tous le Nord Africain, était dans le cadre de la Khilafah Absolument! on ne peut pas parler de colonisation pour le cas des turcs tel qu'expliqué dans la quotation. dans l'histoire de l’Algérie, seule pour les phéniciens, les romains, les vandales et les français on peut parler de colonisation en tant que de déferlement ou arrivée agressive et belliqueuse de populations étrangères dans le but d'occuper un espace, séparé des populations autochtones. ces critères ne se vérifient pas pour les turcs, voire même pour la taghgriba hilalienne. on l'a dit et expliqué en long et en large , mais à qui tu t'adresses.

Gingerman
08/08/2016, 11h35
. on l'a dit et expliqué en long et en large , mais à qui tu t'adresses

Parceque tu t'adresse pas à des T'haa'hna comme vous. Y a qu'un tahhhanne qui accepte être dirigé par les autres.

La présence Ottoman en Algérie et dans tous le Nord Africain, était dans le cadre de la Khilafa

Donc si l'Arabie saoudite te propose la khilafa, t'aurais volontairement leur offrir le pays sur un plat. Ça s'appelle la traîtrise. Et tu sais le sort des traîtres à leur nations à travers l'histoire.

leftissi
08/08/2016, 11h39
Parceque tu t'adresse pas à des T'haa'hna comme vous. droit de réponse: y a pas plus t**** que toi.

Bourguignon89
08/08/2016, 12h54
On peut quand même pas placer sur le même plan l'époque ottomane et l'époque de la colonisation française . Les ottomans étaient musulmans et avaient des principes proches de ceux de nos ancêtres même s'il y'avait un esprit d'assujettissement des populations nord-africaines qui pour une bonne partie ne se sont peu ou jamais soumises. Les français nous ont introduit leurs théories de la race qui sont à l'origine des "conflits" arabes-berberes alors que dans les faits ceux qui sont le plus proches des berbères culturellement et ethniquement c'est bien les arabes . Ni les colons français , ni les colons turcs n'ont réussi à s'implanter comme l'ont fait les arabes , et l'islam n'est pas la seule raison . D'ailleurs le terme d'arabe a largement perdu sa connotation de bédouin qu'on lui prêtait autrefois , il a aujourd'hui plus un sens culturel et est lié à l'arabophonie. Les berberes ont beaucoup contribué à la diffusion de l'islam et de l'arabe tout en préservant leur langue et leurs traditions.
La berberité aujourd'hui n'est ni plus ni moins qu'une question d'idiome local , les kabyles ont leur dialecte , les chaouis le leur etc ... à chaque région son berbere alors que l'arabophonie est une constante qui lie toutes les populations sur une même entité géographique. Les conflits d'aujourd'hui sont en partie des conflits d'antan notamment autour des dogmes islamiques (chiisme/sunnisme) mais très marginalement liés à l'identité (berbere/arabe ou même assyrien/arabe).

ROLLON
08/08/2016, 13h06
Au regard de ce qu'ont subi les algériens sous le joug turque on est des anges à coté..... Erdogan dont beaucoup ici sont admiratifs n'est qu'un autocrate islamiste! Les turques ne méritent pas un tel énergumène , seuls les religieux soutiennent ce déchet , Erdogan mêle subtuilement religion et nationalisme pour se maintenir au pouvoir , vivement que les turcs démocrates s'en débarrassent

ROLLON
08/08/2016, 13h10
on ne peut pas parler de colonisation pour le cas des turcs
Les populations des balkans ont de très mauvais souvenir de l'occupation ottomane d'où leur rejet quasi épidermique de tout ce qui ressemble à un musulman que ce soit un réfugié ou pas, les turcs n'ont jamais eu bonne réputation

leftissi
08/08/2016, 13h30
au regard de ce qu'ont subi les algériens sous le joug turque on est des anges à coté.. :72::72::72::72::72::72::72::72::72::72:turque ou turc ?

Discus
08/08/2016, 13h35
Comme aux annees 90 l'ennemi de mon ennemi devient mon ami ..

ROLLON
08/08/2016, 13h40
turc évidement, faute de frappe j'aurais dû écrire le« Joug ottoman »comme ça pas de pb ;)

leftissi
08/08/2016, 14h21
Combien y avait-il de turcs durant les trois siècles de présence ottomane ? turcs de souche, pour préciser ?! pas plus de 500. le reste, à peu près 5000 étaient des janissaires albanais, originaires des balkans ou d'anatolie.

