PDA

Voir la version complète : Energy Trilemma Index : Le Maroc classé au 80ème rang


bledard_for_ever
13/10/2016, 17h07
[Il y a un an, les chiffres annoncés par l’Energy Trilemma Index, publiés chaque année par le Conseil mondial de l’énergie, faisaient état d’un bond de 11 places du Maroc par rapport à l’édition 2014. Cette année, après l’actualisation de la méthode et de l’indice, le royaume aurait stagné entre 2014 et 2015 à la 78e position, perdant même deux places cette année. Explications.

Après avoir stagné l’année dernière par rapport au classement 2014, le Maroc perd cette année deux places et se situe désormais au 80e rang de l'Energy Trilemma Index publié annuellement par le Conseil mondial de l’énergie (CME). L’étude classe 125 pays en fonction de leur capacité à fournir des politiques énergétiques durables. L’Energy Trilemma Index est évalué sur la base de trois catégories : la sécurité énergétique, l’équité en matière d’énergie et la durabilité environnementale.

Dans le détail, la sécurité énergétique englobe la gestion efficace de l'approvisionnement en énergie primaire à partir de sources internes et externes, la fiabilité de l'infrastructure énergétique et la capacité des entreprises du secteur énergétique à satisfaire la demande actuelle et future. L’équité en matière d'énergie englobe essentiellement l'accessibilité et le caractère abordable de l'approvisionnement énergétique pour la population. La durabilité environnementale inclut pour sa part la réalisation de l'offre et de la demande énergétique et l'efficacité et le développement de l'approvisionnement en énergie à partir de sources renouvelables à faible émission de carbone et d'autres.

Pour l’édition 2016, le point fort du royaume reste l'équité de l'énergie, même si ce dernier perd tout de même deux places par rapport à l’année dernière, en se classant 59e contre 57e en 2015. S’il obtient sept points en matière de sécurité énergétique, le Maroc passe toutefois de la 118e place en 2015 à la 111e cette année. En termes de durabilité environnementale, il gagne une place (75e place en 2016 contre 76e en 2015).

La note globale attribuée au royaume est de « DBC », tout comme l’année dernière : la première lettre désignant le score en sécurité énergétique, la deuxième l’équité énergétique et la troisième concerne la durabilité environnementale. Les notations vont de A à D ; A étant la meilleure et D la plus médiocre.

A l’échelle internationale, d’après les données actualisées de l’Energy Trilemma Index, le Danemark pointe en tête du classement avec une note de AAA, suivi de la Suisse (AAA) et la Suède (AAA). Les trois derniers sont le Népal (123e/DDC), le Niger (124e/DDD) et le Bénin (125e/DDD).

Au niveau des pays de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), le Qatar arrache la première place (39e/AAD). Viennent ensuite les Emirats arabes unies (43e/BAD), l’Arabie Saoudite (47e/BAD), le Koweït (53e/CAD), la Tunisie (54e/DBB), Bahreïn (59e/CAD), l’Algérie (66e/CBC) et l'Egypte (68e/CBB).

L'énergie renouvelable et l’efficacité énergétique au centre de la stratégie marocaine
La partie réservée au royaume dans ce nouveau rapport reste tout de même encourageante. « Le Maroc a pris une initiative forte pour développer les énergies renouvelables depuis 2008 afin de faire face aux importations d’énergie qui restent élevées. Le pays tente aussi de réduire sa dépendance aux combustibles fossiles », indique le CME. Celui-ci de poursuivre : « Le pays s’est fixé l’objectif d'établir 6 GW d'énergie renouvelable à partir de l'énergie solaire, éolienne et hydraulique, ce qui conduira à 42 % d’installations en 2020 contre 13 % en 2015 ».
S’appuyant sur le Fonds d’investissement climatique, le CME rappelle par ailleurs la première phase du projet Noor, un « ensemble de cinq plans solaires qui a démarré en 2016, peut jouer un rôle essentiel pour améliorer la sécurité et la durabilité énergétique en produisant assez d'énergie pour alimenter un million de foyers d'ici 2018 ». De plus, Noor permettra au Maroc de réduire ses émissions d’environ 60 000 tonnes de CO2 par an. D’ici à 2030, l’objectif est de parvenir à une amélioration de 20 % sur le front de l’efficacité énergétique.

« L'énergie renouvelable et l’efficacité énergétique restent au centre de la stratégie nationale de l'énergie du pays avec 11 milliards de dollars (environ 108 milliards de dirhams, ndlr) qui devrait être investis dans les énergies solaire et éolienne au cours des cinq prochaines années », conclut le rapport.

La méthode et les données de l’Energy Trilemma Index ont été actualisées depuis l’année dernière. Les rapports de 2013, 2014 et 2015 classaient respectivement le Maroc à la 105e, 111e puis 100e place.

Ya biladi

m.rico
13/10/2016, 17h28
Dans 5 ans on sera AAA, Vous allez voir:mrgreen:

Cookies