PDA

Voir la version complète : Espagne : Le rétablissement de la compétence universelle de la justice devrait inquiéter les sécuritaires marocains.


rago
29/08/2018, 11h50
On peut douter que cet article va déterrer les pseudos- poursuites contre le Président de la RASD Ghali.

-En Espagne, le pouvoir judiciaire est sur le point de récupérer sa compétence universelle, abrogée en 2014 par la droite de Rajoy. Ce qui devrait donner des soucis aux autorités marocaines. Outre le traditionnel dossier du Sahara occidental, le Hirak du Rif pourrait également intéresser les juges de l’ «Audience Nationale» de Madrid.

Mauvaise nouvelle en provenance de l’Espagne pour certains sécuritaires marocains en activité ou mis à la retraire. Le gouvernement socialiste au pouvoir prépare un projet de loi portant le rétablissement de la compétence universelle de sa justice, indique aujourd’hui dans son JT la chaîne Canal Sur. Ce qui devrait permettre aux juges d’instruire des cas commis hors du territoire espagnol et sans que les victimes ne soient des ressortissants espagnols.

Pour ce faire, Dolores Delgado, la ministre de tutelle, a mis en place ce mardi 28 juin un comité composé de juges, juristes et acteurs associatifs dans les droits de l’Homme. Sa mission essentielle est le retour à l'ordre qui prévalait avant que l’exécutif de droite présidé par Mariano Rajoy n’abroge la loi en 2014.

Ledit comité devra examiner également la possibilité d’élargir les prérogatives du texte qui avait permis à Batlazar Garzon de lancer un mandat d’arrêt international contre l’ancien président chilien Augusto Pinochet. La formation Gauche Républicaine Catalane avait déjà présenté une proposition de loi en ce sens. La ministre de la justice a donné aux groupes parlementaires jusqu’au 4 septembre pour présenter des propositions.

Sahara occidental et Hirak, deux dossiers problématiques pour Rabat

Le rétablissement de la compétence universelle de la justice espagnol est une aubaine pour les sahraouis pro-Polisario qui pourraient attaquer à nouveau des responsables marocains à l'instar des plaintes de 2006/2007. Par ailleurs, un juge de cette cour, José Ricardo de Prada, est membre du comité installé aujourd’hui par la ministre de la Justice. L’ombre de Garzon est également présente grace au conseiller de sa fondation internationale portant son nom.

Outre le Sahara occidental, les militants du Hirak du Rif et les associations qui les défendent en Europe pourraient être tentés de solliciter le soutien de l’Espagne, d’autant que certains parmi les manifestants d’Al Hoceima et Nador ont pu gagner le voisin ibérique. Deux dossiers donc qui devraient donner du souci aux autorités marocaines alors qu’en Espagne la justice est indépendante du pouvoir exécutif-.


Ya….bi

traks
29/08/2018, 11h51
:lol::lol::lol: sérieux ?? y a que les marocains qui devraient avoir peur ??? :lol::lol:

Cookies