PDA

Voir la version complète : Algérie : Les prix d'un rêve irréalisable


redouan
16/02/2007, 02h20
Alger - Rabeh Bouterfa
12 Février 2007


Les excédents financiers collectés ces dernières années des revenus pétroliers ont encouragé les dirigeants algériens à se rappeler leur éternel rêve de «puissance régionale». C’est dans cette perspective qu’ils ont ouvert, en même temps, plusieurs fronts. Les risques d’échec sont plus importants que les chances de succès.

Les déclarations qui ne manquent pas de provocation, émanant de la majorité des ministres algériens ces derniers temps, montrent que le pouvoir en place n’arrive plus à se maîtriser. «Si le prix du baril du pétrole à 60 $, les a rendus arrogants, le rêve de participer à un cartel gazier avec les Russes les rapprochent de la folie des grandeurs». Telle est la remarque faite récemment par un ancien Premier ministre algérien en présence d’un Général à la retraite qui faisait un jour la pluie et le beau temps dans le pays. Pour ce dernier, les adversités qu’avait «acheté» le pouvoir, notamment depuis un peu plus d’un an aussi bien sur le plan régional maghrébin qu’international, ne ramèneront certainement pas des fins heureuses. Ceux qui ouvrent les fronts partout doivent mettre fin à ces aventures risquées, conclut-il. De leur côté, les analystes politiques soulignent que l’Algérie n’avait jamais vu, depuis l’indépendance en 1962, un tel nombre de litiges et de tensions avec les Etats voisins et lointains. Le pire, selon ces experts, c’est que les responsables ne sont pas conscients de la gravité de la situation. Ce qui incite à s’interroger sur les raisons pour lesquelles les plus avisés du système, l’éminence grise de la Grande muette comprise, s’abstiennent d’arrêter cette dérive politique. Les cercles proches de celle-ci laissent entendre que le moment n’est pas encore venu, d’autant que les lignes rouges sont loin d’être franchies. Ce n’est pas de l’avis des personnalités de l’opposition tels que les anciens Premiers ministres, Miloud Hamrouche ou Ahmed Benbitour, qui considèrent que se battre sur plusieurs fronts, en même temps, est une sorte de «guerre d’usure» pour l’Algérie. Celle-ci, qui n’est pas encore sortie de l’ornière, même si l’on fait entrer dans la tête de ses dirigeants, actuellement au pouvoir, qu’elle est retournée en force sur la scène internationale, et que, renforcée par ses revenus pétroliers, son «matelas de devises», et surtout, son surarmement en cours, elle pourra faire face à tous ceux qui s’opposeront à son éternel rêve de puissance régionale.

