PDA

Voir la version complète : Air Algérie une compagnie irréformable car otage des intérêts !


Pomaria
15/02/2017, 22h23
Air Algérie une compagnie irréformable car otage des intérêts !

Mohamed Abdou Bouderbala aura fait long feu à la tête d’Air Algérie, une compagnie qui bat de l’aile. Une année et demie avant de devoir passer le manche à son successeur. Finalement Bouderbala, bien que disposant de solides appuis au niveau des centres décisionnels, va subir le même sort que ses deux prédécesseurs, Ouahid Bouabdellah et Mohamed Salah Boultif. Le coup de gueule de Talai, lors de sa visite inopinée dans les ateliers de maintenance, dernièrement, c’est un peu la goutte qui fait déborder le vase, pas plus, car Bouderbala devait de toute façon partir.

"Une boite ingérable"
C’est devenu une fatalité de voir les PDG d’Air Algérie démissionner ou être limogés (peu importe le verbe), les uns après les autres car « c’est une boite ingérable », de l’aveu d’un de ses hauts cadres qui s’est exprimé en off lors d’un récent séminaire organisé dans un grand hôtel Algérois. « Air Algérie cristallise toutes les contradictions du système algérien » résume-t-il désabusé, mais surtout sceptique quant à l’avenir du pavillon national. « Un gestionnaire, quelques soient ses compétences, ses capacités managériales, ses appuis politiques ne peut pas tenir longtemps la tête d’Air Algérie », dit-il non sans regrets.

Et pourquoi donc ? « Il y a trop d’interventions de responsables qui ont leurs protégés dans l’administration, dans les représentations extérieures d’Air Algérie à l’étranger, au niveau du personnel de pilotage, dans les ateliers de maintenance, à tous les niveaux, quoi » , dit-il. A cela, il faut aussi ajouter un syndicat de rentiers très puissants qui a son mot à dire, ajoute notre interlocuteur. En caricaturant un peu les choses, il compare le PDG d’Air Algérie à « un arbitre qui doit gérer aux mieux les intérêts des groupes d’intérêt et pour peu que la balance penche d’un côté ou d’un autre, bonjour la crise ! »

"Un pied de nez aux normes de management moderne"

Chaque nouveau PDG nommé à la tête d’Air Algérie vient avec une feuille de route, des ambitions, des projets pour tenter de sortir l’entreprise de son marasme économique et managérial structurel. Mais nous explique encore notre interlocuteur « vite il comprendra qu’il est impossible de faire bouger les lignes face aux intérêts contradictoires, mais puissants ». Mohamed Abdou Bouderbala, arrivé en mai 2015 dans la foulée de l’été pourri de 2014 qui a couté son poste à Mohamed Salah Boultif, avait parlé de « restructuration », « filialisation » et autre grands projets. Vite il s’est rendu compte de l’impossibilité de les traduire sur le terrain, face aux forces inertielles. Il a fini lui aussi par tout mettre dans les tiroirs pour s’installer dans le confort du statu- quo.

Jusqu’à son départ qui devrait être acté ce mercredi, mais aux dernières nouvelles la réunion du Conseil d'administration aurait été reportée, « La gestion d’Air Algérie est un pied de nez aux normes de management moderne, il y a une pléthore de 60% de personnel, mais elle continue de recruter à tour de bras sur injonction », enrage encore ce responsable qui nous cite le cas de la Royal Air Maroc (56 avions pour 3.091 employés) qui a autant d’avions et presque quatre fois moins de personnel qu’Air Algérie (56 avions et 11.000 employés). « Dans toutes les compagnies du monde compétitives, il y a un ratio entre aéronef et personnels qui détermine la rentabilité », observe ce cadre pour qui « Air Algérie fonctionne sur d’autres paramètres que ceux de la rentabilité. »

Dégraisser le mammouth

A la lumière de ces contradictions, on comprend aujourd’hui pourquoi tous les ministres du Transport, tous les PDG d’Air Algérie n’ont qu’un seul mot à la bouche, dès lors qu’il s’agit de l’ouverture du ciel à la concurrence : « on est pas prêts pour l’Open Sky dans les conditions actuelles il faut d’abord mettre aux normes de la compétitivité Air Algérie pour qu’elle puisse soutenir la concurrence ». Il se trouve que cette mise aux normes, à la fois vitale et incontournable, doit impérativement passer par l’obligation de dégraisser la mammouth. Ce dont ne veulent pas entendre parler les clans et les groupes d’intérêts. Mais jusqu’à quand ? Car l’Etat algérien n’a plus aujourd’hui les moyens de maintenir financièrement (surtout artificiellement) à flot la compagnie, fût-elle-elle un symbole de souveraineté. Un véritable aggiornamento structurel et managérial s’impose à Air Algérie, pour lui éviter un crash annoncé. Qu’ à Dieu ne plaise !

