PDA

Voir la version complète : L'armée met le paquet en Kabylie


nassim
06/03/2007, 00h27
La lourde perte de 7 gendarmes lors de l'attaque terroriste qui a visé le barrage de la gendarmerie au carrefour de Takhoukht semble avoir eu un effet sur l'amour propre du général-major Boustila, le patron des pandores. Il annonce l'envoi de plusieurs unités en Kabylie.

Il faut frapper fort. Infiltrer les réseaux terroristes et les détruire jusqu'au dernier.

===
Après l’attentat terroriste qui a coûté la vie à 6 gendarmes - Le général-major Boustila dépêche des renforts

“Nous nous attendions à ce genre de réaction terroriste”, dira d’emblée le commandant du groupement de la gendarmerie dans la wilaya de Tizi Ouzou, le colonel Ben Azouz, au sujet de l’embuscade terroriste qui a coûté la vie, moins de 24 heures plus tôt, à 6 gendarmes d’une patrouille de la brigade de Béni Yenni non loin du barrage fixe installé au niveau du carrefour de Takhoukht menant vers les localités de Béni Yenni, Ouacifs et Ouadhias.

Expliquant cette “réaction attendue”, le colonel Ben Azouz dira que “les réseaux terroristes, qui sont en train de multiplier leurs actes depuis quelque temps, ont pris tout leur temps pour se constituer ou se reconstituer, notamment, dans les régions où les activités de la gendarmerie ont été gelées, et aujourd’hui, le redéploiement de ce corps constitue un sérieux danger pour les groupes terroristes qui ne peuvent plus activer comme auparavant”.

Il est vrai, a-t-il encore expliqué, qu’en termes d’effectif, les brigades ne comptent pas grand nombre de gendarmes, mais dans une guerre subversive, c’est plutôt le renseignement qui joue le rôle le plus important. “Il suffit de la présence d’une brigade avec quelques gendarmes qui entretiennent de bonnes relations avec la population pour avoir les renseignements nécessaires pour pouvoir agir et même qui repoussera toute présence terroriste dans une région”, estime le commandant du groupement soulignant que cette dernière attaque n’a fait que renforcer la détermination de la gendarmerie à mener une lutte implacable contre les criminels du GSPC.

“Notre seule préoccupation est la sécurité du citoyen et de ses biens et à ce titre, nous procéderons à la création de nouvelles unités en plus du redéploiement de celles déjà existant dans la wilaya pour ainsi assurer une grande couverture et un maillage total de la région”, a tenu à préciser le premier responsable de la gendarmerie dans la wilaya qui, désormais, compte énormément sur la contribution du citoyen dans cette lutte acharnée qu’il compte mener contre les groupes terroristes d’Al-Qaïda au Maghreb. “On compte sur le civisme et la conscience de la population dans notre lutte contre le terrorisme aveugle”, lancera-t-il en guise de message à tous les citoyens de la région.

Lançant cette lutte, la gendarmerie, par la voix de son premier responsable régional, a expliqué qu’elle a déjà procédé depuis hier au renforcement de son dispositif de contrôle installé depuis quelques semaines et procède ainsi au contrôle systématique des véhicules, notamment étrangers à la wilaya.
Par ailleurs, l’opération de ratissage, lancée quelques minutes après l’attaque meurtrière de dimanche passé à Takhoukht, se poursuit toujours et ce, avec une grande intensité.

Les bombardements, par les hélicoptères de combat, des zones bouclées dans les environs de Aïn El-Hammam en descendant du col Tirourda jusqu’à la forêt de Takhoukht ont duré jusqu’à hier soir. Selon des sources bien informées, une bombe artisanale et une importante quantité de TNT ont été récupérées dans cette opération qui pourrait se poursuivre durant plusieurs jours.

source : Liberté

Cookies