PDA

Voir la version complète : Il était l’un des fondateurs des forces spéciales algériennes :Le général Belkacemi Amar n’est plus


zadhand
20/02/2017, 22h03
Il était l’un des fondateurs des forces spéciales algériennes
Le général Belkacemi Amar n’est plus


Lesoir; le Lundi 20 Fevrier 2017

Une foule immense a accompagné le général Belkacemi Amar plus connu sous le nom de «Amar Dégât» parmi ses amis de lutte au sein de l’ANP ; des amis qui étaient là hier au cimetière de Kemkoum, où gît désormais le défunt Amar, dans son village natal situé dans la commune d’El Esnam, à 10 kilomètres au sud-est de Bouira, qui l’a vu naître en 1944. Hier, lors de son enterrement, plus de 25 généraux venus de Tlemcen, Biskra, Tébessa, El Tarf, Alger, Maghnia, Adrar et Béchar, etc., ont tous tenu à être présents pour jeter un dernier regard sur celui que tous ses compagnons considéraient comme le meilleur d’entre eux ; tant par sa bravoure que par son honnêteté et son humilité tout au long des 50 ans de don pour la patrie. L’un de ses amis, le colonel à la retraite Boukhari Belkacem rappellera que le défunt Si Amar était déjà à l’âge de 16 ans dans les rangs de l’ALN à aider les maquisards analphabètes à leur lire et écrire le courrier, ainsi que l’écriture des correspondances de guerre entre moudjahidine. Juste après l’indépendance, il rejoint les rangs de l’ANP en occupant plusieurs postes et fonctions, avant de rejoindre le général Khaled Nezzar pour faire partie des fondateurs des forces spéciales de l’ANP. Aux côtés du général de corps d’armée, Mohamed Lamari, il dirigera le fameux CCLSA, ou le commandement du fameux centre de Conduite et de coordination des actions de lutte contre les actions antisubversives (CCLAS), puis occupera le poste de chef de division des troupes spéciales des forces terrestres.Durant les années 1990, il sera à la tête de la 40e division d’infanterie stationnée à Blida, et sera d’une lutte implacable contre les terroristes au niveau de la 1re RM. Notre interlocuteur dira du défunt qu’il a toujours été présent au niveau des postes de commandement en pleine montagne, il s’enquit des djounoud, de leur nourriture et de leur habillement. Par la suite il sera, lors du fameux problème des frontières sud au milieu des années 1990, envoyé vers la 6e RM comme adjoint, puis chef-adjoint de la 5e RM aux côtés du général Saïd Bey. Là, il fera un passage très marqué puisque c’est lui qui avait mené l’offensive antiterroriste de Jijel où plus de 50 terroristes avaient été abattus.Le défunt prit sa retraite au début des années 2000. Depuis, il vit entre Alger et El Esnam, avant de décéder d’un arrêt cardiaque ce vendredi à Alger à l’âge de 73 ans.Signalons que lors de son enterrement hier, le wali ainsi que les responsables de tous les corps de sécurité, et une vingtaine de généraux, étaient présents.
Y. Y.

Cookies