Des fronts partout

La tension qui monte chaque jour d’un cran entre la Libye et l’Algérie prouve que le conflit du Sahara n’est pas le seul que cette dernière ravive dans la région. En effet, depuis environ un an, on assiste à des «accrochages» médiatiques entre Tripoli et Alger. Tantôt à cause des Touaregs qui, selon les autorités algériennes, jouent un rôle perturbateur aux frontières avec le Mali, sur demande et soutien du Colonel Kadhafi en personne. Tantôt, en raison du sabotage par ce dernier de la tenue du sommet de l’UMA (Union du Maghreb Arabe) du fait qu’il s’est rangé aux côtés du Maroc dans l’affaire du Sahara. Ou bien, et c’est ce que les deux parties, hésitent à évoquer explicitement, à cause du conflit frontalier qui couve entre eux depuis des années sans arriver à un tracé qui met fin aux bombes à retardements. Ce qui, semble-t-il, monte aujourd’hui à la surface. Les responsables algériens avaient déclaré, en automne dernier, qu’ils ne permettront pas à la Libye de «pomper les nappes d’eau» situées dans les régions frontalières. Un autre haut responsable avait évoqué, il y a plus d’un an, lors de son passage à Paris, l’existence de l’uranium dans le couloir, objet du litige avec la Jamahiriya libyenne. Ce responsable a laissé entendre que son pays ne pourra pas resté les bras croisés et voir Kadhafi mettre la main sur cette matière première stratégique. Dans ce contexte, la récente déclaration dans ce sens du ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khélil, n’était pas spontanée. Mais, c’était plutôt un message dans lequel il anticipait sur cette richesse que possède son pays, sans pour autant la localiser.
Le responsable algérien a indiqué, dans le cadre de sa révélation portant sur l’intention de son pays de lancer son programme nucléaire à des fins civiles, que son pays «possède des ressources d’uranium». Dernier accrochage médiatique, l’accusation par le ministre algérien de l’Intérieur, Yazid Zerhouni, d’avoir instauré le visa aux ressortissants maghrébins, ce qui n’aidera pas à la construction maghrébine. Vingt quatre heures plus tard, Tripoli a répondu que cette mesure ne s’applique pas aux Tunisiens, et ont laissé comprendre implicitement qu’elle ne s’appliquera pas aussi à d’autres, sauf bien entendu aux Algériens. Au même moment, le ministre libyen des Affaires étrangères, Abderrahmane Chalgham, n’a pas hésité à ironiser en déclarant : «celui qui refuse d’ouvrir ses frontières avec le Maroc, facilite vraiment l’instauration de l’édifice maghrébin?»
Sans compter le front, d’une moindre importance certes, ouvert avec l’Arabie Saoudite après la fermeture par les Autorités algériennes de leur école, le pouvoir en place créa les provocations envers les occidentaux, y compris les Américains. La marche arrière effectuée vis à vis de la loi sur les hydrocarbures, suivie par les amendements et l’application de la Taxe sur les profits exceptionnels (TPE) des compagnies étrangères prouvent que les dirigeants algériens veulent montrer que leur pays est une puissance régionale, et à ces grands de ce monde de reconnaître ce fait. Dans ce même ordre d’ouverture des fronts, les autorités algériennes sont allées jusqu’à dissoudre la joint-venture algéro-américaine, Brown Root & Condor (BRC), il y a un mois, ce qui a fait monter la tension d’un cran, notamment après l’accord conclu entre le géant russe, Gazprom et le groupe algérien Sonatrach. Dans ce contexte, les observateurs estiment que ce virage du pouvoir algérien visant à passer un message à l’administration américaine n’aura pas les retombées souhaitées : la reconnaissance de la suprématie de l’Algérie dans son environnement régional.
Parallèlement, les Français qui n’ont pas encore avalé le refus, à la dernière minute, de la signature du Traité de paix et d’amitié par Alger, et, par la suite, montrer qu’elle veut diversifier ses partenaires au détriment de Paris, prennent maintenant le pouvoir de Bouteflika comme cible. De plus, les Français n’apprécient guère l’ingérence d’Alger dans leurs élections présidentielles. Alors que la candidate, Ségolène Royal et les Socialistes, ont fait savoir qu’ils veulent faire des relations franco-algériennes une «référence» entre le Nord et le Sud, son principal concurrent, Nicolas Sarkozy, a fait, lundi dernier, l’éloge des Harkis qui sont morts pour la France. Dans les hautes sphères en France, on affirme que le pouvoir algérien n’ira pas très loin en ouvrant ce front avec la France.
Dernier front en date qui s’est ouvert, c’est avec l’Espagne. Madrid qui n’a guère appréciée le chantage algérien, notamment dans le domaine des hydrocarbures et l’achat d’armement en contre partie d’une position soutenant le Polisario, commence déjà à contrecarrer les projets algériens. Les Espagnols qui craignent une dépendance significative envers le gaz algérien se sont lancés d’ores et déjà dans une opération pour rectifier les erreurs du passé. On apprend que Madrid s’apprête à promulguer une loi visant à endiguer la percée de la Sonatrach algérienne sur son marché. L’initiative est venue du Parti socialiste espagnol, au pouvoir. Il prend pour alibi, la fermeture du marché algérien devant l’investissement espagnol dans le secteur des hydrocarbures. Au niveau de la classe politique espagnole, on n’hésite pas à tirer la sonnette d’alarme à l’égard du danger concernant la sécurité énergétique du pays, notamment après l’axe construit avec le russe Gazprom.