- les phéniciens aussi ont constitué des colonies qu'ils ont fondé dès le 12° siècle avant jc, des comptoirs sur les cotes. cités qu'ils ont habités seuls, à l'exclusion de autochtones qu'ils ont côtoyé sans se mêler à eux pendant plus de 1000 ans (de leur arrivée sur les cotes nord-africaines jusqu'à l'a colonisation romaine).

- les romains dès l'annexion de la numidie (à partir de 46 avant jc) ont construit des colonies (timgad, cuicul, theveste, tiddis, ...) constituées surtout de veterans de l'armée romaine, colonies qu'ils ont habitées à l'exclusion des autochtones (sauf une minorité de l'aristocratie locale romanisée et latinisée).

-les vandales étaient plus de 80000, femmes, enfants, vieillards et guerriers, constitués en tribus fermés aux autochtones jusqu'à la fin de leur règne, où une partie a été massacrée par les byzantins, une partie déportée à byzance et une partie rescapée disparue dans les hautes-montagnes.

-les byzantins ont aussi formé une petite colonie confinée dans les villes garnisons comme suffetula (sbeitla en tunisie).

-la conquête arabe n'a pas été suivi de déferlement humain. seules quelques familles de dou3aat, ulémas, missionnaires et plus tard des réfugiés fuyant les fitna et guerres civiles en orient. le seul flux humain important a été à partir du milieu du 11° siècle avec les beni-hillel, qui n'étaient pas venus comme armée, mais comme des "ra3aaya" (citoyens) du même empire envoyé par le calife du caire pour s'installer sur des terres qu'il leur a octroyé. c'est les événements qu'ils ont connu à leur arrivée en Afrique du nord qui les ont forcés à se comporter en guerriers combattant pour l'une ou l'autre des deux factions locales rivales en guerre (zirides et hammadites). les arabes ont vécu cote à cote avec les locaux (berberes et puniques) dans les mêmes villes, les mêmes régions et les mêmes, les mêmes conditions et les mêmes gloires et déboires.

-les français dès leur installation en Algérie ont pensé qu'ils allaient rester pour l’éternité. alors pour modifier l'équilibre démographique, ils ont fait venir des colons de france, de suisse, de pologne, d'alsace et lorraine, d'italie, portugal, de malte et d'espagne et de grèce. ils ont construit des villages et des villes mais avec une ségrégation et segmentation horribles et cruelles : des quartiers (confortables, spacieux, avec commodités) pour les européens et des quartiers (précaires, presque bidonvilles) pour les indigènes, arabes ou musulmans.

Alors, qui étaient les colons ? qui étaient hôtes bienvenus ? :lol::mrgreen:

les colons sont partis avec leur regne et les hotes bienvenus sont restés et ont fait souche jusqu'à la fin des temps. :lol::mrgreen:

katiaret
08/08/2016, 15h29
La présence Ottoman en Algérie et dans tous le Nord Africain, était dans le cadre de la Khilafa
c"est toujour les faussaire de l'histoire qui rêve de détruire le sacrifice de nous martyrs

xenon
08/08/2016, 16h21
- les phéniciens aussi ont constitué des colonies qu'ils ont fondé dès le 12° siècle avant jc, des comptoirs sur les cotes. cités qu'ils ont habités seuls, à l'exclusion de autochtones qu'ils ont côtoyé sans se mêler à eux pendant plus de 1000 ans (de leur arrivée sur les cotes nord-africaines jusqu'à l'a colonisation romaine).

- les romains dès l'annexion de la numidie (à partir de 46 avant jc) ont construit des colonies (timgad, cuicul, theveste, tiddis, ...) constituées surtout de veterans de l'armée romaine, colonies qu'ils ont habitées à l'exclusion des autochtones (sauf une minorité de l'aristocratie locale romanisée et latinisée).

-les vandales étaient plus de 80000, femmes, enfants, vieillards et guerriers, constitués en tribus fermés aux autochtones jusqu'à la fin de leur règne, où une partie a été massacrée par les byzantins, une partie déportée à byzance et une partie rescapée disparue dans les hautes-montagnes.

