PDA

Voir la version complète : TAMANRASSET: Promotion de la santé dans le Sud 4 nouveaux hôpitaux pour Tamanrasset


AMOKRANE15100
28/04/2017, 04h16
G1aahIaeaFw
Pour renforcer ses infrastructures hospitalières, la wilaya de Tamanrasset a bénéficié de quatre nouveaux hôpitaux en mesure de mettre secteur au diapason des exigences de la santé publique.

C’est ce qu’a indiqué le directeur local de santé et de la population (DSP), Nadjib Arab, en marge de cérémonie tenue, récemment, au cabinet de la wilaya pour la présentation des plans de ces projets. Le premier établissement hospitalier, pour lequel une enveloppe financière de 574 milliards de centimes a été dégagée, sera réalisé au pied du mont d’Adriane dans la cité In Kouf, non loin du chef-lieu de wilaya de Tamanrasset.

La réalisation est confiée à l'entreprise algérienne (COSIDER) qui est également chargée de l’étude. L’infrastructure s’érigera sur une assiette de 5,16 hectares et comprendra plusieurs services, dont la médecine interne, la chirurgie générale, le service d’infectiologie et deux unités du service de neurologie.

La pédiatrie, la maternité, la néonatologie, la néphrologie et un bloc opératoire scindé en six salles d’opération sont aussi prévu dans cette nouvelle structure hospitalière qui comprendra également un bloc pour les accouchement, des services de réanimation chirurgicale et d’imagerie médicale ainsi qu’un laboratoire, un service des urgences et d’exploration fonctionnelle. Pour ce qui est des structures d’accompagnement, cet hôpital, d’une capacité de 240 lits, se dotera d’une administration, une morgue, une pharmacie et de 12 logements d’astreinte en plus d’un bloc pédagogique et d’une salle de conférence d’une capacité de 200 personnes. L’architecture du projet, explique le chargé des études, a été confectionnée en tenant compte les spécificités géographiques et environnementale de cette région saharienne.

Le second hôpital, sera réalisé à d’In Salah. La structure, dont la réalisation est également confiée à Cosider, est destinée à mettre à la disposition de la population de Tidekelt les prestations sanitaires que l’on est en droit d’attendre d’un hôpital, à savoir médecine, chirurgie, maternité et obstétrique, hébergement et, enfin, soins pour les personnes du troisième âge et handicapés.

Le DSP de Tamanrasset insiste sur la nécessité de garantir au citoyen de cette contrée du sud, quels que soient son âge et sa situation, des soins avec les mêmes attentions et les techniques d’usage. La commune de Tine-Zaouatine aura également son hôpital.

Une enveloppe de 180 milliards de centimes a été dégagée à cet hôpital d’une capacité d’accueil de 60 lits. Un hôpital d’une capacité similaire sera construit dans la wilaya déléguée d’In Guezzam. Outre les locaux techniques réservés au banaliseur et aux fluides médicaux, l’infrastructure comprendra toutes les spécialités de base, une imagerie médicale, un héliport de 50m² et 12 logements d’astreintes.

KHORE
28/04/2017, 14h34
Doublon desole

zek
28/04/2017, 14h48
Destine -t-on ces dernières à une revente à des groupes privés ?

Il suffirait juste de donner la gestion à des privés du secteur santé, pas besoin de les revendre, le gestionnaire payera un loyer et l’État fera de grosse économies sur la gestion.

Quand au personnel hospitalier, l’État leur versera un salaire car ils appartiennent à la fonction publique.

KHORE
28/04/2017, 15h26
Doublon desole

toulousain
28/04/2017, 15h55
La création d'autant d'hôpitaux confine à l'arnaque. L'achat galopant de matériel médical non contrôlé par des décideurs aux services des rois de l'importation . Comme toujours , il n'y a aucune coordination entre la demande réelle , la construction de service qui y répondent et la participation des spécialistes concernés.

Oui. Au lieu de creer des centres de recherches specialisés dans le traitement du SIDA et des maladies parasitaires qui touchent surtout cette region comme Leshmianiose, on gaspille l'argent dans la creation des hopitaux qui ne servent vraiment a rien.

Le sud est tres touches par le leshmaniose comme la region de Bechar, Adrar, Tamanrasset. Pourquoi pas plusieurs centres de recherche parasitaire?

Pomaria
28/04/2017, 16h01
zek Il suffirait juste de donner la gestion à des privés du secteur santé, pas besoin de les revendre, le gestionnaire payera un loyer et l’État fera de grosse économies sur la gestion.
Tu te leurres !

Le privé ne s'installera JAMAIS dans les déserts médicaux ! JAMAIS !
Il ne s'y installera que dans les zone où c'est vraiment rentable pour lui.

Voyez-juste la problématique des déserts-médicaux dans le monde occidentale, et vous comprendriez pourquoi je dis çà.

Elle est vraiment là la limite du secteur "Privé / Public" et ce dans les domaines (pas que la Santé).

HEUREUSEMENT qu'il n'y a l'état (service Public) qui peut investir et intervenir dans ces zones.

zek
28/04/2017, 18h03
Tu te leurres !

Le privé ne s'installera JAMAIS dans les déserts médicaux ! JAMAIS !
Il ne s'y installera que dans les zone où c'est vraiment rentable pour lui.

Il suffirait juste d'augmenter les salaires pour le personnel de santé qui veut s'installer au sud et l'affaire est plié.

Après tout, c'est une sorte de subvention qui est au moins utile où tout au moins exonérer l'impôt sur les sociétés, zone franche dans le grand sud pour le secteur de la santé. :mrgreen:

Cookies