PDA

Voir la version complète : Boum, malgré tout, ton pays est toujours debout ! Par Maâmar Farah


nacer-eddine06
29/12/2016, 11h54
Le doute peut saisir tous ceux qui sont persuadés qu'ils ont été trompés, floués, conduits sur une voie de fausses promesses et de romantiques chimères. Il peut saisir tous ceux qui croient que l'engagement révolutionnaire est incompatible avec l'avancée de l'âge et qu'il reste un trait de jeunesse, cette dimension de révolte et de rêve qui comble les horizons au sortir de l'adolescence. Le doute peut envahir ces anciens étudiants volontaires massés sur les travées de la salle Harcha, buvant les paroles du Président Boumediène et qui n'étaient ni démocrates, ni islamistes, mais simplement des militants socialistes, simplement des révolutionnaires. Le doute de ne pas avoir «compris plus tôt», le doute d'avoir «raté sa jeunesse à courir derrière des illusions». Et la certitude d'être mieux aujourd'hui dans sa peau de nouveau bourgeois reniant le volontariat d'antan, le trouvant même désuet et ridicule... Le doute peut remuer les consciences de tous ces journalistes qui écrivaient «vive Boumediène !» et qui se découvrent aujourd'hui des âmes de grands démocrates, n'ayant que ces pitoyables «j'étais jeune», «J'ai été trompé» comme justificatifs.

Alors, en ces derniers jours de décembre qui nous ramènent toujours au souvenir impérissable de cette Algérie de la grandeur et de la dignité, aucune force au monde, aucune autre vérité que celle des peuples, ne peuvent nous faire écrire que nous regrettons aujourd'hui d'avoir compris l'homme et d'avoir tenté de répercuter ses idées, d'avoir milité en tant que journalistes engagés pour apporter notre modeste pierre à cette grande Algérie qui se construisait sous nos yeux. Aucune autre cause, aucun autre discours, aucun «démocratisme» — dont on découvre finalement chaque jour les dessous criminels et malsains quand il est imposé par les forces impérialistes ! —, ne peuvent nous faire dire autre chose que ce que nous martelons depuis la mort de Boumediène. Et nous sommes si seuls, si isolés devant la marée des découvreurs de vérité qu'il nous semble parfois incongru et disproportionné que des voix se lèvent massivement pour nous reprocher notre position de fidélité et de loyauté ! Je dis souvent à mes amis : nous sommes trois petites plumes à ressasser le discours révolutionnaire de l'époque, à dire notre admiration et notre amour de Boumediène. Cela vous dérange-t-il à ce point ? Vous êtes des milliers, vous êtes dans le système et dans l'opposition, vous êtes parmi les intellectuels et les artistes, vous êtes sûrs de vos vérités ! Alors pourquoi ne pas nous laisser aboyer quand passent et repassent vos caravanes du renoncement et de l'oubli ?

Aucune force au monde ne nous fera oublier cette voix de la vérité et de la justice qui faisait lever d'immenses espoirs aux quatre coins du monde, chez les «damnés de la terre», afin que l'ordre impérialiste cesse de piller les richesses et d'exploiter les peuples, afin que l'école, l'hôpital, le logement et la promotion sociale ne soient plus des vœux pieux égrenés par les candidats des votes des démocraties bourgeoises !
C'est la démocratie populaire dont notre République porte toujours le nom qui a permis aux masses populaires de faire d'incroyables avancées sociales au moment où la famine et l'esclavagisme terrassaient des peuples entiers et pas loin de chez nous ! Nous avons tout le loisir d'admirer les bienfaits de la nouvelle démocratie qui a bombardé des barrons dont on ne connaît même pas l'origine des fortunes, au plus haut étage de la représentation parlementaire. Et cette «chkara» dont nous dénoncions la vulgarisation dans les promotions politiques, à un moment où l'on nous traitait presque de menteurs, la voilà étalée au grand jour par le docteur Djamel Ould Abbès, patron du FLN ! Nous avions raison et ceux qui nous attaquaient bêtement, en défendant toujours très mal le régime, avaient tort !

