PDA

Voir la version complète : Moumen Khelifa arrêté à Londres


shadok
04/03/2007, 10h12
Bien fait pour lui en attendant son extradition en Algérie.
________________________
Accusé de blanchiment d’argent et de séjour illégal
Moumen Khelifa arrêté à Londres

Liberté
04/03/2007
Salim Tamani


Rafik Abdelmoumen Khelifa a été arrêté par les services de la police britannique, a-t-on appris hier de sources dignes de foi. L’arrestation est intervenue le 27 février dernier à Londres.

Déjà cinq jours que le milliardaire escroc est dans les locaux de Scotland Yard probablement soumis aux interrogatoires de la police, notamment ceux des services de l’immigration et ceux de la brigade financière de lutte contre le blanchiment d’argent. Celui qui se croyait intouchable allant même jusqu’à assurer sur l’antenne de la chaîne qatarie Al-Jazeera que les autorités britanniques n’allaient pas l’arrêter, ou du moins l’inquiéter, doit méditer sur son sort surtout que la nouvelle de l’arrestation n’a pas été rendue publique ni en Algérie ni même en Angleterre.

Il faut dire que l’arrestation a été soudaine et les policiers de branche spéciale de Scotland Yard sont réputés pour être des enquêteurs discrets.
Aux dernières informations, les versions se contredisent sur le lieu de l’arrestation surtout que Moumen Khelifa changeait souvent de résidence et évitait d’aller à certains endroits branchés de Londres où il avait table ouverte.

Les enquêteurs londoniens ont spécifié à un Khelifa médusé par la tournure des évènements deux chefs d’inculpation. Le premier concernant sa fameuse carte de résidence, puisque les autorités britanniques l’ont accusé de “séjour illégal”. Ce qui est un comble dans son cas puisqu’il jouissait, ainsi que cinq de ses plus proches collaborateurs, de documents de résidence qui semblent remis en cause.

Le second grief retenu est beaucoup plus sérieux puisqu’il concerne le “blanchiment d’argent”. Sur ce plan, Londres semble s’être décidé de passer à l’action, non seulement suite aux demandes algériennes, mais certainement aussi à cause du train de vie luxueux de Moumen qui, de son propre aveu, vivait de manière aisée dans une capitale réputée pour son coût excessif de vie.

Moumen Khelifa, sur lequel pèse un mandat d’arrêt international, demandé aussi bien à Alger qu’à Paris, pour avoir piloté une des plus grandes escroqueries connues dont le préjudice provisoire dépasse les 5 milliards de dollars, semble être pris dans son propre piège en se targuant d’une impunité qui n’a pas été du goût des autorités britanniques.

Le milliardaire déchu a d’ailleurs multiplié les interventions médiatiques dans lesquelles il a surenchéri à chaque fois, mais surtout en s’attaquant de manière virulente au président Bouteflika l’accusant d’être derrière ses “ennuis judiciaires”. Or, à travers cette arrestation et l’implication de la police britannique, Moumen Khelifa a été ramené à sa juste dimension. Celle d’un milliardaire en fuite, ayant dilapidé l’argent public et ceux des épargnants d’El Khalifa Bank et dont le portrait est diffusé par Interpol.

Londres semble avoir été insensible aux arguments visant la politisation du procès qui ont été avancés par Khelifa lors de ses interventions médiatiques. La morve affichée n’a pas dû plaire à la justice britannique qui a été sollicitée, le 21 février dernier, par la chancellerie algérienne à travers une mission d’experts du département de Tayeb Belaïz.

Cette arrestation intervient donc immédiatement après l’échange des instruments de ratification de la convention d’extradition algéro-britannique et moins de deux mois après la publication dans le Journal officiel algérien de l’accord en question.

Ainsi, Algériens et Britanniques ont tissé dans la discrétion la plus totale la toile d’araignée dans laquelle vient d’être enserré Moumen Khelifa. Aucune indication n’a filtré, selon nos sources, de l’éventuelle extradition de ce dernier, même si on apprend, par ailleurs, que les extraditions entre Alger et Londres entreront en vigueur dans moins d’un mois.

La justice britannique a donc conclu à travers son arrestation surprise que le dossier fourni par les autorités algériennes contre Khelifa présente bel et bien une solidité et une pertinence à même d’enclencher une enquête en Grande-Bretagne. Reste que Londres peut éventuellement l’extrader pour le simple fait qu’il est accusé d’être un “harraga de luxe” et ne pouvant le garder pour absence de régularisation.

