PDA

Voir la version complète : Une Cellule D’al Qaîda Démantelée En France


takamra
15/02/2007, 00h45
UNE CELLULE D’AL QAÎDA DÉMANTELÉE EN FRANCE
La menace se généralise
15 février 2007 - Page : 2


Les services de sécurité français viennent de démanteler un important réseau de recrutement de «djihadistes» pour l’Irak.


La réaction de la France et de l’Italie aux derniers attentats, renseigne sur la crainte d’attentats, non seulement contre leurs intérêts en Algérie, mais sur leur propre territoire. Même en Algérie, le mode opératoire adopté par les terroristes et les cibles visées sont identiques à ceux d’Irak. Car, non seulement les terroristes ciblent les édifices publics et les services de sécurité, mais utilisent aussi les mêmes techniques et stratégie.
L’attaque au mois de décembre dernier d’un bus de transport d’employés de BRC, filiale de la compagnie pétrolière américaine Halliburton, faisant deux morts et neuf blessés, les attaques déjouées contre les ambassades des Etats-Unis et de Grande-Bretagne en Tunisie et les menaces contre le Royaume chérifien, sont autant d’ «ingrédients» d’une menace certaine contre l’Occident.
Ainsi, la menace terroriste contre la France se précise. Au moment où des sources n’écartent pas l’éventualité d’un attentat à la veille de la prochaine présidentielle, les services de sécurité français viennent de démanteler un important réseau de recrutement de «djihadistes» pour l’Irak.
Ce groupe, soupçonné d’être en liaison directe avec Al Qaîda, a été neutralisé, hier, lors d’une opération policière qui a conduit à l’arrestation de 11 personnes, a annoncé le ministère français de l’Intérieur. Le réseau, qui fonctionnait «depuis plusieurs mois» selon une source proche du dossier, faisait l’objet d’une surveillance par les spécialistes de la lutte antiterroriste. L’opération a été déclenchée avec l’arrestation, à l’aéroport parisien d’Orly, de deux jeunes gens qui venaient d’être expulsés de Damas où ils avaient été interpellés par les autorités syriennes alors qu’ils cherchaient à pénétrer en Irak pour «combattre la coalition». Leur retour en France a conduit la police antiterroriste à déclencher, hier matin, son coup de filet, qui s’est concentré sur Toulouse où six personnes, «essentiellement des jeunes gens», de nationalité française, ont été arrêtées, dont trois femmes, principalement dans le quartier sensible du Mirail. Parallèlement, un couple de français d’origine syrienne, un homme de 60 ans et son épouse de 55 ans, était arrêté en Ariège, et un homme en banlieue parisienne, à Torcy (Seine-et-Marne).
Tous «sont mis en cause dans l’organisation d’une filière d’acheminement de ´´djihadistes´´ vers l’Irak. Ils ont été placés en garde à vue», a souligné le ministère de l’Intérieur. Selon une source proche du dossier, ce réseau «facilitait, par la fourniture de moyens ou de contacts, le départ vers l’Irak, principalement via la Syrie, de «djihadistes» volontaires pour aller affronter les forces de la coalition américano-britannique. Leurs «liens avec Al Qaîda» soulignés par le ministère de l’Intérieur, portent surtout sur les «contacts» vers lesquels ils dirigeaient les volontaires une fois arrivés en Syrie, susceptibles de les mettre en rapport avec des affidés de la nébuleuse terroriste qui pouvaient leur permettre de franchir la frontière.
En revanche, a-t-on assuré de même source, «aucun des membres du réseau démantelé en France ne s’étaient fait connaître pour des activités terroristes directes.
Aucun n’avait déjà combattu ou ne s’était rendu dans des zones du djihad, comme l’Afghanistan par exemple».




Arezki LOUNI

noubat
15/02/2007, 07h51
les autorités françaises et algérienne devraient collaborer plus étroitement sur le terrorisme .

Cookies