PDA

Voir la version complète : L'insécurité routière meurtrière en Algérie


morjane
06/02/2007, 17h53
La sécurité routière est l'affaire de tous et c'est toujours l'hécatombe. En Algérie, les accidents de la route ont causé la mort de 3379 personnes et 41.091 blessés en 2006 et avant hier un accident à Bouira à provoqué la mort de 10 personnes et quatre personnes ont été blessés.

===

Dix personnes ont été tuées et quatre autres blessées dans une collision entre un camion semi-remorque et un fourgon de marque J9 de transport privé de voyageurs. Toutes les victimes sont les occupants du véhicule léger. L’accident s’est produit à 15h30, survenu hier sur la RN05, entre Bouira et Aomar, à hauteur du village Kalous dans la commune d’Aomar.

L’accident, selon un communiqué émanant de la Gendarmerie nationale, est dû aux chutes de pluie ayant rendu la chaussée glissante. En raison de la chaussée mouillée, le chauffeur du camion, se dirigeant d’Aomar vers Bouira, a perdu le contrôle de son véhicule pour entrer en collision avec le fourgon de transport de voyageurs. Les blessés ont été évacués vers l’hôpital de Bouira, où ont été également déposés les corps des victimes. Ainsi, au fil des années, l’Algérie ne cesse de compter ses morts dus aux accidents de la route. D’ailleurs, la journée d’hier peut être marquée d’une pierre noire sachant que 22 autres personnes ont été blessées dans deux accidents enregistrés dans la wilaya de Bordj Bou Arréridj, selon la Protection civile. Ainsi, selon la même source, dix-huit personnes ont été blessées dont deux dans un état grave lors d’un accident de la circulation survenu sur la route nationale 5 (RN 5), entre les communes d’El Mehir et Mansourah. Cet accident est survenu à la suite d’une collision entre un bus de transport de voyageurs et un camion, lors d’un dépassement dangereux d’un des deux véhicules. Les victimes ont été évacuées vers l’hôpital de Bordj Bou Arréridj.

Le deuxième accident a eu lieu non loin du premier et a causé des blessures à quatre personnes après la collision entre un camion et un véhicule utilitaire, relève la Protection civile. Ces accidents confirment que les routes algériennes figurent parmi les plus meurtrières du monde, qui font chaque année plus de 4000 morts, sans compter une perte matérielle de quelque 400 millions de dollars. L’excès de vitesse, les dépassements dangereux et l’inconscience des piétons restent les principales causes des accidents dans le pays.

Ainsi, morts par-ci, mutilés par-là, accidents de la route, pertes humaines et matérielles. L’effusion de sang est partout sur nos routes. Elle n’est pas spécifique à l’Algérie avec sa triste et peu enviable 4e place mondiale derrière les Etats-Unis, l’Italie et la France et sa 1re place au niveau du Maghreb et du monde arabe.

Elle n’est pas l’apanage de milieux ou zones précis. Elle est partout la même dans le monde. Elle a fini ainsi par mériter l’appellation de terrorisme routier. La route tue et, malheureusement, elle tuera encore. Les accidents de la route sont un danger permanent, a contrario des conflits et des guerres qui trouveront toujours une solution. La route tue de plus en plus de personnes sans qu’il soit possible d’y remédier efficacement avec les moyens déployés jusque-là. Un constat confirmé par Abdelhamid Kerroud, chargé de communication de la Gendarmerie nationale, lors d’un point de presse animé au siège du commandement de la Gendarmerie nationale à Chéraga, qui a révélé que les accidents de la route ont causé la mort de 3379 personnes et 41.091 blessés en 2006. Un chiffre en croissance permanente comparativement à l’année précédente où il a été recensé 2932 décès et 38.857 blessés, soit une hausse respective de 6,35% et 15,25%. De ce bilan macabre, on relève que le conducteur algérien reprend ses fâcheuses habitudes en dépit de la mise en oeuvre, depuis deux ans, du nouveau code de la route. Ce qui explique parfaitement son implication dans 87,51% des accidents survenus sur l’ensemble du territoire national. Certes impliqué, mais aussi toléré par les décisions devant être prises à son encontre.

Sur un autre plan, les infractions ayant nécessité le retrait du permis de conduire vont aussi crescendo. Le chiffre est passé de 50.045 en 2005 à 76.003 retraits une année plus tard. De ce fait, la tâche de la Gendarmerie nationale s’alourdit, jour après jour, même si 37 escadrons et 62 brigades ont été créés pour le contrôle dudit circuit de 109.452km. Un travail ayant permis à ces services de répertorier 93.157 délits et 91.955 infractions, rien que pour le code de la route, 3920 accidents dus à la perte de contrôle du véhicule, 2744 autres, au dépassement dangereux. L’état des routes et le nombre de voitures constituant le parc national, 2.200.000 en 1996 et 4.650.000 en 2006, sont d’autres facteurs de cette mortalité routière.

Chiffres à l’appui, M.Kerroud a précisé que sur l’ensemble des blessés, 3000 sont, désormais, des handicapés moteur. Autre conséquence, économique celle-ci, la perte d’une enveloppe de 100 milliards de dinars pour le Trésor public. Somme devant garantir une meilleure prise en charge des accidentés de la route. Pour y remédier, la Gendarmerie nationale opte pour la formation de 1717 spécialistes répartis selon les compétences. Aussi, l’alourdissement des peines est une solution envisagée. Dans cette optique, un laboratoire spécialisé a été élaboré au niveau de l’Institut national de criminologie. L’interdiction de la vente aux enchères des voitures et l’importation de la pièce contrefaite doivent, aux yeux du conférencier, être formellement instaurées. Dans son intervention, le colonel Ayoub a préconisé la participation des assurances «en mettant une base de données communes pour pouvoir punir les récidivistes». L’enjeu est réel, il s’agit de vies humaines.
Dans le cas contraire, il s’agira simplement de non-assistance à personne en danger.

Par L'expression

naouas
07/02/2007, 08h37
Les polices d'assurances devraient être augmentées, voire les doubler ou tripler et être plus sévère lors de l'octroi des permis de conduire.

lily
07/02/2007, 09h35
du travail a faire a ce niveau là !
c'est l'anarchie totale !!!

une folie dangereuse !!!

l'état devrait y reflechir car il y a de l'argent a se faire en guise de pv !!!

et surtout revoir le code de la route qui n'est meme pas appliqué !!

les autos écoles sont la base de l'apprentissage des règles elles sont responsables !!!!!



lily
la diablesse!

Cookies