Même si Moumen Khelifa se présentait comme un “réfugié politique”, qualité qui est de facto, n’a pas été prise en considération par Londres.
Ainsi, le rebondissement tant attendu et la surprise annoncée par les observateurs n’est pas venue de Blida, mais de… Londres.

Les répercussions judiciaires risquent d’être considérables et le procès Khalifa va prendre une dimension plus adéquate avec, probablement, la comparution du principal accusé et pas seulement de “lampistes” comme le considèrent certaines critiques.

D’ailleurs, le procureur général a volontairement ignoré, lors de son réquisitoire, de prononcer une quelconque demande de condamnation à l’encontre de Moumen Khelifa estimant alors, qu’il le fera quand l’accusé sera dans le box des accusés au tribunal de Blida. Les “révélations” tant promises par Moumen Khelifa se feront en Algérie, en cas d’extradition, loin des supputations et des non-dits. Ainsi, son arrestation marque le début d’un autre processus judiciaire.

Abdelhakimz
04/03/2007, 10h36
J'ai entendu ça ce matin, za3ma sa7 ? je me méfie beaucoup ces derniers temps de ce que je lis ..:razz:

asmara
04/03/2007, 14h15
si c'est vrai ... un autre tour de manège !!!

asmara
04/03/2007, 14h18
EL MOUDJAHID - Edition Internet
[ Nation ]

Abdelmoumène Khalifa aurait été arrêté à Londres
Par : EL MOUDJAHID Le : samedi 03 mars 2007



Nous apprenons de source bien informée, que Abdelmoumène Rafik Khalifa aurait été arrêté le 27 février à Londres pour séjour irrégulier dans le Royaume-Uni et blanchiment d’argent.

*lafille2lalune*
04/03/2007, 14h32
arrêté c'est bien
il va allez en prison ?
sans doute
dans combien de temps ?
pffffffff

le vrai problème c'est ces personnes qui lui ont fait confiance et qui se retrouve ruiné

Aurront elles une indémnisation ?
que va t on faire pour elles ???

moi c'est eux qui m'interressent.

Abdelhakimz
04/03/2007, 15h49
et bien voyons si il a des révélations à faire maintenant, en langue anglaise ça donnera peut être quelque chose :razz:

noubat
04/03/2007, 17h22
Moumen Khelifa arrêté à Londres
.................................................. ...........


et libéré sur caution .

Abdelhakimz
04/03/2007, 18h14
ah pour ça il a de l'argent, autant s'en servir tant que c'est encore possible

DZmes Bond
04/03/2007, 19h04
Avez-vous un lien d'un journal anglais qui confirme cette info ?

ballZ
04/03/2007, 19h10
selon el djazeera il vient d'etre relaché apres avoir payé une caution !!!

Abdelhakimz
04/03/2007, 19h15
pas en ce qui me concerne, j'ai appris par les journaux algériens qu'il aurait été arrêté .. c'est pour ça d'ailleurs que je prends l'info avec réserve

absent
04/03/2007, 20h15
:mad: il ne faut pas être trop naïf car qui a prouvé le vrai fautif entre l'état et khalifa de nos jours cette état est un dictateur puisque et la justice et la presse sont controllé.sans tenir compte de la corruption qui y règne il faut y vivre pour la sentir parceque lorsque on regarde la télé au main de l'état on croirait que l'algerie est très développé ouah ce serait mon rêve.

noubat
04/03/2007, 20h15
Rafik Khalifa interpellé à Londres et remis en liberté



Crédit Photo : TF1/LCI
Rafik Khalifa, à l'origine du plus grand scandale financier en Algérie

Le golden boy, à l'origine du plus grand scandale financier algérien, a été arrêté le 27 février pour "séjour irrégulier et blanchiment d'argent".

Rafik Khalifa est jugé par contumace depuis le 8 janvier devant le tribunal criminel de Blida, au Sud d'Alger.

- le 04/03/2007 - 18h20






Le golden boy algérien Rafik Khalifa, à l'origine du plus grand scandale financier de l'Algérie, a été arrêté à Londres le 27 février et remis en liberté, selon les autorités algériennes et Scotland Yard. "Nous pouvons confirmer que les policiers de notre unité de crime économique ont, le 27 février, arrêté un homme de 40 ans pour des soupçons de blanchiment d'argent", a indiqué dimanche un porte-parole de la police de Londres.

