PDA

Voir la version complète : Ségolène, Sarkozy et l’Algérie


shadok
16/02/2007, 09h55
Ségolène a qualifiée, dans un message remis au président Bouteflika par son conseiller spécial Jack Lang, la colonisation de "système de domination, de spoliation et d'humiliation". Elle estime fondamental que Paris et Alger "puissent élaborer ensemble une restitution de l'histoire qui tienne compte de notre histoire partagée".

Elle dit que : "ma priorité, si je suis élue, sera de jeter les bases, avec vous, d'une relation renforcée entre nos deux pays, car mon sentiment profond est que nous pouvons résolument passer à une dimension supérieure dans les liens de coopération qui nous unissent.”

De son côté, Sarkozy veut en finir avec la "repentance perpétuelle". Il a fait entendre sa différence avec Jacques Chirac, en remettant en cause le principe du traité d’amitié. « L'amitié n'a pas besoin d'être gravée dans le marbre », a-t-il déclaré dans les colonnes de Jeune Afrique.

Il dit qu’ : «Il n’y a pas de la douleur que d’un seul côté. Il y a de la douleur des deux côtés, chacun d’entre nous devons cheminer des deux côtés de la Méditerranée vers l’apaisement et vers l’avenir commun. Il faut se garder des phrases et des initiatives qui blessent et essayer de se comprendre».

Nicolas Sarkozy a affirmé, suite aux propos de Jack Lang en Algérie : "c’est aux enfants des harkis" que "la France doit des excuses", lors d’une réunion publique à Toulon.

Que pensez vous des déclarations des deux candidats vis-à-vis de l’Algérie ? Quel est le meilleur candidat d’après vous pour renforcer les relations entre l’Algérie et la France ?

Absente
16/02/2007, 10h03
euh...

je ne vois aucune sincérité ni chez les uns, ni chez les autres

:22:

personnellement, je suis pour que la France, une fois pour toutes, fasse des excuses aux pays colonisés et leur demande pardon

pour qu'on puisse aller de l'avant...

les victimes, individus ou peuples, ont besoin d'être reconnues comme telles pour , non pas oublier, mais franchir l'obstacle

sinon, l'obstacle reste infranchissable

sillas
16/02/2007, 10h19
Le meilleur candidat pour renforcer les relations entre l'Algérie et la France est
Sarkozy. Car depuis les années 80, l'Algérie a toujours eu de bon rapport avec la Droite mais jamais avec la Gauche. je donne un exemple durant les 5 ans d'exercice de Lionel, Jospin en tant que Premier Ministre, il n'a jamais mis les pieds dans notre pays. Et quant il parlait de l'Algérie c'est pour faire de l'ingérence et poser des conditions par l'entremise de certaines ONG douteuses qui gravitent autour du Parti Socialiste. Au mois de mars 2006 lors de la visite de François, Hollande en Algérie et lors de ses contacts avec le FLN, il a eu un avant goût de ce qu' étaient les relations entre les deux Partis et surtout la méfiance et les griefs qu'ils y avaient entre les hommes des deux Partis. Quant à la Droite, il y a eu toujours des relations d'affaire excellente, empreinte de franchise et une coopération soutenue dans tous les domaines, et surtout sans arrière pensée. Il ne faut pas oublier que le déclenchement de la guerre d'Algérie a été faite par la gauche avec un François Mitterrand comme Ministre de l'Intérieur en 1954.

kmou21
16/02/2007, 11h30
sillas permet moi de te contredire la guerre d'algérie a etait déclenché par des valeureux combattants algeriens qui n'ont pas accepter l'humiliation de vivre sous la colonisation la gauche a etait en place a se moment et il ne pouvaient qu'entrer en guerre c'est tout.
besslama

sillas
16/02/2007, 12h06
Si tu veux car je me suis mal exprimé en omettant de dire le déclanchement de l'insurection armée que guerre.N'empêche que c'est sous le régne de François Mitérand en tant que Ministre de l'Intérieur et plus tard en tant que Ministre de la justice qui ont été approuvés plus d'une trentaine de d'exécutions à mort de Moudjahidine en une seule année sans une seule grâce. Voilà surtout ce que je voulais dire et l'association des anciens condamnés à mort en Algérie ne l'oublie pas et pése de son poids au sein du FLN afin de ne pas fraterniser avec le Parti Socialiste.

shadok
16/02/2007, 13h33
A mon avis c’est Ségolène qui est prête à accepter les conditions posées par l’Algérie : reconnaissance des crimes de la colonisation. Sarkozy est contre la repentance et soutient les harkis dont le dossier irrite toujours l’Algérie. Il faut que la position de l’Algérie soit claire et sans ambiguïtés.

sillas
16/02/2007, 14h07
Alors pas du tout, l'Algérie ne met pas en avant le traité d'amitié avant les investissements et l'aide au developpement qu'elle attend de la France. Et Sarkozi c'est ce qu'il a promis à Boutef lors de la derniére rencontre avec lui. Car il ne faut pas oublier que le Medef vote Sarko et c'est eux qui ont de l'argent pas l'Etat Français qui a 1200 milliards de dette. Et la Gauche ne peut plus se permettre de donner de l'argent comme avant. Le paiement de la dette algérienne s'est fait grâce à Sarkozi qui était à l'époque Ministre de l'Economie qui a intervenu au niveau du Club de Paris et l'Algérie lui a renvoye l'ascenseur en sauvant Alstom de la faillite avec deux contrats de plus de 500 millions d'Euros, le métro et le tramway d'Alger et peut être la ligne ferroviaire
Annaba - Oran.

noubat
16/02/2007, 18h18
oui votons Sarko pour qu'il vienne karchériser les Algériens en ALGERIE !

shadok
16/02/2007, 18h49
Est-ce que Bouteflika est prêt à collaborer avec la France dans le domaine économique sans poser des conditions sur le volet historique (reconnaissance des crimes de la colonisation). C’est ça le grand paradoxe de Bouteflika !! Parce que d'après les déclarations de Sarkozy, il n'est pas question de repentance de la France.

noubat
16/02/2007, 19h55
pourquoi cette question , Boutef est prêt pour un troisième mandat ?

Laari1
16/02/2007, 21h02
je suis pour que la France, une fois pour toutes, fasse des excuses aux pays colonisés et leur demande pardon

Je trouve inutile et un peu ridicule cette idée de réclamer des excuses. Il faudrait à mon avis sortir des tabous et avoir le courage d'écrire l'histoire à partir des archives et des témoignages sincères.
L'essentiel est de savoir ce qui s'est réellement passé. C'est une histoire commune de l'Algérie et de la France. dont les principaux acteurs ont disparu ou ne tarderont pas à le faire. Les nouvelles générations ne sont plus concernées par ce qui a été vécu par les uns et par les autres, et si on veut donner de l'importance à ce sujet, c'est uniquement par démagogie ou pour servir d'autres desseins ou justifier un comportement conjoncturel.

noubat
16/02/2007, 21h10
dans la colonisation , je retiendrai une chose , les Français n'avaient pas reçu d'invitations .

Cookies