la Gazette du maroc

jawzia
16/02/2007, 08h58
Parallèlement, les Français qui n’ont pas encore avalé le refus, à la dernière minute, de la signature du Traité de paix et d’amitié par Alger, et, par la suite, montrer qu’elle veut diversifier ses partenaires au détriment de Paris, prennent maintenant le pouvoir de Bouteflika comme cible. De plus, les Français n’apprécient guère l’ingérence d’Alger dans leurs élections présidentielles. Alors que la candidate, Ségolène Royal et les Socialistes, ont fait savoir qu’ils veulent faire des relations franco-algériennes une «référence» entre le Nord et le Sud, son principal concurrent, Nicolas Sarkozy, a fait, lundi dernier, l’éloge des Harkis qui sont morts pour la France. Dans les hautes sphères en France, on affirme que le pouvoir algérien n’ira pas très loin en ouvrant ce front avec la France.
Dernier front en date qui s’est ouvert, c’est avec l’Espagne. Madrid qui n’a guère appréciée le chantage algérien, notamment dans le domaine des hydrocarbures et l’achat d’armement en contre partie d’une position soutenant le Polisario, commence déjà à contrecarrer les projets algériens. Les Espagnols qui craignent une dépendance significative envers le gaz algérien se sont lancés d’ores et déjà dans une opération pour rectifier les erreurs du passé. On apprend que Madrid s’apprête à promulguer une loi visant à endiguer la percée de la Sonatrach algérienne sur son marché. L’initiative est venue du Parti socialiste espagnol, au pouvoir. Il prend pour alibi, la fermeture du marché algérien devant l’investissement espagnol dans le secteur des hydrocarbures. Au niveau de la classe politique espagnole, on n’hésite pas à tirer la sonnette d’alarme à l’égard du danger concernant la sécurité énergétique du pays, notamment après l’axe construit avec le russe Gazprom.
Ce journaliste est complètement timbré. Il construit un article sur du vent. Prenant ses espérances pour des réalités. Je me suis amusé à travestir son texte pour une meilleure lisibilité.

Parallèlement, les Français qui j'espère n’ont pas encore avalé le refus, à la dernière minute, de la signature du Traité de paix et d’amitié par Alger, et, par la suite, montrer qu’elle veut diversifier ses partenaires au détriment de Paris, prennent j'espère maintenant le pouvoir de Bouteflika comme cible. De plus, les Français j'espère n’apprécient guère l’ingérence d’Alger dans leurs élections présidentielles. Alors que la candidate, Ségolène Royal et les Socialistes, ont fait savoir qu’ils veulent faire des relations franco-algériennes une «référence» entre le Nord et le Sud, son principal concurrent, Nicolas Sarkozy, a fait, lundi dernier, l’éloge des Harkis qui sont morts pour la France. Dans les hautes sphères en France, j'espère qu'on affirme pas que le pouvoir algérien n’ira pas très loin en ouvrant ce front avec la France.
Dernier front en date qui s’est ouvert, c’est avec l’Espagne. Madrid qui j'espère n’a guère appréciée le chantage algérien, notamment dans le domaine des hydrocarbures et l’achat d’armement en contre partie d’une position soutenant le Polisario, commence j'espère déjà à contrecarrer les projets algériens. Les Espagnols qui craignent une dépendance significative envers le gaz algérien se sont lancés d’ores et déjà dans une opération pour rectifier les erreurs du passé. On apprendra j'espère que Madrid s’apprête à promulguer une loi visant à endiguer la percée de la Sonatrach algérienne sur son marché. L’initiative est venue du Parti socialiste espagnol, au pouvoir. Il prendra j'espère pour alibi, la fermeture du marché algérien devant l’investissement espagnol dans le secteur des hydrocarbures. Au niveau de la classe politique espagnole, j'espère qu'on n’hésitera pas à tirer la sonnette d’alarme à l’égard du danger concernant la sécurité énergétique du pays, notamment après l’axe construit avec le russe Gazprom.
N'est ce pas plus clair maintenant.?!!!!