"Il a été remis en liberté sous caution et doit se présenter le 20 mars dans un poste de police de Londres", a-t-il précisé. "L'enquête se poursuit", a indiqué Scotland Yard. Le jeune milliardaire, âgé de 40 ans, est installé à Londres depuis 2003 et affirmait y bénéficier de l'"asile politique".

La faillite du groupe Khalifa aurait causé un préjudice estimé entre 1,5 et 5 milliards de dollars à l'Etat et aux épargnants algériens. Le ministre de l'Intérieur Yazid Zarhouni a réclamé son extradition. "Le Royaume-Uni n'est pas un refuge pour criminels et nous nous tenons prêts à aider toute demande d'extradition dans le cadre prévu par la loi", a déclaré une porte-parole du ministère britannique de l'Intérieur.

Scandale qui éclabousse les politiques

L'Algérie et la Grande-Bretagne ont échangé le 25 février à Alger les instruments de ratification d'un accord d'extradition signé en juillet lors de la première visite officielle en Grande-Bretagne du président Abdelaziz Bouteflika. Les procédures d'extradiction en Grande-Bretagne sont longues, les prévenus pouvant gagner du temps en jouant sur un système de recours complexe, ont indiqué des avocats.

Le procureur de Blida a réclamé une peine de prison de 12 à 20 ans à l'encontre des principaux accusés du procès, mais a réservé ses réquisitions à l'encontre de Rafik Khalifa, comme le stipule la loi. Le scandale Khalifa a révélé de graves carences dans la gestion et le contrôle du système bancaire algérien, l'un des plus archaïques du monde arabe, et éclaboussé les politiques. Parmi eux, l'ancien ministre des Finances Abdennour Keramane et son frère Abdelwahab, ancien gouverneur de la Banque d'Algérie, jugés par contumace, des ministres en activité, comme Mourad Medelci et Bouguerra Soltani, et d'anciens ministres comme Abdelmadjid Tebboune et Abdelkrim Harchaoui.

Dans des déclarations à la presse, Rafik Khalifa avait imputé au chef de l'Etat algérien ses ennuis judiciaires, affirmé que la faillite de son groupe, comprenant notamment une banque, une compagnie aérienne et deux chaînes de télévision, était une "affaire d'Etat" et que le procès qui lui était intenté était "tragi-comique".

D'après agence

Fisco
04/03/2007, 20h23
Rafik Khalifa interpellé à Londres et remis en liberté
vive la liberté :mrgreen:

Abdelhakimz
04/03/2007, 20h42
Parmi eux, l'ancien ministre des Finances Abdennour Keramane et son frère Abdelwahab
de l'Industrie ! pas des finances, qui a écrit l'article ?:rolleyes:

TouKo
04/03/2007, 20h51
Il a été relâché contre caution.Par contre aucune charge retenue contre lui.Pour le moment.
Blair qui encourage et protège les corrupteurs et corrompus (voir le feuilleton avec les saouds) n'est sûrement pas prêt à envoyer un voleur en justice. :redface:

Fisco
04/03/2007, 21h01
il sera le bienvenue au maroc nous aimons les algeriens :)

citoyen
05/03/2007, 13h05
Selon toute vraisemblance, l'information semble être confirmée. C'est bien, toutefois l'escroc semble ne pas détenir son droit d'asile et si c'est la cas, il sera explusé non extradé...à savoir maintenant si les autorités algériennes sont prêtes à l'accueillir...un nouveau déballage est inévitable, il faut s'attendre à ce que de nouvelle "stars" soient jetés en "pâture" à la "justice".

La question est : a-t-il obtenu l'asile ou bien c'est du hef...est ce que le pouvoir sait qu'il a obtenu l'asile ou savent-ils qu'il est en situation irrégulière...dans tout les cas ils ne veulent pas confirmer ou infirmer l'une ou l'autre des hypothèses mais parlent systèmatiquement d'extradition...

mais quel est son statut au juste ?