-les byzantins ont aussi formé une petite colonie confinée dans les villes garnisons comme suffetula (sbeitla en tunisie).

-la conquête arabe n'a pas été suivi de déferlement humain. seules quelques familles de dou3aat, ulémas, missionnaires et plus tard des réfugiés fuyant les fitna et guerres civiles en orient. le seul flux humain important a été à partir du milieu du 11° siècle avec les beni-hillel, qui n'étaient pas venus comme armée, mais comme des "ra3aaya" (citoyens) du même empire envoyé par le calife du caire pour s'installer sur des terres qu'il leur a octroyé. c'est les événements qu'ils ont connu à leur arrivée en Afrique du nord qui les ont forcés à se comporter en guerriers combattant pour l'une ou l'autre des deux factions locales rivales en guerre (zirides et hammadites). les arabes ont vécu cote à cote avec les locaux (berberes et puniques) dans les mêmes villes, les mêmes régions et les mêmes, les mêmes conditions et les mêmes gloires et déboires.

-les français dès leur installation en Algérie ont pensé qu'ils allaient rester pour l’éternité. alors pour modifier l'équilibre démographique, ils ont fait venir des colons de france, de suisse, de pologne, d'alsace et lorraine, d'italie, portugal, de malte et d'espagne et de grèce. ils ont construit des villages et des villes mais avec une ségrégation et segmentation horribles et cruelles : des quartiers (confortables, spacieux, avec commodités) pour les européens et des quartiers (précaires, presque bidonvilles) pour les indigènes, arabes ou musulmans.


Un vrai moussalssel massri .

xenon
08/08/2016, 16h33
Combien y avait-il de turcs durant les trois siècles de présence ottomane ? turcs de souche, pour préciser ?!Suffisamment pour faire une OPA sur le pays et exclure durant trois siècles les gens du coin des arcanes du pouvoir et de la possibilité de reconstituer leur Etat centralisé.
l’accession à l'élite politique se faisant uniquement sur critères racistes et ethnique de sorte que seuls les individus d'origine Turque (ou ottomane) y étaient acceptés .
à moindre mesure les kouloughlis avaient droit à quelques privilèges mais dans des limites bien comprises .
Les algériens ont acceptés cet état de fait que par ce qu'un à un moment de l'histoire, ils n'avaient plus les ressors qu'il fallait pour contrer l'ensemble des menaces externes ou internes, ils ont alors préféré subir l'histoire au lieu de la faire comme ils en avaient l'habitude .
il aura fallu attendre un certain novembre 1954 pour revoir cette nation se réveiller de sa léthargie .

abderahmane1
08/08/2016, 17h10
Donc si l'Arabie saoudite te propose la khilafa, t'aurais volontairement leur offrir le pays sur un plat. Ça s'appelle la traîtrise. Et tu sais le sort des traîtres à leur nations à travers l'histoire.


La Khilafah ne représente pas un pays précis, mais la Oumma toute entière. C’est comme l’Union européenne ou les Etats unis d’Amériques réunis et constitués en s’inspirant du modèle de la Khilafah !

xenon
08/08/2016, 17h22
La Khilafah ne représente pas un pays précis, mais la Oumma toute entière. C’est comme l’Union européenne ou les Etats unis d’Amériques réunis et constitués en s’inspirant du modèle de la Khilafah !Oui mais tu ne réponds pas au monsieur abderahmane .
Si tu as les possibilités et qu'on te le demande,tu filerais les clés du pays à des étrangers, en l'occurence à un khalif ?l'algérie indubitablement ceserait d'être un Etat et une nation pour ne devenir qu'une simple wilaya dirigé de quelque part d'orient.
tu accepterais ?

abderahmane1
08/08/2016, 17h41
En tout cas, à nos jours les Algérois se vantent d’être d’origine Turque :)

Cet été j’ai assisté à un mariagedans les hauteurs d’Alger, que les 2 familles ont insisté pour que la cérémonie de la fête soit turque (زواج تركي)

leftissi
08/08/2016, 17h45
Les hurluberlus qui s'invitent opiniâtrement et de façon intempestive à la table de discussion devraient apporter des idées, des contre-arguments et informations solides et avérés, au lieu de faire dans l'humour fade et insipide. Cela, pour les autres internautes, pas pour moi. moi je les ignore. wa in kaan, je préfère qu'ils passent leur chemin et m'ignorent comme moi je le fais à leur encontre.

