PDA

Voir la version complète : Professeurs agressés à l'Université Alger 3: "Nous allons conduire cette affaire en justice"


Risk
17/02/2017, 15h57
Un groupe de jeunes pourvus d’armes blanches ont agressé jeudi 16 février des professeurs de l'Université Alger 3 pendant qu’ils tenaient une réunion pour l’installation d’un bureau du Conseil national des enseignants du supérieur (CNES), a affirmé Benguia Mokhtar, professeur de sciences économiques à la faculté et victime de l’agression, dans une déclaration au Huffpost Algérie


Ce professeur qui était présent au moment des faits, se dit encore sous le choc. Il raconte que la réunion se déroulait normalement jusqu’au moment où un groupe d'une dizaine de jeunes forcent la porte et commencent à frapper "sauvagement" les enseignants.



"Nous étions entre professeurs entrain de débattre de question relatives à notre métier. On s'est douté de rien. Les choses ont vite dégénéré quand ce groupe de malfaiteurs ont débarqué dans la salle. Une chose est sure, ils sont venus accomplir une mission", accuse Benguia Mokhtar.

Ce professeur de sciences économiques accuse ouvertement le directeur de la faculté, Rabah Cheriat. Il insiste sur son implication dans ce qu’il qualifie "d’acte barbare". Selon lui, parmi ces agresseurs, un étudiant de la faculté qui fait actuellement l’objet d’une enquête ministérielle.

Cette agression, selon Benguia Mokhtar, est intimement liée à une affaire de falsification des résultats du concours d'accès au doctorat en "études européennes", et dans laquelle le directeur est mis en cause.



"Lors de l’annonce des lauréats du concours de doctorat en octobre dernier, le dénommé Ishak Ghozali, un étudiant du système classique, accède aux classes de doctorat avec une moyenne de 9/20. Connaissant le niveau de l’étudiant, nous avons saisi le ministère de l'enseignement supérieur pour l’ouverture d’une enquête", précise Benguia Mokhtar. Et de rajouter: "Il y a quelques jours une commission d’enquête est venue à l’université et a demandé le dossier de l’étudiant en question, ce qui n’a pas plu au directeur de la faculté".

le Huffington post Algérie

Medgasen
17/02/2017, 17h51
Bienvenue en Algérie le pays d un état sans autorité

nedjmala
17/02/2017, 19h17
...

Un des antonymes de l'agressivité révèle la bienveillance et ne peut éviter l'humilité, et ce n'est pas l'incivilité qui éclaire ou sympathise avec les siens, ou les autres, car que dire de la bonté...

Du ou des sens de l'éveil terrestre et humain jusque aux raisons communes et altruistes de l'existence, l'apprentissage, la connaissance, le savoir, le respect, doivent occuper le plus bel espace du droit et du lien commun que chacun)e souhaite escompte ou présume à soi, en droit et, légitimement, comme à son prochain...

L'étendue du système scolaire et étudiant ne sont ni les tenants ni les aboutissants d'une majeure partie d'invectives, d'amertumes, d'inconvénients, d'inimités, d'hostilités, autant à tous les "étages" à tous les "sièges" et à tous les esprits de celui ci, aucun)e ne peut pas ne pas pouvoir (mieux) le considérer, ou (juste) le reconnaître...

Fut-elle parfois inaccessible*, l'origine* d'une société n'est pas la plus triste à consacrer, ni la moins secondaire à pacifier...

...merci...

ROZALCAZA
18/04/2017, 18h05
tragique! notre pays n'est vraiment pas sur

Cookies