Un monopole insupportable

Il est impératif pourtant que la compagnie Air Algérie, qui fait subir aux Algériens les pires désagréments en matière de retards, de prix prohibitifs de ses billets, de qualité de ses services, de grèves sauvages, ne saurait rester dans une position monopolistique qui s'apparente à un joug colonial.

Le peuple Algérien n'a pas à subir indéfiniment le diktat de cette compagnie et à payer le prix le plus fort pour prendre en charge un personnel pléthorique et suppléer les carences induites par une gestion obsolète aux antipodes des besoins de ce temps et de ce pays.
Il faut qu'une décision soit prise par ces mêmes pouvoirs publics pour que cesse ce racket éhonté qui fait que les prix excessifs pratiqués par Air Algérie sont considérés par tous comme les prix les plus chers du monde. Il est temps pour les pouvoirs publics d'ouvrir le ciel Algérien à la concurrence afin que baissent les prix et qu'augmente la qualité de service. Il est temps aussi que ce peuple soit respecté et que ses aspirations légitimes soient entendues.

Algerie 1

okba30
15/02/2017, 23h11
Faire tomber Air Algérie à cause de la multiplication des roitelets en son sein revient à jeter le bébé avec l'eau de bain.
Avec tous ces conflits d’intérêts peut-être est-il préférable de la mettre sous tutelle de quelqu'un de l'extérieur tels l'ANP ou une compagnie étrangère spécialisée dans les redressements et la gestion des ressources humaines.

MARCO57
16/02/2017, 00h06
rien de nouveau sous le soleil

bouaazza
16/02/2017, 00h10
Demandez a la RAM si elle n'est pas intéressée par une reprise d'Air Algerie

Risk
16/02/2017, 00h52
dites vous bien que c'est symptomatique de toutes les EPE algériennes et toutes les sociétés et organisme publics.

ce qu'il y a c'est que l'interet de l'entité en question est secondaire face aux interet de certains privilégiés, tout le monde roule dans la combine et c'est comme si on assistait à un spectacle de mise à sac d'un supermarché quelques jours seulement avant la fin du monde.

personne ne croit au baratin du pouvoir qui prétend vouloir reprendre les choses en main en instaurant un système de gestion rationnel et pragmatique, le pouvoir ment, les gens le savent, et celui qui s'obstine à faire les choses dans les règles de l'art est bien naïf.

avant hier, j'ai pris un taxi centre d'alger, arrivés à un rond point, le taxieur n'a pas eu d'autre choix que de foncer dans le tas tant il était bondé, quand je l'ai interpellé sur le respect du code de la route et de la priorité, il a rit un bon coup et m'a regardé d'un air attendri: Fiston me dit-t-il, si tu te met à reflechir de nos jour, tu n'accomplira rien.

il s'est expliqué par la suite, en gros, sa philosophie est simple et a l'air de faire l'unanimité au sein de la société, il faut foncer, il faut prendre, il ne faut pas s'encombrer avec des pensées za3ma nobles, respect, tolérance, morale ... etc, au rond point, respecter la priorité, c’est être certain d'y passer plusieurs minutes avant d'en sortir, parce qu'aucun conducteur ne pense comme vous.

okba30
16/02/2017, 00h58
Demandez a la RAMElle peut toujours rêver.
AA est loin d'être une compagnie en difficulté, bien au contraire, avec ses lignes et ses appareils c'est une vache à lait presque au même titre que Sonatrach.
Le hic est que les pic-assiettes, la clientèle des politiciens et leurs familles y ont élu domicile et considéré comme leur propriété.
T'as beau amené le plus compétent des pdg il ne pourra s'attaquer aux liaisons établies au sein de cette compagnie. De ce fait, le ménage ne peut se faire que de l'extérieur, c'est sensé assurer l'égalité des chances dans le recrutement entre tous les algériens (une pensée à Benghabrit), couper dans le gras ( jusqu'à 50%), établir un plan adéquat de mobilité des employés vers l'étranger, marketing efficace ....

PS: En bon président du tiers-monde Bouteflika a axé sa stratégie politique sur le clientélisme, une gang autour de lui qu'il a engraissé et permis tous les dépassements. AA en est le microcosme bouteflikien.
Heureux que ça soit passager.