leftissi
08/08/2016, 17h56
c"est toujour les faussaire de l'histoire qui rêve de détruire le sacrifice de nous martyrs de quels faussaires on parle ? de quels martyrs tu parles ? apporte des (contre)arguments, développe, défends tes idées au lieu de débiter des formules à l'emporte pièce, sans apporter un plus au débat.:lol::lol: :mrgreen: . les faussaires sont ceux qui, à défaut d'apporter des documents écrits ou versions laissées par leurs ancêtres, recourent aux mythes, aux contrevérités et aux inventions comme schechnaq, le calendrier et le nouvel an propres à eux, s'approprier des personnages de l'histoire comme hannibal, ibn khaldoun, ibn arabi et ibn rochd.:lol::lol: :mrgreen:

xenon
08/08/2016, 17h57
En tout cas, à nos jours les Algérois se vantent d’être d’origine Turque c'est pas une référence franchement et puis,hormis quelques familles se comptant sur les doigts d'une seule main qui descenderaient de koloughlis ,le reste vient des quatres coins d'algérie ou des populations qui y vivaient avant l'arrivée du corsaire .
Cet été j’ai assisté à un mariagedans les hauteurs d’Alger, que les 2 familles ont insisté pour que la cérémonie de la fête soit turque (زواج تركي)ah oui c'est quoi une cérémonie turque ?comme dans les feuilletons à la mode ya3ni..:mrgreen:

xenon
08/08/2016, 18h00
Les hurluberlus qui s'invitent opiniâtrement et de façon intempestive à la table de discussion devraient apporter des idées, des contre-arguments et informations solides et avérés, au lieu de faire dans l'humour fade et insipide. Cela, pour les autres internautes, pas pour moi. moi je les ignore. wa in kaan, moi je préfère qu'ils passent leur chemin et m'ignorent comme moi je le fais à leur encontre.on te donnera des détails plus croustillants quand tu arrêteras de regarder l'histoire avec les yeux d'un enfants phénicien de 3 ans...
en attendant tu as le loisir de vérifier chez 3ami google la pertinence de ce que j'écris à défaut d'ouvrir des livres sérieux ..

leftissi
08/08/2016, 18h07
je préfère qu'on m'ignore comme moi j'ignore ces hurluberlus qui n'ont pas de conditions à poser.

leftissi
08/08/2016, 18h22
La question centrale et sérieuse est : sur cette terre bénie d’Afrique du nord, note région, durant les trois et demi derniers millénaires, sont passés des influences, des migrations, identités, apports et des contributions exogènes. Toutes ont disparue ou se sont diluées. Sauf l'identité arabe (langue, culture et civilisation) qui s'est enracinée et a fait souche pour l'eternité. Pourquoi ? argumenter au lieu de faire dans l'attaque (personnelle) et l'insulte (dégradante pour son auteur) qui, en fait, dénotent du manque d'arguments et de faiblesse de position. certes, l'Islam a joué un grand rôle. mais il n'est pas le seul, pourquoi il n'a pas joué le même rôle en iran, en turquie, en malaisie, en indonésie, au pakistan ??????? naqech wa 7alel bi hodow w bi row7 7adharya.:lol::lol::lol:

xenon
08/08/2016, 18h29
Pour montrer la cruauté et la haine que nourrissaient les ottomans à l’égard des Algériens, un Bey (gouverneur) de Constantine du nom de Chaker au XVIII siècle exigea de ses subordonnés que chaque matin quand il sortait de son palais, il devait voir sur son passage au moins une vingtaine de têtes d’hommes plantés sur des piquets. On racontait qu’il entrait en transe en apercevant un tel spectacle. Il murmurait alors : » c’est tout ce qu’ils méritent ».
Une autre histoire qui reste encore vivace dans l’esprit de nombreux Kabyles pour édulcorer la barbarie que pratiquait les Turcs dans la régence d’Alger. Un jour un commandant de janissaire qui devait récolter les impôts, s’arrêta auprès d’un chef de mechta de Kabylie. Ce dernier végétait dans l’indigence; il égorgea alors l’unique poulet de ferme qu’il possédait pour faire honneur à son invité de marque.

