PDA

Voir la version complète : Système de subventions ciblées pour les familles à faible revenu


zadhand
16/02/2017, 18h27
Système de subventions ciblées pour les familles à faible revenu
Un “modèle idéal” difficile à réaliser


le 16-02-2017 12:00

Pour pouvoir mettre en application une politique de subventions ciblées, il faudra disposer d’un
fichier national des personnes nécessiteuses ou à faible revenu. Ce qui n’est toujours pas réalisé.

Le gouvernement est-il prêt à mettre en application le nouveau système de subventions pour un “meilleur ciblage” des familles nécessitant le soutien des pouvoirs publics ? Dès l’entame de la nouvelle année, les produits de consommation, produits subventionnés par l’État compris, ont connu une hausse des prix. Outre le carburant, le ciment et l’électricité et le gaz, les hausses des prix ont touché les produits alimentaires, la viande, les légumes et les fruits qui enregistrent une flambée injustifiable.Dans les magasins, les prix des différentes marques de produits (café, farine, pâtes, lentilles, pois chiches, riz…) diffèrent d’un commerçant à un autre. La semoule connaît la plus importante hausse de 60% par rapport au prix réglementaire. D’autres produits ne sont pas non plus à l’abri de hausses “injustifiées” ou éventuelles : lait, pain, eau, etc. Depuis fin décembre 2016 à ce jour, de hauts responsables, à l’exemple de MM. Sellal, Tebboune et Zikara, respectivement Premier ministre, ministre du Commerce par intérim et directeur aux Impôts (DGI), se sont succédé pour rassurer les Algériens et souligner “la détermination” de l’État à “maintenir la vocation sociale de l'État” et à “soutenir les prix de produits de base”. Mais aussi pour dénoncer les hausses “injustifiables” et menacer les spéculateurs à l’origine de cette flambée. M. Zikara a même plaidé pour la publication des prix dans les commerces, pour “mettre à nu les augmentations exagérées”. Plus récemment, M. Tebboune a reconnu que de nombreux opérateurs économiques affichent des prix différents de ceux fixés par la réglementation pour les produits subventionnés.Il a également menacé les spéculateurs de “sanctions maximales” pour “détournement de deniers publics” et “détournement illicite” des aides de l’État. De plus, il a fait part de l’action gouvernementale visant à “protéger l'économie nationale” et à “préserver les ressources extérieures du pays”. En ce mois de février, soit à 2 mois des élections législatives, une campagne nationale contre la spéculation est menée par plusieurs associations de protection du consommateur (Apoce, Ugcaa, Anca…). Elle cible le prix de la semoule subventionnée, un produit très demandé dans “l’Algérie profonde”, qui constitue un gisement électoral, et devrait se poursuivre pour d’autres produits subventionnés, comme le sucre et le gaz. Cette action confirme, si nécessaire, que le moment est mal choisi pour parler du nouveau système de subventions ciblées. Assisterons-nous à une levée progressive des subventions ? Apparemment oui, au regard des nouveaux prix déjà affichés, y compris celui de l’orge, vendu à 2 300 DA au lieu de 1 550 DA le quintal aux éleveurs. Même si le FMI recommande la “refonte” entière du système des subventions, les priorités sont ailleurs en Algérie, actuellement. Outre la dévaluation du dinar et son impact, l’équipe de Sellal se trouve devant plusieurs défis et priorités, notamment la lutte contre les barons de l’économie informelle et l’organisation du réseau de distribution, de stockage et de contrôle, à travers tout le pays.À cela vient s’imposer l’autre priorité l’établissement d’un fichier national des familles nécessiteuses, lequel exige une connaissance des revenus des ménages, en premier lieu les faibles revenus. N’est-ce pas M. Sellal qui déclarait que le système de subvention ciblée est “un mode idéal exigeant une administration organisée et des élus qualifiés” ?
Hafida Ameyar
liberte-algerie

rachid75
16/02/2017, 20h56
Nous avons une economie souterraine on ne connais pas le nombre de nécessiteux ; un milliardaire peut se manifester comme nécessiteux , parce que
il engrange des milliards sans rien déclarer .

Pomaria
16/02/2017, 22h02
rachid75
Nous avons une economie souterraine on ne connais pas le nombre de nécessiteux ; un milliardaire peut se manifester comme nécessiteux , parce que
il engrange des milliards sans rien déclarer . voilà.

tu as touché du doigt le vrai problème. car les subventions de l'état ont toujours profité aux tenants de l'informel.

donc, avant toute chose, il faut s'attaquer de front aux tenants de l'informel. et je dis bien les tenants, c'est à dire les barons de l'informel !

une fois que ca soit fait, tous ceux qui profitent de l'informel et qui sont en bas de l'échelle, seront obligé de se soumettre à la loi.

rachid75
17/02/2017, 19h16
tu as touché du doigt le vrai problème. car les subventions de l'état ont toujours profité aux tenants de l'informel.

donc, avant toute chose, il faut s'attaquer de front aux tenants de l'informel. et je dis bien les tenants, c'est à dire les barons de l'informel !

une fois que ca soit fait, tous ceux qui profitent de l'informel et qui sont en bas de l'échelle, seront obligé de se soumettre à la loi.


Bonjour POMARIA dans mon quartier il existent des milliardaires que tout le monde connais sauf les pouvoirs publiques l un deux possede un Park de plusieurs dizaines d 'engins de travaux public , qu il loue à des particuliers sans déclarer le moins centime ; il nous dis qu il paye la ZAKETE et pour lui c 'est le plus important ,comment faire pour changer cette culture archaique, mettre des lois ,et les appliquer on risque de mettre le feu à la poudrière.

Mohamed_Rédha
17/02/2017, 20h30
Salam

Pour pouvoir mettre en application une politique de subventions ciblées, il faudra disposer d’un
fichier national des personnes nécessiteuses ou à faible revenu. Ce qui n’est toujours pas réalisé.
C’est effectivement ce qu’il fallait faire depuis de début.. Libérer l’économie et se focaliser sur le social.
Un fichier national est effectivement très important. Il faudrait créer une structure centrale du fichier national.. où on regroupe toutes les bases de données de l’Etat.. de tous les secteurs, de l’économiques et social.

Mais avant tout, le plus qu’on a besoin.. c’est la justice sociale.

zadhand
17/02/2017, 20h57
Citation / Mohamed Rédha
C’est effectivement ce qu’il fallait faire depuis de début.......

Bonsoir , tu crois qu'ils ne le savent pas ? les solutions efficaces existent mais ce n'est pas dans leurs intérêts particuliers pour ...

Mohamed_Rédha
19/02/2017, 08h45
@Zadhand
Biensur qu’ils le savent.. mais il était plus facile de gérer une économie rentière..
Il se trouve que l’hémorragie des subventions et des privilèges a vidé les caisses.. Pour le peuple se sera désormais du goutte-à-goutte au lieu de l’arrosage par aspersion.
Mais on garde les privilèges pour la nomenklatura.. ca permet de rester au pouvoir. N’importe quelle dictature alimentera des cercles de privilégiés pour se maintenir au pouvoir.

Cookies