sillas
05/03/2007, 15h06
Je peux t'assurer que les autorités Algériennes sont préssés de l'accueillir et ce n'est pas Boutef, Belkhadem,Zerhouni et les Généraux qui vont avoir peur de lui qu'il déballe où qu'il dénonce car tout a été dit dans le tribunal criminel de Blida du Ministre des finances en passant par le Gouverneur de la Banque jusqu'aux chauffeurs et les factotums qui se sont sucrés. Donc maintenant il peut dire ce qu'il veut personne ne le croira. C'est comme l'histoire de la journaliste qui a été citée à la barre et qui a dit a la Présidente du Tribunal ne m'obligeait pas a citer des noms, et la juge lui a répondu en vous defie et on est toute ouie. Ce n'est que du "Hef" et c'est vrai comme disent certain "Beld Mikki" où un petit minable peut escroquer un grand minable uniquement avec du vent, il suffit qu'il dise que je suis épaulé par un "Général fictif" pour que tout le monde se couche, tout le monde soit épaté et pour que tout le monde se donne. Car tout est basé sur des noms et le regard et l'ecoute des affairistes est toujours de savoir qui est derriére leur interlocuteur et c'est cette question qui revient toujours et qui a fait couler l'Algérie parce que tout simplement personne ne veut appliquer la loi, tout monde veut des passes droits, tout le monde veut contourner la loi et tout le monde invente un personnage haut placé. Voilà notre Algérie des affaires comme elle fonctionne, uniquement avec des mensonges et du faux.

la rose bleu
05/03/2007, 15h27
il est relaché avec caution par le tribunal britanique ce jour à ma connaissance.

azouz75
05/03/2007, 15h50
c'est axact, et il passe devant le tribunal le 20 mars.

TouKo
05/03/2007, 16h32
C'est un procés trés important pour le présent et l'avenir de l'Algérie.Il faut qu'il soit mené jusqu'au bout.Quelque soit les embuches mêmes voulues.
Si on réussit à épingler certains "hauts-fonctionnaires", ce serait la cerise sur le gâteau. ;)

citoyen
05/03/2007, 17h05
>>>Donc maintenant il peut dire ce qu'il veut personne ne le croira.

Oui çà on s'en doute comment on s'end oute de ton assurance sur les motivations des responsables, ce n'est pas aussi cartésien que tu le penses.

le concept extradition et expulsion est intéressant à regarder, je veux attirer l'attention, sans s'attarder trop sur l'état d'esprit actuel des responsables (un état d'esprit trop opaque), sur la différence entre les 2 concepts.

Si l'escroc n'a pas bénéficié du droit d'asile, il sera expulsé, et donc atterir fi H'jer Mou aussi vite qu'un Mig-25, dans le cas contraire nous allons encore assister à une série de déclarations nous rassurant qu'il sera extradé, des déclarations de hauts responsables bien sûr...

Seulement, l'article ne donne pas l'information principale : a-t-il bénéficié du droit d'asile ou non...les autorités connaissent sa situation exacte, le contraire relève du hef justement...

A partir de là, s'ils connaissent sa situation exacte, pourquoi ne la rendent-ils pas publique ?

On ne va pas me dire que les services consulaires et de l'ambassade algeriens de Londres ne seraient pas au courant du statut de Moumen dans ce pays...

Comme tu l'as dis personne ne le crois alors quid, il a dit qu'il détient l'asile, mais les anglo-saxon le prennent (pas encore officiellement) pour un criminel...alors s'il est un harrag, il sera bientôt emballé dans un paquet et renvoyé chez lui...
Sinon ca va durer des années...

sillas
05/03/2007, 17h38
Mais tu sais trés bien que l'Ambassade d'Algérie en Angletterre même si elle connait la situation de Khalifa et je sais qu'elle la connait ne peut pas faire de déclaration ni faire de la surenchére pour ne pas gêner les autorités Britaniques ni influencer surtout les décisions de la justice anglaise qui peuvent s'avérer contraire aux voeux souhaités, c'est à dire l'extradiction vers l'Algérie. Mais disons faisant confiance à Mr DEMBRI notre Ambassadeur
qui est un trés grand personnage et ce n'est pas Khalifa qui va l'impressionner.
C'est vrai que c'est juste une question de temps, il faut savoir être patient avec la justice anglaise, les français et les américains en savent quelques choses sans compter les Egyptiens et les Saoudiens qui ont eu affaire à elle.

Abdelhakimz
05/03/2007, 17h49
ah oui M. Dembri est actuellement notre ambassadeur en Angleterre, c'est une bonne info ça ..

citoyen
05/03/2007, 21h33
Voici un exemple d'embrigadement où tout est limpide, clair, sans faille. De la propgande m'kattera du pur jus de "vas y que je t'embrouille"...

Sillas si tu n'as pas d'arguments tu n'es pas obligé de me répondre, en t'abstenant tu rendre davantage de services au système et surtout aux responsables que tu défends, espérons qu'il te rendront la monnaie en échange de bons et loyaux services.

Cookies