Ce chef de tribu avait un garçon qui était âgé à peine de cinq, se mit pleurer en voyant le poulet. Sa mère lui donna une cuisse pour le calmer. Et lorsque il présenta le plat de couscous avec le poulet, le commandant des janissaires constata qu’il manquait une cuisse. Il entra dans une terrible colère et demanda où était passée sa « cuisse ».
Le pauvre chef de tribu bafouilla quelques instants en tremblant de peur puis finit par avouer la vérité.

Le commandant turc exigea qu’on lui ramène sur le champ le garçon et avec rage, il l’écartela en criant : » C’est ainsi que je tue celui qui me désobéit. »…
Hussein Dey, le dernier gouverneur d’Alger, en signant la reddition déclara: » Je n’ai que faire de ces vauriens d’Algériens, qu’ils aillent au diable » avant de s’embarquer pour Gênes. Mais il n’omit pas de garantir la sécurité des biens des Ottomans auprès des nouveaux maîtres d’Alger. Drôle d’esprit pour un chef musulman… Et au lieu de combattre, il préféra s’occuper du mariage de sa fille et laisser les soldats du maréchal de Bourmont prendre Alger sans tirer un coup de feu.
l'auteur aurait du sourcer les références de son article car ceci est un plagiat .

Mr Erdogan oublie peut-être qu’en 1827, les chefs de tribus berbères s’étaient réunis dans un village à l’est d’Alger pour demander par écrit au roi de France Louis Philippe de venir les délivrer de la tyrannie des janissaires turcs et que c’étaient ses ancêtres qui avaient permis la colonisation de l’Algérie par la France à cause de leur lâcheté et surtout de leur cruauté…Manque également la source de ce qu'il avance .

xenon
08/08/2016, 18h36
La question centrale et sérieuse est : sur cette terre bénie d’Afrique du nord, note région, durant les trois et demi derniers millénaires, sont passés des influences, des migrations, identités, apports et des contributions exogènes. Toutes ont disparue ou se sont diluées. Sauf l'identité arabe (langue, culture et civilisation) qui s'est enracinée et a fait souche pour l'eternité.quand l’hypothèse de départ est fausse,la conclusion à l'arrivée ne peut être que fausse également.

Gingerman
08/08/2016, 18h39
Parceque tu t'adresse pas à des T'haa'hna comme vous.
droit de réponse: y a pas plus t**** que toi.

Faut pas la prendre comme insulte. Faut juste l'assumer.

Mot Tahhane en algerien à quelques variétés, mais en grosso modo, veut dire un homme soumis, sans virilité, accepte d'être dirigé par les autres, tout à fait le contraire d'un homme libre, qui veut être maître de son destin, maître sur ses terre. Un tahhane c'est comme celui qui voit sa femme (ou dans notre cas de figure sa terre), violee, spoliée, et lui du haut de sa colline, applaudi à haute voix merci mes héros. Diffcile pour un tahhane de concevoir le mot liberté, honneur, il les remplace par servilité, soumission et traîtrise.

Combien y avait-il de turcs durant les trois siècles de présence ottomane ? turcs de souche, pour préciser ?! pas plus de 500. le reste, à peu près 5000 étaient des janissaires albanais, originaires des balkans ou d'anatolie.

...........................
Blabla blabla blabla

................

Alors, qui étaient les colons ? qui étaient hôtes bienvenus ?

les colons sont partis avec leur regne et les hotes bienvenus sont restés et ont fait souche jusqu'à la fin des temps.

Tout ça pour dire, tout le monde a droit de cité dans ma maison, et ont même droit d'en faire un bordel.....sauf.......les méchants français. On a compri mr le lobotomisé

leftissi
08/08/2016, 18h41
quand l’hypothèse de départ est fausse,la conclusion à l'arrivée ne peut être que fausse également. Alors, laisse tomber et passe à autre chose, c'est ç'que tu as de mieux à faire.:lol::lol::lol::mrgreen:

abderahmane1
08/08/2016, 18h41
ah oui c'est quoi une cérémonie turque ?comme dans les feuilletons à la mode ya3ni.

Non pas comme le feuillons laïc « Dar el harim », mais ceux avec de la belle musique animés par El hadj Al Anka, Amar Ezzahi, Bourdib…:D

_RKCmqrfXi0

Cookies