PDA

Voir la version complète : Tebboune à propos des migrants : « Nous ne sommes pas des racistes, nous sommes des Africains »


ACAPULCO
25/06/2017, 12h01
Une carte sera attribuée à tout déplacé dont la présence en Algérie a été approuvée et qui donnera accès aux opportunités de travail. Pour les autres, des discussions seront engagées avec leurs pays d'origine en vue de leur rapatriement, comme cela avait été fait avec le Mali et le Niger.


Le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, a affirmé vendredi soir à Alger que la présence des déplacés africains en Algérie sera réglementée, soutenant que l'Algérie "ne permettra aucune atteinte à sa réputation", en allusion aux voix qui visent à ternir son image et à la taxer de raciste.

"La présence de nos frères Africains dans notre pays sera réglementée et le ministère de l'Intérieur procède actuellement à travers les services de police et de gendarmerie au recensement de tous les déplacés", a précisé M. Tebboune qui répondait aux préoccupations des députés de l'Assemblée populaire nationale (APN) lors du débat autour du plan d'action du gouvernement.

Le Premier ministre a fait savoir qu'une carte sera attribuée à tout déplacé dont la présence en Algérie a été approuvée et qui donnera accès aux opportunités de travail. Pour les autres, des discussions seront engagées avec leurs pays d'origine en vue de leur rapatriement comme cela avait été fait avec le Mali et le Niger, a indiqué M. Tebboune.

"Il y a des parties qui veulent ternir l'image de l'Algérie et lui coller l'étiquette de pays raciste", a soutenu M. Taboue qui a ajouté: "Nous ne sommes pas des racistes, nous sommes des Africains, des Maghrébins et Méditerranéens".

"L'Afrique et le Monde arabe sont le prolongement naturel de l'Algérie et l'espace dans lequel elle évolue et se développe", a déclaré M. Tebboune, soulignant "le devoir moral et humain qui nous impose de prêter assistance à nos frères contraints de fuir leurs terres en raison de la pauvreté et des affres de la guerre".

Il ne faut pas tourner le dos aujourd'hui à ceux qui nous ont aidés hier, a-t-il soutenu admettant que cette situation a induit "des difficultés objectives, notamment au niveau de certaines wilayas frontalières", il a indiqué qu'elles sont néanmoins traitées à travers les divers organes de sécurité et les instances nationales d'aide et de secours, en coordination diplomatique avec les pays d'origine en vue d'encadrer l'opération de rapatriement de leurs ressortissants sur la base de conventions bilatérales", a indiqué le Premier ministre.

"La solution de cette problématique passe par l'instauration de la stabilité et le règlement des conflits dans la région à travers des processus politiques pacifiques qui garantissent l'unité des nations et la souveraineté des peuples, tel que escompté par la diplomatie algérienne dans plusieurs dossiers sur le double plan arabe et africain", a-t-il estimé.

Lors de la conférence de presse qui a suivi le vote du plan d'action du gouvernement, M. Tebboune a mis l'accent sur l'importance de "ne pas faire prévaloir les sentiments sur le côté sécuritaire dans le traitement du dossier des déplacés africains".

"Nous ne permettrons à aucune partie, aussi bien association que citoyen, de porter atteinte à la réputation de l'Algérie en prétendant que l'Algérie africaine mal traite les Africains", a dit M. Tebboune sur un ton intransigeant.

APS

fortuna
25/06/2017, 12h13
Pour une fois, je suis d'accord avec le gouvernement.

Les quelques comportements répréhensibles de certains réfugiés africains ne représentent pas tous les Africains, pas plus que les quelques réactions racistes de certains Algériens ne représentent tous les Algériens.

J'ai vu de mes propres yeux des familles algériennes accueillir des Maliens chez elles et leur offrir gîte et couvert, sans parler des aides pécuniaires au quotidien et autres embauches à l'emploi.

Donc, même s'il faut dénoncer bien sûr toute atteinte à la dignité de ces réfugiés, il ne s'agit pas non plus de céder à l'alarmisme de ces campagnes virtuelles dont on ignore totalement les tenants et aboutissants.

ACAPULCO
25/06/2017, 12h23
Moi ce que je crains , c'est que ces réfugiés se transforment un jour en terroristes de daech chez nous en Algérie , car sont-ils fragiles socialement et facilement manipulables et comme tout le monde sait , ils sont dans toutes nos wilayas .

fortuna
25/06/2017, 12h28
Je ne le pense pas, pour ce qui me concerne.

Par contre, que des organisations terroristes de type Daesh profitent de l'occasion pour infiltrer leurs éléments dans ces masses de réfugiés, cela est tout à fait plausible. Il me semble même que les autorités concernées en ont intercepté quelques uns, ces derniers temps.

Gengis Khan
25/06/2017, 14h03
Oui certains algérien oublient que nous sommes un peuple africain , quand bien même la majorité d'entre nous ne sont pas noirs.

D'ailleurs l'Africanité ne se définit pas par la peau ébène , mais par l'origine géographique.

On a certe une culture plus proche des pays du moyen orient et d'Europe du sud , mais nous restons africains. Tout comme en Afrique , les sud africains ou zambien n'ont pas la même culture que les maliens ou sénégalais , et pourtant ils sont tous africains.

Cookies