PDA

Voir la version complète : Algériens : Ils seraient près de 800 dans les geôles de tripoli


zek
04/03/2007, 12h56
Mais que font tous ces Algériens dans les prisons lybienne ? La Lybie serait-elle devenu un nouvel Eldorado pour les harragas et businessmen en tout genre ?
------------------------------------------------------------------------

Al-Kadhafi libère 95 Algériens emprisonnés en Libye

Quatre-vingt-quinze prisonniers algériens ont récemment bénéficié d’une grâce du régime libyen. L’information pour le moins surprenante — sachant qu’aucune source n’a jamais fait état de l’existence d’Algériens internés en Libye — a été rendue publique par la Fondation du guide libyen Mouammar Al-Kadhafi pour le développement sur son site Internet. Selon le site de la puissante organisation de la Jamahiriya, les détenus algériens libérés ont tous quitté le territoire libyen et rallié, depuis quelque temps, l’Algérie. Selon la même source, ce geste intervient après que ladite fondation fut intervenue auprès des autorités juridiques du pays.

Geste d’apaisement ou procédure d’usage, la même source ne précise pas dans quelles circonstances et quand ces Algériens ont été internés. Toutefois, la même source fait état des circonstances dans lesquelles ces détenus ont été libérés. Elle précise, en effet, que la Fondation Al-Kadhafi a “réagi” aux doléances des parlementaires algériens qui l’ont sollicitée pour “intercéder” auprès de la justice libyenne afin de gracier ces “prisonniers”. La fondation se limite, pour le moment, à “révéler” que ces Algériens ont été mis en prison pour “diverses affaires” sans plus de précisions. Selon la même source, “ce geste humanitaire se veut une réaction aux demandes des parlementaires siégeant à l’Assemblée populaire nationale qui avait sollicité le président de la Fondation Seïf Al-Islam Al-Kadhafi”. Et d’ajouter que cette grâce s’inscrit dans le cadre du renforcement des liens de “fraternité” entre les peuples algérien et libyen et que la Fondation Al-Kadhafi pour le développement a mené avec succès cette opération conformément à la “décision n°15 de l’année 2007 émanant du Haut-Conseil des instances juridiques”. Citant les familles des prisonniers, la même source a indiqué que celles-ci avaient, dans un passé récent, dénoncé le mauvais traitement réservé par les autorités libyennes aux prisonniers algériens. Selon les mêmes témoignages, ce sont 700 Algériens qui sont toujours internés dans les prisons libyennes, notamment dans les pénitenciers de Zaouïa et de Sedrata, limitrophes des frontières tuniso-libyennes.

Originaires pour la majorité de la wilaya d’El-Oued, ces prisonniers sont également issus des régions d’Oran, de Biskra et de Souk-Ahras. Selon les familles des détenus citées par la même source, la plupart des prisonniers ont été écroués pour introduction de la drogue sur le sol libyen à partir du Maroc, en transitant par El-Oued, commercialisation et trafic de stupéfiants sur le territoire de la Jamahiriya.
Aujourd’hui, ces familles en appellent aux autorités algériennes pour intervenir en “urgence” auprès des autorités libyennes afin de mettre fin au cauchemar de ces centaines d’Algériens qui croupissent encore dans les prisons libyennes.

FARID BELGACEM
04 Mars 2007. Liberté

Cookies