PDA

Voir la version complète : OULD ABBÈS ENTEND LES RÉCUPÉRER Les biens «spoliés» du FLN


ACAPULCO
27/12/2016, 15h36
Le secrétaire général du Front de libération nationale, Djamel Ould Abbès, s’attaque à l’épineux problème de la récupération des biens immobiliers du parti. «J’ai découvert beaucoup de surprises lorsque j’ai reçu en audience les 113 mouhafedhs. C’est vraiment une honte qu’un parti comme le FLN en arrive à cette situation ! Certains ont transformé les sièges du parti en habitations, d’autres les ont loués et j’en passe.» Le SG du FLN ne décolère pas.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - Le constat est en effet effarant : pas moins de dix sièges de mouhafadhas, c’est-à-dire au niveau des chefs-lieux de wilaya, et cent dix-sept sièges de kasma sont squattés ! «Nous avons soumis tous ces dossiers à la justice», a déclaré Djamel Ould Abbès, hier, à l’occasion de l’installation officielle du nouveau président de la commission nationale des finances du parti, qui n’est autre que l’ancien ministre des Finances, Mohamed Djellab.
L’ancien premier argentier du pays n’aura pas la tâche facile. Le FLN, première force politique du pays, est également le parti qui dispose du plus grand patrimoine, immobilier notamment, lui qui, pour cause, gouvernait le pays depuis l’indépendance. Malgré le fait d’avoir été dessaisi d’une bonne partie de ce patrimoine au lendemain des événements d’Octobre 1988, l’ex-parti unique reste, certainement, le seul à disposer de biens immobiliers à travers tout le territoire nationale. «J’ai chargé mon ami Mohamed Djellab de présider cette commission des finances et du patrimoine du parti. Je lui ai demandé de faire l’inventaire exhaustif de tout le patrimoine du parti. Je sais parfaitement que votre mission ne sera pas facile mais je serai là pour vous aider. D’ailleurs, nous sommes appelés à nous voir quotidiennement, compte tenu de la complexité de ce dossier», ajoutait le SG du FLN dans son allocution devant les membres de la commissions en question, au siège du parti à Hydra. Il prévient aussitôt après : «Nous allons assainir la situation avec le scalpel. Et j’ai déjà pris le scalpel. C’est le médecin qui parle !»
Médecin de formation, Djamel Ould Abbès sait, en effet, que, dans bien des cas, il faut utiliser les gros moyens pour récupérer quelques biens immobiliers détournés par quelques nababs, locaux comme nationaux. Il s’agit, là, d’un autre dossier épineux après celui de la corruption dénoncé par le même Djamel Ould Abbès lors de sa première conférence de presse en sa qualité de secrétaire général. «Oui, réaffirmera-t-il lors d’un point de presse en marge de la cérémonie d’hier, j’ai découvert de graves cas de corruption, où des sommes astronomiques ont été versées à l’occasion des précédentes élections, pour figurer sur les listes du parti. Les enquêtes sont en cours et nous allons frapper fort après leur aboutissement.» Ce genre de pratiques, qui ont fait leur apparition dans la vie politique algérienne depuis 2007 concernent surtout les élections législatives et sénatoriales où certaines grosses fortunes achètent carrément – c’est le mot — leurs places sur les listes gagnantes ou présumées ayant le plus de chances d’offrir à leurs titulaires un siège de parlementaire et, donc, l’immunité y afférente et la proximité des centres de pouvoir propice au monde des affaires.
A l’approche d’échéances électorales similaires, ce pavé dans la mare et l’opération globale en générale vont certainement chambouler quelques vieilles pratiques au FLN et dissuader, au moins, les intrusions les plus vulgaires en la matière.
Djamel Ould Abbès, s’engageant même à rendre publics les résultats des enquêtes en question, des têtes vont certainement tomber aussi. Evoquant, par ailleurs, la toute première opération qu’il lançait au lendemain de son élection au poste de secrétaire général du FLN, à savoir «recoller les morceaux du parti», Djamel Ould Abbès dressera un bilan, citant les noms des anciens responsables et personnalités nationales du parti qu’il avait reçus et qui ont accepté de revenir.
L’on peut citer les Abdelaziz Ziari, Mohamed Séghir Kara, Rachid Harraoubia, Hadi Khaldi, Mohamed Bourzam, etc. «Pour moi, ce problème est réglé. La majorité de ces frères ayant accepté de revenir au sein du parti, sans conditions», dira-t-il avant de confirmer, encore une fois, la fin des contacts avec Abdelaziz Belkhadem.
Le cas de Abderrahmane Belayat ? «Lui , il persiste toujours à ne pas reconnaître le 10e congrès et toutes les instances du parti qui en sont issues. Impossible de négocier dans de telles conditions», précise le SG du FLN.
K. A.

ACAPULCO
27/12/2016, 15h37
Je me demande si ces biens spoliés reviendront au FLN ou bien ils changement seulement de main

zek
27/12/2016, 16h17
Pourquoi le FLN s'échine à récupérer quelques miettes immobilières alors qu'il posséde toute l'Algérie au travers de Sonatrach ?

KHORE
27/12/2016, 16h45
Pourquoi le FLN s'échine à récupérer quelques miettes immobilières alors qu'il posséde toute l'Algérie au travers de Sonatrach ?
__________________


Le FLN n'a jamais eu le moindre contrôle sur la SH dont les cadres ont toujours été nommés par les décideurs du moment, les militaires et le Président en accord avec les services de sécurité.