Pomaria
17/02/2017, 15h30
risk
dites vous bien que c'est symptomatique de toutes les EPE algériennes et toutes les sociétés et organisme publics.

ce qu'il y a c'est que l'interet de l'entité en question est secondaire face aux interet de certains privilégiés, tout le monde roule dans la combinewallah, tes propos sont très percutants de sens.

c'est malheureux qu'on en arrive à accepter ce genre d'attitudes, et que çà devienne si banal.

pauvre de nous !

alger1954
17/02/2017, 15h38
tout ces echecs portent un nom l incivisme et la perte du sens de l interet general.
il serait temps d ouvrir une page facebook pour lutter contre l indiscipline des algeriens.
l incivisme et le je m enfoutisme generalise sont un cancer.

alger1954
17/02/2017, 15h41
4 pilotes algériens quittent Air Algérie pour rejoindre les compagnie Emirates
15/01/2015 - 17:48

ALGER (SIWEL) — Quatorze (14) pilotes algériens ont quitté la compagnie algérienne Air Algérie, le 31 décembre dernier, pour rejoindre les compagnies arabes «Emirates» et «Qatar Airways» qui leur aurait proposé cinq fois leurs salaires en plus d’une villa et d’une voiture... selon les indiscrétions de quelques collègues à eux.

Pomaria
17/02/2017, 18h59
alger1954

SIWEL ?? :lol:

même si ca peut être vrai, il faut se méfier de ce journal torchon comme de la peste .

il faut vérifier l'info ailleurs !

ACAPULCO
17/02/2017, 19h22
on a jamais cessé de le dire ici , pour qu'air algérie devienne une compagnie moderne , avec une gestion irréprochable dans tous les domaines, il faut de la concurrence solide , sans la concurrence , la médiocrité et la mauvaise gestion seront toujours là .

Pomaria
17/02/2017, 20h02
aca
il faut de la concurrence solide , sans la concurrence , la médiocrité et la mauvaise gestion seront toujours là .

tu as raison sur ce point.

il n'y a qu'avec une vraie concurrence que ce mamouth décide de se dégraisser tout seul, sinon il disparait.

Massnsen
19/02/2017, 11h17
La meilleure chose qui puisse arriver à la compagnie aujourd'hui est une privatisation partielle. Etihad Airways a déjà montré son intérêt, mais a conditionné son entrée dans le capital par une coupe franche dans la masse salariale ainsi qu'une participation majoritaire (51%).

ELKSOURI
20/02/2017, 12h26
Avec tous ces conflits d’intérêts peut-être est-il préférable de la mettre sous tutelle de quelqu'un de l'extérieur tels l'ANP

L'ANP ???? Tu ne sais pas que toute l'Algérie est sous tutelle de l'ANP depuis l'indépendance ??
Tu devrais penser à comment éloigner l'ANP de la vie politique et des activités du domaine civil :rolleyes::rolleyes:

DocRemady
20/02/2017, 12h43
Etihad Airways a conditionné son entrée dans le capital par une coupe franche dans la masse salariale ainsi qu'une participation majoritaire (51%) trois fois moins de salariés pour un nombre équivalent d'appareils dans un pays voisin, c'est dire.....
ils ont raison chez Etihad Airways, ils sont pas disposé a engraisser toute une pléthore de fonctionnaire de AA qui plus est infesté uniquement de la progéniture des responsables et des copains

Tu devrais penser à comment éloigner l'ANP de la vie politique et des activités du domaine civil
+1000

Pihman
20/02/2017, 14h44
Il serait plus judicieux de creer une nouvelle compagnie aerienne etlaisser couler AA.
puis passer rapidemeng a l'open sky pour ne pas laisser la nouvelle tomber dans les memes teavers que l ainee

hben
20/02/2017, 15h20
Il serait plus judicieux de creer une nouvelle compagnie aerienne etlaisser couler AA.
puis passer rapidemeng a l'open sky pour ne pas laisser la nouvelle tomber dans les memes teavers que l ainee
Exact! Rien à ajouter!:5:

loubna80
20/02/2017, 18h05
Air Algérie une compagnie qui a le quasi monopole
Qui plus est la plus cher au km dont les vols sont pratiquement complet .ou on paye cash un billet pour l'été en janvier
Ce permet d'annoncer un déficit!!!!!

Aloha
20/02/2017, 18h23
haha ils m'ont cassé une valise que je venais d'acheter une roue a été tout simplement arrachée donc valise perdue roue perdue

ils ne voulaient pas me rembourser le prix de la valise

C'est toute l'économie du pays qui est ainsi et non seulement une entreprise

Pomaria
20/02/2017, 19h51
Pihman
Il serait plus judicieux de creer une nouvelle compagnie aerienne et laisser couler AA.solution trop radicale ta soluce.

le gros risque est de perdre tout le capital compétences.

voldemor
21/02/2017, 16h47
air algerie est ingerable s est une affaire d etat air algerie est une affaire politique sa survie privatisation totale donc impossible

BeeHive
21/02/2017, 17h55
Plus de 5000 emplois fictifs, Fillon parait micro-joueur devant AA. Et toute restructuration n’éliminera certainement pas les emplois fictifs tellement ils sont bien cablés avec la haute sphère algérienne. Une seule solution, tout démolir et reconstruire de zéro.

Cookies