PDA

Voir la version complète : France : quatre policiers soupçonnés de viol en réunion sur un jeune homme de 22 ans


zwina
04/02/2017, 19h26
Les agents ont été placés en garde à vue dans les locaux de l'Inspection générale de la police nationale après l'interpellation d'un jeune de 22 ans jeudi dans le quartier de la Rose-des-Vents.

Quatre policiers ont été placés en garde à vue dans les locaux de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). Selon Le Parisien, la police des polices les soupçonne de viol en réunion à la suite d'une interpellation mouvementée qui est intervenue jeudi soir à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis. Vers 17 heures, les quatre fonctionnaires procèdent à un contrôle dans la Cité des 3000. Un jeune homme d'une vingtaine d'années «s'interpose violemment», confirme une source policière. S'ensuit une «bagarre», filmée par les caméras de la police municipale.

La scène, filmée par la vidéosurveillance de la police municipale, montre notamment un policier «porter un coup de matraque horizontal au niveau des fesses» du jeune homme, après que son «pantalon a glissé tout seul», selon cette même source. A son arrivée au commissariat d'Aulnay-sous-Bois, «un saignement est constaté au niveau des fesses et les pompiers sont appelés», a relaté une source policière.

Transporté à l'hôpital Robert Ballanger d'Aulnay, il sera examiné par un médecin. Celui-ci diagnostique «une déchirure de l'anus sur 10 cm» et prescrit 60 jours d'interruption totale de travail (ITT), indique une source proche de l'enquête.

La victime toujours hospitalisée

D'après la victime, l'un des policiers lui aurait introduit sa matraque dans l'anus lors de son interpellation, sur la voie publique. Mis en cause, les fonctionnaires qui appartiennent à la brigade spécialisée de terrain (BST) nient cette version des faits même s'ils admettent qu'il y a bien eu des coups de bâton télescopique. Leur garde à vue prolongée de 24 heures. Le parquet de Bobigny a ouvert une enquête pour viol en réunion par personne dépositaire de l'autorité publique, confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). Samedi matin, le jeune homme était toujours hospitalisé.
Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, a dit «souhaiter que toute la lumière soit faite sur les accusations d'une extrême gravité portées à l'encontre de ces fonctionnaires». «L'enquête, et notamment l'exploitation des images du dispositif de vidéo protection de la ville, ainsi que celles qui auraient été tournées par plusieurs témoins, permettra à la justice d'établir la vérité des faits», ajoute le ministre. «S'il était avéré que les règles déontologiques, éthiques et de droit n'ont pas été scrupuleusement respectées, des sanctions adaptées seront évidemment prises», conclut-il.

«La Ville d'Aulnay-sous-Bois, sa municipalité ainsi que ses habitants sont choqués», a de son côté réagi le maire LR de la commune, Bruno Beschizza, réclamant «que cette enquête se fasse au plus vite et de manière transparente».

Le Figaro

zwina
04/02/2017, 19h29
Un jeune homme d'une vingtaine d'années «s'interpose violemment», confirme une source policière. S'ensuit une «bagarre», filmée par les caméras de la police municipale.

Ils ont de mauvaises informations. Le jeune homme s'est interposé car un policier venait de gifler un adolescent. Il tentait de calmer le jeune et le policier pour éviter que le contrôle ne dégénère en bagarre générale. Des mères de famille étaient sur place avec leurs enfants, tout le monde a été gazé et les policiers en ont profité pour tabasser le jeune sur la voie publique. Des jeunes ont été interrogés et ils ont expliqué que ces violences étaient quotidiennes, des policiers les emmenaient dans un coin reculé pour éviter d'être filmés par les caméras de surveillance. Mais des caméras et des portables ont filmé la scène ce qui devrait permettre d'inculper ces policiers pour viol et violences. A moins que ...

ALILOU.ALG
04/02/2017, 22h46
c'est des f.p c'est parce qu’il est black


mLBR4HqJwCk

hakimcasa
04/02/2017, 23h17
Et c'est Éric Dupond-Moretti qui va défendre le jeune homme. Autant dire que c'est mal parti pour les 4 flics. :razz:

Chouan
05/02/2017, 07h27
Si les faits sont prouvés, ils doivent être sévèrement condamnés!

AigleNoir
05/02/2017, 11h00
Si les faits sont prouvés, ils doivent être sévèrement condamnés!

Les faits ne seront jamais prouvés.
La haine a atteind des niveaux sans précedent ...
Une matraque de policier dans l'anus, une laision anale de 10 cm, hospitalisation et 60 jours d'arret de travail et ceci pour un controle de routine ...
Que reste-t-il a prouvé chouan ?

MOMS13
05/02/2017, 11h16
salam! ne vous attendez pas a des jugements lourd style prison fermes pour les accuses ,le systeme va envoyer encore un beau message pour ce qui comprennent!!

nordsud
05/02/2017, 11h51
À vomir , et ce journaliste s'attend à quoi en demandant si le quartier est énervé ? Une prochaine UNE

nordsud
05/02/2017, 11h52
Et ces flics ne devaient pas être chrétiens pour commettre ce viol :rolleyes: ( je ne suis pas antisémite)

Chouan
05/02/2017, 15h17
Aigle noir

Les faits ne seront jamais prouvés.
La haine a atteind des niveaux sans précedent ...
Une matraque de policier dans l'anus, une laision anale de 10 cm, hospitalisation et 60 jours d'arret de travail et ceci pour un controle de routine ...
Que reste-t-il a prouvé chouan ?

En France tu es présumé innocent jusqu'au jugement, seul UN a commis le crime, les autres sont complices, les peines ne seront pas les mêmes.

nordsud
05/02/2017, 16h27
Seulement complice tu crois ? Ces lâches ont tous agis contre ce garçon , et puis depuis quand ils ont le droit de mettre des gifles encore pire sur un mineur , il n'y a qu'une catégorie de personnes qui font ça , je le répète ces flics n'étaient certainement pas chrétiens .

Cookies