PDA

Voir la version complète : Bouteflika insiste sur les délais et la qualité de réalisation des projets


morjane
15/02/2007, 17h54
" Nous avons la responsabilité de préparer pour nos enfants des infrastructures et des équipements modernes, à même de leur assurer un meilleur service public et en mesure d'impulser une dynamique forte pour le développement économique et social du pays " a dit Bouteflika au conseil des Ministre qui s'est tenu avant hier avant son départ pour Cannes au Sommet France- Afrique.

===

Intervenant à l'issue de la présentation des grands projets du secteur des travaux publics, lors du dernier Conseil des ministres tenu avant-hier, à Alger, le président de la République Abdelaziz Bouteflika, a souligné que les impératifs de délais et les exigences de qualité en matière de réalisation de chaque projet " sont à inscrire dans les préoccupations constantes de l'administration du secteur, mais, aussi, des autres secteurs dont la contribution est souvent déterminante pour lever les obstacles que rencontrent parfois les opérateurs sur le terrain ".

" Il ne vous échappe pas ", a poursuivi le Chef de l'Etat, que “le pays a accumulé des retards importants dans la construction de ses infrastructures de base ". Aussi " l'opportunité nous est offerte aujourd'hui, à travers l'important programme retenu, de résorber tous ces retards, mais, au delà ", a ajouté le président de la République, " nous avons la responsabilité de préparer pour nos enfants des infrastructures et des équipements modernes, à même de leur assurer un meilleur service public et en mesure d'impulser une dynamique forte pour le développement économique et social du pays ". Le Conseil des ministres a, ensuite, examiné et approuvé les projets de textes législatifs, à savoir l’ordonnance correspondante aux incompatibilités et obligations rattachées à certains emplois et fonctions. Le redéploiement des cadres supérieurs du secteur public vers le secteur privé national ou étranger, en raison des conditions socioprofessionnelles attrayantes qui leur sont offertes, a pour conséquence de priver le secteur public de son potentiel d'encadrement, alors même que ce dernier a consacré des ressources et des investissements importants pour sa formation.

Pour faire face à cette situation préjudiciable pour l'Etat et ses démembrements, le projet d'ordonnance vise à mettre en place un dispositif adéquat à même de prémunir l'Etat contre une sérieuse érosion de ses ressources en matières d'encadrement et protéger par voie de conséquence ses intérêts et ceux de ses démembrements.

Les mesures prévues s'appliquent aux titulaires d'emplois et fonctions concernés pendant et après la cessation de leurs fonctions, à savoir, l’interdiction de détention directe ou indirecte d'intérêts auprès d'entreprises ou organismes dont ils assurent un contrôle, une surveillance ou avec lesquels ils ont conclu un marché ou émis un avis. Il est aussi question de l’interdiction pendant deux années après la fin de leur mission, d'exercer une activité de consultation ou une activité professionnelle de quelque nature que ce soit et enfin l’obligation, au terme de deux ans, et ce durant trois autres années, de faire déclaration de toute activité professionnelle, de consultation ou de détention d'intérêts auprès des dites entreprises ou organismes.

Intervenant à la suite de la présentation de ce projet d’ordonnance, le Président de la République, n’a pas manqué de rendre un hommage tout particulier à tous les cadres des institutions, des administrations et du secteur public économique qui, tout au long de la période difficile qu’a connue le pays, qui ont, malgré les risques et les contraintes, souvent dans l’anonymat, continué à assurer la permanence des services publics et l’exercice de leurs activités économiques et sociales au service des citoyens. Poursuivant son intervention, le Chef de l’Etat a ensuite ajouté que dans cette phase de reconstruction et de confortement des institutions de l’Etat et de ses infrastructures, il est attendu des personnels d’encadrement du pays, en général, et ceux du secteur public, en particulier, une mobilisation constante pour relever le défi de la construction du pays à la mesure des sacrifices consentis par leurs aînés pour le libérer.

L’exercice des emplois et fonctions supérieurs au service de l’Etat et de ses démembrements, a déclaré le Chef de l’Etat, " impose à leurs titulaires un devoir de loyauté que les contingences matérielles aussi importantes soient-elles ne devraient pas altérer. Le dispositif prévu vise dans sa finalité à rappeler les personnels d’encadrement du secteur public à leur devoir et au sens des responsabilités et à mettre un terme aux dérives constatées en ces domaines ", a conclu le Chef de l’Etat.

Par la Dépêche de Kabylie

Cookies