Ce doute qui «libère» d'autres hommes et leur donne la capacité de «mieux analyser les faits» ne nous effleurera jamais. Parce que nous pensons toujours ce que nous écrivions dans les années 1970 et ce, quels que soient les nouveaux développements de l'histoire, officielle et non officielle, qui semble parfois épouser les basses manœuvres politiciennes et s'éloigner de la nécessaire soumission à la vérité.
D'abord, ce sursaut patriotique d'une armée fièrement formée par la Révolution pour devenir le rempart de l'Algérie indépendante. Sans elle, les soubresauts partisans des années 1962-1963 — et même plus tard — auraient soufflé le précaire équilibre né de la dure réalité de l'après-guerre. Sans elle, l'Algérie aurait sombré dans les guerres civiles à répétition : ceci est notre manière de voir les choses, opposée à celle qui veut refaire l'Histoire avec des si... en donnant exclusivement raison à ceux qui étaient certes intègres et patriotes mais qui refusaient de poursuivre la Révolution au profit du peuple pour bâtir un pouvoir bourgeois tourné vers «l'agriculture et le tourisme». Citez-moi une seule puissance qui a fait sa grandeur hors secteur industriel ? Et ne voyez-vous pas l'effondrement de tous ces pays qui ont fait du tourisme leur principale activité économique ?

Je connais la réponse : «Oui, mais l'Algérie a vécu grâce à la rente pétrolière !» Non, l'Algérie a vécu grâce aux mesures révolutionnaires qu'elle avait prises pour nationaliser les hydrocarbures, courageusement, lucidement, en imposant un nouvel ordre aux compagnies multinationales ! Voilà la vérité ! Et l'Algérie aurait pu aller loin si son ambitieux programme industriel n'avait pas été battu en brèche par de puissants lobbies qui ont commencé par les fameuses «restructurations» de «Si la Science» pour finir par les bradages de Si Temmar ! Cette vérité, il faut l'asséner aux plus jeunes car ils sont mal informés. Quand je dis à un jeune que nous avons vécu des années durant sans importer de vêtements et de chaussures, il reste bouche bée ! Oui, des sociétés publiques et privées ont habillé et chaussé près de 20 millions d'Algériens, sans le recours à l'importation ! Aujourd'hui, on ne trouve que rarement des produits du textile algérien et les producteurs nationaux sont laminés.

Nous avons toujours dit que le 19 Juin n'était pas un coup d'Etat mais l'action révolutionnaire d'un groupe d'hommes qui ont mis un terme à l'aventure personnelle, aux douteux choix idéologiques oscillant entre le collectivisme non adapté à la réalité algérienne et des senteurs d'un islamisme intolérant et maussade. C'est l'Armée nationale populaire qui a mis fin à cette page d'incertitude et de périlleuses dérives pour ouvrir la voie à la construction de l'Etat, à la consolidation de l'indépendance politique par l'indépendance économique, aux choix clairvoyants et audacieux en politique étrangère, le tout marqué par l'anti-impérialisme qui fut la marque première de la Révolution algérienne. C'est cette même Armée nationale populaire qui, début des années 1990, a mis fin à un autre aventurisme qui aurait livré le pays à des forces politiques dont on découvre le vrai visage en Syrie, Irak et partout dans ce vaste monde où l'Islam, religion de paix et de fraternité, a été dévoyé pour servir la cause des extrémistes agissant sous les ordres du sionisme et de l'impérialisme. Voilà pourquoi le doute ne nous effleurera jamais. Ni aujourd'hui, ni demain. Parce que de toutes les prétendues «vérités» qui fleurissent depuis quelque temps, nourries par la haine viscérale des uns, les visées malsaines des autres, il restera celle qui s'impose à tous : malgré tous les déboires, tous les reniements, toutes les tentatives de mener l'Algérie vers l'inconnu, ton pays est debout, Boumediène ! Au-delà des années et des décennies, le souffle pur des vents de Aïn Hassaïnia continue de nous guider, nous les fidèles parmi les fidèles, ceux qui t'ont promis un jour que ton œuvre ne sera jamais abandonnée et qu'elle sera poursuivie. A défaut de la poursuivre dans un pays qui préfère désormais Ben Bella à Boumediène, nous continuerons de dire haut et fort nos vérités. Gloire éternelle à ta révolte et ton combat permanents ! Gloire à ton intégrité et ta vie simple, toi l'Algérien qui ne voulait vivre qu'en Algérie ! Nous ne t'oublierons jamais, Boum de notre jeunesse, guide courageux de ce grand rêve interrompu par la bourgeoisie...
M. F.

