PDA

Voir la version complète : Législatives le 17 Mai : Révision exceptionnelle des listes électorales


morjane
16/02/2007, 14h12
Les élections législatives en Algérie qui concerne l'élection des membres de l'APN ont été annoncé par décret présidentielle pour le 17 Mai prochain. En conséquence à partir de lundi prochain, le 19 Février la révision des listes éléctorales est puverte de manière exceptionnelle jusqu'au 28 Février 2007.

=====

Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a signé un décret présidentiel portant convocation du corps électoral pour l'élection des membres de l'Assemblée populaire nationale (APN) pour le 17 mai. Paru dans le Journal officiel N°11, daté du 15 février 2007, le décret présidentiel indique qu'à cet effet, une révision "exceptionnelle" des listes électorales est ouverte du lundi 19 février 2007 au mercredi 28 février 2007.


Révision exceptionnelle des listes électorales à partir de lundi prochain (ministère)

Alger - Une révision exceptionnelle des listes électorales en prévision des élections législatives du 17 mai prochain, sera ouverte le lundi 19 février et sera clôturée le 28 du mois, a annoncé jeudi le ministère de l'Intérieur et des Collectivités Locales, dans un communiqué.

Cette révision intervient "suite à la publication du décret présidentiel No 07-61 du 15 février 2007 portant convocation du corps électoral pour l'élection des membres de l'Assemblée Populaire Nationale (APN) pour le jeudi 17 mai 2007

et en vertu des dispositions de l'ordonnance No 97-07 du 6 mars 1997, modifiée et complétée, portant loi organique relative au régime électoral", précise cette source.

A cet effet, "tous les citoyens et citoyennes non inscrits sur les listes électorales âgés de 18 ans au 17 mai prochain sont invités à solliciter leur inscription auprès de leur commune de résidence", indique le communiqué, ajoutant que "tout électeur ou électrice ayant changé de résidence est tenu de demander sa radiation de la liste électorale de son ancienne commune de résidence et son inscription sur la liste électorale de sa nouvelle commune de résidence".

Le ministère rappelle que "toute demande d'inscription doit être appuyée par la présentation de la carte nationale d'identité ou le passeport, la présentation d'un titre de propriété, ou d'un contrat de location ou d'un reçu de loyer ou d'une attestation d'hébergement ou d'une quittance d'électricité et gaz ou d'une quittance d'eau et d'une attestation de radiation de la liste électorale de l'ancienne commune de résidence pour les électeurs et électrices ayant changé de domicile".

A ce titre, les bureaux chargés des élections au niveau des communes sont ouverts de 9h00 à 16h30 du samedi au jeudi, indique cette source.

Retrait des documents de candidature aux législatives prévues le 17 mai prochain (ministère)

Alger - Le retrait des documents nécessaires à la constitution des dossiers de candidature aux élections législatives prévues le 17 mai prochain peut s'effectuer auprès des services compétents des wilayas ou des représentations diplomatiques et consulaires accréditées à l'étranger, indique jeudi un communiqué du ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales.

Cette décision intervient suite à la publication du décret présidentiel numéro 07-61 du 15 février 2007 portant convocation du corps électoral fixant la date du jeudi 17 mai 2007 pour l'élection des membres de l'Assemblée Populaire

Nationale (APN) et en vertu des dispositions de l'ordonnance no 97-07 du 6 mai 1997, modifiée et complétée portant loi organique relative au régime électoral, précise cette source

"Les documents en question se présentent sous la forme d'une chemise-dossier contenant un formulaire de déclaration de candidature, une notice de renseignements individuels et des formulaires de souscription de signatures individuelles pour

les listes de candidats indépendants", ajoute-t-on.

La remise de ces documents intervient sur présentation par le représentant dûment habilité des postulants à la candidature d'une lettre, selon le cas, aux services compétents de la wilaya ou de la représentation diplomatique ou consulaire concernée, annonçant l'intention de constituer une liste de candidature à l'élection des membres de l'APN, indique-t-on.

Le ministère précise que la déclaration de candidature doit être accompagnée d'un dossier pour chaque candidat titulaire et suppléant, figurant sur la liste comportant les pièces justificatives:

Pour les candidats, un extrait de naissance, un extrait No 3 du casier judiciaire (datant de moins de 3 mois), un certificat de nationalité algérienne, une copie certifiée conforme à l'original de la carte nationale d'identité ou de toute autre pièce justifiant l'identité en cours de validité (exemple: passeport ou carte d'immatriculation consulaire), une copie certifiée conforme à l'original de la carte d'électeur ou une attestation d'inscription sur la liste électorale, une attestation d'accomplissement ou de dispense du Service National, le programme à développer dans le cadre de la campagne électorale et 2 photos d'identité dont une sous forme de négatif pour la reproduction, indique-t-on.

