PDA

Voir la version complète : EN PRÉVISION DES PROCHAINES LÉGISLATIVES Le FLN règle ses problèmes organiques


katiaret
23/12/2016, 11h39
Les derniers changements opérés au sein de certaines mouhafadhas ont connu une résistance à l'image de celle d'Oran où le mouhafedh Dinar refuse de libérer son poste.
Pas facile de mettre de l'ordre au sein de la base! Le secrétaire général du FLN veut en finir avec les soucis qui minent les structures locales. Ould Abbès qui a procédé à l'audition des secrétaires de wilaya entend faire un point de situation pour remettre les pendules à l'heure. Le patron compte convoquer dans les prochains jours les mouhafedhs à un conclave pour tirer les conclusions et délivrer ses instructions. «Le secrétaire général va bientôt réunir les mouhafedhs pour donner des orientations sur les affaires organiques et expliquer la stratégie pour les prochaines élections», a affirmé le porte-parole, Hocine Khaldoun. Contacté par nos soins, ce dernier a fait savoir que le cycle des auditions est presque achevé. Notre interlocuteur a indiqué que le secrétaire général a reçu jusqu'à présent 113 mouhafedhs et qu'il ne restait que les sept mouhafedhs d'Alger, lesquels seront auditionnés ces jours-ci. En convoquant les secrétaires des wilayas un par un à une réunion, Ould Abbès voulait s'enquérir de la situation du parti au sein de la base. Il faut reconnaître que la restructuration opérée par l'ancien secrétaire général, Amar Saâdani a compliqué davantage les choses au sein du parti majoritaire.
Le nombre des mouhafedhs est passé de 54 pour atteindre les 120 responsables, ce qui n'a pas forcément arrangé les affaires du parti. L'approche des élections législatives a mis sérieusement les structures du parti en ébullition. Les derniers changements opérés au sein de certaines mouhafadhas ont connu une résistance à l'image de celle d'Oran où le mouhafedh Dinar refuse de libérer son poste. Alors que la direction a mis fin à sa mission au sein de la mouhafadha d'Oran, le désormais ancien secrétaire de wilaya rejette cette décision. Interpellé sur ce sujet, le porte-parole du parti reconnaît qu'il y a quelques difficultés. D'après lui, ce scénario n'est pas nouveau au FLN puisque de telles contestations ont été signalées par le passé. «Avec la compréhension des militants et des responsables, les choses vont s'arranger», a estimé M.Khaldoun. A la question de savoir si d'éventuels changements sont également prévus, notre interlocuteur a répondu par la négative. «Il n'y aura pas d'autres changements», a-t-il assuré en rappelant que le secrétaire général à procédé au renouvellement de cinq mouhafedhs, à savoir Jijel, Tébessa, Aïn Defla, Oran et Alger. Or, selon certaines sources, d'autres changements seront opérés au sein des mouhafadhas et même au sein du bureau politique. Selon nos sources, le secrétaire général s'est entretenu à deux reprises avec Abdelkader Hadjar, actuel ambassadeur d'Algérie à Tunis sur la situation du parti. Notre source évoque probablement le retour à l'ancien système des mouhafadhas à travers la suppression des nouvelles structures créées par son prédécesseur. Notre source soutient que le patron du parti est appelé à faire le ménage en écartant les opportunistes et les détenteurs de la «chkara» des structures.
Le chef de file du parti avait déjà averti les militants contre toute tentative d'achat des voix ou des positions sur les listes électorales. «Ceux qui veulent se présenter aux prochaines élections législatives ne doivent pas compter sur la 'chkara'' et donc sur l'argent sale», a affirmé le patron du FLN en marge d'une rencontre avec les élus du parti, organisée à l'hôtel El Aurassi à Alger. Se voulant intransigeant, Ould Abbès a affirmé que nul ne pourra se présenter aux élections s'il n'est pas porté par la base. «Être mouhafedh, membre du comité central ou membre du bureau politique ne permet pas de devenir candidat. Celui qui veut se présenter doit revenir vers la base. On n'a pas de supermilitants! Le FLN est l'Algérie profonde et non l'Algérie des salons. Je veille sur le respect de la volonté des militants», a-t-il insisté. Ould Abbès va instruire ses responsables au niveau local de veiller à l'application des règles de transparence dans les candidatures pour les prochaines législatives et locales. Il reste à savoir si ce dernier va pouvoir imposer la discipline au sein de la maison FLN. Attendons pour voir!.

Par Nadia BENAKLI - Lundi 19 Decembre 2016 00:00
L'Expression dz.

katiaret
23/12/2016, 11h41
XUOEgMSas1U?t=9m41s

Cookies