KHORE
29/12/2016, 14h24
Merci pour cet hommage au plus grand des hommes que Dieu a donné à l'Algérie .

Sans pour autant partager l'interprétation de l'histoire depuis l'arrêt du processus électoral et le rôle de l'ANP devenue armée des DAF au service de l'ex colon.

bledard_for_ever
29/12/2016, 14h39
On peut ne pas être d accord avec ses décisions prises.

Mais n empêche ce fut un homme de état.

Pratiquement le seul de sa génération parmi les dirigeants du monde musulman à ne pas se être enrichi. Ni lui ni sa famille.

Allah yarhmou

hben
29/12/2016, 16h16
à ne pas se être enrichi. Ni lui ni sa famille.
Ouais y a qu'à voir le taudis où habite la pauvre Mme Vve Boumboum dans le seizième!!!:rolleyes:

KHORE
29/12/2016, 17h59
Ouais y a qu'à voir le taudis où habite la pauvre Mme Vve Boumboum dans le seizième!!!


Ce taudis , ce n'est pas son feu de mari qui le lui a payé.

Revoir ton histoire, et l'intervention vaine de MEHRI ambassadeur à Paris , auprès de CHIRAC maire de Paris , pour faire bénéficier Anissa BOUMEDIENE d'un logement du parc municipal de la capitale . C'est fort de cet affront que les successeurs de celui qui n'avait rien mis de côté pour les siens ont décidé d'accorder plus d'égards et de moyens à celle qui avait été la campagne d'un Chef d'Etat algérien . Avec BOUTEFLIKA les avantages se sont étendus. La dame doit bénéficier, au même titre que d'autres dignitaires d'une villa au Club des Pins.

Inquiétons nous plutôt des appartements parisiens de SAADANI et BOUCHAREB et de leur garde en permanence par des escouades de policiers en uniforme . Ou des moyens mis par les banques algériennes au service de REBRAB pour acquérir des usines en France.

nacer-eddine06
29/12/2016, 18h06
ouais y a qu'à voir le taudis où habite la pauvre mme vve boumboum dans le seizième!!!

sa famille etait deja milliardaire avant 62 aussi riche que les hamoud ou tamzali etc etc

ET PUIS ELLE EST AVOCATE....

infinite1
29/12/2016, 18h17
Merci pour cet hommage au plus grand des hommes que Dieu a donné à l'Algérie .

Qui a poser les fondations du mal à ce pays ...

bledard_for_ever
29/12/2016, 19h19
Ouais y a qu'à voir le taudis où habite la pauvre Mme Vve Boumboum dans le seizième
-------------------------------------

Sa famille était milliardaire bien avant boumedienne.

L état algérien c est a dire lui les a dépossédés.

Hben il faut reconnaître le mérite des hommes. Et cet homme était exceptionnellement integre

DocRemady
30/12/2016, 06h37
Hben il faut reconnaître le mérite des hommes. Et cet homme était exceptionnellement integrepeine perdue, il a pris un certain plis qu'il lui serait difficile de s'en défaire aussi aisément.


PS: en dix ans l'a tu vu poster un commentaire positif depuis Montus Ferratus ? :lol:

zemfir
30/12/2016, 09h37
Boum, malgré tout, ton pays est toujours debout ! Par Maâmar Farah
Boukh,malgré tout,ton pays est toujours a la recherche de l'arrivée !par zemfir:cry:

nedjmala
30/12/2016, 16h15
...

Dans un monde irradié, galvanisé, époustouflé, d'intérêts...

Pour n'être qu'irrésolument commun, lequel ne saurait être le dernier nommé, pensé, rêvé...

