PDA

Voir la version complète : Algerie : Les indicateurs budgétaires s’enfoncent dans le rouge, le FRR légalement vidé


Raco
20/09/2016, 19h19
Le déficit réel du Trésor s’est établi, durant les 6 premiers mois de 2016, à près de 1 770 milliards de dinars, selon les chiffres du ministère des Finances, diffusés ce mardi 20 septembre via l’agence officielle.
Ce niveau correspond à 70% du déficit prévisionnel pour l’ensemble de l’année en cours, selon la même source.

Le FRR légalement vidé, l’emprunt obligataire loin de suffire

Dans ce contexte, l’on apprend que l’emprunt obligataire interne de l’État visait effectivement à combler le déficit, contrairement au discours officiel qui affirmait que les sommes collectées allaient financer des projets.
En effet, cet emprunt « a contribué à financer le déficit avec 317,62 milliards de dinars », soit 18% du déficit du Trésor, précise l’APS.
Dans les faits, l’essentiel de ce déficit semestriel a été financé par le Fonds de régulation des recettes (FRR).
Avec un prélèvement de 1 333,84 milliards, l’épargne budgétaire a permis de combler près de 76% du déficit enregistré.

Sauf que le reliquat du FRR était de 2 072,5 milliards de dinars à fin 2015.
Les prélèvements entre janvier et juin (1 333,84 milliards) ont donc ramené le montant du Fonds à 738,66 milliards de dinars. C’est déjà moins que le seuil légal minimum de 740 milliards de dinars.
Théoriquement, le Fonds a donc été vidé, en attendant une modification de la loi pour faire baisser le seuil.

Des recettes faibles et en baisse, des dépenses toujours élevées

La Loi de finances pour 2016 (LF2016) prévoit un déficit de 2 542 milliards de dinars.
Un niveau qui devrait être allègrement dépassé à ce rythme.
En effet, fin juin 2016, le déficit réel du Trésor s’élevait à 1 768,98 milliards de dinars, soit déjà 70% du déficit annuel prévu.
En cause, des recettes budgétaires en baisse, légèrement en deçà des prévisions de la LF2016.
L’ensemble des recettes budgétaires (fiscalités pétrolière et ordinaire cumulées) ont atteint le montant de 2 316 milliards de dinars durant le premier semestre de l’année en cours.
Au total, la LF 2016 table sur des recettes de 4 747,43 milliards de dinars sur l’ensemble de 2016.

Dans le détail, l’on relève une baisse de 30% de la fiscalité pétrolière : entre janvier et juin 2016, l’État a collecté la somme de 883,13 milliards de dinars.
En comparaison, la fiscalité pétrolière s’est établie, durant la même période de 2015, à 1 255 milliards de dinars.
Une baisse de près d’un tiers en glissement annuel.
Quant à la fiscalité ordinaire, elle s’est élevée, durant les 6 premiers mois de 2016, à 1 433,45 milliards de dinars.
Une tendance haussière qui ne suffit pas pour autant à combler, ni même ralentir le déficit budgétaire.

En effet, les dépenses budgétaires restent particulièrement élevées, avec un niveau semestriel de 4 100 milliards de dinars.
C’est plus de la moitié des prévisions sur l’ensemble de l’année.
La LF 2016 indique un niveau prévisionnel de dépenses budgétaires de 7 984 milliards de dinars.
Plus précisément, les dépenses de fonctionnement de l’État se chiffrent à 2 527,76 milliards de dinars.
Pour leur part les dépenses d’équipement ont atteint 1 572,52 milliards de dinars à la fin du semestre précédent, indique la même source.
TSA

rodmaroc
20/09/2016, 19h25
Ils ont flingué le FRR en deux ans seulement!!!!

overclocker
20/09/2016, 19h33
tout sauf l'Algérie diront les autres...

Cookies