PS: J'oubliais, l'article devrait être rebaptisé : L'Algérie : Le prix de mes rêves irréalisables ou inaccessibles.

icosium
16/02/2007, 09h11
Un article qui résume bien les pensées et les espérances de son auteur. Aucune d’objectivité

sillas
16/02/2007, 09h13
Quelle superbe analyse ! on voit que ce journaliste Marocain en herbe connaît bien la diplomatie Algérienne jusqu'à confondre la défense des intérêts du pays avec la soumission aux voisins et à l'occident. En 1995 on avait pas de quoi acheté un bateau du blé et on n'avait pas tendu la main à la troïka Européen quant elle est venue s'enquérir de la situation de notre à l'époque et elle nous avait demandé en quoi elle pouvait nous aider. Mr Ahmed, Attaf, Ministre des Affaires Etrangéres à l’époque leur a répondu, je cite " l'Algérie n'a pas besoin de rien et elle ne veut aucune ingérence dans ses affaires interne". Alors maintenant que les caisses sont pleines on ne va prendre des gants pour dire les choses quant ils ne vont pas dans le sens de nos intérêts.
L'Algérie a toujours eu le souci de respecter ses voisins et en aucun cas elle n'a tenté de les déstabiliser, ni revendiquer un bout de leur territoire comme le font nos deux pays voisins que sont la Libye avec qui nous avons toujours eu des relations en dents de scie, et ce depuis 1980 a cause des élucubrations de son Guide sur la question des Touaregs et de la frontière entre Ghat et Djanet. Et son désir de créer une république du Sahara composé de Touareg de l’Algérie, du Niger et du Mali. Sauf qu'il oublie un peu vite que c'est l'Algérie qui l'a aidé le plus, lors de son embargo Internationale. Et enfin avec le Maroc que tout le monde connaît le pourquoi de notre différent. Donc c'est un article qui est fait sur la base de supputations et non sur des faits avérés. Et ce n’est sûrement pas les jeunes conseillers du Roi actuellement qui donneront des leçons de diplomatie aux vieux routiers qui tiennent la maison Algérie.

redouan
16/02/2007, 10h44
Je pense que l'article est 100% algerien et le journal marocain n'a servit que de support. Le journaliste doit etre en algerie, donc il est en mesure de ce fait d'employer toutes les herbes de la saint Jean afin d'etayer ses dires. On ne peut pas lui nier une certaine verité dans son analyse des agissements du pouvoir, ce sont des faits qui ont été rapportés par les media et on peut ne pas etre d'accord avec ses reflexions.

citoyen
16/02/2007, 10h57
>>>Au niveau de la classe politique espagnole, on n’hésite pas à tirer la sonnette d’alarme à l’égard du danger concernant la sécurité énergétique du pays, notamment après l’axe construit avec le russe Gazprom.

Oui c'est très possible qu'il s'agisse d'un journaliste algérien. Lorsqu'on lit une telle phrase on se doute bien qu'il s'agisse d'un algérien qui met en garde un autre pays sur les dangers (potentiels donc absoluement pas avérés) représentés par le commerce avec son propre pays.

>>>On ne peut pas lui nier une certaine verité dans son analyse des agissements du pouvoir.

Ca veut dire quoi une certaine vérité ? une vérité, une demi vérité ou simplement du mensonge..
La gazette est journal affilié au makhzen et assimilé (un peu comme le MAP mais en moins ridicule, quoi que), il participe à l'effort du royaume pour discréditer comme il peut l'algérie..enfin ca fait toujours sourir ce genre d'articles dépuis les petites manifs contre les ambassades algériennes en europe on sait maintenant évaluer la capacité de nuisance des sujets à la solde de sa majesté. Elle fait à peine mal à une mouche enrhumée tout au plus.

Moi je dis que c'est un article 100% commandé, reste à deviner combien il a couté au makhzen, c'est de çà dont on devrai débattre...

sillas
16/02/2007, 11h19
Non je regrette Messieurs l'article est un article Marocain pour des lecteurs marocains et tous les journalistes algériens qui se trouvaient en exil lors de la decennie noirs sont partis au Canada à cause de la pression des autorités marocaines et les autres sont retournés au pays aprés 1999.Mis à part deux journalistes qui travaillent pour la Radio Medi I entre autre kamel Alouani.

lamia14
16/02/2007, 11h23
coooooooooool :mrgreen:
on joue maintenant les perturbateurs, j'aime bien ça; mais la vérité: ça nous va bien ;)

riati
16/02/2007, 11h51
en tout cas je le trouve super bon comme article, il peut pas etre au gout de tout le monde. il y a que le temps qui aportera la lumiere sur le degré d'objectivité du redacteur.

