PDA

Voir la version complète : La télévision algérienne introduit une émission en Tamazight


ameslub
11/09/2003, 10h38
DÉPÊCHE DE KABYLIE
La télévision algérienne ENTV introduit une émission en Tamazight, intitulée « Tamurt-nnegh »,
PREMIÈRES MESURES SUITE À LA CONSTITUTIONALISATION DE TAMAZIGHT


L'entreprise nationale de télévision lancera le vendredi une nouvelle émission en langue amazighe, a-t-on appris de sources proches de l'ENTV. L'émission intitulée « Tamurt enagh », (notre pays) est socioculturelle. Elle sera animée par Cherif Mammeri. D'une durée de 52 minutes, elle sera diffusée tous les vendredi à 15 h 00. « Tamurt enagh » aura pour but la vulagarisation de la dimension berbère, de la culture et de l'identité algérienne. Elle sera constituée de reportages et de documentaires, ainsi que des interviews sur le plateau avec des hommes de culture de la Kabylie et des autres régions d'Algérie, qui portent un intérêt à Tamazight.

Des écrivains qui ont écrit en berbère ou sur cette culture ou bien sur les régions berbérophones seront ainsi, les premiers à être conviés à apporter leur contribution pour faire de « Tamurt enagh » une émission de haute qualité. Cette dernière aura à revenir sur l'histoire ancienne de l'Algérie, notamment les époques des dynasties berbères. Le téléspectateur aura à découvrir les Massinissa, Jugurtha, la Kahina jusqu'au roi de Kourou. Un groupe de reporters de l'ENTV a commencé à sillonner l'Algérie pour recueillir des images et des témoignages sur tout ce qui attire à l'amazighité.

C'est la première fois depuis l'indépendance de l'Algérie qu'une émission en Tamazight est intégrée de manière officielle dans la grille des programmes de l'ENTV. En 1991, un « flash » d'information de moins de cinq minutes avait été adjoint au journal télévisé de 13 h. Il était diffusé à tour de rôle, en kabyle, chaoui et mouzabite. Suite à l'année du boycott, en 94/95, Liamine Zeroual, alors président, avait promulgué un décret portant principalement l'introduction de Tamazight dans le système éducatif, la création du Haut Commissariat à l'Amazighité et enfin, le lancement du premier journal télévisé en berbère.

La naissance de cette nouvelle émission ne peut-être considérée comme un grand acquis pour la langue amazighe, mais en même temps elle peut constituer une annonce à la réhabilitation de Tamazight. D'ailleurs, l'un des objectifs de cette émission est de sensibiliser non seulement la population berbérophone des autres régions du pays, mais aussi la population arabophone. Notre source précise que « la dimension amazighe de notre identité concerne toute l'Algérie et tous les algériens ».

C''est pour cela que Tamazight est d'ailleurs langue nationale. Souhaitons seulement que cette émission ne soit pas bloquée, que la langue de bois n'y prédomine pas. « Tamurt enagh » ne doit pas être une émission alibi, mais un sérail miroir de la culture amazighe. La nomination de Cherif Mammeri dont les compétences professionnelles sont incontestables peut, en tout cas, constituer une source d'espoir.

Aomar Mohellebi
La Dépêche de Kabylie.

L'ALGEROISE
12/09/2003, 18h59
Voilà une nouvelle qui est bonne; et pourquoi des l'instant qu'on lit ton post il y a comme une pensée négativiste. Le monde ne s'est pas construit en un jour, Paris non plus. En tant qu'Algérienne et Magrébinne je suis vraiment contente de voir que les esprits évoluent. Arabophone mais de naissance algérienne surtout, il me parait important que le culturel évolue dans ce sens. Je suis à mon âge désolée de ne pas avoir eu la possibilité d'apprendre le Kabyle, le Chaoui par exemple et d'ailleurs mon arabe je l'ai amélioré en compagnie de gens du moyen orient.

Amicalement vôtre

ben
12/09/2003, 19h49
:lol:

Je soupçonne ma copine Samia d'avoir encore mal lu un livre de psychologie. Vois-tu, me dit-elle doctement, « la névrose de Peter Pan, tu sais ce personnage d'un jeune garçon qui ne voulait pas devenir grand, consiste chez les gens qui en sont atteints à refuser de vieillir, à vouloir rester éternellement jeunes ». Je ne sais pas très bien où ma psychologue de copine veut en venir mais je sais, moi, où ces malades vont se soigner. Luigi Paula, dermatologue de son état à Genève, le sait aussi. Il a même refilé le tuyau à notre consul général en Suisse. Le pauvre homme n'oubliera pas de si tôt ce jour où Hamid Si Abdellah, notre honorable diplomate, l'appelle pour lui demander d'examiner en toute urgence les taches brunes d'un important personnage algérien. Luigi explique à Si Abdellah que quel que soit le propriétaire des augustes taches, il vient de terminer sa journée et ne rouvrira pas son cabinet pour un bobo de vieillard. Notre consul décide de jouer alors le tout pour le tout et confie au praticien qu'il est le messager du président de la République algérienne qui exige de la médecine helvétique de le rajeunir, de le retaper de bas en haut, de faire disparaître les poches sous les yeux, les rides du cou, les taches sur le corps, d'illuminer le teint cireux. Bref, de le transformer en un fringant candidat, prêt à parcourir le pays en 2004 comme un cabri. Comme du temps où il était son homme à tout faire et même un peu plus au ministère des Affaires étrangères, Si Abdellah se consacre entièrement à cette délicate mission : ressusciter en son vieux Bouteflika son ancien jeune ministre. Touché par tant de loyauté, Luigi indique l'adresse de la clinique Genolier, à Genève. Mais il explique tout de même, malgré l'argent de Sonatrach, que ces travaux de réfection du look présidentiel demandent du temps, beaucoup de temps. Il y a du boulot comme dirait l'autre. « Qu'est-ce que tu racontes ? », me réveille Samia. Bof, je me disais juste que c'est bien triste de vouloir remonter le temps quand on n'a déjà plus d'avenir. :P

http://www.lematin-dz.net/chroniques/lire.php?idc=84

ukerdis
15/09/2003, 04h08
Azul,

Les différents envahisseurs ont continuellement acculés nos ancêtres vers les montagnes du Djurdjura. Ils nous avaient confiqués le littoral, et occupaient les ports de Vgayet, Azzefun, Tigzirt, Dellys, Cap Djenat, etc... Des Phéniciens en passant par le Romains, des Espagnols aux Turcs, ils nous avaient privés de l'activité maritime au point perdre même notre vocabulaire Amazigh de la mer, au point de perdre notre savoir faire dans la construction de pirrogues (Fregates de Bougie par exple). Fort heureusement, il subsiste quelques ports comme Nador, Mellila, Agadir, Mogador et îles amazighophones (Djerba, Kerkenna, îles Canaries) pour nous permettre de reconstituer notre THALASSA_AMAWAL .


ILEL = lebh'er (mer)

Tagumert = ss'yda (pêche); gumer = pêcher

Anegmar = pêcheur

Agherrabu = bâteau, pirrogue berbère

Anaw = bâteau à voiles

Ddeman/ddmanat = gouvernail de la pirrogue berbère

Aslem/iselman = nom du poisson en général

Azzefun = langouste; toponyme : nom d'un port Kabyle

Awqas = requin blanc; top. Cap Aokas en Kabylie

Tanga/tangiwin (Mogador) ou Tadinga/tadingiwin (Agadir) = vague (s); top. Tanger au Maroc vient de Tadinga ou Tanga à cause des forts courants marins dans cette zone

Adal/adalen : algue (s)

Adghar n uslem = blanc de poissons

Aftas/iftasen = plage (s)

Aful = coquillage

amermed = calamar

tikuzmi = sardine

Aqarnif = flotteur de filet de pêche

Asargal = bar commun

Asebban = baleine

Isegni = orphie vulgaire


Taglut/tigula = aviron

Taghart n illel = marée basse

Sudf = manoeuvrer le gouvernail d'une pirrogue; conj. rég. sudfegh, isudf; ur isudf.
Sudef f tesga inu : gouverne de mon côté

Tasga n-berra = bâbord

Tasga ufella = tribord

Tisent = sel



Quand la mer est agitée, les pêcheurs d'Agadir disent : " Tadingiwin ar tmergent" (les vagues s'entrechoquent); la mer est menaçante. Merg : s'entrechoquer.

Les Riffains disent : "Agherrabu negh a-t nenddeh s-ufus ennegh " pour dire que nous voulons être maître de notre destin.

kepmoh
06/12/2005, 16h16
bonjour a tous quelqu'un pourrait me renseigner sur mammeri cherif ce qu'il fait je suis un ami a lui on etait ensemble a l'armee de khenchela il doit se rappeler de haouitcha de jijel merci pour les renseignements :lol:

Thirga.ounevdhou
06/12/2005, 16h24
Bonjour,

Je sais juste qu'il est l'animateure de l'emission en question "Tamurt 'nnar" et qu'il est aussi animateur a la chaine deux (je ne suis pas sure). Il a contribuer dans la realisation du film sur Chiekh Muhan u'mhand.

Bonne journee.

Cookies