Avec le multipartisme , le FLN marginalisé et diabolisé a vu ses locaux abandonnés par ses militants apeurés pendant des mois , avant qu'une partie ne soit occupés par les amis des nouveaux élus et du DRS . Oran a ainsi perdu pour ce que j'ai constaté un immeuble au plateau et le garage de la Mouhafada centre ville.

m1111
27/12/2016, 16h52
si l onreflechit bien

l on dirai

" ON DONNERAI LA GOUVERNANCE DU PAYS AUX PLUS JEUNES HOMMES ET FEMMES ALGERIENNES MAINTENANT - IL EST TEMPS "

et cela ne veux pas dire " ELLIMINER LES PLUS AGES " NON NON ET NON

Les plus agées DOIVENT ETRE PRESENT DERRIERE LES PLUS JEUNES.

CHAQUE WILAYA DOIT AVOIR SON QUOTA DE JEUNES.

JEUNES EN CATEGORIES--- PLUME -- LEGERS -- MOYENS ---ET LOURDS

L ALGERIE SE CONSTRUIT CONTINUELLEMENT -PAR LE RAJEUNISSEMENT UNE SORTE DE LIFTING IN TIME.


arretons de jeter la poudre au yeux des algériens ,déja très conjonctivés .:mrgreen:

KHORE
27/12/2016, 17h37
arretons de jeter la poudre au yeux des algériens ,déja très conjonctivés



Le pouvoir comme dit ne se donne pas, ils s'arrachent .

Les vieux qui te dérangent , avaient quel âge quant ils se sont révoltés ? Celui de ceux qui maintenant vivent l'opulence des nantis de la rente et qui ne rêvent que de voitures de luxe, de villas et de femmes faciles. A défaut c'est la harga qui animent ceux qui n'ont aucun sentiment pour l'Algérie et qui demain quand les réseaux sociaux le leur demanderont , aidés par l'étranger mettront à feu et à sang bled les généraux.

m1111
27/12/2016, 17h46
Le pouvoir comme dit ne se donne pas, ils s'arrachent .

ICI on comprend que NOS LOIS DOIVENT IMPERATIVEMENT etre mises a jour.

<< LE REMPLACEMENT DES CADRES DE TOUS LES CADRES A TOUS LES NIVEAUX POLITIQUES SCIENTIFIQUES CULTURELS .... DOIT ETRE FAIT ANNUELLEMENT ET REVU ET MODIFIE ET REMPLACE .
LES PLUS VIEUX DOIVENT RESTER QUAND CELA LEUR PLAIRA AVEC UN QUOTA ENV MOINS DE 10% POUR SUPERVISER PAR L HONNEUR TOUTES LES INSTITUTIONS DISPONIBLES MAIS LES SIGNATAIRES DES DECISIONS DOIVENT AVOIR ENTRE 50 ET 60 ANS <<< :mrgreen:

annabideparis
27/12/2016, 17h52
Celui de ceux qui maintenant vivent l'opulence des nantis de la rente et qui ne rêvent que de voitures de luxe, de villas et de femmes faciles.

La faute a qui?
Pourquoi ceux qui avaient la bourse entre les mains ont toléré ça?
D'ailleurs qui sont ceux qui tiennent la bourse?ce ne sont pas les mêmes qui se sont révoltés?

infinite1
27/12/2016, 18h21
La plus parts des hommes politique ( député , sénateur , ministre , mouhafedh , wali , etc ... , issue pour la majorité du FLN , après la retraite ou la mise à l’écart se sont tous payer des biens en Europe .

Plus de 80 % d’après les statistiques ...

Vous n'allez pas me dire que tous ce beau monde a fait un héritage , ou gagner à la loterie quand même !

KHORE
27/12/2016, 21h16
La plus parts des hommes politique ( député , sénateur , ministre , mouhafedh , wali , etc ... , issue pour la majorité du FLN , après la retraite ou la mise à l’écart se sont tous payer des biens en Europe .

Plus de 80 % d’après les statistiques ...



Quelles statistiques ?

Si tu les as , communiques nous les !

NEKKAZ a eu un mal fou , à faire admettre que SAADANI avait un appartement à Paris. Les Algériens sont très discrets
alors que les Gouer ont font un secret défense.

Tous les riches en particulier les derniers, peu surs de l'avenir du pays placent leurs argents dans des biens à l'étranger où ils envoient leurs enfants étudier et s'installer.

L'ancien moudjahid moyen vit correctement et bénéfice d'avantages régaliens mais ne peut se permettre d'expatrier sa retraite pour acquérir ce que possèdent BOUCHOUAREB ou SAADANI pour ne citer que les hauts responsables.

tawenza
27/12/2016, 21h45
L'ancien moudjahid moyen vit correctement et bénéfice d'avantages régaliens mais ne peut se permettre
lol..

ils sont devenus le problème du pays....

za3ma un seul héros le peuple.

infinite1
28/12/2016, 17h49
Quelles statistiques ?

Si tu les as , communiques nous les !

Depuis un bon moment déjà l'information a été reprise par de nombreux journaux , il suffit juste de s'informer c'est encore vérifiable ! ...

Cookies