Exact l'ami,
L'histoire nous dira la vérité ..

citoyen
16/02/2007, 11h53
>>>>l'article je l'ai lu ici , et non sur gazette du maroc

Un journaliste algérien ne s'amusera pas à remplacer : mouloud par miloud...ou bien il n'a jamais vécu en algérie ou bien il n'est pas algérien.

>>>en tout cas je le trouve super bon comme article

Maintenant on devine bien que çà plait à nos amis marocains, le contraire aurait était surprenant. Mais je ne sais pas s'il est vraiment réjouissant du poit de vue de la réalité.
En fait c'est comme les films qui se terminent bien, les films hindoux, ou les films westerns dont les têtes d'affiche qui ne meurent jamais malgré l'hostilité de plusieurs dizaines d'ennemis tous armés mais tous morts à la fin.
Ca fait plaisir de regarder ces héros ou même de se mettre dans leur peau le temps d'un film...belles émotions.

kaiser sosi
16/02/2007, 11h56
Alger - Rabeh Bouterfa
oui mais a la fin de larticle sur se site on peut lire sa
12 Février 2007 - http://www.lagazettedumaroc.com .tu trouve que c'est un journal algerien sa ,mnt il faut vous melez de vous affaire,nous somme tres bien la on nous somme nous,lessenteil c'est quon est devenu une puissance economique en afrique,meme dans les autres domaine, meme en la plus grande societe dans lagriculture au maghreb est algerien!

kaiser sosi
16/02/2007, 11h58
bien vue citoyen lol, les marocains vous m'etonerai toujours!!!

jawzia
16/02/2007, 12h02
En tapant "Rabeh Bouterfa" sur google voilà ce qu'on obtient comme résultat. En somme Si Rabeh ecrit exclusivement pour la Gazette du Maroc.
Conclusion : Ce rabeh Bouterfa (si tant est qu'il corresponde à une personne physique) est le correspondant de la gazette à Alger!!!!! Bizarre Non!!!!
La Gazette Du MarocAlgérie : Le khalifa "show". Alger - Rabeh Bouterfa 15 Janvier 2007. Les Algériens ne se font pas trop d’illusions quant aux résultats du procès d’El ...
www.lagazettedumaroc.com/articles.php?r=2&sr=81&n=507&id_artl=12335 - 37k - En cache - Pages similaires

La Gazette Du MarocAlgérie : Navigation à vue. Alger - Rabeh Bouterfa 01 Janvier 2007. Le président, Abdelaziz Bouteflika, revient ces derniers temps à ses anciennes habitudes ...
www.lagazettedumaroc.com/articles.php?r=2&n=505 - 35k - En cache - Pages similaires

Algérie : Le khalifa "show"Alger - Rabeh Bouterfa 15 Janvier 2007 Les Algériens ne se font pas trop d’illusions quant aux résultats du procès d’El Khalifa Bank. Ils sont, d’emblée, ...
www.********.com/forum/Actualits-internationales-66/Algrie--Le-khalifa-show-66-1615006.html - 43k - Résultat complémentaire - En cache - Pages similaires

KABYLIE news - Algérie : les contours du New-dealSurtout, lorsqu’on commence à parler de l’octroi à la marine américaine d’une base sur les côtes algériennes. Alger - Rabeh Bouterfa. 10 Juillet 2006 ...
kabylienews.com/article.php3?id_article=2454 - 28k - Résultat complémentaire - En cache - Pages similaires

Appel Citoyen : Fiers d'être MAROCAINSAlger - Rabeh Bouterfa 11 2006 La sortie «mesurée» du président, Abdel Aziz Bouteflika, après 50 jours d’absence n’a fait que consolider les doutes des ...
anouar.***************/archive/2005/06/17/appel_citoyen.html - 507k - En cache - Pages similaires

