PDA

Voir la version complète : Vers une stratégie nationale de l’enfance


sifax.15
19/02/2007, 01h40
Plusieurs ministères concernés
Vers une stratégie nationale de l’enfance

L’Algérie s’est certes engagée depuis longtemps dans une dynamique visant à réunir les conditions nécessaires pour l’évolution de l’enfant, mais la nouveauté du projet initié par Mme Nouara Djaâfar, ministre délégué, chargé de la Famille et de la Condition féminine, consiste en l’implication de plusieurs secteurs dans l’élaboration et la concrétisation d’une nouvelle stratégie au profit de l’enfance.
A cet effet, un atelier de formation portant sur le plan stratégique de l’enfance a été organisé, hier, à l’Institut algérien des études financières. Regroupant plusieurs représentants des institutions et ministères, notamment celui de l’Education nationale, de la Santé, des Affaires étrangères et le représentant de l’Unicef, cette rencontre a été l’occasion pour Mme Nouara Djaâfar d’insister sur l’importance de cette stratégie dont l’introduction du projet contient les principes nationaux de l’enfance en se basant sur une analyse de la situation actuelle de l’enfant et l’évolution du système législatif et juridique concernant le droit de l’enfant.
L’atelier, qui a entamé ses travaux hier, vise à fixer les objectifs et les priorités nationales de l’étape prochaine pour l’enfant, suivant les références nationales et internationales approuvées par l’association générale des Etats-Unis, auquel l’Algérie a pris part en 2002. Le document ayant sanctionné cette rencontre représente les engagements internationaux jusqu’à 2015, dans le domaine de l’enfant et qui s’intitule «Univers digne de l’enfant».
Présent à ce rendez-vous, M. Khaldi, secrétaire général au ministère de l’Education nationale, a affirmé que son département a consenti des efforts considérables pour améliorer les conditions de scolarisation des enfants. Ceci en engageant un programme qui nécessite 300 milliards de dinars entre équipements et fonctionnaires annuellement. En ce qui concerne l’encadrement des 8 millions d’élèves scolarisés en 2006-2007, l’intervenant souligne que 10 000 fonctionnaires l’assurent, ce qui constitue le tiers de la Fonction publique. Le même orateur a parlé d’un enseignement de qualité qui ne peut être assuré que par la généralisation de l’enseignement pré-scolaire en 2008 et l’amélioration de l’encadrement en réduisant le taux d’occupation par classe à 30 élèves. Il est également prévu la création de lycées au niveau des communes pour «rapprocher les établissements des populations et permettre ainsi aux filles de poursuivre leur enseignement». Le représentant du ministère des Affaires étrangères a, pour sa part, souligné que la «dimension enfance» constitue une priorité pour le gouvernement. Il a, dans ce contexte, rappelé que le gouvernement a signé les différentes conventions régionales et internationales sur l’enfance et indiqué que des plans d’action dans ce sens sont développés avec l’Unicef. Le représentant des Nations unies, M. Janssens, a indiqué, pour sa part, que notre pays fait partie de ceux qui se sont engagés sur le plan national et international pour la mise en place d’une stratégie pour l’enfance, afin de maintenir les acquis et améliorer les conditions de vie des enfants, dans tous les domaines, notamment la santé, le transport et la restauration dans le milieu scolaire. Il dira pour conclure : «Beaucoup de progrès ont été réalisés et d’autres défis restent à relever afin d’assurer une vie digne à l’enfant».

Cookies