PDA

Voir la version complète : Jusqu’à quand la banalisation du terrorisme islamiste ?


morjane
14/02/2007, 14h58
En planifiant hier six attentats au total, à Boumerdès et Tizi Ouzou avec un bilan de six morts et plus d’une trentaine de blessés, le GSPC a voulu encore montrer qu’il n’a rien perdu de sa capacité de nuisance. Comment cette nébuleuse terroriste qu’on croyait presque anéantie en 2005, a-t-elle pu renaître de ses cendres pour frapper de nouveau?

La question suscite un débat qui ne peut être engagé, apparemment ni au sein de l’Assemblée populaire nationale, où il n’existe pas de commission suivant de près l’évolution de la situation sécuritaire, ni au sein des partis dont la plupart n’ont presque jamais pris la mesure du danger islamiste qui menace l’Algérie depuis plus d’une quinzaine d’années.

Alors concrètement le salut ne peut provenir que de la société civile pour peu qu’elle partage la douleur des familles touchées hier à titre d’exemple dans leur propre chair, dans les départements de Boumerdès et de Tizi Ouzou pour peu qu’elle saisisse l’importance des consignes récemment réitérées par le haut commandement de l’ANP. Consignes de vigilance ayant pour corollaire la contribution par le biais du renseignement dans la lutte anti-terroriste. En zone semi-rurale est urbaine les villageois demeurent victimes des exactions de la soldatesque islamiste de Droukdel et de Hamid Saâdani, alias Abou El Haythem, ex-bras droit de Hassan Hattab. Et le commun des montagnards ou citadins sait que l’islamisme ne frappe qu’en s’appuyant sur ses relais, prompts à basculer carrément dans l’action armée au moindre appel de leurs chefs.

Mais qui donnera cet ordre pour mobiliser tout un chacun efficacement en gageant les moyens suffisants ? L’interrogation est généralement dans la bouche des patriotes. Oui, il faudrait des moyens plus adéquats pour s’assurer la maîtrise des principaux fiefs du GSPC. “Rien qu’à Si-Mustapha et Zemmouri l’on compte au bas mot 80 terroristes dont presque la moitié est composée de nouvelles recrues du GSPC”, nous a confié hier une source proche des services locaux de sécurité passant à l’action, ceux-ci ont démantelé déjà deux réseaux de soutiens au terrorisme depuis novembre dernier. Mais une telle mission, ici comme ailleurs, n’est pas encore parachevée. Et l’on ne peut donc, se contenter de déclarations banalisant la violence quotidienne des hordes islamistes.

Par La Depêche de Kabylie

reeeeeverblu
14/02/2007, 15h02
si cela recommence, ce sera pire que la premiere fois.

absente
14/02/2007, 16h23
Espérons que cette fois-ci, le peuple puisse s'en sortir sans la tuerie sauvage du passé inch'Allah!

Louali
14/02/2007, 16h37
le salut ne peut provenir que de la société civile

En Algérie le salut nous vient que de notre glorieuse ANP qui a affronté toute seule l'hydre intégriste et que nous a sauvé d'une somalisation certaine de notre pays que nous promettaient ces sangliers de terroristes. En Algérie il ny a ni société civile, ni partis politiques ni même une conscience nationale. Il n ya que nos militaires et nos forces de l'ordre qui méritent le respect.

Cookies