Redouan,
http://www.kabylienews.com/article.php3?id_article=4694

l'article je l'ai lu ici , et non sur gazette du maroc
Il aurait fallu lire l'article jusque la fin. Parce qu'il se termine ainsi :
Alger - Rabeh Bouterfa

12 Février 2007 - http://www.lagazettedumaroc.com/
En somme Kabylienews ne fait que reprendre l'article de la Gazetta.

Ma conviction est que (comme le dit citoyen) c'est un article commandé et qui dénote d'une panique .... qui d'ailleurs n'a pas lieu d'être.

IdirM
16/02/2007, 14h10
j'aurai bien aimé que vous apportiez des contre arguments à cet article, au lieu de chercher la provenance ,la nationalité ou l'origine de l'auteur ,ce qui lui donne une certaine crédibilité ,moi au contraire je trouve que cet article ,est de loin le plus objectif ,concernant la politique extérieure menée par l'Algérie ces dernières années.
quant au conflit du S.O,on commence sérieusement à se ridiculiser au yeux du monde arabe et de l'opinion internationale, on dirait que cette situation nous arrange ,et il suffit de regarder le JT de l'unique, pour constater que y'a pas un seul jour ou on s'ingèrent pas directement dans le conflit ,alors qu'on ne cesse de clamer qu'on est pas concernés,alors de quel droit nous algériens on peut accepter ou refuser par exemple le plan marocain d'autonomie ,un refus du polisario aurait été suffisant,qu'on en finisse une fois pour toute avec cet histoire,car comme on avait nos harkis à l'époque de la guerre d'Algérie, le polisario aussi à ces harkis, seule différence ils sont nombreux ,alors comme on dit chez nous "rana nerebhou ghir fel3ib"..

sillas
16/02/2007, 14h36
Ce n'est pas à l'Algérie d'accepter le plan d'autonomie presenté par le Maroc mais à la partie prenante du conflit qui est le Peuple Sahraoui dont ne nous ne sommes pas leur porte parole et aussi à l'Onu qui a fait voté une résolution pour l'organisation d'un Référundum que l'Algérie soutient et que le Maroc refuse d'appliquer.
Quant à la politique extérieure de l'Algérie qui est devenu agressive et surtout offensive depuis 1999 gêne beaucoup la diplomatie Marocaine et libyenne qui eux avaient le vent en poupe quant l'Algérie était perpétrée dans ses problémes internes dans les années noires de 90. Il faut faire cette lecture celle d'une Algérie qui dérange ses pays voisins de par sa diplomatie africaine, sa contribution dans le NEPAD et son ouverture pour tous l'occident et les pays du Moyen Orient et l'Asie. Voilà cette vérité que les Marocains n'arrivent a avaler car ils ne sont plus écoutés comme avant lorsqu'ils disaient de nous que nous étions fini et que nous étions la plaie du Maghreb, un repére de terroriste. Ce temps c'est fini et l'article de la Gazeette Marocaine confirme les craintes du Palais qui gesticule et crie au loup à chaque fois que l'Algérie donne son avis où prend position sans qu'il ne se croit visé. C'est vrai que l'on ne peut choisir son voisin comme on ne peut pas déménager dans notre contexte donc il faut dialoguer et débattre et essayer de s'entendre sans s'accuser de tout et de rien.

IdirM
16/02/2007, 14h46
ils ne sont plus écoutés comme avant .

je dirai pas ça ,vu que l'Espagne et la France sont pour le projet d'autonomie,mais parlant franchement est ce que les dirigeants du polisario on soumis le texte aux habitant des camps??je ne le pense pas..et je crois que vu les conditions dans les quelles ils vivent, n'importe quel solution qui pourrait mettre fin à leurs souffrances, leur serai la bienvenue,qu'ils soit ratachés au Maroc ou n'importe quel pays de la région, ces gens la veulent vivre dignement c'est tout,alors je pense que si ils avait leur mot à dire ils accepteront le plan marocain et on aura régler un problème qui a assez duré..