Pour les listes de candidats, soit l'attestation de parrainage pour les listes de candidats se présentant sous l'égide d'un ou de plusieurs partis politiques, soit quatre cent (400) signatures d'électeurs de la circonscription électorale concernée pour chaque siège à pourvoir, accompagnée d'une copie du procès verbal visé à l'article 109 de la loi électorale, pour les listes de candidats indépendants, précise-t-on encore.

Le ministère porte à la connaissance des postulants à la candidature que la remise des documents nécessaires à la constitution des dossiers de candidature s'effectue tous les jours de la semaine, y compris les jeudis de 9h00 à 16h00 et qu'en vertu de l'article 110 de la loi électorale, le dépôt s'achève 45 jours francs avant la date du scrutin soit au plus tard le dimanche 1er avril 2007, conclut-on.

Par APS

takamra
17/02/2007, 00h00
C’est officiel !
Les législatives, le 17 mai
Par : Tahar Mohamed AL ANOUAR Le : vendredi 16 février 2007




Coup d’accélérateur au processus démocratique
Les choses se précisent en matière d’échéances électorales. La tenue des législatives est prévue pour le jeudi 17 mai 2007, selon les dispositions du décret présidentiel daté du 15 février 2007, qui porte convocation du corps électoral. La machine pour la préparation des élections se met ainsi en marche.
Le ministère de l’Intérieur, qui est chargé de l’organisation du scrutin, a rendu publics deux communiqués. Le premier qui fixe les conditions d’éligibilité, le second porte sur la révision des listes électorales, qui sera ouverte du lundi 19 février au mercredi 28 février 2007. Les échéances électorales sont toujours un moment important dans la vie du pays. La stabilisation politique et le fonctionnement normal des institutions ont été des préalables à un retour à la normale.
L’Algérie sortait d’une période terrible dans le cours de son histoire. Il fallait donc remobiliser une population traumatisée, reconstruire un pays dévasté par la furie terroriste. L’arrivée de l’actuel Président de la République sera décisive pour la suite des événements. La priorité des priorités, pour M. Abdelaziz Bouteflika, ira tout naturellement au retour à la paix et à la réconciliation nationale.
Cette dynamique de la paix, le Chef de l’Etat s’y investira et investira l’ensemble des forces saines du pays. Le suffrage universel est un élément déterminant dans la résurrection qui s’est opérée. Il a permis la mise en place d’institutions crédibles, représentatives de la volonté populaire, et pesant sur la conduite des affaires publiques. Le scepticisme qui a prévalu au début du processus a vite laissé place à une plu grande compréhension des enjeux.
Le Chef de l’Etat a rappelé, dans ses nombreuses interventions publiques, combien il était important que l’ère démocratique qui s’installait constituait un moment fort pour la conduite de la politique du pays en ayant bien conscience que cette politique se faisait conformément aux aspirations populaires. Au bilan de la législature qui s’achève, on peut relever le renforcement de cet élan démocratique, une représentativité renforcée pour les institutions parlementaires, des interventions opportunes sur de nombreux dossiers engageant la vie du pays. L’Exécutif a été, dans tous les cas, un partenaire loyal, jouant la carte de la contradiction. Certains débats à l’APN, comme au Conseil de la nation, ont pu paraître comme des moments forts dans le processus démocratique qui a été enclenché.
Autre particularité de la législature qui s’achève, le niveau relativement élevé des députés qui a permis une plus grande maîtrise dans l’étude et dans l’examen des dossiers.
Au total, ce que l’on peut retenir, c’est cette évolution positive dans la fondation d’un Etat de droit, dont la suffrage universel en constitue la matrice. La consolidation des libertés publiques, une vie partisane et associative multipliée et renforcée, des institutions à la marche et au fonctionnement consolidés, permettent aujourd’hui au pays de travailler pour l’avenir, pour un développement harmonieux d’une société prise dans sa diversité et un appareil économique confronté à des défis majeurs, tenu de s’inscrire dans une mondialisation et une globalisation des échanges, qui apparaissent aujourd’hui comme les seules alternatives pour occuper une place, si possible, la plus rentable qui soit, pour durer dans un monde où la concurrence fait rage.
Tahar Mohamed AL ANOUAR

Cookies