PDA

Voir la version complète : Yakouren, Menace sur la forêt


Thirga.ounevdhou
18/02/2007, 11h22
Ce qui dit aussi menace pour l'environnement et le tourisme dans la région...

Considérée comme un poumon écologique de la région, la forêt de Yakouren, un des principaux massifs forestiers de la wilaya de Tizi Ouzou, constitue aujourd’hui un patrimoine précieux aux fonctions multiples qu’il faut protéger et étendre ; celle-ci subit un massacre continu.

L’exploitation de cette forêt est devenue un phénomène qui porte dans ses aspects des risques environnementaux, car elle présente de nos jours un décor désolant : le mal des coupes illégales est subi dans les proportions qui ont fait de cette forêt un souffre-douleur, sous les coups de la hache et le vrombissement destructeur de la tronçonneuse.

Des pieds-droits, des stères de liège, de bois de chauffage sortent illicitement de cette forêt. Par ailleurs, les citoyens contribuent, parfois inconsciemment et à un degré moindre, au déséquilibre écologique de la région.

Le pâturage, anarchiquement pratiqué par les éleveurs de bétail est, considéré comme un autre facteur susceptible d’aggraver la dégradation de l’environnement forestier.

En outre, cet endroit féerique, qui constitue à vrai dire une véritable porte pour l’est du pays, pris d’assaut chaque été par des estivants de toute la Kabylie, et considéré comme l’un des meilleurs sites touristiques de toute la région, est complètement envahi par des décharges d’ordures, (des papiers, sachets sur les arbres, bouteilles en plastique et vin, gobelets, etc.) qui gagnent la majorité des surfaces avoisinantes à la RN 12. Le pire des cas, c’est que le taux des décharges augmente de jour à l’autre ; chaque virage a sa part d’ordures qui sont souvent la cause de tous les incendies, qui ravage chaque année une surface importante de cette forêt. Les campagnes de nettoyage organisées généralement par l’entreprise forestière (Emifort) ne suffit pas pour se débarrasser d’une telle dégradation, qui nécessite l’intervention des autorités locales. Ces dernières sont impuissantes face au phénomène par manque de moyens humain et matériel. “Nous avons adressé des correspondances aux pouvoirs publics les alertant de la menace qui pèse de tout son poids sur le patrimoine forestier local, car la déforestation est liée surtout au problème de l’alimentation en gaz de ville. Concernant les décharges, c’est une mission qui revient aux localités avoisinantes, car la majorité de la surface aggravée appartient à l’APC d’Azazga, cela suite au récent découpage administratif. Nous devons nous unir pour combattre ces dangers, car cette forêt devrait logiquement être élevée au rang de parc national” souligne un responsable.

- La depeche de Kabylie

Nanna
18/02/2007, 11h57
Le journaliste a oublié de citer une autre sorte de décharge qui pollue également cete forêt et menace de mort tous ceux qui passent et en sentent l'odeur. Ce poison meutrier est appelé communément en Kabylie Arrevrav!

noubat
18/02/2007, 19h50
Concernant les ordures , ce n'est pas en augmentant le nombre de fonctionnaires pour ramasser les détritus que la forêt va retrouver son charme ; vous prenez le problème à l'envers ; il faut éduquer et responsabiliser les gens , un peu de civisme et des poubelles bien visibles c'est tout .

Cookies