kmou21
16/02/2007, 16h48
IDIR M pourquoi se n'est pas au marocain d'accepter le réglement proposé par les nations unis et voté par la communauté international pourquoi doit on toujours imposer une seul vision du réglement du problem qui est celle du plus fort sur le plus faibe .
sinon ni l'espagne ni la france n'a accepter le projet d'autonomie qui doit dabord etre accpeter par les deux parties du conflits en l'occurence le front polisario et le maroc dailleur tout les pays appel a se que la solution soit juste equitabe et mutuellement acceptable par les deux partie du conflit amenant a l'autodetermination du peuple sahraoui et l'espagne et la france n'echappe pas a la régle
sinon l'aritcle comme la bien signaler jawzia il est basé sur les espérances de son auteur ni plus ni moin.
besslama

le Makoudien
16/02/2007, 16h50
alors je pense que si ils avaient leur mot à dire ils accepteront le plan marocain et on aura reglé un problème qui a assez duré[/COLOR]


alors dans se cas pourquoi ne pas proposer le referundum comme sa tout le monde sera fixé mais le référundum fait peur sachant que les sarahoui voteront pour leur indépendance

absent
16/02/2007, 17h34
alors dans se cas pourquoi ne pas proposer le referundum comme sa tout le monde sera fixé mais le référundum fait peur sachant que les sarahoui voteront pour leur indépendance

Et pourquoi ne pas proposer aux sahraouis de tindouf le plan de l'autonomie comme ca ils peuvent juger eux meme et tout le monde sera fixé ?

mais le plan d'autonomie fait peur sachant que les sahraouis opteront pour la gestion de leurs affaires en toute liberté ....

c'est pas une idée le Makoudien ?

redouan
16/02/2007, 22h04
kAISER SOSI
Alger - Rabeh Bouterfa
oui mais a la fin de larticle sur se site on peut lire sa
12 Février 2007 - http://www.lagazettedumaroc.com .tu trouve que c'est un journal algerien sa ,mnt il faut vous melez de vous affaire,nous somme tres bien la on nous somme nous,lessenteil c'est quon est devenu une puissance economique en afrique,meme dans les autres domaine, meme en la plus grande societe dans lagriculture au maghreb est algerien!


Exactement Colombo, j'ai dit que je l'ai lu sur kabylie news, avant d'aller verifier sur le site gazette maroc, et la copier coller, tu piges :lol:
encore raté

Pour les avancés economique, je serai bien content pour l'algerie ca sera benefique pour la region d'avoir un leader comme reference a suivre. si seulement si ....

redouan
16/02/2007, 22h20
>>>>l'article je l'ai lu ici , et non sur gazette du maroc

citoyen
))))))))))Un journaliste algérien ne s'amusera pas à remplacer : mouloud par ))))))))))miloud...ou bien il n'a jamais vécu en algérie ou bien il n'est pas algérien.


C'est pas la question de trouver un nassab pour l'article, mais apparaiment ce journaliste doit retourner au banc de l'ecole rien de ce qu'il debite ne prouve qu'il est doté d'une intelligence, je trouve amusant vos reflexions

>>>en tout cas je le trouve super bon comme article

citoyen
)))))Maintenant on devine bien que çà plait à nos amis marocains, le contraire )))))aurait était surprenant. Mais je ne sais pas s'il est vraiment réjouissant du poit de vue de la réalité.
En fait c'est comme les films qui se terminent bien, les films hindoux, ou les films westerns dont les têtes d'affiche qui ne meurent jamais malgré l'hostilité de plusieurs dizaines d'ennemis tous armés mais tous morts à la fin.
Ca fait plaisir de regarder ces héros ou même de se mettre dans leur peau le temps d'un film...belles émotions.)))))))))
)))))


Effectivement je trouve qu'il a bien resumer le pouvoir algerien et le tort qu'il fait au peuple et a ses voisin en se tirant dans les pieds, mais normal quand on s'habitut a une presse, on a du mal à digerer autre chose que la dose quotidienne d'actualité de la part d'une presse bien chere a vous

cordialement

PS:l'article critique le pouvoir, et non les algeriens. s'y substituer vous pousse a un manque flagrant d'objectivité

Cookies