Dans chaque histoire qui parfois s'hérite s'empare ou s'emploie du hasard, l'espoir ni ne relève ni ne jaillit de l'illusoire, la victoire de l'aléatoire, la mémoire du butoir()e..., ainsi donc, un peu partout, seuls les passages de la Vie prennent ou retrouvent une mesure proche de l'infini quant, indispensable parmi les destinées, Elle court aux allures du même paradis...

...merci...

Boubibtis
30/12/2016, 16h26
C'est très profond ce que tu a écrit Nedjmala.

hben
30/12/2016, 17h13
peine perdue, il a pris un certain plis qu'il lui serait difficile de s'en défaire aussi aisément.
Dixit celui qui a l'habitude de tourner sa veste....

PS: en dix ans l'a tu vu poster un commentaire positif depuis Montus Ferratus ?
Désolé, la medahate el hammam! Tout le monde n'est pas comme toi!:razz:

DocRemady
01/01/2017, 14h26
Fais gaffe! Le dépit, le désespoir mènent au suicide
Des tisanes a effets anxiolytiques Passiflore, camomille, ballote, a prendre en infusion au moment du coucher calmeront ton acariâtreté :lol:

infinite1
01/01/2017, 17h54
peine perdue, il a pris un certain plis qu'il lui serait difficile de s'en défaire aussi aisément.


PS: en dix ans l'a tu vu poster un commentaire positif depuis Montus Ferratus ?

On ne peux tout de même pas tresser des lauriers là ou il n'y en a pas ? ...

bledard_for_ever
01/01/2017, 18h24
C est vrai hben

Allez dis nous pour une fois une expérience positive :mrgreen:

traks
01/01/2017, 18h28
Merci pour cet hommage au plus grand des hommes que Dieu a donné à l'Algérie .
réduire toute un peuple a ça ?? y on a eut des milliers qui valaient plus que lui, il y a eut des milliers d'algeriens qui eux on donné leur vie pour ce pays .....il y a eut de simple algeriens qui on tous les jour œuvré pour leur pays dans l’anonymat .......on a eut une guerre civile qui a fait penser tous le monde que l’Algérie allé couler , mais il y a eut des hommes sortie de je ne sais ou et qui l'on maintenu malgré ...malgré...et malgré tous ça ..on continu de rêver a un homme qui nous a vendu que du rêve...rien d'autre , il a juste fait rêver les algériens ....:evil:

hben
01/01/2017, 18h49
Nous n'avons pas la même définition de l'expérience positive mon pote ! Celui qui a n'a jamais tiré la moindre balle face à l'armée coloniale et qui érigé l'assassinat politique en mode de gouvernement est pour toi un homme intègre ! Et Pour moi c'est un assassin !
Tu vois la différence ?

ACAPULCO
01/01/2017, 19h00
En tout cas , même si boumedienne a prit , il mérite bien plus qu'un autre président qui a succédé en Algérie , boumedienne a su donné la dignité aux Algériens et ça ça vaut bien plus que le métro, l'opéra, autoroutes est/ouest, tramways, ...

bledard_for_ever
01/01/2017, 19h45
Mais du tout mon ami. Chacun sa conception du combat.
Les combats en algerie ont été pluriels. Avec ou sans armes. Mais avoir l'étoffe d'un homme d'état n'est pas donné à tout le monde.

okba30
02/01/2017, 00h04
boumedienne a su donné la dignité aux AlgériensIl a construit le socle qui a permis à d'autres de dire ''ya djbel ma yhazzak rih''.
Dans la gamme ''responsable intégre et proche du peuple'' on peut aussi citer : Zeroual et Boudiaf.

nassim
02/01/2017, 00h15
Gloire éternelle à ta révolte et ton combat permanents ! Gloire à ton intégrité et ta vie simple, toi l'Algérien qui ne voulait vivre qu'en Algérie ! Nous ne t'oublierons jamais, Boum de notre jeunesse, guide courageux de ce grand rêve interrompu par la bourgeoisie...

Maâmar Farah semble avoir abusé de vodka et/ou de haschich!

Le dictateur Boumediène est l'architecte du système politique pourri contrôlé par le cartel mafieux ANP/FLN et qui a produit un Etat autoritaire/corrompu, une économie rentière, de nombreuses années de crises socio-économiques, plus de 2 décennies de terrorisme, des millions de pauvres, une monnaie nationale en ruines...etc.

D'ailleurs, le mafieux zombie Bouteflika qui a saboté l'Algérie et a sali son image internationale malgré les centaines de milliards de pétrodollars engrangés par l'Algérie durant ses 17 ans de pouvoir, est le "fils spirituel" de Boumediène.

Autrement dit, Boumediène a été une malédiction pour l'Algérie.

L'Algérie serait actuellement un Etat moderne et une puissance économique respectable avec un PIB d'au moins 500 milliards de dollars si les premiers présidents algériens étaient des cadres compétents et visionnaires.

zek
03/01/2017, 08h38
Je pense que l'Algérie aurait eu au moins le même PIB que le Portugal où la Turquie si la vraie démocratie avait pris le pas sur le parti unique.

zemfir
03/01/2017, 19h32
Il a construit le socle qui a permis à d'autres de dire ''ya djbel ma yhazzak rih'
1/2/3viva l'Algérie :57:et un coup pour nous galvanisé :57: he mamia thawra ziraiya

nassim
03/01/2017, 23h17
si la vraie démocratie avait pris le pas sur le parti unique.
La démocratie est en effet un facteur susceptible de favoriser le développement d'un pays mais un pays peut se développer avant d'être pleinement démocratique. Pour développer un pays, la méritocratie est plus importante que la démocratie. La Corée du Sud par exemple s'est développée pendant des décennies marquées par un régime militaire autoritaire.

Les compétences des dirigeants politiques et des responsables des institutions publiques du pays ont une énorme influence sur le destin d'un pays.

Boumediène n'était pas seulement un dictateur, il était avant tout un ignorant qui avait mis en place un système politique pourri basé sur le népotisme et la corruption. Il n'avait qu'une simple formation religieuse et n'avait clairement pas les compétences nécessaires pour moderniser/développer l'Algérie.

Le président de l'Algérie devrait être choisi parmi les Algériens les plus intelligents/compétents/instruits. Malheureusement, les mafieux du cartel ANP/FLN n'ont jamais respecté cette règle basique de la méritocratie.

annabideparis
04/01/2017, 12h11
Le président de l'Algérie devrait être choisi parmi les Algériens les plus intelligents/compétents/instruits. Malheureusement, les mafieux du cartel ANP/FLN n'ont jamais respecté cette règle basique de la méritocratie.

nassim,
Faut-il que ceux qui choisissent le soient eux mêmes. Il suffit d’écouter le 1er d'entre eux pour le comprendre.
Cet homme a mené l’Algérie au chaos sans s'en rendre compte.Certes il avait un charisme et a su imposer la voix de l’Algérie a l’extérieur (Arafat a l'ONU) a une époque ou la guerre froide était a son apogée grâce a la protection de l'URSS tout en affirmant être non aligné.
Je ne vais pas parler du modèle économique et politique,on en subit encore les effets néfaste aujourd'hui.

nassim
04/01/2017, 22h57
Faut-il que ceux qui choisissent le soient eux mêmes.
Il n'est pas nécessaire d'être "intelligent/compétent" pour reconnaître ses limites et laisser sa place à des cadres compétents/instruits. Ce qu'il faut c'est l'intégrité mais malheureusement, l'intégrité a toujours été absente chez les mafieux du cartel ANP/FLN.

Un citoyen analphabète mais intègre comprend parfaitement que pour pratiquer la chirurgie dans un hôpital, il faut avoir fait des années d'études de médecine et de chirurgie. Tout comme il comprend parfaitement que pour piloter un avion de ligne, il faut avoir suivi une longue formation dans le pilotage.

Mais malheureusement, pour les mafieux du cartel ANP/FLN, un ignorant qui n'a aucune compétence sérieuse peut parfaitement être président de l'Algérie dès lors qu'il est un membre dominant du cartel. Le népotisme est si ancré dans le cartel ANP/FLN que même un zombie totalement inapte demeure président de l'Algérie.

Cookies